Didier de Plaige

Des Evènements Incompréhensibles…1ère partie

mars 19th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur Des Evènements Incompréhensibles…1ère partie
Linda Moulton Howe

C’est dans le village de Freuchie, au centre de l’Ecosse, qu’une scène extrêmement étrange est observée : des douzaines de petits êtres gris et un vaisseau triangulaire en sont les acteurs.

Quatre ans plus tôt dans la ville proche de Tarbrax, 2 hommes en voiture aperçoivent un disque au dessus de la route et se rendront compte plus tard qu'ils ont un temps manquant d'une heure et demie.

Un habitant de la région, Malcom Robinson, a publié certaines de ses enquêtes dans son livre : UFO Case Files of Scotland, Amazing Real Life Encounters et fait part des cas les plus étranges à l'enquêtrice Linda Moulton Howe.

"Nous sommes le 23 septembre 1996, il est 20h05, à environ 50 kms de Bonnybridge, un endroit réputé pour ses témoignages d’observations d'ovnis. Mary Morisson est en voiture avec son amie Jane et son petit garçon assis à l’arrière. Ils vont au village qui est à 6 kms, acheter un paquet de café. En chemin, ils aperçoivent un objet triangulaire en position stationnaire au dessus de la route. Mary se gare et elles sont étonnées de voir cet objet émettre par le dessous deux colonnes cylindriques de lumière. Comme une danse rythmique, les colonnes tournent sous l'objet, illuminant le sol devant elles.

Ces personnes n’avaient jamais rien vu de tel, elles savaient que ce n’était ni un avion ni un hélicoptère. L'objet monte brusquement pour disparaitre rapidement. Elles continuent leur voyage, achètent le café et prennent la route du retour par le même chemin.

Cette route est peu fréquentée, le coin ne consiste que de champs de chaque coté, des bois et quelques maisons isolées de ci de là. En rentrant, elles voient de nouveau un objet triangulaire, peut-être le même, qui fonce à grande vitesse vers leur voiture. L'objet avance si rapidement que le garçon s'écrie : "Maman, maman, c’est quoi? Il va s’écraser?!" L’objet passe au dessus de leur voiture et disparait.

Elles rentrent chez elles et Jane dit à l’adolescente, une amie, qui était restée à la maison : "Tu ne vas pas croire ce que nous venons de voir près des bois là-bas ! C’est incroyable ! Un Ovni !" L'adolescente, Susan, ne les croyant pas, elles décident d'y retourner avec elle. Elles sortent de la route principale pour prendre un petit chemin qui mène au bois. Elles agissent ainsi après avoir aperçu des faisceaux cylindriques de lumière s’élever de la cime des arbres.

Il y en a environ une douzaine qui s’élèvent du sol des bois à travers les arbres et qui éclairent le ciel et les nuages. Les lumières sont rouges, bleues et vertes. La famille vit dans la région depuis toujours et n’a jamais vu ça. Elles arrêtent la voiture et regardent le ciel, il y a des centaines et des centaines de minuscules lumières scintillantes au dessus de leurs têtes.

Livre de Robinson

Au dessus de la colline, elles voient une boule de lumière orange qui n’aurait pas dû se trouver là. C'est la première fois qu'elles observent une apparition comme celle-ci.

Puis, elles prennent conscience d’une brume bleutée qui se répand sur le devant du bois et c’est là que ça devient vraiment bizarre parce qu’elles disent que dans cette brume bleutée, elles voient des centaines de petites créatures grises occupées à soulever des boites et des cylindres et à les apporter plus loin vers une clairière, dans laquelle l’une des 2 adultes dit apercevoir l’un des objets triangulaires."

L’enquêteur a demandé aux témoins si les créatures déterraient les boites :
"Elles disent voir les petites créatures soulever des boites et des cylindres du sol, ils ne déterrent pas. Ce qui ne veut pas dire qu’ils n'ont pas creusé, un seul moment de toute l’activité a été observé par les témoins qui étaient juste fascinées par les petites créatures grises".

First_Pic

"Celles-ci emportaient les boites et les cylindres vers un vaisseau triangulaire dans les bois, pas vers les faisceaux de lumière qui s'élevaient du sol un peu plus loin dans les bois. Les faisceaux semblaient être derrière le triangle qui stationnait dans la clairière. Je m'y suis rendu, la clairière est bien là.

Mary et les autres expliquent que les faisceaux de lumière ne venaient que de l'intérieur du bois et s'élevaient. Il n’y a aucune indication d'un vaisseau au dessus de la forêt envoyant des lumières vers le sol, les témoins n’ont pas vu ça.

Elles étaient à environ 500 mètres du site et rapportent qu'il y avait 2 créatures différentes, très grandes et de couleur marron. L'une se tenait à la droite de toute cette activité et l'autre à la gauche. Elles étaient très grandes, beaucoup plus que les êtres gris. Et ces grandes entités marron avaient le dos de la tête tout plat et un visage pointu. La description des témoins est très bizarre." - Source

2ème partie demain.

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

La Grande-Bretagne se désintéresse de Saturne

mars 17th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur La Grande-Bretagne se désintéresse de Saturne

La NASA n'est pas la seule agence spatiale qui subisse des restrictions budgétaires : les scientifiques britanniques qui ont fait des découvertes étonnantes sur Saturne et ses lunes vont devoir abandonner leurs recherches par manque de moyens.

La mission Cassini vers Saturne est un tel succès que la NASA va décidé de la prolonger de sept ans. Cependant, la participation anglaise va s'interrompre parce qu'une agence gouvernementale s'est désengagée du financement. Dans une lettre au Times de Londres, huit scientifiques qui travaillent sur Cassini ont dénoncé cette décision du STFC (Science & Technology Facilities Council), qui selon eux va gravement nuire aux travaux de l'astronomie britannique.

Ils accusent l'agence d'avoir rompu des partenariats internationaux et compromis l'engagement de leur pays dans des prochaines missions, tout cela pour économiser seulement 1,1 million de dollars par an.

"Les équipes britanniques travaillant pour Cassini ont découvert les volcans de glace de Encelade, la chimie organique de la haute atmosphère de Titan, et le mécanisme des aurores de Saturne. Elles sont à présent sur le point d'être demantelées, bien que leurs instruments en orbite autour de Saturne soient toujours opérationnels. Alors qu'une nouvelle Agence spatiale anglaise se met en place, le STFC a décidé de rompre ses engagements internationaux, et de compromettre la position de l'Angleterre dans les futurs programmes spatiaux multinationaux."

"La mission Cassini, qui avait atteint Saturne en 2004, a bouleversé nos connaissances sur la planète et ses lunes. Les savants britanniques étaient jusqu'ici impliqués dans le fonctionnement de cinq instruments de la sonde et le traitement des données recueillies. Avec un trou de 180 millions de dollars, le STFC a été contraint de réviser ses priorités." - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post

Les scientifiques s’intéressent aux OVNIS – 2ème partie

mars 16th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur Les scientifiques s’intéressent aux OVNIS – 2ème partie

Au fil du temps, ces trois organisations (le CUFOS, l'APRO et le NICAP) ont soit perdu de leur influence, ou ont complètement cessé toute activité. "Ainsi, en 1969, de nombreux membres de l'APRO ont fondé le Mutual UFO Network (MUFON), qui est actuellement la plus grande organisation OVNI dans le monde.

Le MUFON américain a été fondé par Walt Andrus, qui avait une longue carrière d'éducateur et directeur de la technologie au sein de l'APRO, ainsi que par l'ingénieur John Schuessler et le Dr Allen Utke.

john_schuessler

John Schuessler

John Schuessler est un ingénieur en aéronautique à la retraite qui a passé 36 ans à travailler pour le programme de vol spatial habité au sein de Boeing Corp.

Il a été administrateur et gestionnaire de projet pour les opérations de vol de la navette spatiale, et a reçu la "NASA Public Service Medal" pour son leadership et son rôle dans les laboratoires de flottabilité neutre de la NASA.

Directeur International du MUFON de 2000 à 2006, il cède son poste à James Carrion, mais reste membre du comité directeur du MUFON et consultant en aéronautique, ainsi que membre du comité médical de l'organisation.
Bien que retiré des diverses et nombreuses fonctions qu'il occupait dans l'industrie aéronautique au sein de compagnies aussi prestigieuses que McDonnell Douglas, Boeing et la NASA, il reste membre de nombreuses associations de recherche scientifique, telle que la Société pour l'Exploration Scientifique. (SSE)

Parmi les nombreux scientifiques qui composent les membres du MUFON se trouvent des chercheurs de renom comme le physicien Stanton Friedman, le physicien optique Dr Bruce Maccabee, l'ingénieur en aéronautique Dr Bob Wood, et le professeur de physique Dr Jack Kasher. J'en oublie certainement, car il y a abondance de scientifiques spécialisés à même d'aider le MUFON dans ses efforts de recherche sur les ovnis.

Le physicien Stanton Friedman est probablement le plus célèbre chercheur dans le domaine ufologique. Il a été présenté dans de nombreux documentaires sur ce sujet.

Ancien professeur de physique et d'astrophysique appliquée à l'université de Stanford, Peter Sturrock déclara déjà en 1977 : "La résolution définitive de l'énigme des ovnis ne viendra pas sans que le problème soit soumis à une étude scientifique complète et ouverte selon les procédures normales de la science établie. Cela suppose un changement d'attitude, principalement de la part des scientifiques et des recteurs d'universités."

Sturrock est aussi connu pour avoir envoyé un questionnaire à 2611 membres de la Société Américaine d'Astronomie. Sous couvert d'anonymat, la moitié d'entre ceux-ci répondirent et Sturrock enregistra 65 nouvelles observations.

Peter_Sturrock

Dr. Peter Sturrock

Enfin, il est l'instigateur de la réunion de Pocantico, sous l'égide de Laurance Rockfeller et de la SSE (Society for Scientific Exploration), visant à offrir à l'œil critique d'un panel de scientifiques de haut niveau les meilleurs dossiers ovnis.
Dans leurs conclusions, ils insistent sur le fait que "il serait souhaitable qu'il puisse y avoir un soutien institutionnel afin d'aider la recherche dans ce domaine".

Son collègue, le Dr Jacques Vallée, avait écrit des livres sur les ovnis, et la lecture de ceux-ci a fini de convaincre Sturrock que le sujet est digne d'être étudié scientifiquement. Il sentait que les scientifiques avaient un problème à comprendre les phénomènes ovnis.

Ce qui l'amène finalement a déclarer en 1987 : "Dans leurs déclarations publiques (mais pas nécessairement dans leurs déclarations privées), les scientifiques expriment généralement une attitude négative envers le problème ovni, et il est intéressant d'essayer de comprendre cette attitude. La plupart des scientifiques n'ont jamais eu l'occasion d'être confrontés à des éléments concrets relatifs au phénomène ovni.

Pour un scientifique, la principale source d'informations crédibles (autres que leurs propres expérimentations et observations) est fournie par des journaux scientifiques. A quelques rares exceptions, les journalistes scientifiques ne publient pas de rapports d'observations d'ovnis."

En 1995, l'investisseur immobilier Robert Bigelow a créé le NIDS ("National Institute for Discover Sciences").

Bigelow_genesis

Module gonflable de la "Bigelow Aerospace" en orbite

Bigelow a grandi à Las Vegas tandis que la bombe atomique était mise au point, et se souvient de sa famille et des rapports de leurs nombreuses observations d'ovnis.

Depuis, il a eu un intérêt grandissant à connaître l'origine du problème. Il a donc créé le NIDS et embauché des scientifiques pour étudier les phénomènes inexpliqués, y compris les ovnis.

Le NIDS a été dissout en 2004, lorsque Bigelow a recentré son énergie sur les technologies spatiales et a créé une nouvelle société du nom de "Bigelow Aerospace". Toutefois, il n'abandonne pas la recherche sur les ovnis.

Ainsi, Bigelow Aerospace travaille avec le MUFON et tout récemment il a été annoncé que la FAA chargeait la société de la centralisation officielle de leurs rapports d'ovnis faits par les pilotes professionnels.

Certains des scientifiques qui participaient à des projets NIDS étaient des personnalités bien connues dans le monde ufologique : le Dr Colm Kelleher, le Dr Jacques Vallée, le Dr Christopher Greene, le Dr Roger Leir, le Dr Hal Puthoff, le Dr. John Alexander, et l'astronaute Dr. Edgar Mitchell.
Biologiste moléculaire, le Dr Colm Kelleher organise encore des travaux pour les enquêtes ovnis en cours de Bigelow Aerospace.

En 2008, la SSE inclus le sujet OVNI dans sa réunion annuelle de 2008 à Boulder, Colorado. Parmi les conférenciers invités à couvrir le sujet : le Dr Bob Wood, le Dr. John Alexander, le Dr. Simeon Hein, M. Shelley Tanenbaum, et le Dr Claude Swanson.
L'ex-ministre de la défense pour le Canada,
l'honorable Paul Hellyer, a également abordé la SSE lors de cette réunion appelant, entre autres sujets, à mettre fin au secret OVNI.

Un autre chercheur connu et médiatisé qui a intégré le sujet OVNI dans ses cours est un physicien théoricien, le Dr Michio Kaku.

On peut le voir sur de nombreux documentaires récents concernant d'incroyables percées dans le domaine de la technologie de pointe et il est également un contributeur majeur à la théorie des cordes.
Dans son dernier livre, "Physique de l'impossible", il évoque l'existence de civilisations avancées. Il les classe selon le niveau de technologie auquel elles seraient parvenues; les humains étant considérés comme étant un "type 0".

Au-delà de l'astrobiologie, il a souligné dans de nombreuses interviews la nécessité de prendre le sujet des ovnis au sérieux.

Michio Kaku

Dr. Michio Kaku

Pour résumer son propos, il note que, même dans les projets tels que celui de l'Air Force et son fameux "Project Blue Book", il existe un petit pourcentage d'observations qui n'ont pas pu être expliquées. Ce qui, en proportion des milliers de rapports reçus, représente une grande quantité.

Les physiciens théoriciens croient possibles les voyages à grandes distances sur des temps courts; ainsi, avec la découverte de planètes pouvant abriter la vie, ce n'est pas inimaginable de penser qu'une civilisation plus avancée puisse déjà nous visiter.

Cet article pourrait continuer presque indéfiniment, tant il y a de scientifiques concernés par la question des OVNIS. J'ai ainsi vraiment été surpris, lorsque j'ai commencé à m'impliquer dans ce domaine, par le nombre de scientifiques et d'ingénieurs intéressés.

Je me suis retrouvé parmi les vénérables messieurs que vous vous attendiez à trouver lors d'une conférence de la NASA. Il est vrai cependant qu'il n'y a pas de grandes institutions scientifiques ou d'universités dédiées à ce sujet. Ceci est probablement la raison pour laquelle les gens croient que les scientifiques ne sont pas intéressés.

Obtenir d'une institution scientifique qu'elle s'intéresse à cette question conduirait probablement à des percées étonnantes dans ce domaine, et, avec l'intérêt constant que montrent des scientifiques de haut niveau, tels que ceux que j'ai brièvement présentés, nous pourrions bien voir cela se produire dans un proche avenir." - Alejandro Rojas - Source

Elevenaugust, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Les scientifiques s’intéressent aux OVNIS – 1ère partie

mars 15th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur Les scientifiques s’intéressent aux OVNIS – 1ère partie

Il est commun d'entendre que les scientifiques ne sont pas intéressés par le sujet des OVNIs : "S'il y avait réellement quelque chose d'intéressant, alors les scientifiques s'en occuperaient déjà..."

La réalité est que non seulement les scientifiques sont intéressés, mais ils ont aussi été les principaux promoteurs de ce sujet depuis le début de la recherche moderne sur les ovnis.

Lorsque le public a commencé à prendre connaissance des observations d'OVNI dans les années 40, l'Air Force était sur le point de débuter une enquête d'envergure sur le phénomène.

Ils ont lancé plusieurs programmes, le tout devant aboutir à l'enquête la plus vaste de l'US Air Force appelée Projet Blue Book.
Pour les aider dans leur enquête ils ont embauché l'astronome J. Allen Hynek, dès 1948 avec le projet Sign.

Le Dr Hynek n'a pas été enthousiaste sur le sujet à l'époque. Il avait déclaré : "l'ensemble du sujet semble tout à fait ridicule". Il s'est ensuite efforcé d'expliquer toutes les observations incroyables qui continuaient à être signalées par des personnes crédibles.

Un de ses debunkings les plus infâmes eut lieu en Mars 1966, lorsque des centaines de témoins dans le Michigan ont rapporté des observations sur une période de deux jours. Hynek avait tenté d'évoquer les gaz des marais. Mais à sa décharge, à l'époque, il avait déjà changé d'avis sur les ovnis, et il révéla que cette explication ridicule lui avait été imposée par les officiers militaires du projet Blue Book.

Ainsi, après avoir examiné suffisamment de cas, Hynek a commencé à penser qu'il y avait effectivement quelque chose d'autre derrière le mystère OVNI. Il a donc été en désaccord avec les conclusions de l'Air Force sur certaines affaires, en particulier celles dont les témoins étaient des pilotes.

Une fois le projet Blue Book fermé, il est devenu convaincu de la nécessité de faire des recherches plus poussées sur la question.

Dans une interview donnée en 1985, Hynek explique qu'il est frustré par l'attitude de l'Air Force, faisant pression sur lui afin de trouver des réponses rapides et prosaïques à toute observation, au lieu de lui permettre de mener des enquêtes appropriées et approfondies.

Dr J. Allen Hynek

Dr J. Allen Hynek dans "Rencontres du 3éme type"

Dans cet esprit, il fonda le "Center for UFO Studies" (CUFOS).
Il est aussi devenu conseiller auprès de Steven Spielberg pour son film Rencontres du troisième type.

Le titre du film était emprunté au célèbre système de classification que Hynek avait développé pour les observations d'OVNI, incluant les fameuses "RR3".

L'histoire d'Hynek est importante parce que nous voyons ici que le premier scientifique chargé d'une fonction officielle de recherche sur les OVNIS, devant les évidences, est devenu tellement intéressé qu'il a consacré beaucoup d'effort et de travail tout au long de sa vie à son étude.

Bien que Hynek fut précurseur de l'un des premiers et des plus importants organismes de recherche OVNI, le CUFOS ne fut pas le seul à être lancé par les scientifiques.

On peut toujours discuter pour savoir lequel des organismes de recherche sur les ovnis a été le plus important, mais on oublie trop souvent que l'un des trois premiers a été le Comité National d'Investigations des Phénomènes Aériens (NICAP) et fut fondé, entre autres, en 1956 par le physicien Thomas Townsend Brown.

Brown faisait des recherches au sein de l'US Navy sur l'électromagnétisme, le rayonnement, les champs physiques, la spectroscopie, la gravité et d'autres technologies de pointe.
Parmi les organisations pour lesquelles il a travaillé, on trouve le "National Defense Research Committee" et l'"Office of Scientific Research and Development".

Brown a publié quantité de travaux et de résultats, révélés au public par le bien connu William Moore ("The Roswell Incident"), ayant obtenu des ayant-droits de publier trois des quatre volumes des cahiers scientifiques.

Beaucoup de ces recherches et travaux ont été amplement discutés et repris, en particulier pour les théories électro-hydrodynamiques exploitant l'Effet Biefeld-Brown pour expliquer la propulsion des ovnis.

Son organisation, le NICAP, a par la suite inclus de nombreux nouveaux membres, et en particulier des notables et conseillers, y compris des militaires à la retraite et encore actifs.

Thomas Townsend Brown

Après Brown, l'un des dirigeants les plus importants du NICAP fut le Major Donald Keyhoe. Il a ensuite sollicité l'aide d'un de ses collègues de l'Académie navale, l'amiral Roscoe H. Hillenkoetter. Entre autres attributions, Hillenkoeter a été le premier directeur de la CIA.

Il était ouvertement critique de la manipulation de l'Air Force sur le sujet OVNI, comme on le voit dans sa déclaration célèbre au New-York Times, "Dans les coulisses, de hauts officiers de l'aviation s'occupent discrètement du sujet des ovnis. Mais par le secret officiel et le ridicule, de nombreux citoyens sont amenés à croire que les objets volants non identifiés sont une absurdité."

La troisième grande organisation fut l'"Aerial Phenomena Research Organization" (APRO), créée en 1952 par le technicien en électricité, Jim Lorenzen avec son épouse Coral.

Avec le temps, ils ont recueilli l'adhésion d'une longue liste de consultants scientifiques (pas moins d'une quarantaine, tous titulaires d'un doctorat dans leur discipline respective!), dont le physicien Dr. James McDonald, le professeur en ingénierie hydraulique Dr. James Harder, et des psychologues tels que le Dr. Leo Sprinkle.

Ces scientifiques sont consultés lorsqu'une expertise est jugée nécessaire par les Lorenzen, après enquête sur le terrain par l'un des 700 délégués nationaux.

Ainsi, à la fin des années 50, il y avait trois grandes organisations comportant des membres scientifiques respectés à même de mener l'enquête sur les ovnis.

Dr. Ronald Leo Sprinkle

Dr. Ronald Leo Sprinkle en 2009

Pour compléter ce panorama, en 1969, l'Association américaine pour l'avancement des Sciences (AAAS) invita à une rencontre annuelle de nombreux scientifiques concernés par le sujet des ovnis.
Ce fut tout au début de la recherche sur les ovnis, et l'intérêt scientifique se poursuit à ce jour.
- Source

A suivre.....

Elevenaugust, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

L’aviation secrète

mars 14th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur L’aviation secrète

Les ufologues devraient s'intéresser davantage aux articles sur "l'aviation classifiée". En effet, certains projets extrêmement avancés sont développés par le gouvernement US depuis des décennies et un pourcentage inconnu, mais significatif, d’observations d’ovnis pourrait s’expliquer par leur existence.

Plusieurs documents ont été obtenus avec l’aide des pilotes d’essai, des ingénieurs, des contractants et des témoins. Ils indiquent que la plupart de ces avions top-secrets furent construits à l’apogée de la guerre froide par des contractants du Département de la Défense tels que Lockeed Martin, Northtrop et Boeing.

Brilliant Buzzard

Le "Brilliant Buzzard"

La plupart de ces véhicules ont atteint un statut légendaire dans la littérature aérospatiale ainsi que dans les cercles ufologiques.
Puisque ces avions n’existent pas officiellement, nous pouvons supposer qu’ils sont financés par ce qu’on appelle les "Black Budget Programs" du gouvernement, ce qui signifie qu’ils échappent à la surveillance du Congrès et à l’examen du public.

"Brilliant Buzzard" est né du besoin de l’Air Force de garder un accès fiable vers l’espace en 1983 après que plusieurs lancements de la navette spatiale furent retardés, et à la suite de l'explosion de Challenger le 28 janvier 1986.
Conçu et construit par la célèbre section "Skunk Works" (Projets Avancés) de Lockheed, Brilliant Buzzard est un avion de reconnaissance stratégique hypersonique.

Il comprend des éléments du SR-71 et du XB-70 Valkyrie, la sous-traitance est assurée par Rockwell. Brilliant Buzzard est conçu pour être un avion spatial TSTO ("Two-Stage-To-Orbit"), utilisé pour les insertions de satellites militaires, il est aussi capable d’effectuer des missions de reconnaissance n’importe où sur le globe en moins de 3 heures.

Ben Rich, Mickey Blackwell et Melvin Salvay, 3 ingénieurs de Skunk Works, en sont les concepteurs. Le Brilliant Buzzard comprend 2 éléments distincts : un grand avion servant de base et de support à un plus petit. Le grand "vaisseau–porteur" mesure 85 mètres de long et embarque un équipage de 3 personnes, le pilote, le co-pilote et un officier de contrôle. Ils sont placés à l’extrême avant de l’engin.

Il peut atteindre une altitude de 36 kilomètres (120,000 pieds) et croiser à une vitesse supérieure à Mach 5 (environ 5310 km/h). Sa structure de base est composée d’un matériau fait essentiellement de titane.

Il possède un fuselage allongé, avec des bordures arrondies identiques à celles du SR-71, et se termine en aile delta, le tout ayant une envergure d'environ 40m.

Le "vaisseau-porteur" est alimenté par deux biturbo-statoréacteurs brûlant du méthane liquide et de l'oxygène liquide, qui ont été logés dans deux nacelles rectangulaires suspendues sous les ailes.

Les motopropulseurs PDWE utilisent l'onde de choc d'une détonation pour compresser un mélange carburant/ comburant avant la combustion.

Brilliant Buzzard

Ces ondes de détonation pulsées à cycle combiné "Wave Engines" (PDWE) sont mécaniquement simples, et peuvent opérer à des altitudes pouvant aller jusqu'à 30-50 km, et des vitesses allant jusqu'à Mach 10.

Une chambre cylindrique conçue spécifiquement pour permettre la combustion-détonation est construite avec un plat (ou profilé) à l'extrémité avant et sert de mur de poussée.

Chaque nacelle mesure 12 mètres de longueur, et se termine au bord de fuite de l'aile. Les larges entrées diagonales d'admission d'air, qui se trouvent 2 mètres sous les ailes, sont assez grandes pour contenir une petite voiture.

Une configuration d'atterrissage "tricycle" (deux roues sous le nez, et quatre sous chaque aile) a été adoptée pour le Brilliant Buzzard. La base de l'avion se trouve à 3 mètres du sol.

L'avion plus petit qui se trouve sur le dessus du vaisseau-porteur a un équipage composé d'un pilote et d'un co-pilote. Il mesure 27 mètres de longueur. L'engin utilise une configuration d'aile à 75° avec des stabilisateurs verticaux coupés au sommet.

Scramjet operation

Principe de fonctionnement du "Scramjet"

Le "XR-7 Thunderdart" utilise deux scramjets (des statoréacteurs à combustion supersonique) équipés de moteurs à combustion de méthane liquide, avec un additif à base de bore.

Par ailleurs, il intègre une petite fusée à hydrogène liquide servant à placer deux satellites militaires et leurs charges utiles en orbite.


Il transporte des capteurs multi-spectraux, comme le radar optique, infrarouge, LIDAR ("Light Detection And Ranging"), et CEIR ("Computer Enhanced Imaging Radar") qui a une précision de 1" à 48.000 kms. Il recueille en temps réel les images, et illumine les cibles.

Capable de voler à Mach 15, soit un peu plus de 5 km/s, le XR-7/SR-74 "Scramp", aussi appelé "XOV" (Véhicule Expérimental Orbital) est lancé en vol depuis le "vaisseau-porteur" à environ 460 kms de ses cibles. Il ne peut pas décoller du sol, et doit être lancé à partir du vaisseau-porteur à une altitude supérieure à 30 kms, où il peut atteindre une altitude orbitale de 240 kms.

Les observations du "Brilliant Buzzard" proviennent de sources multiples, y compris de témoins oculaires et auditifs, en particulier les résidents du domaine de Palmdale / Lancaster (Californie). Les témoins ont décrit un avion à grande vitesse caractérisé par un très fort et profond grondement rappelant le rugissement des fusées.

Quand on l'observe à moyenne altitude, ce type d'appareil émet souvent un bruit de pulsations, et laisse une épaisse fumée ou une traînée de condensation segmentée. - Source

Diouf et Elevenaugust, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Les Lumières de Phoenix, 13ème anniversaire

mars 13th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur Les Lumières de Phoenix, 13ème anniversaire

Les articles commémoratifs se sont multipliés dans la presse américaine à l'approche de la date anniversaire des 'Lumières de Phoenix'. Celui-ci est signé de Grant Lawrence pour AlterNet, avec des passages empruntés à un article de Bill Knell, daté de décembre 2009 :

"C'était énorme, inexplicable. Qui peut dire d'où cela provenait ? Beaucoup de gens ont vu ces lumières. Et je fais partie de ceux-là." - Fife Symington, ancien Gouverneur de l'Arizona.

"Depuis l'incident du 13 mars 1997, d'autres lueurs étranges ont été rapportées au-dessus de Phoenix. Mais rien qu'on puisse comparer aux formations qui ont occupé le ciel d'Arizona pendant des heures il y a 13 ans.

Parmi les milliers de témoins, certains ont pensé qu'ils allaient assister à une invasion, un débarquement alien.

Après l'incident, Fife Symington avait cru bon de plaisanter lors d'une conférence de presse, en faisant apparaître à côté de lui un employé de la ville portant un masque d'alien. Il fallut attendre 2007 pour qu'il s'exprime de nouveau sur le sujet, et reconnaisse qu'il "avait craint des réactions de panique dans la population."

Sa tournure de phrase était même éloquente à plus d'un titre : "A l'époque, j'étais un homme politique, je devais surveiller mes propos. Aujourd'hui je suis redevenu un citoyen, je dois être honnête envers le public."

Fife Symington Fife Symington

Pour Fife Symington, l'objet était "un vaisseau d'origine inconnue."... "Ce fut une soirée épique. Ca ne pouvait être des fusées éclairantes [lancées par des avions de l'armée] parce que la forme était symétrique."

Mais Symington est bien le seul homme politique d'Arizona qui se soit aventuré à commenter les Lumières de Phoenix, en affirmant qu'il ne s'agissait pas de fusées éclairantes. Pressé de donner son avis sur la question, en 2000, le Sénateur John McCain s'était contenté de répondre : "Personne n'a jamais fourni d'explication convainquante à ce sujet." Il avait aussitôt ajouté : "Mais je dois vous dire que je n'ai aucune sorte de preuve qu'il s'agisse d'aliens ou d'Ovnis..."

Fife Symington s'est donc excusé d'avoir plaisanté au sujet de cet incident, parce qu'il avait pensé nécessaire à l'époque de faire quelque chose pour calmer l'hystérie qu'il voyait s'installer. Mais pour moi, Symington n'a pas complètement expliqué pourquoi il s'était comporté de cette manière." - Source

Frances Emma Barwood était Conseillère municipale de Phoenix en 1997. Elle avait multiplié les démarches pour obtenir qu'une enquête soit lancée, et elle a raconté que diverses agences gouvernementales avaient essayé de la déstabiliser.

Bill Knell a fait remarquer : "Barwood a encore rappelé récemment qu'elle n'était jamais parvenue à convaincre les autorités fédérales d'interroger ne serait-ce qu'un seul des 700 témoins avec lesquels elle avait communiqué. Etonnant ! Il ne suffit pas d'être un représentant élu du peuple quand il s'agit d'obtenir des réponses des militaires au sujet des Ovnis."
("Ovnis - Quand l'armée enquête" - Canal+).

Grant Lawrence poursuit : "Il est bien possible que Symington n'avait pas décidé seul de ridiculiser l'incident, mais que de hauts responsables lui aient suggéré d'employer les bonnes vieilles méthodes de propagande qui ont fait leurs preuves depuis des décennies. Je pense qu'il lui avait été conseillé de plaisanter ce jour-là, parce que le ridicule a toujours montré son efficacité pour empêcher qu'une enquête sérieuse soit conduite.

Peu importe combien de responsables gouvernementaux, d'astronautes, de pilotes, d'officiers de police et autres témoins crédibles sont venus témoigner de leurs observations d'Ovnis, peu importe la quantité de documents sur le phénomène qui se trouve entre les mains des autorités, il y aura toujours des gens pour nier que nos espaces aériens sont parcourus par des engins volants qui échappent à notre contrôle.

Le gouvernement américain peut continuer de mentir à propos de Roswell, des Lumières de Phoenix, des Evènements de Stephenville, et l'énorme quantité des observations rapportées chaque année par le public.

Les entités aliènes n'en ont probablement rien à faire. De toutes manières, les ETs continueront d'évoluer sous nos yeux." - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post

The Sun prend la relève du MoD

mars 12th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur The Sun prend la relève du MoD

Les responsables du MoD qui ont fermé le Bureau Ovni officiel ne s'attendaient peut-être pas à voir cette initiative se mettre en place aussi rapidement : le journal populaire britannique The Sun a décidé de prendre la relève du Ministère de la Défense. Il propose une adresse email, un compte texto, et une ligne ouverte.

Contact

Il était certainement préférable que des personnalités comme David Clarke ou Nick Pope se mettent en avant, mais les contraintes étaient surement trop fortes pour des individus.

Le quotidien publie plusieurs réactions favorables. Le Dr Christopher McKay - membre depuis 1982 du département scientifique de la NASA - a consacré toute sa carrière à rechercher des formes de vie extra-terrestres.

Il a été co-responsable de la mission Mars Phoenix Lander en 2008. Le Dr McKay a déclaré : "Il est important de conserver une trace des observations d'Ovnis. Je pense que c'est nécessaire, parce que les hommes s'interrogent sur la présence de la vie ailleurs dans l'espace. Le public est très intéressé par ces phénomènes inexpliqués, et je pense que ça vaut la peine de les recenser."

Il considère que l'initiative du tabloïd, qui vise à comptabiliser les manifestations d'Ovnis dans le ciel de la Grande-Bretagne, poursuit les mêmes objectifs - la découverte de formes de vie aliènes.

Il a ajouté : "Ceux qui s'intéressent aux Ovnis vont dans le même sens. Je m'intéresse à ce problème d'un point de vue scientifique, mais je me pose la même question - y a-t-il d'autres formes de vie dans l'univers ?"

Christopher McKay
Colin Pillinger

Le Professeur Colin Pillinger, expert britannique de la planète Mars, est du même avis. Il a félicité The Sun d'avoir pris la relève du MoD, après la fermeture de son Bureau Ovni le 1 décembre 2009.

On sait que le Ministère a décidé de ne plus enregistrer les témoignages, du moins officiellement, parce que ses responsables ont estimé que dépenser annuellement 50.000 Livres en coût de fonctionnement, c'était faire "un usage inapproprié des ressources de la Défense". La décision avait été prise malgré un triplement des témoignages d'Ovnis entre 2008 et 2009, leur nombre s'établissant l'an dernier à 643.

Le Professeur Pillinger avait coordonné la mission Beagle 2 vers Mars pour le compte de l'ESA - mais la sonde automatique s'était écrasée le 25 décembre 2003. Il a ainsi déclaré : "The Sun a eu raison de poursuivre le recueil des témoignages. Vous avez un lectorat très conséquent, et il se peut que certains de vos lecteurs nous amènent à faire des découvertes extraordinaires.

Même s'il ne s'agissait pas de mettre en évidence des formes de vie aliènes, il pourrait s'agir de signaler une chute de météorite et ce serait d'un grand intérêt pour la communauté scientifique. La démarche dans laquelle s'est engagé The Sun est totalement fondée. Ce n'est pas parce que nous ne comprenons pas un phénomène qu'il doit être écarté."

Le professeur américain Albert A. Harrison, de l'Université de Californie, nous a également apporté son soutien. Il a travaillé pour le compte de la NASA sur les problèmes de confinement de longue durée, dans le cadre par exemple de futures missions martiennes. Il a déclaré : "Il est important de recueillir les témoignages d'Ovnis parce que c'est un sujet fascinant pour ceux qui s'intéressent à la recherche de la vie dans l'univers, et cherchent à savoir s'il est possible que nous ne soyons pas seuls. L'étude de ce genre d'observations peut permettre de collecter des informations intéressantes."

Albert Harrison

The Sun s'est engagé à publier les rapports qui lui seront adressés. - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post

Un ancien médecin de l’US Air Force confirme la rencontre Eisenhower – ETs

mars 11th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur Un ancien médecin de l’US Air Force confirme la rencontre Eisenhower – ETs

Héros de la Seconde Guerre Mondiale alors qu'il était Général commandant en chef des forces alliées en Europe, Dwight David Eisenhower, surnommé "Ike", fut le 34ème président des Etats Unis de 1953 à 1961.

Alors qu'il avait annoncé le 9 février 1955 partir pour la Géorgie pour quelques jours, Dwight D. Eisenhower, à bord d'Air Force One, atterrit le 11 février sur la base Air Force de Holloman au Nouveau-Mexique, sans la kyrielle de journalistes et de conseillers qui l'accompagnaient habituellement.

Cette visite secrète, déjà abordée ici le 25 mars 2009, est confirmée par un nouveau témoin, Bill Kirklin, qui s'est confié à la journaliste exopolitique Paola Harris en marge de la X-Conférence de Steve Bassett, en avril 2009 à Washington D.C.

Voici les commentaires de Paola Harris :

Eisenhower

"Bill Kirklin réalise maintenant, après de nombreuses années, que ce qu’il entendit en 1955 lorsqu’il était médecin sur la base Air Force Holloman, pourrait bien être vrai. Il pense que le président Dwight D. Eisenhower y a rencontré des extraterrestres lors d’une réunion secrète.

C’est pourquoi il a accepté l’interview proposée. Kirklin était présent sur la base ce jour-là et quoiqu’il n’ait rien vu, certains de ses collègues furent plus chanceux. Ce dont il est sûr, c'est qu'Eisenhower est venu sur la base en 1955. Il se souvient des circonstances inhabituelles parce que normalement, il y avait une parade pour l’arrivée du président alors que cette fois, la parade fut annulée la veille.

Kirklin se souvient également avoir assisté à une conversation étrange entre deux officiers au cours d’une pause café :

Officier1 : "Je suis l’Officier de Garde pour la journée. Air Force One vient d’arriver."

Bill Kirklin : "Que se passe-t-il ?"

Officier1 : "Il s'est posé, a tourné et s'est arrêté." Après une pause, l'officier ajouta : "On nous a dit de désactiver le radar."

Bill Kirklin : "Pourquoi devait-on désactiver le radar ?"

Officier1 : "Je ne sais pas, nous avons juste obéi."

Officier2 : "J’ai entendu dire que celui qui avait été descendu près de Roswell l’avait été à cause des radars." (On suppose que l’officier parlait du prétendu crash d'un OVNI près de Roswell).

Harris et Kirklin

Plus tard dans la matinée, Bill Kirklin s’aperçut que son officier supérieur, Dorsey Moore, était manquant à ses obligations. Moore avait sa propre histoire à raconter : Lui et son épouse avaient observé dans la matinée un grand disque de métal en position stationnaire au dessus de la piste d'envol. Moore disait qu’il faisait 6 à 10 mètres de large. Ils l’avaient vu en allant à l’économat, le disque était toujours là lorsqu’ils étaient revenus.

Moore dit à Kirklin qu’il devrait aller y jeter un œil. Kirklin demanda la permission de quitter l’hôpital mais il ne l’obtint pas et ne put aller voir le disque. Plus tard dans la journée, Kirklin a été questionné par un sous-lieutenant pour savoir s’il avait pu voir ou non quelque chose sur la piste d'envol ce jour-là. Kirklin lui a déclaré qu'il n'avait rien vu, mais lui a raconté ce qu'il avait entendu.

Après son travail, Kirklin chercha à nouveau Moore car il avait disparu pour la deuxième fois de la journée. Kirklin a demandé à Moore où il était allé dans la journée et Moore lui répondit qu’il avait assisté à une réunion. Il en apprendra davantage sur cette réunion un peu plus tard.

Après le diner, Kirklin ferma l’hôpital et entendit un docteur et un lieutenant en pleine discussion. Le lieutenant racontait qu’il y avait eu plusieurs réunions dans le théâtre de la base avec plus de 250 hommes, chacune présidée par le commandant de la base et le "Commander-in-Chief". Kirklin demanda s’il devait comprendre que c’était le président mais le lieutenant ne faisait que répéter "Commander-in-Chief".

Malgré les questions de Kirklin, le lieutenant restait très vague quant au sujet des réunions, il disait que les conversations étaient "classifiées". "Confidentielles ?’" demanda Kirklin. "Plus que ça’’ répondit le lieutenant. "Secret ?" insista Kirklin. Le lieutenant répéta "Plus que ça", et qu'il fallait qu'il se mêle de ses oignons.

De retour dans sa chambre en fin de soirée, Kirklin observa Air Force One quitter la base. Il a pu observer qu’il partait et au moins témoigner que le président avait bien visité la base."

Kirklin raconta à Paola Harris qu’il n’avait pas vraiment réfléchi à ces évènements depuis, et c’est en écoutant Robert Dean à la radio parlant de cette mystérieuse visite à la base Holloman par Air Force One qu'il s’est exclamé : "Mais j’y étais !"

Depuis lors Kirklin en a parlé avec des anciens collègues qui ont également travaillé à Holloman. Il a toutefois dit à Harris qu'il ne croyait pas qu'aucun de ces gars-là pourrait en parler, parce qu'ils avaient prêté serment et ils le prenaient très au sérieux."

Paola Harris lui a demandé s’il avait peur d’en parler. Kirklin estime que s'il avait parlé il y a environ trente ans, il serait déjà mort, mais il se sent en sécurité aujourd'hui en raison des nombreux autres témoins qui se sont manifestés. Par exemple, le projet Divulgation de Steven Greer, qui a permis à d’anciens militaires de témoigner de leurs expériences d'Ovnis, l'a aidé à se sentir plus en sécurité.

Alejandro Rojas - Source

Holloman AFB artist conception

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post