Didier de Plaige

Lundi 15 Juin

juin 15th, 2009 Posted in Juin 2009 | Commentaires fermés sur Lundi 15 Juin

"J'ai le triste devoir de vous faire part de la mort subite du Contre-amiral 2°S Gilles Pinon, membre fidèle et actif du groupe GSO, auteur de "Fatima, un Ovni pas comme les autres", initiateur et premier signataire de la Lettre ouverte au président de la république d'avril 2008, lui demandant la prise en main du problème ovnien par les structures politiques, militaires et scientifiques du pays, mettant en garde contre le risque d'ethnocide de contact entre civilisations assymétriques et la dangerosité du phénomène, même en l'absence d'hostilité de sa part.

Position qu'il avait rappelée récemment dans une émission télévisée de tenue pour une fois sérieuse. Les obsèques auront lieu à l'église ND de la Salette, Suresnes, le jeudi 18 juin à 10h. A vérifier dans le Figaro du 15 ou du 16.
C'est une grande perte pour l'ovniologie française.
"
Jacques Costagliola, responsable du GSO

Gilles Pinon

Compléments & Commentaires

Robert Dean

On connait maintenant le thème de l'intervention de Robert O. Dean au Sommet d'Exopolitique, qui se tiendra à Barcelone les 25 et 26 juillet 2009. Voir sur cette page les grandes lignes de sa carrière.

"Pourquoi le plus grand récit de l'histoire humaine n'a jamais été raconté".

"Je prendrai la parole à cette conférence essentiellement pour aborder la plus grande aventure de l'histoire de l'espèce humaine. C'est, en fait, la plus fabuleuse des histoires humaines parce que c'est l'histoire de l'humanité.

En fait, ça se résume simplement à dire : nous ne sommes pas seuls dans l'Univers et nous ne l'avons jamais été. L'humanité a eu, et a toujours, une relation intime avec plusieurs civilisations extraterrestres incroyablement avancées.

Cette relation dure depuis des milliers d'années et la vérité pourrait maintenant être dévoilée, mais l'humanité est-elle prête à l'accepter et se trouver confrontée à une réalité aussi choquante ?

Que nous soyons prêts ou non, la vérité doit être dite et rien ne sera jamais comme avant.

L'une de ces réalités bouleversantes, et à laquelle nous devrons faire face, est qu'ils sont partout. Nous sommes certains de leur présence permanente à plusieurs endroits de la planète et nous avons des preuves photographiques de leur présence dans l'espace proche et à travers tout le système solaire.

J'apporterai avec moi des photographies de la NASA qui montrent de grands vaisseaux spatiaux non identifiés. Ils ont suivi Apollo 13 durant tout son trajet vers la Lune ainsi que pendant son retour vers la Terre. J'ai aussi deux photos prises par l'équipage d'Apollo 14 et montrant trois objets. La taille de l'un des vaisseaux extraterrestres était estimée à 10 kilomètres. Je montrerai aussi deux photos prises pendant le vol de Voyager 1 vers Saturne en 1980. Ces photos stupéfiantes montrent des objets artificiels gigantesques et lumineux a proximité des anneaux de Saturne."

http://www.exopoliticseurope.com/fr/index.html
Adrián García – Exopolítica España
adrian.garcia@exopoliticaeuropa.com
Tel. (+34) 933623700

Share This Post

Dimanche 14 Juin

juin 14th, 2009 Posted in Juin 2009 | Commentaires fermés sur Dimanche 14 Juin

Un article de Leonard David publié le 10 juin 2009 sur Space.com s'étonne que l'armée américaine ait décidé de ne plus partager ses données sur les risques de rentrées atmophériques d'objets célestes. Aucune explication n'est donnée sur les raisons de ce revirement : "Les informations militaires sur les astéroïdes sont désormais classifiées."

"La communauté scientifique bénéficiait depuis 15 ans des données recueillies par les satellites militaires américains, sur les objets naturels et météoritiques rentrant dans l'atmosphère terrestre, mais c'est maintenant terminé.

Une décision récente empêche désormais que ces informations soient divulguées.

astreroïde

La principale mission de ces satellites consiste à détecter les tests nucléaires au sol, et à déterminer la nature des météorides ou bolides qui rentrent dans l'atmosphère. Il est toujours préférable de pouvoir faire la différence entre la rentrée d'un objet naturel et une déflagration atomique.

David Morrison, un scientifique du NEO (Near Earth Object) au AMES Research Center de la NASA, s'exprimant en son nom, regrette cette décision :

David Morrison

"C'est très regrettable, parce qu'il y avait là une véritable synergie... une excellente coopération. Ca nous permettait de contre-vérifier nos observations, et c'était un moyen irremplaçable de faire progresser nos connaissances. Nous pouvions également mieux préciser les coordonnées d'impacts éventuels."

Il ajoute : "La recherche scientifique s'en trouvera ralentie, et cette mesure restreindra nos possibilités de rassurer le public, qui parfois s'interroge sur des phénomènes spatiaux."

Depuis quelques décennies, les satellites militaires secrets avaient identifié des centaines de ces objets. Ces précieuses informations étaient rapidement diffusées, et les chercheurs s'intéressaient de près à toutes ces données.

L'avantage des satellites-espions était de couvrir les vastes étendues océaniques. Mais à présent les scientifiques ne peuvent plus compter sur cette ressource. Ils espèrent que la décision des militaires sera révisée." - Source

K. Wilson, membre de la liste UFO UpDates, estime que cette attitude de l'armée américaine n'est pas très rassurante : "Est-ce que ça ne vous parait pas excessif, ou du moins très douteux comme procédé ? Je me demande si les scientifiques militaires s'attendent à quelque chose et ont pris cette mesure pour préserver le secret avant que ça se passe.

Est-ce que ça pourrait être en rapport avec les ouragans solaires annoncés ? Ou bien l'arrivée d'un astéroïde géant ? A moins que ce soit pour cacher une flotte d'Ovnis..."

Compléments & Commentaires

Share This Post

Samedi 13 Juin

juin 13th, 2009 Posted in Juin 2009 | Commentaires fermés sur Samedi 13 Juin

Michael, animateur du nouveau Blog Exopsychology, rapporte qu'il a eu l'occasion de participer, fin Mai, à un atelier organisé par l'astronaute d'Apollo 14 et physicien, le Dr Edgar Mitchell, dans le cadre de la Conférence intitulée "Spirit Heals", qui se tenait à Victoria, en Colombie britannique :
"Edgar Mitchell, la Perspective cosmique, & la Divulgation."

"Le thème choisi était l'Holographie Quantique. Il en parle comme d'un mécanisme susceptible d'expliquer les phénomènes psychiques, l'anti-gravité, et autres questions actuellement en débats. C'était assez technique sur le fond, mais passionnant.

Exopsychology

Il a raconté l'expérience qu'il avait vécue pendant son voyage de retour vers la Terre, lorsqu'il a perçu, intuitivement, qu'il était relié à l'Univers au niveau moléculaire, avec une telle force et un tel impact qu'il s'était trouvé dans un état de grâce pendant trois jours, ce qui l'avait résolument transformé. La Perspective cosmique (ou l'Overview Effect de Frank White) est un sujet central pour l'Exopsychologie. Comment peut-on produire cet effet, afin que les gens suffisamment préparés soient capables de bénéficier d'un saut quantique qui change les perspectives de leurs capacité intuitives ? Mais ce peut être le sujet d'un autre article. Je préfère vous transmettre le message d'Edgar Mitchell, concernant les extraterrestres, tel qu'il l'a abordé pour notre petit groupe d'une trentaine de personnes (dont le Dr. Raymond Moody).

Edgar Mitchell

Le Dr. Mitchell a fait plusieurs allusions aux extraterrestres. Il a déclaré par exemple, comme si c'était une évidence : "Nous avons été visités, et les Aliens sont présents sur Terre." Il a aussi raconté que selon l'une de ses sources, nous avons rétro-conçu certaines technologies aliènes, et nous avons la capacité de voyager au-delà du système solaire. Il a évoqué la croissance exponentielle de la population humaine, dans un espace déterminé, et déclaré que nous étions à la croisée des chemins dans l'histoire, avec le besoin impératif de remporter ce défi. Il a ajouté : "Heureusement, la présence aliène doit nous aider à réussir."

Au moment des questions, j'ai pu poser celle qui me motivait le plus : "Dr. Mitchell, vous avez mentionné plusieurs fois les extraterrestres. Je suis intéressé par tout ce qui peut éveiller les gens, et contribuer au changement de paradigme dont vous parlez. Je ne vois rien de mieux pour réveiller les gens que d'évoquer la présence extraterrestre. Veuillez nous dire si vous êtes là pour simplement nous transmettre une information que vous avez recueillie, ou bien êtes-vous conscient de jouer un rôle dans le processus délibéré de la Divulgation ?"

Il a répondu sans hésiter : "Je fais partie d'un processus de divulgation délibéré. D'ici quelques années, l'ouverture va se produire tout naturellement."

Il a expliqué qu'une partie de l'information provenait de la "vieille garde" des habitants de Roswell, qui lui avaient parlé du crash de la soucoupe, comme d'un secret gènant "qu'on n'a pas envie d'emporter dans la tombe". Mais il a tenu à faire la différence avec les autres informations qu'il était allé chercher au Pentagone, notamment chez le responsable du renseignement du Commandement inter-armes. Il a décrit comment, en fait, il s'était invité dans le premier cercle, ou du moins qu'il l'avait pénétré.

J'ai été frappé de voir comment il avait répondu à mes questions. Il s'exprimait avec assurance, et véhiculait une telle certitude qu'elle devait s'enraciner très profondément.

C'est une chose de le regarder s'exprimer sur YouTube, et c'est totalement différent de l'entendre vous dire en face que les Aliens sont ici. Je pense que c'est comme se retrouver face à un Ovni, après avoir vu des photos. A ce stade, vous ne doutez plus.

En ce qui me concerne, l'hypothèse du Complexe Militaro-Industriel (CMI) soutenant le processus de la Divulgation m'avait déstabilisé. Serait-il possible que le Dr. Mitchell ait été amené à penser qu'il faisait partie du processus, alors qu'en réalité il serait l'objet d'une vaste campagne de désinformation destinée à préparer une opération sous faux drapeau, où les pouvoirs mettraient en scène une fausse invasion aliène pour consolider leur contrôle et installer un gouvernement fasciste mondial ?

Edgar Mitchell

Mais il est facile d'échafauder toutes sortes de scenarios pour lesquels nous n'avons aucune preuve tangible. Au final, nous devons nous contenter de souhaiter que le processus de la Divulgation serve à rectifier une ère de secret paranoïaque justifiée par la Guerre Froide.
Un autre participant a demandé au Dr. Mitchell si la Divulgation était orchestrée par les humains, ou les aliens, et Mitchell a répondu que les deux parties étaient peut-être impliquées.

Une fois encore, notre imagination peut élaborer divers scenarios. Il est facile d'accepter la parole d'une autorité comme le Dr. Mitchell, puis on se dit que le recours à l'autorité est un procédé classique pour influencer les gens, et c'est une technique souvent utilisée par les publicitaires.

Je lisais le livre "UFO Stories - Mysterious Visitors", de Brinsley LePoer Trench, ancien éditeur de la Flying Saucer Review.

The Flying Saucer Story

A l'époque, en 1973, il écrivait avec espoir : "Il y a des signes que nous approchons du dénouement." (la Divulgation). Trente et quelques années plus tard, nous nous répétons la même chose. Le processus de la Divulgation ne serait-il qu'une pensée pieuse de la part des ufologues, exploitée par les experts manipulateurs du CMI, pour les maintenir dans un état d'attente, au lieu de poursuivre leurs recherches ? Bien sûr, tout est possible, mais quelle est la vérité ?

La bonne nouvelle est que nous ne tarderons pas à connaître la vérité. Je peux vous en assurer, en me basant sur des réalités :
* la croissance de la population atteint des niveaux alarmants,
* les changements climatiques préparent le terrain pour des pandémies, des migrations massives, et des mouvements sociaux,
* la vie océanique a été décimée à près de 90%,
* les banquises fondent à une vitesse prodigieuse, menaçant des centaines de millions d'individus.

Ca signifie que nous sommes arrivés à un point critique, et si le facteur extraterrestre n'intervient pas, pour nous aider à changer toutes nos attitudes dans la conduite des affaires humaines, nous risquons de connaître des temps très très difficiles.

Pourquoi alors aurions-nous besoin du facteur extraterrestre ? Parce que le nationalisme, et la souveraineté anthropocentrique sont trop profondément ancrés pour être éradiqués, à moins d'employer la force brute ou des moyens habiles. Il y a au moins deux possibilités pour la mise en place d'un gouvernement mondial : l'établissement d'un gouvernement supra-national autoritaire/aux mains des compagnies privées, par un complot organisé, ou bien la mise en place d'un gouvernement éclairé avec l'aide des extraterrestres.

Glenn Gould, dans un article pour The American Chronicle, a essayé d'envisager comment la Divulgation pourrait se mettre en place. Il pense que l'humanité n'entendra parler de divulgation qu'au moment où elle sera émotionnellement prête à l'accepter, c'est-à-dire quand nous serons dans une situation désespérée, et prêts à accepter tout ce qui pourrait améliorer notre situation. Ses réflexions peuvent paraître sombres, mais elles me semblent intéressantes.
Il écrit : "La fin de l'Embargo sur la Vérité signifie ipso facto la fin d'un gouvernement humain tel qu'on le connait. C'est le véritable cadeau que nous attendons, consciemment ou non. Nous attendons l'abdication (perçue) de l'hégémonie humaine sur cette planète. En fin de compte, c'est ce que nous demandons."

Glenn Gould

Michael conclut : "Je suis d'accord avec Glenn quand il écrit : "De toutes manières, la Révélation est inévitable. La vérité prévaudra." Etes-VOUS prêt pour la Divulgation ?" - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post

Vendredi 12 Juin

juin 12th, 2009 Posted in Juin 2009 | Commentaires fermés sur Vendredi 12 Juin

Troisième et dernier volet de l'enquête d'Anthony Bragalia sur la connexion entre l'Institut Battelle et l'incident de Roswell.

Le métal à mémoire de forme retrouvé dit-on à Roswell a-t-il été secrètement "fourni" à l'industrie pour qu'elle exploite ses avantages potentiels ? Comment cette technologie aurait-elle été transférée sans révéler son origine ? Pourquoi a-t-on procédé sur le Nitinol à des expériences bizarres d'action sur la matière, en faisant appel à des sujets psi au service du gouvernement ? Quel est le sens caché de ce métal capable de changer de forme ? L'enquêteur présente les conclusions d'une longue recherche.

L'histoire officielle du Nitinol n'est pas la vérité

Les européens qui dans les années 30 avaient procédé à des tests sur ce métal avaient observé que certains alliages (avec de l'Aluminium) pouvaient manifester une "pseudo-élasticité". En fait - depuis que l'homme avait commencé à utiliser le feu pour forger le métal - il savait que "l'état du métal" pouvait être modifié.

Mais les études conduites par Battelle pour Wright-Patterson à la fin des années 40 sont d'un ordre très différent. Elles montrent que l'armée américaine examinait pour la toute première fois un type de métal dont la structure avait vraiment la faculté de se remettre en place. Et ces études avaient commencé juste après le crash de Roswell, où des matériaux semblables auraient été récupérés.

Nitinol

Il est important de remarquer que, même après plusieurs décennies, le Nitinol formé de Nickel et de Titanium est toujours ce matériau de référence qui sert à définir un "métal à mémoire de forme".

Toutes les observations antérieures de la "pseudo-elasticité" portaient sur des alliages qui n'étaient pas à base de Nickel et de Titanium - et qui n'avaient pas été réalisés pour ces propriétés. Toutefois, le Nitinol est devenu un élément essentiel pour fabriquer toutes sortes de choses, depuis les branches de lunettes aux ailes d'avions, en passant par les implants médicaux.

On considère habituellement que le Nitinol a été découvert "par hasard" au début des années 60 dans les labos de l'U.S. Naval Ordnance, situés dans le Maryland, et que ses co-inventeurs sont les Drs. Wang et Buehler. Mais la véritable histoire du Nitinol a été volontairement dénaturée - et elle ne tient pas route.

En vérité, les premiers examens sur ce remarquable alliage de Nickel et de Titanium remontent bien des années auparavant, à la fin des années 40, après le crash de Roswell. Et ces travaux avaient été réalisés par quelqu'un d'autre - au Battelle Memorial Institute, dans l'Ohio. Cette recherche avait été engagée sous contrat, à la demande de Wright Patterson - la base de l'Air Force où précisément les débris avaient été acheminés.

L'année de la découverte est imprécise

L'un des problèmes qui apparait tout de suite dans l'histoire "officielle" du Nitinol c'est l'année précise de sa découverte. Faites simplement une recherche sur le mot Nitinol, avec au choix l'une de ces années : 1958, 1959, 1960, 1961, 1962 ou 1963. Les résultats indiqueront des sites qui affichent chaque fois cette année comme étant celle de la "découverte" du Nitinol. Même les co-inventeurs officiels, William Buehler et Frederick Wang, avaient évoqué différentes années alors qu'ils travaillaient au Naval Lab. Les revues scientifiques et les articles de la grande presse indiquent des années différentes. Quand je me suis adressé à Wang, il a ri de manière bizarre et il a reconnu qu'il n'était pas très sûr de l'année, en ajoutant qu'il lui faudrait y réfléchir !

Plusieurs prétextes ont été avancés sur sa découverte

On nous donne au moins trois raisons complètement différentes pour expliquer comment on avait été amené à s'intéresser au Nitinol. Buehler avait déclaré qu'il effectuait des recherches sur des alliages métalliques qui pourraient servir à fabriquer des cônes d'avions. Mais un article de Time Magazine en 1968 le cite en train d'expliquer qu'ils essayaient de trouver un matériau non-magnétique, non-corrosif, qui servirait à démanteler des mines.

Récemment, un scientifique qui avait travaillé au Lawrence Berkeley m'a raconté qu'il avait examiné le Nitinol au National Lab. On lui avait alors dit que ce matériau avait été mis au point alors qu'on essayait de créer de nouvelles coques de sous-marins.

Des explications divergentes autour de cette découverte

Dans la plupart des récits, l'explication de la découverte "accidentelle" du Nitinol consiste à nous dire que "quelqu'un avait commencé à s'ennuyer et avait craqué une allumette pour voir si ça ferait quelque chose". Le Nitinol requiert de l'énergie - comme de la chaleur - pour changer de forme.

Mais selon un autre récit, un chercheur nommé "RCW Wiley" aurait placé un alliage de Nickel et de Titanium dans une machine de test de résistance, créant une bosse. Wiley chauffa le morceau, pour voir si la chaleur aurait un effet, et - à sa grande surprise - la bosse disparut. Personne ne précise si on avait purifié le Titanium au très haut niveau requis pour faire du Nitinol.

Une autre raison a été avancée mais oralement par le co-inventeur William Buehler. Il a raconté que pour une raison obscure il avait un jour emporté une bande de l'alliage pour participer à une réunion de direction au Naval Lab. Il jouait avec ce matériau entre ses doigts, et un collègue nommé David Muzzey (sur lequel on n'a jamais rien trouvé) a avancé un briquet - ou une allumette - pour voir ce qui se passerait... Et voilà, le Nitinol !

Buehler n'est pas clair, et il offre deux explications diamétralement opposées à propos de ce matériau. Tantôt il en parle comme d'une découverte "concertée", et dans une autre circonstance il déclare à un journaliste que c'est un geste imprévisible qui a révélé ces propriétés.

http://www.ovnis-usa.com/VIDEOS/NitinolWire.flv

Vers la fin de sa vie, dans une version destinée à la postérité, Buehler s'était presque métaphysiquement exclamé qu'il avait été "attiré" par cet alliage. Lorsqu'il avait frappé sur un échantillon, Buehler raconte qu'il avait "résonné de manière admirable" et il avait ajouté que "l'alliage équiatomique de Nickel et de Titanium avait signalé acoustiquement ses particularités exceptionnelles." On ignore toujours comment il a su que le Titanium devait être pratiquement pur à 100% - ou que la température, la pression et autres spécificités doivent être précisément requises pour créer du Nitinol, puis que l'énergie doit lui être appliquée d'une certaine manière.

Battelle a fourni à l'U.S. Navy la technologie du Métal à mémoire de forme de Roswell

Comme nous l'avons expliqué précédemment, le Dr. Howard Cross - métallurgiste chez Battelle et à la fois chercheur ufologue qui avait secrètement participé au Project Blue Book - avait très probablement dirigé l'analyse des débris de Roswell. Dès 1948, Cross avait "alimenté" l'information technique sur la préparation particulière du Titanium (pour parvenir à faire du Nitinol). Cross a signé un rapport technique de synthèse, titré "Titanium Base Alloys." Il l'avait remis à l'Office of Naval Research en Décembre 1948. Le Naval Lab est le laboratoire ou le Nitinol avait été "officiellement" découvert plusieurs années plus tard.

En fait, un article scientifique du "co-inventeur officiel du Nitinol", le Dr. Frederick Wang, nous confirme qu'il avait "reçu" l'information nécessaire sur l'alliage grâce au rapport initial de Battelle sur le métal à mémoire de forme qui avait été rédigé peu après le crash de Roswell. Dans la note de pied de page No. 6 de son papier intitulé "On the NiTi (Nitinol) Martensitic Transition, Part 1 1972 Naval Ordnance Laboratory, White Oak, MD", le Dr Wang cite le document Battelle de 1949 qui a pour titre "Second Progress Report" on Nickel-Titanium system" et dont les auteurs sont les scientifiques de Battelle, Craighead, Fawn et Eastwood.

Diagramme

Je me suis adressé au Dr. Wang pour lui poser quelques questions au sujet de sa recherche. Quand j'ai abordé le sujet du rapport Battelle de 1949 auquel il avait fait référence dans la note de pied de page de son étude sur le Nitinol, Wang s'est muré dans le silence et visiblement ne souhaitait pas répondre.

J'ai du insister, et il a répondu : "Ca devait faire allusion au Diagramme de Phase sur le Nickel et le Titanium." Un tel diagramme comportait les indications nécessaires pour "amalgamer" des métaux, et c'était indispensable pour parvenir à créer un alliage. Il détaille les "frontières" propres à chaque composant lorsqu'on tente de les associer.

La température, la pression et autres paramètres y sont précisés et servent à déterminer le bon mélange. Cette information était absolument nécessaire pour fabriquer du Nitinol.

Lorsque j'ai demandé à Wang qui lui avait fourni le rapport Battelle, sa seule réponse fut qu'il "l'avait reçu de son supérieur, lequel l'avait sans doute obtenu d'une autre agence." J'ai ensuite dit à Wang que ce rapport Battelle était maintenant "introuvable" malgré toutes les recherches, et il s'est contenté de répondre : "Hé bien, je n'ai pas d'information à ce sujet". J'ai aussi demandé à Wang s'il avait connu l'un des scientifiques qui avait travaillé sur la rapport Battelle (Craighead.) Wang a alors admis : "J'ai connu Craighead."

J'ai ensuite dit à ce scientifique maintenant assez âgé que son Nitinol ressemblait beaucoup à un métal à mémoire de forme que de nombreuses personnes avaient remarqué sur les lieux du crash d'un objet non-identifié à Roswell, NM en 1947. Le scientifique ne m'a pas répondu qu'il ignorait tout de l'incident de Roswell - ou qu'il ne voyait pas de quoi je voulais parler. Il n'a pas non plus écarté ce scenario comme une hypothèse ridicule ou infondée. Au lieu de cela, Wang est resté totalement silencieux. Après une longue pause, il m'a simplement dit : "Je n'ai aucun commentaire à faire à ce sujet." Comme je n'avais rien à perdre, j'ai alors rapidement mentionné mes découvertes sur la connexion Battelle-Roswell. Il a seulement répété : "Je viens de vous dire que je n'aborderai pas ce sujet."

Garder le secret en transférant la technologie

La clé pour protéger l'origine d'un tel secret technologique est la "compartimentalisation." On ne diffuse que des bribes d'information, des petits bouts - jamais la vue d'ensemble. Parfois, on ne partage que l'information technique rassemblée par d'autres sur des éléments épars - mais jamais les éléments eux-mêmes.

On distribue l'information en différents endroits. Ca ne se fait pas d'un coup, mais c'est étalé dans le temps.

On la donne à ceux qui disposent d'accréditations de haute sécurité, et seulement aux personnes qui justifient d'un "Besoin de savoir". Mais l'essentiel est de ne jamais révéler le contexte, où la source même de votre information.

Nitinol

On "enrobe" cette technologie de telle sorte qu'elle apparaisse comme faisant partie d'une recherche plus vaste. Des décennies plus tard, la vérité restera cachée et encore moins accessible.

C'est de cette manière que travaillent aujourd'hui les scientifiques sur les alliages à mémoire de forme, afin qu'ils ne puissent appréhender l'histoire secrète de leurs travaux. On peut penser que même les inventeurs "officiels" du Nitinol, au Naval Lab, ont ignoré l'incidence de Roswell sur leurs recherches (bien qu'ils aient pu se poser la question).

Porous metal

Il est hors de question qu'on publie un jour un rapport déclarant simplement et ouvertement : "C'est un matériau que nous avons récupéré à Roswell !". C'est seulement en examinant de près l'histoire des sciences, plusieurs décennies plus tard, qu'on peut parvenir à établir ces connexions au sujet du métal de Roswell. La vérité s'est révélée dans une banale note de pied de page, relevée dans une étude réalisée pour le compte de l'armée - au cours d'une enquête minutieuse.

On s'aperçoit maintenant que l'essentiel du travail sur les débris de Roswell avait été adroitement dissimulé dans une recherche effectuée sous contrat avec l'armée, au prétexte d'une étude sur des métaux conventionnels utilisés à l'époque pour l'aviation et la marine. La dissimulation était parfaite.

Personne n'aurait suspecté que ces recherches avancées sur un tel matériau - inspirées en fait par Roswell - aient eu une importance particulière. "Ca ne devait être qu'un élément d'un programme."

En sous-traitant des parties de ces travaux, on s'assurait que personne ne ferait un quelconque rapprochement avec un incident récent. Les rapports sur ces études du matériau pouvaient être facilement assimilés aux recherches habituelles conduites pour les militaires.

Le métal intéresse la NASA qui pourrait le renvoyer dans l'espace

L'un des objectifs ultimes de ces travaux sur le métal à mémoire de forme était de le faire servir pour des missions spatiales. Il avait été récupéré sur un engin à Roswell - et il devait finalement être utilisé - à travers la NASA - pour nous permettre la réciproque.

Ce qui le confirme :

- William Buehler, l'un des co-inventeurs "officiel" du Nitinol a raconté en privé qu'après sa "découverte", la NASA avait "indépendamment choisi de confier à Battelle des études plus poussées pour "caractériser" le Nitinol." Buehler, rassemblant ses souvenirs, a révélé deux choses : dans les années 60, l'Institut Battelle était toujours en charge de diriger des études sur ce matériau, et c'est la NASA qui "était aux commandes" pour déterminer les axes de recherche.

- Quelqu'un a été engagé sous contrat par l'U.S. Naval Lab pour conduire des tests d'influence mentale sur le Nitinol et essayer de le plier. Il a témoigné que les gens de la NASA étaient présents. Il m'a récemment accordé une interview, et ma déclaré : "Des gens en civil de la NASA ont assisté à tous les tests. Je ne pouvais comprendre pourquoi." J'y reviendrai en fin d'article.

- La NASA a essayé de développer l'utilisation de ce matériau pour la réalisation de ses vaisseaux. Elle était très intéressée par un métal qui s'auto-répare, ou qui garde la mémoire de sa structure. Si ce métal pouvait changer de forme, la structure de l'engin pourrait s'adapter aux modifications de l'environnement qu'il traverse. Si le métal répond aux sollicitations mentales, elle pourrait envisager de mettre au point de nouveaux types de commandes et de nouveaux systèmes de navigation. Ce serait la réalisation d'une interface exceptionnelle entre l'esprit et la machine.

- Une video extraordinairement parlante prouve que la NASA cherche à perfectionner ces métaux à mémoire de forme, qualifiés d'intelligents et "adaptables" pour réaliser ses vaisseaux. Ce film de transfert de technologie, est présenté par le Center for Excellence in Materials de la NASA.

On y voit toutes les possibilités de ce matériau : absorber l'impact d'un crash, ou être utilisé comme un nouveau type de servocommande.

On peut même s'en servir pour concevoir des avions avec des ailes variables et mobiles !

Ca pourrait également expliquer qu'un engin paraissant petit de l'extérieur puisse sembler plus grand à l'intérieur.

http://www.ovnis-usa.com/VIDEOS/NASAMorphingMetal.flv

Les servocommandes et les revêtements constitués de matériaux à mémoire de forme peuvent parvenir à créer cet effet.C'est du moins ce qu'ont rapporté des personnes qui prétendent avoir visité l'intérieur de ces vaisseaux.

L'esprit, la matière, et le morphing

Cet alliage si particulier des métaux a fait l'objet de tests au début des années 70, conduits par le gouvernement américain, afin de voir si l'esprit humain pouvait avoir une influence sur lui ! C'est ce qu'a révélé un rapport technique de synthèse qui date de plusieurs décennies, retrouvé à l'U.S. Naval Lab. La "psychokinèse" pouvait-elle agir sur lui ? Un "métal intelligent" comme le Nitinol pourrait-il réagir à une forme d'énergie psychique d'un individu conscient ?

Le scientifique Eldon Byrd fut employé par l'U.S. Naval Lab et d'autres agences gouvernementales pendant des décennies. Dans son article "Influence on Metal Alloy Nitinol" (1973 Naval Surface Weapons Center, White Oak Laboratory, Silver Spring, MD) Byrd raconte les tests auxquels ont avait procédé cette année-là, avec des "sujets psi", pour essayer de modifier la résistance du matériau, le déformer de façon significative, ou d'altérer ses propriétés magnétiques. Les tests avaient été en partie concluants.

Mind matter

Le matériau avait été solidement contraint dans une position, afin de l'empêcher de "revenir en arrière". On avait observé des modifications microscopiques dans la structure du matériau, à l'endroit de la contrainte. Or il est nécessaire de faire intervenir de l'énergie pour produire un changement dans le métal. D'ordinaire c'est la chaleur. Mais on a observé que "l'énergie mentale" pouvait également avoir un effet.

Chose extraordinaire, Eldon Byrd a révélé que c'est son collègue le Dr. Fred Wang, co-inventeur "officiel" du Nitinol, qui avait conduit ces tests ! Ainsi que nous l'avons vu, c'est aussi le Dr. Wang qui rédigea la note de pied de page qui se référait au rapport Battelle de 1949 (devenu introuvable). Le scientifique qui menait les tests psychiques était le même qui avait eu accès au rapport rédigé à la fin des années 40 sur ce métal, très probablement inspiré par les débris du crash de Roswell !

Il y a quelques années, en s'entretenant avec le sceptique Martin Gardner, Wang avait nié qu'il ait pu être présent au Naval Lab pendant que ces étranges tests avaient lieu. Mais Eldon Byrd maintient son témoignage. Dans une interview réalisée en 2001, Byrd déclare que le scientifique a menti. Byrd estime que Wang "a cédé à la pression qu'on a exercé sur lui", et il ajoute : "Il a fait ces tests. On m'a communiqué les résultats sous forme de photos et de tirages aux rayons-X." Quand j'ai demandé à Wang ce qu'il pensait des affirmation de Byrd, il n'a pas essayé cette fois de nier qu'il était présent, mais il s'est contenté de répondre : "Byrd raconte beaucoup de choses".

Le sens caché du métal à mémoire de forme

Le métal à mémoire de forme pourrait bien être ce matériau dont sont faits les Ovnis qui semblent changer de structure. Ca serait une explication. Et il est très probable que ce matériau constitue certains des débris récupérés à Roswell.

Mais le métal de forme a un autre sens beaucoup plus profond. Son intérêt est dans son adaptabilité. Il représente "le potentiel du changement". Ces sortes de matériaux manifestent la valeur de l'adaptation. Sans cela, la vie cesse. Le meilleur matériau s'adapte en fonction de son environnement. La mémoire de forme des débris de Roswell montre la capacité du métal de "se souvenir" et nous rappelle que l'Univers est en perpétuelle transformation. Il témoigne que l'Univers a des possibilités infinies. Et cette transformation permanente est produite par l'interaction sans fin de la Matière, l'Energie, et l'Esprit. - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post

Jeudi 11 Juin

juin 11th, 2009 Posted in Juin 2009 | Commentaires fermés sur Jeudi 11 Juin

Déclassification en Uruguay - Un article de Daniel Iglesias pour El Pais, un grand quotidien en espagnol de Montevideo : "l'Air Force déclassifie ses dossiers Ovnis, l'hypothèse ET n'est pas écartée."

"Le phénomène des Objets volants s'est souvent manifesté en Uruguay. Trente ans après le début des recherches, 40 cas restent inexpliqués.

La majeure partie des dossiers ont été déclassifiés, et les journalistes de EL PAIS ont pu y avoir accès.

L'Air Force d'Uruguay ne publiera pas ses conclusions dans un "Blue Book", mais accède aux demandes de consultations.

La commission de l'Air Force qui étudie ces affaires est en place depuis quelques décennies, mais le phénomène Ovni en Uruguay a commencé en 1947, en même temps que l'engouement mondial pour ce sujet a démarré.

El Pais

Bien que l'Uruguay n'ait rien de commun avec Roswell, c'est une région qui semble favorable à l'observation des objets volants non-identifiés, selon le Colonel Ariel Sanchez, un officier qui a servi 33 ans dans l'Air Force. Il préside aujourd'hui le CRIDOVNI, la commission d'enquête officielle de l'Uruguay fondée en 1979.

L'agence dispose d'un petit bureau à Montevideo et gère une base de données informatisée; elle enregistre également des archives qui seront ensuite numérisées. Des centaines de dossiers de couleur verte, estampillés "Confidentiel", renferment des témoignages oculaires, des photos, des croquis, diverses pièces annexes, et des évaluations rédigées par des enquêteurs.

Des affaires non résolues. La collection de rapports augmente d'environ 100 cas par an. La commission a enregistré 2.100 rapports sérieux, sur lesquels elle a mené des recherches, et de nombreuses affaires ont été écartées pour diverses raisons. Mais une quarantaine de cas demeurent inexpliqués. Ces dossiers n'ont pas été clos. On y trouve des observations, des témoignages d'Ovnis au sol, et aussi des rapports d'abductions.

La tâche de cette commission militaire est de rassembler les données et d'en tirer quelques conclusions sur leur véracité et la nature du phénomène. Ils ont obtenu des résultats intéressants, comme le rappelle un officier : "La commission a constaté des modifications dans la composition chimique du sol, à l'endroit où des atterrissages avaient été rapportés. Le phénomène doit être étudié. Il pourrait d'agir de particularités constatées dans la basse atmosphère, l'intervention d'engins d'autres nations, ou même des éléments qui valideraient l'hypothèse extraterrestre.

El Pais

On pourrait avoir affaire à des sondes de contrôle venues de l'espace, de même que nous envoyons des modules pour explorer des mondes lointains". Sanchez a déclaré : "Ce pays considère sérieusement le phénomène Ovni. Je dois souligner que l'Air Force, après les analyses scientifiques, n'écarte pas l'hypothèse extraterrestre".

La commission a toutefois conservé certains documents.

La FAU (Air Force d'Uruguay) a maintenant déclassifié toutes ses informations, même les dossiers marqués "confidentiel". Seule l'identité des témoins a été préservée. On y trouve toutes sortes de récits.

Par exemple ce cas dans le Département de Durazno, où le témoin a signalé l'endroit d'un atterrissage d'engin. En analysant la composition du sol, on a découvert une augmentation de plusieurs minéraux, dont du chrome, du manganèse, du phosphore et du carbone. Les chercheurs ont pu en déduire que l'évènement avait bien eu lieu.

Parmi ces annales militaires un autre dossier attire l'attention : la manifestation de deux sphères rougeoyantes, volant silencieusement au-dessus de deux gardiens de bestiaux. Les objets s'étaient déplacé à grande vitesse dans des directions opposées, et avaient filé très rapidement vers l'ouest.

Les mois les plus propices aux manifestations de ces objets sont Février, Mars, Juillet et Octobre. En Février 2009, la commission a reçu de nombreux rapports avec des photos numériques. Sanchez explique que les photos ou les films ne sont pas un facteur déterminant, compte tenu des possibilités de trucage.

Les affaires non résolues présentent, selon la FAU, un très haut niveau d'étrangeté. Par exemple, en 1986, deux avions de combat Pucara avaient poursuivi une sphère lumineuse au-dessus du barrage de Palmar. Les pilotes avaient décidé de l'intercepter. La sphère s'était alors éloignée en direction de l'Argentine à une vitesse impressionnante. Alors qu'ils retournaient à la base, la sphère était réapparue au-dessus du barrage. Mais la chasse avait tourné court une nouvelle fois, et la sphère fila en changeant de couleurs, passant du rouge au jaune.

Un groupe de pilotes militaires s'était trouvé dans la même situation en 1996. Ces observateurs qualifiés effectuaient des exercices au-dessus de la base de Santa Bernardinao. Comme leurs collègues en 1986, ils ont vu deux sphères lumineuses, dont la présence fut attestée par la tour de contrôle.

Alors que les objets s'éloignaient, leur forme et leur luminosité restèrent identiques, ce qui permit de confirmer leur forme sphérique. Peu après, les pilotes remarquèrent que leur brillance diminuait, et seuls les contours restèrent lumineux

Ariel Sanchez, photo G. Bourdais

Sanchez remarque : "Ce n'étaient pas des satellites, parce qu'ils ne volent pas en formation ni aussi bas, alors que ces objets se trouvaient à environ 3.000 mètres d'altitude, et la luminosité des satellites ne diminue pas de cette façon".

On notera également le récit de l'équipage d'un avion de ligne - un vol domestique en provenance du Paraguay - qui avait été poursuivi par une puissante source lumineuse en 1979. Cette lueur avait même été photographiée par les passagers.

L'Air Force a collecté également des rapports visuels de douzaines d'animaux mutilés dont les carcasses portaient des marques d'incisions réalisées avec une précision chirurgicale. Ces rapports remontent à 2002. Aucune explication rationnelle n'a pu être fournie, mais les chercheurs de la commission militaire suggèrent une hypothèse selon laquelle ce serait relatif à une attaque biochimique survenue en Argentine, où 700 animaux avaient été retrouvés mutilés. Selon un officier : "Les vents soufflant de l'ouest pourraient avoir porté ces produits". La FAU n'écarte cependant pas la possibilité d'une cause extraterrestre.

Les statistiques des militaires montrent que le profil des témoins est majoritairement celui de jeunes hommes jusqu'à 45 ans. Elles indiquent également que beaucoup de cas se produisent aux premières heures de la soirée, et impliquent généralement une seule personne.

Les rapports de sphères lumineuses représentent 49% des observations; à peine 2% signalent avoir vu les occupants de ces engins. Mais l'Uruguay ne méconnait pas les rencontres rapprochées du IIIème type. Le plus inquiétant dans ces affaires, ce sont les cas d'abduction où des humains seraient enlevés pour subir divers examens.

Parmi les autres cas inexpliqués, celui de Playa Pascual, en 1980 : un campeur se trouvait une nuit sur la plage et de petits êtres l'ont enlevé par surprise. Ils l'avaient immobilisé et porté dans un engin, où il a été soumis à un examen médical.

Au réveil il était dans sa tente et pouvait difficilement bouger. Un autre cas de "temps manquant" a été signalé par une famille qui était en voiture : un vaisseau les a survolés et s'est posé sur la route, juste devant eux. Ils n'avaient gardé aucun souvenir de ce qui leur était arrivé pendant plusieurs minutes." - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post

Mercredi 10 Juin

juin 10th, 2009 Posted in Juin 2009 | Commentaires fermés sur Mercredi 10 Juin

On a déjà parlé deux fois du Google Lunar X Prize, doté de 30 millions de dollars au total, qui stimule depuis septembre 2007 les entreprises privées pour retourner sur la Lune, 40 ans après les missions Apollo.

Chaque équipe atteignant notre satellite doit y déposer un robot, capable de se déplacer d'au moins 500 mètres et renvoyer un flux video en haute définition vers la Terre.

Pete Bitar est à la tête de l'équipe Lunatrex, l'un des 17 projets en compétition : "Je pense que nos chances sont assez bonnes. Notre approche est peu coûteuse, et très réaliste. Elle nous offre une large marge d'erreurs..."

Lunatrex

Lunatrex ne se lance pas dans une course de vitesse : il utilisera la faible poussée de la propulsion ionique, qui devrait permettre à son module d'atteindre la Lune en quelques mois, parce qu'il devra acquérir une vitesse suffisante en orbite terrestre, avant de se diriger vers son objectif.

La sonde Deep Space 1 de la NASA a déjà utilisé cette technique. La propulsion électrique consomme beaucoup moins de carburant que les autres moyens conventionnels.

L’Agence Spatiale Européenne avait lancé la mission Smart-1 vers la Lune en 2002. L'Agence spatiale européenne souhaitait produire des appareils d'observation plus petits et moins chers que ceux de la NASA. L'équipe de Lunatrex considère que la lenteur de l'opération a d'autres avantages :

Lunatrex module

"Toutes les corrections nécessaires se feront sur plusieurs semaines, au lieu d'avoir à réagir en quelques minutes comme les autres lanceurs."

Les concepts de rovers développés par la compagnie sont également originaux. Il s'agit entre autres d'un icosahèdre avec 12 pattes télescopiques qui peut se déplacer dans toutes les directions. Les pattes serviront en même temps d'antennes de transmission.

La forme centrale est une sphère, couverte de panneaux solaires, et contenant 4 caméras. Cet engin très étrange devrait être capable de transmettre des vues composites en haute définition et à 360 degrés. Il pourrait parcourir 200 à 240 mètres par heure.

L'équipe envisage également de réaliser un module atterrisseur qui serait ensuite utilisé comme rover. Lunatrex a même envisagé d'envoyer plusieurs missions lunaires simultanées, en espérant remporter la première et la seconde place du X PRIZE, et s'attribuer le total des sommes en jeu, soit 30 millions de dollars.

L'équipe a d'autres ambitions, au-delà du X PRIZE : "Nous pensons réaliser quelques avancées intéressantes dans le cours du processus."

Plusieurs inventions de Bitar ont déjà attiré l'attention. Sa compagnie XADS (Xtreme Alternative Defense Systems) a obtenu plusieurs contrats de l'armée américaine pour développer des armes non-léthales et des Armes à Energie Dirigée (DEW) utilisées contre les matériels.

La branche Airbuoyant a commencé à commercialiser le VertiPod, un véhicule ultra-léger qui pourrait se présenter comme une sorte d'hélicoptère individuel, mais dont les premiers essais étaient peu convaincants.

Pete Bitar pense cependant que les bénéfices réalisés avec le VertiPod - et le VertiScooter - le mèneront sur la Lune. - Source

Vertipod

Compléments & Commentaires

Share This Post

Mardi 9 Juin

juin 9th, 2009 Posted in Juin 2009 | Commentaires fermés sur Mardi 9 Juin

Il y a un moment qu'on n'entendait plus parler du Dr Steven M. Greer, fondateur et directeur du Disclosure Project. L'impact de ses efforts en Mai 2001 pour présenter des dizaines de témoins crédibles et d'informateurs devant la presse américaine avait été rapidement amorti par les évènements du 11 Septembre. Il s'est ensuite tourné vers des projets d'énergie libre, mais continue de jouer un rôle, en arrière plan, pour la Divulgation de la présence extraterrestre.

Il commence une tournée de conférences aux Etats-Unis à partir du 18 juin et jusqu'en novembre, en commençant par Denver, au Colorado. Ensuite il sera à Charlottesville VA, San Rafael/Petaluma CA, Asheville NC, ou Costa Mesa CA.

Des ateliers seront organisés sur les protocoles de contact du CSETI en prolongement des exposés. On peut constater que les manifestations observées dans ses groupes seraient plutôt de nature fluidique.

"Greer avait lancé le mouvement mondial pour la Divulgation pour en finir avec la politique du secret sur les Ovnis.

Group contact

Actuellement, il conseille des membres du Congrès américain, des Chefs d'état étrangers, et quelques personnages très prôches de l'Administration Obama. Il leur explique comment s'opére le contrôle illégal sur des programmes classifiés relatifs aux Ovnis.

Depuis au moins la fin des années 50, ces programmes ont été orchestrés par quelques responsables des milieux militaires, du renseignement, et des compagnies privées, qui se sont passés de tout agrément du Congrès ou du Président des Etats-Unis.

Steven Greer

Le Dr. Greer racontera comment il a été amené à briefer plusieurs responsables mondiaux, et il fera le point sur ses démarches en cours du côté de Washington et dans d'autres capitales mondiales.

Steven Greer a notamment briefé le Directeur de la CIA, celui de la DIA (Defense Intelligence Agency), le Directeur du Renseignement de l'Etat-Major inter-armées, et de nombreux membres du Congrès. Dans la plupart des cas, ces officiels se sont vu systématiquement refuser l'accès aux programmes relatifs au sujet Ovni.

Ces programmes ont été illégalement conduits pendant plus de 50 ans, et ils représentent une grave menace pour la Sécurité Nationale. Le secret est principalement entrenu sous l'influence et les manoeuvres de corruption des intérêts privés dans les domaines du pétrole, de l'énergie, et les secteurs financiers, parce que la Divulgation des technologies utilisées par les Ovnis - notamment leurs systèmes de propulsion - mettrait rapidement fin à notre dépendance au pétrole et au charbon.

Cette pratique du secret est non seulement illégale, mais elle a empêché l'humanité de disposer de nouvelles sources de production d'énergie très intéressantes, qui devraient rapidement résoudre la crise énergétique et les problèmes d'environnement. Au fond, la raison du secret est simple : la bonne vieille convoitise et la fascination du pouvoir..."

"Récemment", nous dit le communiqué, "le Dr. Greer a travaillé avec de hauts responsables d'un pays du G7, pour que nous parvenions à établir un vrai contact avec les civilisations extraterrestres qui sont responsables de certaines manifestations observées à travers le monde. Il abordera ces avancées historiques lors de cette tournée de conférences." - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post

Lundi 8 Juin

juin 8th, 2009 Posted in Juin 2009 | Commentaires fermés sur Lundi 8 Juin

La publication en français des récits d'AgentScully, qui se poursuit ces jours-ci grâce aux traductions de Diouf sur le Forum Ovnis-USA, montre que les phénomènes d'abductions n'entraînent pas toujours une élévation spirituelle ou une prise de conscience chez les témoins ou les "contactés".

Outre le Dr John E. Mack (1929-2004) et Budd Hopkins, sans doute les plus connus, on peut aussi s'intéresser à l'avis d'un troisième expert dans ce domaine très controversé :

Le Dr. David Jacobs, PHD, a une vision très sombre du phénomène des abductions. Sa pensée peut se résumer dans cette déclaration :

"Nous avons été envahis. Ce n'est pas une occupation, mais une invasion. Actuellement nous ne pouvons pratiquement rien faire pour l'empêcher.

Les aliens ont des pouvoirs et une technologie bien plus développés que les nôtres, et nous sommes terriblement désavantagés, incapables de contrôler le phénomène ou le modifier.

David Jacobs

Nous ignorons ce que le futur nous réserve, ni quelles sont les intentions ultimes des aliens.
Nous savons que ces enlèvements peuvent avoir des effets dévastateurs pour ceux qui en sont victimes.

The Threat

Le contact entre espèces ne se déroule pas selon un scénario que les scientitiques ou les écrivains auraient pu envisager : comme deux mondes très différents qui tenteraient de se rapprocher pour un bénéfice partagé.

Au lieu de celà, le déséquilibre est total. En fait de partager les avantages, nous assistons à la mise en oeuvre d'un programme extrêmement néfaste qui consiste en l'exploitation d'une espèce par une autre.

Nous ignorons comment ça a commencé. Et comment ça va se terminer...

L'enquête sur le phénomène des abductions m'a démontré que nos victimes sont courageuses et adaptables.

Je suis toujours stupéfait de voir que ces personnes, ayant subi des épreuves aussi terrifiantes, ont conservé un certain sens de l'humour et une forme d'optimisme.

Je suis en admiration devant leur détermination résolue de reprendre le contrôle sur leurs vies et de surmonter ces expériences d'enlèvement.

C'est le triomphe de l'esprit humain face à ces situations qui est le plus remarquable.

On me demande souvent comment je réagirais si tout ce phénomène des abductions se ramenait au seul produit d'une imagination fertile - si en fait il n'y avait pas d'enlèvements, pas d'aliens, et que tout celà n'ait jamais existé.

Si c'était le cas, je pleurerais de joie.

J'aimerais tellement avoir tort."

Secret Life

Le Dr. Jacobs est l'auteur de "UFOs & Abductions : Challenging the Borders of Knowledge" - "Secret Life : Firsthand Accounts of UFO Abductions", et "The Threat". Il est l'éditeur de "UFOs and Abductions : Challenging the Borders of Knowledge."

UFOs & Abductions

"J'ai rédigé l'essentiel des informations sur mon site web en me basant sur plus de 42 années de recherches en Ufologie. En outre, depuis 1986, j'ai conduit plus de 1.000 régressions hypnotiques avec des abductés. Je me suis efforcé de rester aussi objectif que possible, et de n'avoir aucun objectif. Je n'ai rien à promouvoir qui soit du genre New Age, ou spirituel, religieux, psychologique, ni transcendant. J'essaye de m'en tenir autant que possible à ce qui m'est présenté. Toutefois, il a pu m'arriver de commettre des erreurs.

La plupart des preuves concernant le phénomène des abductions aliènes reposent sur la mémoire humaine, qui est retrouvée lors de séances d'hypnose conduites par des amateurs. Ce sont des preuves très fragiles. Mais ça reste des témoignages, et nous en avons accumulé un grand nombre.

J'invite les lecteurs à demeurer sceptiques quant à mes propos et ceux des autres personnes impliquées, dès lors que ça concerne le domaine assez confus des abductions par des aliens, de l'hypnose, du folklore et de la mémoire. Les chercheurs du phénomène des abductions sont surtout des amateurs, qui font de leur mieux pour parvenr à la vérité, tout en sachant que cette réalité objective peut se dérober à leur sagacité."

Withley Strieber avait déjà de son côté témoigné de ses expériences traumatisantes, tout comme par exemple Betty & Barney Hill.

Compléments & Commentaires

Share This Post