Didier de Plaige

Des anciens de la Zone 51 racontent

avril 13th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Des anciens de la Zone 51 racontent

Le Chroniqueur Erik Lacitis a recueilli les témoignages de quelques anciens de la Zone 51. Selon lui, ce ne serait "Pas tout à fait ce que certains d'entre nous attendent" :

Plan Zone51

"50 ans plus tard, des retraités tels que James Noce et d'autres se sentent le droit de raconter leurs légendes personnelles, les souvenirs resurgissent et peuvent maintenant s'échanger. Quel que soit le thème de la discussion, si l'ambiance en est aux projets secrets de l'USAF ou bien aux Ovnis, le sujet qui tient le hit-parade des questions posées est celui de la zone 51.

Quelques secrets ont été dé-classifiés. James Noce et ses anciens collègues sont maintenant libres de parler de leurs années de travail en sous traitance pour la CIA durant la période 1960-197O sur le site du gouvernement dans le sud du Nevada.

Les récits apportent un peu de lumière sur l'endroit entouré de mystère à l'époque. Des projets classifiés y ont toujours lieu.

Tout était mis en œuvre pour décourager les curieux il y a 50 ans, mais ceux qui ont le courage de conduire jusqu'au site aujourd'hui sont tout autant écartés.

Les histoires présentent un fragment des opérations secrètes du gouvernement dans un contexte quotidien, avec les routines et les moments d'excitation.

Noce ne cherche pas à se faire un nom, mais lorsque je l'ai contacté, il était heureux de pouvoir en parler. "J'ai prêté serment pour une période de 47 ans. Je ne pouvais pas en parler." Dans les années 60, la Zone 51 était le site d'essai pour l'A-12 et son successeur le SR-Blackbird, un avion espion qui a battu les records de vitesse. La CIA dit qu'il atteint Mach3.229/hr (3,500 mph) à une altitude de 90,000 pieds.

Le secret est tombé d'un coup d'un seul lorsque la CIA expose un A-12 devant sa porte à Langley, lors de son soixantième anniversaire en septembre 2007. D'autres secrets persistaient.

Warning Aire51

Comme les salaires des contractants. Noce se souvient avoir toujours été payé en liquide, il devait signer d'un faux nom sur le reçu durant toutes ses années de travail dans la sécurité du site. Pour parler le langage CIA, son travail faisait partie des Blacks Projects.

Rangée A-12

Noce ne possède aucun document prouvant qu'il a travaillé sur la zone 51 pour la CIA. C'était très commun. Ceux qui étaient payés par chèques disent que les chèques venaient de différentes sociétés, dont Pan American World airways. T.D.Barnes, le fondateur et président de Roadrunners Internationale valide les dires de James Noce en ajoutant qu'il a reçu des chèques de la Pan Am alors qu'il n'a jamais travaillé pour cette compagnie. Sa fondation Roadrunners regroupe des retraités de la zone 51, y compris des membres associés à l'Air Force, la CIA, Lockheed, Honeywell et divers autres contractants.

Depuis ces 20 dernières années, ils se rencontrent tous les 2 ans de façon clandestine. Leur première réunion publique eut lieu en octobre dernier à Las Vegas dans le Musée des Essais Atomiques.

L'age aidant, Barnes à 72 ans veut que le travail effectué par les anciens ne soit pas oublié. Lui-même a quelqu'un de tout à fait crédible pour authentifier ses dires : David Robarge, l'historien en chef pour la CIA et l'auteur de Archangel : CIA's Supersonic A-12 Reconnaissance Aircraft. Robarge dit de Barnes qu'il sait beaucoup de choses et ne brode jamais en racontant.

Le cercle des membres de l'association s'est agrandi simplement, un type qui travaillait pour la CIA en parle à un copain qui avait travaillé sur la Zone 51 et ainsi de suite.

Noce termine l'école en 1955 pour entrer dans l'Air Force où il est entrainé au radar. En quittant son service en 1959 il travaille dans un supermarché à Camas à 27 km de Vancouver. En 1961, il reçoit un coup de fil d'un ancien copain de l'Air Force qui travaillait maintenant pour la CIA.

James Noce

"Je savais que j'avais une autorisation classifiée pour travailler sur les sites de radars et il m'a demandé si je n'aimerais pas vivre à Las Vegas." Il accepte d'aller à Vegas et d'y appeler un type qui travaille pour l'agence.
Puis il a commencé dans la sécurité. La plupart du temps, un travail routinier: Les lundis matins, un Superconstellation Lockheed arrivait des Skunk Works de Burbank en Californie pour acheminer les ingénieurs et autres qui travaillaient sur l'A-12. Ils restaient là toute la semaine et retournaient chez eux pour le week-end. "Skunk Works" était le surnom donné à la section des Projets Avancés de Lockheed qui tenait le contrat de l'A-12.
Les agents de sécurité s'assuraient aussi que seuls, ceux qui possédaient une accréditation adéquate pouvaient assister aux essais de vol. Et quelle vision! Selon la CIA, son ancien chef Richard Helms se souvient d'avoir rendu une visite à la Zone 51 pour observer un vol d'essai de l'A-12 : " l'explosion de flammes qui envoyait l'avion à la forme d'insecte sur le tarmac m'a fait me recroqueviller immédiatement. C'était comme si le diable en personne sortait de l'enfer!"

Projet La Ferme

Projet: La Ferme
On fait des menaces pas des promesses

La routine consistait à contrôler les badges d'entrée et à s'assurer que personne n'introduisait d'armes, ni d'appareils photos. D'autres fois la routine devenait passionnante. Noce se souvient lorsque Article 123 (le surnom de l'un des A-12) s'est écrasé le 24 mai 1963 près de Wendover dans l'Utah. Le pilote s'en est sorti. Il faisait partie de l'équipe envoyée sur le site du crash dans un avion cargo immense, avec plusieurs camions. Tous les débris ont été transportés dans les camions. Un député du coin, vite arrivé sur la scène, avait vu le crash, il y avait aussi une famille en vacances qui avait pris des photos."Nous avons dû confisquer la caméra et prendre le film, on a juste dit qu'on travaillait pour le gouvernement. Le député et la famille ont reçu l'ordre de ne parler du crash à personne, surtout pas à la presse."

Il avait fallu les menacer et leur faire peur. Pour les convaincre la CIA était arrivée avec une valise de billets. "Je crois que c'était 25,000 chacun." Robarge ajoute que des sommes en liquide pour cacher les faits étaient une pratique habituelle.

Parfois pour presque un regard, comme en 1962, alors qu'un A-12 non assemblé circulait en camion le long de petites routes de Burbank vers la zone 51 et qu'un bus Greyhound voyageant en sens inverse a éraflé l'une des remorques."Les managers du projet ont rapidement permis le paiement de 5,000 $ pour les dégâts causés au bus afin qu'il n'y ait pas de constat qui puisse initier une enquête légale de la part des assurances..."

La bibliothèque de la CIA contient des descriptions de ces transports hors du commun : "Enfin, le premier A-12, connu sous le nom de "Article 121" fut construit et testé au sol à Burbank en janvier et février 1962. L'avion étant trop secret pour qu'il puisse voler vers le site des essais et trop grand pour entrer dans un avion-cargo, il devait être transporté sur le site par camions. Dans la nuit du 26 février, un camion spécialement conçu chargé d'une énorme caisse qui contenait le fuselage démonté de l'avion a quitté le site "Skunk Works" de Lockheed pour un voyage de deux jours vers la zone 51 du Nevada. Il était escorté par les polices routières de Californie et du Nevada ainsi que par des officiers de sécurité de la CIA. La caisse était si imposante (plus de 10 m sur 32 m) que des panneaux de signalisation ont dû être ôtés, les arbres élagués et les bas cotés rehaussés. Les ailes étaient acheminées séparément et assemblées sur le site."

Et les aliens ? "Ni vus ni connus." disent Noce et Barnes. Ce dernier pense que l'Air Force et "l'Agence" aimaient bien les histoires sur les vaisseaux aliens, elles servaient à couvrir les essais des avions secrets. [Barnes dira plus tard que les pilotes rencontraient des ovnis mais ne voulaient pas en parler.]

Transport A-12

Noce aimait travailler là-bas. Il était payé 1,000 $ par mois (environ 7,200 $ d'aujourd'hui). Dans la semaine, tout était gratuit sur la base, 5 hommes par maison de 1 étage avec le partage de la cuisine et salle de bains. Ils se souviennent tous de la nourriture extraordinaire : "Des cuisiniers venaient de Vegas, de vrais chefs. Que ce soit de jour ou de nuit, vous pouviez commander un steak ou ce que vous vouliez." Les homards arrivaient directement du Maine en avion, un jet envoyé à l'autre bout du pays pour tester ses moteurs rapportait le "délicieux marché". Les week-ends ils conduisaient jusqu'à Vegas. Ils louaient un coin avec un jardin et faisaient des barbecues arrosés de bière.

Noce possède 2 preuves de ses jours sur la zone 51. Des photos noir et blanc prises à la sauvette. Il pose pour l'une devant la maison qu'il partageait avec 4 collègues. Sur l'autre, il est devant 2 Thunderchiefs, les pilotes avaient survolé le site par curiosité, ils avaient été obligé d'atterrir, la zone étant interdite de survol.

Ils m'avaient dit : "S'il se passait quoi que ce soit et qu'on vous demande si vous avez travaillé pour la CIA, répondez que vous n'avez jamais entendu parler d'eux." - Source

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

La prochaine X-Conference de Washington

avril 12th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur La prochaine X-Conference de Washington

Stephen Bassett, directeur éxécutif du Paradigm Research Group est l'invité de George Knapp sur Coast to Coast AM, ce dimanche 18 avril. Il doit annoncer le lancement d'une nouvelle initiative du PRG.

La X-Conference 2010 se tiendra au National Press Club de Washington, du 7 au 9 mai. Une manière pour Stephen Bassett de célébrer le 9ème anniversaire du Disclosure Project, lancé par Stephen Greer en 2001.

Les conférences seront filmées et diffusées en direct sur Live stream. Après avoir rencontré de graves difficultés financières, l'organisation a réalisé l'importance de demander une participation de 24.95 dollars : "La formule devrait nous permettre d'équilibrer les comptes, et de proposer un défraiement correct aux participants. Naturellement, ces archives seront par la suite en téléchargement gratuit. Dans le même temps, le prix d'entrée a été réduit de 40 dollars pour les trois jours."

Le réseau du PRG, qui s'étend maintenant à 23 pays, est encouragé à se mobiliser pour promouvoir l'évènement.

Stephen Bassett

Animatrice : Cheryll Jones. Avec le Dr. Edgar Mitchell (duplex video),George Noory, George Haas/William Saunders, Stephen Bassett, Richard Dolan, A. J. Gevaerd (Brésil), Gary Heseltine (GB), Linda Moulton Howe/John Burroughs, George Knapp, Jim Nichols, et Paul Stonehill.

Day Before Disclosure

Un nouveau documentaire produit par Terje Toftenes, pour la société New Paradigm Films, a pour titre "The Day Before Disclosure". Il comporte pas moins de 90 interviews et sera projeté en avant-première à Washington, vendredi 7 mai, à l'occasion de la X-Conference 2010.

Stephen Bassett : "On attendait de nouveaux documentaires centrés sur le phénomène Ovni/ET dans une perspective exopolitique. Les Etats-Unis continuent d'entretenir l'Embargo sur la Vérité, aussi celui-ci nous vient de Norvège."

Les précédentes réalisations de Terje Toftenes :
- "Approaching the Sacred : Premonitions of Contact" (2009)
- "Crop Circles : Crossovers from Another Dimension" (2006)

Compléments & Commentaires

Share This Post

Enquête sur un Secret d’États

avril 11th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Enquête sur un Secret d’États

L'ouvrage vient de paraître aux éditions Le Cherche-Midi. En 320 pages, il condense 60 années d'évènements et de recherches à l'échelle mondiale : les habitués y retrouveront les références essentielles, et c'est aussi un bon moyen d'aborder le phénomène quand on ignore à peu près tout du sujet. Extraits de la 4ème de couverture :

"Yves Couprie et Egon Kragel ont enquêté pendant plus d'un an sur le sujet, de manière journalistique, en toute objectivité. Ils ont rencontré des spécialistes de la question dans le monde entier: pilotes de ligne et de chasse, astrophysiciens, ingénieurs, représentant du ministère de la Défense britannique, astronomes, ufologues, responsables de l'agence spatiale...

Cette "Enquête sur un secret d'États" se veut avant tout un ouvrage de vulgarisation, accessible et référencé, sur le sujet des ovnis, dans lequel histoires vécues et faits inventoriés côtoient rencontres, réflexions et hypothèses.

Les auteurs apportent, surtout, des révélations. Dans une trentaine de pays, les autorités compétentes (militaires, ministres, services secrets) s'intéressent au phénomène, dans la plus grande discrétion, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

L'armée de l'air américaine, la CIA, la gendarmerie française, la Défense britannique et la marine russe ont ouvert une partie de leurs archives. Et les rapports, longtemps classés "top secret", ont de quoi surprendre... La conclusion de cette grande enquête exclusive laisse songeur : croire ou non à ces phénomènes ne change rien à leur existence, à leur "réalité".

Enquête sur un secret d'Etats

Egon Kragel : "Nous avons voulu aborder avec rigueur ce sujet considéré comme épineux depuis bien des décennies - et réaliser un livre abordable, "grand public" comme on a coutume de dire, pour partager le lot de nos découvertes avec le plus grand nombre.

Parmi nos conclusions ? : Les OVNIS existent. Y croire ou non ne change rien à leur réalité. Pour mener à bien ce voyage au pays des OVNIS, un seul impératif : gardez toujours intacte votre capacité d'étonnement. N'oubliez pas que 'savoir s'étonner' est la première étape de toute méthode scientifique. Ensuite seulement, vous tirerez vos propres conclusions."

Mardi 13 avril, à partir de 23h, Egon Kragel et Yves Couprie sont les invités de l'émission "La Vague d'Ovnis" sur Radio Ici & Maintenant! (rediffusion le dimanche 9, à partir de 14h).

Egon Kragel participera au Repas Ufologique Parisien du Mardi 4 mai 2010.

Compléments & Commentaires

Share This Post

Howard Menger : l’infiltration extraterrestre

avril 10th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Howard Menger : l’infiltration extraterrestre

Le thème des visiteurs d'apparence humaines a déjà été récemment abordé ici. D'autres témoignages venant de partout dans le monde et notamment des Etats-Unis nous font découvrir des récits qui peuvent paraître farfelus mais surtout extraordinaires. Celui d'Howard Menger qui écrivit, dans les années 50, son livre "From Outer Space" (traduit en français par "Mes amis, les hommes de l'espace"), en fait partie. Ed Komarek nous livre ici son point de vue :

"J'ai lu beaucoup d'histoires de contactés dans les années 50 lorsque je commençais à m'intéresser aux Ovnis et aux ET. Je ne savais pas quoi en penser et j'ai continué mon chemin. Maintenant que je suis beaucoup plus âgé et que j'ai accumulé de l'expérience, je me suis à relire le livre d’Howard Menger, "From Outer Space".

Nous savons que les histoires de contactés ont été fortement discréditées dans les années 50-60 au point que la plupart les ufologues ont, jusqu’à ce jour, rejeté trop facilement les cas d'infiltration de la société humaine par des extraterrestres. Je pense que c'est une grosse erreur.

Howard Menger

Howard
Howard Menger

Menger

Tout d'abord, le fait même de savoir ce que nous savons aujourd’hui sur la campagne de propagande lancée contre le public à partir des années 40, devrait être une cause suffisante pour revoir ces anciens dossiers. Ensuite, à la lumière des connaissances actuelles sur les cas de contacts entre humains et extra-terrestres ainsi que les rencontres possibles entre Eisenhower et des ET humanoïdes dans les années 5O sont une autre raison pour porter un nouveau regard sur ces vieux dossiers. Troisièmement, quelques amis contactés m'ont raconté, depuis de nombreuses années, des histoires qui ne sont pas si différentes que ça de ces cas de contacts anciens.

La seule différence entre ces cas récents et ceux des années 50 est que les ET humanoïdes semblent avoir changé de tactique en fonction de la résistance des terriens, ainsi que de certaines autres races, ce qui a pu jeter un certain trouble entre eux et nous. En plus, il y a eu des discussions sur les combinaisons de vols aliènes hermétiques et légèrement lumineuses avec des poches invisibles, une sorte de petit appareil carré enregistrant des images, qui se pose dans la paume de la main et projette une image holographique, les systèmes de propulsion électromagnétiques, les portes des vaisseaux qui s'ouvrent toutes seules mais qui sont invisibles lorsqu'elles sont fermées, les images de toutes sortes d'écrans, etc. Tout trouve sa place par rapport à ce que nous savons aujourd'hui sur la technologie ET grâce aux récupérations d’épaves.

From outer space

Edition originale US (1959)

Cet enregistreur d'images semble similaire à l'appareil connu dans les histoires d'aliens sous le nom de "Yellow Book" (pas le 'Livre Jaune' diffusé en français). Quelque chose d'autre que je n'ai pas entendu dire de partout est que, les extraterrestres, n'ont pas de problème de poils sur le visage quand ils sont sur leurs mondes, mais lorsqu’ils sont sur Terre pendant un certain temps ils doivent se raser.

Menger a remarqué que lors de son voyage sur la lune sa barbe poussait plus vite. Quelle en serait la cause, je n'en ai aucune idée, mais cela pourrait être important.

Selon mes sources de contactés, de nombreux contacts et infiltrations de la société humaine sur Terre ont continué sans relâche depuis les années 40.

Ce qui est différent aujourd'hui et à partir des années 50, c’est que ce qui était autrefois une infiltration à visage découvert s'est transformée en clandestinité en raison de la résistance des militaires du monde entier, des élites économiques et des gouvernements.

D'après ce que j'ai entendu, l'intention des extraterrestres humanoïdes de faire évoluer les choses sur Terre n'a pas faibli, mais les tactiques ont dû être modifiées afin de s'adapter à l'évolution des conditions externes. Il semble aussi qu'il y ait toujours un taux de roulement élevé parmi les extraterrestres eux-mêmes, parce que ceux qui ont été instruits sur Terre sont constamment remplacés par de nouvelles recrues. Je peux spéculer qu'il y ait deux raisons à cela, l'une étant le stress, et l'autre l’intérêt de plus en plus grand dans les affaires terrestres de la part de groupes ou individus d'origine extraterrestres.

Howard Menger donne une très large perspective sur les relations entretenues entre les extraterrestres humanoïdes et les populations autochtones de la Terre. Il dit qu'il existe différentes races humaines vivant dans des mondes parallèles autour d'autres planètes, de lunes et du soleil de notre système solaire, ainsi que d'autres partout dans l'univers.

Une des principales critiques que font ceux qui sont mal informés et qui sont sceptiques de nature, c’est que le reste du système solaire semble inhospitalier à la vie, du moins pour les formes de vie complexes.

Mais pour Menger, il est clair que ces extraterrestres humanoïdes ne vivent pas dans notre dimension autour de planètes inhospitalières, de lunes ou du soleil, mais dans d’autres dimensions que nous ne pouvons percevoir.

Nous sommes peut-être dans des sortes de bulles dimensionnelles finies, ou zones habitables, autour de grandes accumulations de masse dont la cohérence est assurée par un processus gravitationnel et l'intrication quantique.

Mes amis les hommes de l'espace

Version française des Editions Dervy (1965)

J'ai entendu des physiciens spéculer sur le fait que la gravité serait faible parce qu'elle pourrait aussi servir à maintenir la cohésion des masses dans d'autres dimensions. Menger raconta avoir été en orbite autour de la Lune pendant 10 jours, selon sa montre, le temps que son corps se soit ajusté au niveau moléculaire et atomique pour pouvoir mettre le pied sur une lune habitable.

C’est comparable à ce que racontent certains habitants de Rama au Pérou, depuis les années 70, disant que leurs contacts, les extraterrestres humanoïdes, vont et viennent entre différentes dimensions ici même sur Terre. Les physiciens devraient prendre un peu de leur temps pour jeter un bon coup d'œil à ces phénomènes physiques très intéressant.

Mais la vue d'ensemble de Menger s'étend encore plus loin : ses amis extraterrestres lui racontent que tous ces mondes parallèles sont connectés et que les âmes migrent entre chacun de ces différents mondes. Il parla de tout cela dans les années 50, notamment lors d'un grand show radiophonique de John Nebel qui a touché des millions de personnes à l’époque, exactement comme le font George Noory et Art Bell aujourd'hui.

Peinture de Menger

Peinture de Menger

D'un côté nous avons le cas du Briefing Fontes en 1958, où l'armée sembla paniquer au sujet d'une possible invasion ET et essaya d'abattre des vaisseaux (mais qui a surtout conduit a ce qu'ils se tirent eux-mêmes dessus durant cet incident), et de l'autre nous voyons Howard aider ses amis, les extraterrestres humanoïdes, à s'infiltrer dans la société terrestre.

Il leur coupa les cheveux, leurs donna des vêtements terrestres, les informa de l’évolution des langues locales, les aida à installer des émetteurs-récepteurs d'une portée de 25 miles environ dans tout le pays, pour surveiller les êtres humains etc. Il dit aussi que les extraterrestres sont végétariens, que les hommes portent leurs cheveux à hauteur d'épaule et n'aiment pas se les faire couper plus court, et aussi que les femmes ne peuvent pas mettre de soutien-gorge.

La seule fois ou il sut qu'ils étaient réellement bouleversés et en colère, c'est quand ils étaient eux-mêmes infiltrés par des terriens et il semblerait qu'il y ait au moins une autre race extraterrestre qui leur cause, à eux et à leurs contactés, beaucoup de problèmes.

En fait, un de mes amis contacté croit que les choses ont empiré au fil des ans avec quelques méchants extraterrestres et cet ami pense qu'une guerre entre extraterrestres est en train de couver. Il ajoute que d'autres, à part les ET humanoïdes, gardent un profil bas, mais peu de choses ont changé en ce qui concernent leurs activités et leurs plans à long terme envers l'humanité terrestre.

Mon ami m'a dit qu'une de nos connaissances mutuelles, contactée elle aussi, a même reçu des vêtements pour son extraterrestre afin qu'ils puissent se promener ensemble chez Wal-Mart pour pouvoir sentir et toucher les choses. Un autre contacté, que je connais, dit à propos de certains extraterrestres qu'ils sont stupides parce qu'ils posent des questions sur des choses tellement simples comme, par exemple, qu'est ce que Noël ? Il est évident que de nombreux extraterrestres humanoïdes se retrouvent catapultés ici sans avoir eu aucune formation sur les affaires terriennes.

Ce qui semble avoir changé, c'est que les extraterrestres favorisent maintenant les rôles et l'infiltration dans les classes sociales moins aisées, car si les gens parlaient ils ne seraient pas pris au sérieux et ça ne risquerait pas de leur causer des graves problèmes de sécurité. La division des classes sociales sur Terre restreint le transfert d'informations vers les élites militaires et économiques qui pourraient poser des problèmes aux extraterrestres.

Le plus drôle dans cette histoire d'infiltration et d'interaction avec les terriens c’est que cela s'est passé juste sous le nez d'une armée arrogante, tout autour de leurs bases militaires où ils se livrent aux jeux du chat et de la souris avec leurs vaisseaux extraterrestres, juste là où sont stationnées les compagnies de Bérets Bleus. Il semble que le pouvoir de l'armée ne soit qu'apparence comme l'affirme Fulford, et que finalement elle en détienne bien peu.

Le complexe politico-militaro industriel américain s'est entiché de technologies et cela nous ne nous conduit que vers plus de problèmes dans nos propres affaires. Nos armées et nos services de renseignements ont plutôt l'air de "Police Académie" comparés aux militaires et aux agents de renseignements ET.

Menger recrée une scene

Menger recrée une scène de contact

Il semblerait que les décisions prisent par nos grands "cerveaux" soient plutôt mauvaises, malheureusement celles des extraterrestres le sont encore plus. Ceux d'entre nous qui ont pris la peine de se tenir informés ont pu se rendre compte de l'augmentation des cas d'extraterrestres humanoïdes impliqués dans les affaires terrestres, de sorte que toute cette histoire d'infiltration n’est pas une surprise.

Bob Dean lui-même a remarqué que les hauts gradés de l'OTAN étaient très préoccupés par ces humanoïdes qui nous ressemblent et qui infiltrent notre planète. Depuis le Rapport Fontes, les généraux hauts-gradés/3 étoiles ainsi que d'autres cas montrent que les militaires étaient très paranos sur tout cela pendant les années 50 et 60. Il en reste une faction réactionnaire aujourd'hui toute aussi paranoïaque, dangereuse et pleine d'illusions.. Cette mentalité consistant à tirer les premiers et poser les questions ensuite est assez dangereuse et stupide, à mon avis.

Une amie vénusienne de Menger

Une amie vénusienne de Menger

J'ai pensé que Menger avait été très clair concernant les motifs de ses amis extraterrestres et qu'il était dans notre intérêt et le leur, de faire évoluer les choses dans le bon sens sur Terre.

A la lumière du tableau plus vaste de la migration de l'âme et de son interconnexion avec ces mondes et dimensions parallèles, il semble que le droit humain des terriens nuise à nos voisins cosmiques d'une manière qu’il est difficile pour nous de comprendre.

Les humains célestes sont déterminés à faire bouger les choses ici, même s'ils ont à nous combattre, et ceci malgré les ennuis que certains autres extraterrestres leur créent pendant le processus.

En fait, d'autres ufologues commencent à se dire que les crashes sont trop fréquents pour que cela ne soit dû qu'à de simples dysfonctionnements.

Non seulement les forces terrestres continuent de se battre contre certains groupes d'extraterrestres, mais des groupes ETs semblent se battre entre eux, non seulement autour de la Terre, mais aussi sur une échelle universelle beaucoup plus large.

Pourquoi devrions-nous penser que la fin des hostilités soit proche quand nous voyons que les conflits entre les prédateurs et leurs proies font partie de la nature même de ce monde. Si l'élite militaire et économique observait plus et agissait moins, les choses iraient bien mieux pour tout le monde. Mais non, les terriens aiment faire du mal, non seulement à eux-mêmes, mais aussi à tous ceux qui les entourent. Alors quoi de neuf ? La complexité et le réalisme de la situation est tout simplement stupéfiant pour qui cherche à l'appréhender, que ce soit de l'intérieur du gouvernement ou en dehors. Comme d'habitude, notre pire ennemi, c'est nous-même !" - Ed Komarek / source

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

La FAA fait marche arrière

avril 9th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur La FAA fait marche arrière

Un article de Billy Cox expose le récent revirement de la FAA (Federal Aviation Administration), contraire à la Directive présidentielle sur la transparence.

"Robert Powell, le co-auteur méconnu du rapport du MUFON sur Stephenville, a subi sa dernière déconvenue la semaine dernière concernant ses requêtes FOIA. La FAA lui a fait savoir qu'elle ne donnerait aucune suite à ses demandes de données radar, s'agissant de plusieurs incidents d'Ovnis en 2009.

Rien d'étonnant à cela, les données ne sont-elles pas protégées en toutes circonstances ? A cela près que les refus vont exactement dans le sens opposé des directives prescrites par l'Executive Order du Président Obama en Janvier 2009, imposant aux agences fédérales de jouer le jeu de la transparence.

loga FAA

Selon le récent bilan des requêtes FOIA effectué par le Département des Transports, la FAA avait l'année dernière rejeté 105 des 6.294 demandes au motif d'exemptions légales, au lieu de 73 sur 7.202 en 2008.

C'est d'autant plus contradictoire, selon Powell, que la FAA n'a même pas pris la peine de justifier ses décisions au cas par cas : "Ils se sont contentés de dire que l'information ne pouvait être diffusée parce que ça pourrait compromettre la sécurité nationale".

Stephenville Radar Report

En outre, la décision de la FAA est totalement contradictoire avec sa réponse à la sollicitation du MUFON, en 2008, qui voulait obtenir les données concernant Stephenville.

A l'époque, la FAA avait fourni aux chercheurs 2,5 millions de données radar qui ne révélaient pas seulement la trajectoire de l'Ovni en direction du ranch du Président Bush à Crawford.

Elles détaillaient également les itinéraires des avions de combat qui suivaient l'objet, alors qu'il approchait d'une zone interdite de survol sans transpondeur actif.

Deux des nouvelles requêtes FOIA de Powell concernaient des observations de pilotes à Houston et Memphis. La troisième, et peut-être la plus intéressante, impliquait une bande d'adolescents et un policier dans une banlieue à l'ouest de Kansas City, le 21 août 2009. Au moment de l'incident, les ados et le flic étaient à 8 kms de distance mais ils avaient photographié le même objet sur leurs portables.

Les témoins avaient noté qu'il produisait un bourdonnement. Ils avaient écarté les bras d'un mètre vingt pour représenter l'envergure de l'Ovni, ce qui laissait supposer qu'il était énorme, ou proche, ou les deux. Ca voulait dire également que s'il était descendu en-dessous de 300 mètres, l'objet n'avait probablement pu échapper au radar. En supposant qu'il n'avait pas utilisé de contre-mesures pour se rendre invisible. Powell écarte la possibilité qu'il pu s'agir d'un prototype secret, en raison de sa trajectoire à basse altitude au-dessus d'une zone fortement peuplée.

De toutes manières, le directeur des recherches du MUFON a fait savoir qu'il ne pouvait pas se permettre de verser les 30 à 40.000 dollars d'honoraires qui seraient nécessaires pour assigner l'administration devant les tribunaux. Il envisage cependant de sortir son chéquier pour payer les 500 ou 1.000 dollars d'inscription, et de poursuivre sans avocat.

Robert Powell conclut : "Ce n'est pas seulement à propos des Ovnis. Ca me parait indécent que le gouvernement se comporte de manière aussi désinvolte." - Source

Compléments & Commentaires

Robert Powell

Billy Cox avait précédemment expliqué, en janvier 2010, comment la FAA avait été amenée à privatiser le recueil de témoignages Ovnis.

DdP, pour Ovnis-USA

Share This Post

Des Visiteurs d’Apparence Humaine

avril 8th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Des Visiteurs d’Apparence Humaine

Ils auraient été observés, selon Scott Corrales, à bord d'Ovnis ou non, dans différents lieux sur Terre. Le chercheur nous fait part des cas qui l'intéressent particulièrement de par sa position de directeur de l'Institut Ufologique Hispanique.

"Certains cas observés dans les années 50 et 60 présentent des descriptions de voyageurs aperçus dans les Ovnis, ces voyageurs.... nous ressemblent en tous points. Les contactés les plus célèbres, quant à eux, nous proposent une foule de descriptions de semi-dieux, de blonds et de voyageurs qui se disent nos grands frères de l'espace venus nous montrer nos erreurs.

Depuis les années 80 et 90, hantées par les reptiliens et les gris, il est maintenant pratiquement impossible de suggérer qu'une toute autre forme d'occupant pourrait sortir d'un Ovni. Cependant, les voyageurs de l'espace d'apparence humaine restent une partie intrigante du tableau général. L'idée de leur existence laisse entendre des possibilités plutôt dérangeantes pour les enquêteurs. Les observations sont nombreuses.

La Quinta Columna

En 1967, l'enquêteur Luis Anglada Font, un ancien pilote durant la seconde guerre mondiale et ancien agent du renseignement a publié une excellente compilation de cas européens et américains "UFOs Throughout the Centuries". Ses années de service dans l'armée ne lui laissaient aucun doute sur l'existence des Ovnis et celle de leurs occupants, mais que penser des humains vus à bord des appareils ou bien impliqués dans les activités des occupants ?

Anglada écrit : "Ils viennent sur notre planète à partir des satellites qui forment une échelle dans l'espace, ils viennent "en mode furtif" à part pour de rares exceptions, faisant le tour de la Terre à des vitesses fulgurantes... J'ai l'impression qu'ils nous connaissent mieux que nous le pensons, et je crois qu'une 'cinquième colonne' vit parmi nous; c'est surtout cela qui m'inquiète."

Qu'est-ce qu'une cinquième colonne exactement? C'est un groupe qui fait ami en secret avec un ennemi, qui aide sa cause de diverses façons qui peuvent aller de l'espionnage au terrorisme. Anglada pense que les occupants des Ovnis ne sont pas belliqueux, leur but final serait la subversion de l'humanité, quoique que les moyens d'y parvenir ne soient pas hostiles à première vue.

La cinquième colonne serait composée d'humains complices des ufonautes, en accord avec leurs buts ultimes. Aujourd'hui nous en savons plus qu'en 1967 sur le phénomène, à l'époque l'idée émise par Anglada pouvait facilement passer pour de la paranoïa due à la guerre froide. Même le Dr. Olavo Fontes, le consultant brésilien et l'enquêteur clé de l'affaire Villas-Boas avait cru à un objectif militaire lors de l'attaque célèbre de la garnison Itaipu en 1965 dés le début d'une invasion aérienne au nord du Brésil.

Mais en 1989, l'ufologue enquêteur espagnol J.J. Benitez travaille sur un cas qui a lieu dans le sud de l'Espagne. Deux silhouettes brillantes se matérialisent et se transforment en deux êtres humains devant le regard ébahi d'adolescents terrifiés. Les "humains" sont homme et femme, vêtus de vêtements appropriés pour le lieu et le moment. Ils marchent tranquillement le long de la plage et disparaissent dans la foule pendant qu'un Ovni se trouve au dessus dans le ciel. Les témoins restent sur place pour les revoir des heures plus tard, et ils filment leur démarche inhabituelle. La trace des pas laissés sur le sable par "l'homme" et la "femme" mène directement dans l'eau.

C'est donc cet incident qui a causé l'enquêteur à titrer son livre: "La Cinquième Colonne". La preuve de son argumentation est basée sur les disparitions mystérieuses de personnes et sur les "expériences de reproduction" comme celle du cas Villas-Boas.

Les humains sont abductés afin de créer une "force d'invasion" qui serait humaine tout en étant accoutumée à la planète aliène. L'auteur suggère qu'il doit se trouver des jeunes volontaires, assoiffés d'aventures, prêts à devenir complices des visiteurs aliènes.

Quoique ces histoires semblent bien farfelues, des humains y sont mêlés et certains d'entre eux ont témoigné. En septembre 1972, un automobiliste se fait interpeller par trois aliens à la peau jaune, vêtus d'uniformes près du corps gris. Un Ovni en forme d'oeuf se tient non loin de la scène.

L'un des aliens approche l'automobiliste et lui parle dans un espagnol parfait (la scène se déroule en République Dominicaine). Il lui explique qu'il était humain tout comme lui, puis, qu'il fut sauvé de la noyade par des aliens 10 ans plus tôt. Il se nommait Freddy Muller et s'était très bien adapté à la vie sur le monde des aliens.

Dans son livre Dimensions Jacques Vallée mentionne le cas qui se produisit dans la ville de Temple, Oklahoma en 1966 : un instructeur de vol aperçoit une machine brillante garée sur le bas-coté d'une autoroute. Il sort de sa voiture afin de prendre une photo et remarque "un homme en treillis militaire… un G.I en quelque sorte, mécanicien" qui effectue des réparations sur le fuselage sans ailes de son appareil, qui ne présente aucun système visible de propulsion. Puis l'appareil décolle verticalement à une vitesse fulgurante.

Dimensions - J. Vallée

Le chercheur espagnol J.J. Benitez mentionne une autre rencontre au bord de la route à la sortie de Huesca, en Espagne, en novembre 1974. Un couple tient une conversation des plus étranges avec un ufonaute au visage pointu, à l’apparence humaine qui leur pose cette question surprenante : Pourraient-ils lui prêter une clé à molette ? Un Ovni en forme de demi sphère est suspendu dans les environs, il émet des lumières rouges, jaunes et blanches. Les automobilistes se demandent à quoi peut bien servir une clé à molette à bord d’un tel engin. L'ufonaute se présente comme étant "l'ancien" Dr.Flor, de Barcelone.

En 1980, le propriétaire d’un avion privé Jos Antonio Pagan disparait pendant son vol de Saint Domingue à Porto-Rico. Il envoie un SOS : Son avion est tiré hors de sa route par une lumière étrange".

Frederick Valentich

Frederick Valentich

Un Boeing de la compagnie Iberia a entendu l’appel et a transmis le message aux headquarters FAA de San Juan jusqu’à ce que Pagan disparaisse finalement. Des mois plus tard, sa mère dit avoir eu une vision de son fils un après-midi : Il portait un uniforme métallique vert et des bottes de métal noir; il lui dit qu'il avait rejoint les "extraterrestres" dans leur mission, il était en sécurité et très heureux de sa nouvelle vie.

Ce cas un peu plus inquiétant a intrigué l’enquêteur Manuel Carballa, il est lié à la disparition du jeune pilote australien Frederick Valentich. Selon les témoignages de plusieurs personnes, un homme jeune dit se nommer Frederick Valentich comme le pilote disparu mystérieusement en 1978. C’est à Plaza del Charco, un port sur l'île de Ténérife en 1990, que cet homme dit qu'il est bien vivant et en bonne santé. Il montre un passeport australien aux témoins qui ne le croient pas.

Valentich poursuit en disant qu’il appartient maintenant à un groupe d’humains "recrutés" par les extraterrestres. Il ne présente aucun signe de vieillissement et ressemble au personnage de la photo (agé de 20 ans) qui circulait lors de "sa" disparition.

Un groupe de neuf observateurs passionnés d’Ovnis ont grimpé sur les hauteurs d'El Yunque Rainforests dans l’espoir d'observer le phénomène.

L'incident particulier qu'ils vont vivre ce soir là s'est déroulé au sol. Heriberto Ramos, le leader du groupe, a récemment précisé lors d'une interview qu'au moment de leur séjour au sommet de la jungle, il n'existait pas dans le commerce de lampe torche qui fonctionne une nuit entière. Ils avaient donc prévu de s'éclairer à l’aide d'un tube de pvc muni d’un phare et d'une batterie de voiture.

Alors que le groupe marche allégrement sur la piste qui mène au sommet en espérant observer quelque chose cette nuit là, ils sont plutôt surpris de voir 3 personnes descendant de la montagne qui viennent dans leur direction. Bizarrement, les 3 humains, 2 hommes et une femme, se ressemblent et sont vêtus d'une sorte d’uniforme assez vague. Ils n'ont rien qui puisse paraître "alien", ils parlent espagnol et disent être d'une communauté locale et c'est alors que l'un des membres du groupe remarque un détail étonnant : le trio en uniforme utilise une source de lumière improvisée qui ressemble à la leur dans tous ses aspects !

Les photographies du trio révèleront des images de halos de brume lors du développement. Leurs silhouettes se démarquaient clairement sur film infrarouge. D'après Ramos, ce détail est probablement la raison du vol des photos qui eut lieu dans son bureau peu après.

El Yunque, Rainforest

Il existe beaucoup d’autres cas dans lesquels des humains qui ne sont pas des humanoïdes, ou bien des aliens qui ressemblent à des humains ont été vus opérant avec des genres clairement non-humains qui vont des "Gris" aux Grands Blonds Nordiques.

The Nine

Travail d'artiste : Les Neuf

Bien que son argument soit présenté en termes militaires, pourrait-il y avoir ne serait-ce qu’une infime parcelle de vérité dans les craintes d’Anglada de l’existence d’une "cinquième colonne" ?

La réponse qui se veut prudente est : Oui. Dans son ouvrage 'Le Livre des Damnés' Charles Fort a suggéré l'idée d'un "groupe ésotérique", "The Nine", qui serait en contact avec des forces non humaines depuis la nuit des temps.

Louis Pauwels et Jacques Bergier ont suggéré l'existence des "Neuf Inconnus" dans leur 'Matin des Magiciens' qui seraient des êtres de notre monde en contact avec des pouvoirs supérieurs. Est-ce que certains des "membres d'équipe" humains seraient les descendants de ceux qui ont été abductés de force dans le passé ?

L'histoire humaine comprend toute une tradition de gens qui ont disparu en étant enlevés "d'en haut", Elias, Romulus, et beaucoup d’autres moins célèbres ajoutés aux milliers de disparus chaque année sans laisser de traces. Si ces humains nés d'aliens ont le pouvoir de revenir sur la Terre, qu’est-ce qui les empêche de rester ? Craignent-ils les représailles de leurs maitres aliens, ou bien certaines de leurs facultés ? Des pouvoirs qu'ils ont développé ou acquis sur d'autres mondes ? Peut-être ont-ils subi un lavage de cerveau et ne considèrent-ils plus l'humanité comme leur parente.

Anglada nous offre une possibilité plus menaçante : ces humains liés aux Ovnis, ainsi que les descendants des abductés contemporains (issus des soi-disant expériences forcées de reproduction) pourraient très bien être ceux qui nous remplaceront sur cette planète après que notre race sera anéantie par accident ou par dessein.

Dans ce scénario, ces hybrides humains seraient retournés sur la Terre pour nous diriger. Beaucoup plus aliens qu'humains dans leurs coutumes, choix et entrainement.

Icône Elias

Le Prophète Elias

Les expériences génétiques qui ont lieu sur les humains à leur insu dans le monde entier valident la possibilité mentionnée plus haut. Mais quel est le profit octroyé aux collaborateurs 100% humains ? Le pouvoir, l’influence, ou un statut dans le véritable "nouvel ordre mondial" ? A tout un chacun de deviner." Scott Corrales - Source

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

L’US Air Force et le projet X-37

avril 7th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur L’US Air Force et le projet X-37

L'US Air Force lancera dans l'espace, d'ici quelques jours, le vaisseau spatial X-37, l'aboutissement d'un projet soumis à de nombreux soubresauts depuis ses débuts en 1999 sous l'instigation de la Nasa et de la compagnie Boeing.

Lorsque la Nasa y renonça en 2004 pour se consacrer au projet Constellation et à son vaisseau Orion (abandonné lui aussi en cette année 2010), l'US Air Force décida en 2006 de se l'approprier pour en faire un projet strictement militaire.

Projet X-37

Depuis, tout en reconnaissant l’existence du projet X-37 et discutant ouvertement de la conception de ce véhicule spatial, les militaires ou les fonctionnaires gouvernementaux ne donnent que des réponses vagues sur sa finalité. Pourtant le X-37 va décoller d'ici quelques jours de Cap Canaveral pour son premier vol d'essai dans l'espace.

Quelle utilité l'US Air Force a t'elle prévue pour cet engin spatial ? S'agissant d'un secret défense, on n'en est réduit qu'à des suppositions. Il pourrait être utilisé dans la lutte contre des satellites hostiles mais aussi pour transporter ou récupérer des satellites dans l’espace. Il pourrait aussi servir d'engin de reconnaissance au dessus des théâtres d'opérations de guerre ou de sites stratégiques ennemis.

Le seul bémol viendrait du fait que les lancements depuis Cap Canaveral obligeraient à se contenter d'orbite de faible inclinaison, limitant ainsi la couverture géographique pour ce type de mission.

X-37 dans l'espace
Atlas-5

Le projet X-37 ressemble fortement à sa grande sœur la navette spatiale, mais elle est beaucoup plus petite qu'elle, avec un quart de sa taille. Le principal changement par rapport à la navette spatiale vient de son système de lancement.

Contrairement à elle, le X-37 est déposé tout en haut d’une fusée Atlas V et, pour assurer l'aérodynamisme pendant la phase de lancement, le X-37 est entouré d’une coiffe de 5 mètres de diamètre.

Ce projet, dont le déroulement s'est révélé particulièrement chaotique, devait aboutir à un premier lancement dans l’espace en 2008. Il aura fallu finalement attendre le 19 avril prochain, entre 16h49 et 21h12, pour assister à son baptême du feu depuis Cap Canaveral. L'essai se terminera quelques semaines ou mois plus tard par un atterrissage sur la base de Vandenberg en Californie.

Pour Gary Payton, le sous-secrétaire de l'US Air Force pour les programmes spatiaux : "Quoi qu’on dise, nous avons rarement eu la possibilité de ramener sur terre des charges utiles et des expériences faites dans l’espace et, ainsi, de vérifier comment ses expériences se sont déroulés en orbite. C'est une chose nouvelle pour nous."

Bien que la Nasa n’ait plus aucun rôle officiel dans ce projet, le vol d’essai sera une occasion d’étudier comment un petit vaisseau spatial se comporte lors de la rentrée atmosphérique.

Selon Daniel Dumbacher, ancien chef de projet sur le X-37 au Marshall Space Flight Center à Huntsville, Alabama : "Nous restons liés à l'armée de l'air concernant le système de protection thermique, ainsi que sur le guidage, la navigation autonome, la réinsertion (dans l’atmosphère) et pour l'atterrissage".

"Nous restons en contact avec eux dans le but de partager les données, mais seulement dans le cadre de cet objectif."

Projet X-37 reinsertion

Dumbacher ajoute : "La principale raison pour laquelle le X-37 est une nécessité était de disposer d'un démonstrateur pour les systèmes de protection thermique et les systèmes de réinsertion atmosphérique. Nous pouvons faire des tests en simulateur et d'autres choses au sol, mais vous n'obtiendrez jamais le bon environnement jusqu'à ce que vous voliez réellement lors d’un retour depuis l'orbite. La raison pour laquelle la NASA a accompagné le projet X-37 était dû à l’aspect technologique et la démonstration entourant le Système de Protection Thermique."

Cette mission permettra de réaliser un saut technologique important, car il s’agira de la première tentative de rentrée atmosphérique et d'atterrissage autonome dans l'histoire du programme spatial américain. La navette soviétique Bourane a déjà accompli cet exploit lors de son seul vol d’essai automatique en 1988.

Le X-37 au sol

Le porte-parole de l'US Air Force refuse de spécifier les paramètres orbitaux de cette mission. Gary Payton annonce que les plans pour de futures missions du X-37 sont déjà dans les tuyaux pour 2011, mais le destin de ces futurs lancements est lié aux résultats de la mission inaugurale :

"Nous attendrons que ce premier vol soit terminée avant de décider de la taille et du potentiel d'une éventuelle flotte de X-37. Si ce premier lancement est un succès, je serais ravi de voir se multiplier les X-37, et enchanté à l'idée que nous puissions avoir des capacités de Réponse Opérationnelle dans l'Espace."

"Nous pourrions avoir un X-37 prêt en permanence à Vandenberg ou au Cap Canaveral et, moyennant un délai relativement court selon les exigences du Bureau des Armées, nous pourrions placer une charge spécifique dans la soute, le lancer sur une fusée Atlas ou Delta, rester ensuite en orbite le temps nécessaire pour faire le boulot demandé par le Commandement du Bureau des Armées et enfin revenir à la maison. Et pour le vol suivant, nous pourrions avoir une autre charge utile en soute, éventuellement sous un Commandement différent."

Payton a déclaré que le principal objectif de ce vol était une démonstration technique sur la conception de ce vaisseau spatial, afin de voir s'il peut remplir son rôle de véhicule expérimental.

Même si ses caractéristiques et ses capacités de vols ressemblent fortement à la navette, technologiquement le X-37 est très différent.

Au lieu d’utiliser des piles à combustible, le X-37 déploiera des panneaux photovoltaïques pour produire de l'électricité en orbite. De plus il utilisera des commandes de vols électromécaniques plutôt qu'hydrauliques.

Projet X-37 pv

De même les panneaux photovoltaïques fournissant une énergie illimitée, cela permettra au X-37 de rester plus longtemps dans l’espace, jusqu'à 270 jours, beaucoup plus que les quelques jours d'autonomie de la navette spatiale.

D'autres technologies innovantes, que ce soit dans le guidage avancé, la navigation et le contrôle, les systèmes de protection thermique, l'avionique, les structures et joints résistant à de hautes températures et la conformité des isolants réutilisables, ont été développées selon un cahier des charges établi par l'US Air Force.

Rendez-vous le 19 avril pour le premier vol de ce nouvel engin spatial.

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Un Européen sur la Lune ?

avril 6th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Un Européen sur la Lune ?

La Lune pourrait bien devenir le prochain objectif de l'Agence Spatiale Européenne, l'ESA. Cet objectif ambitieux, après l'abandon de la NASA, fait l'objet d'une évaluation technique et scientifique qui va s'accélérer dès le 14 avril prochain lors d'une journée d'information prévue au Centre de Recherche Spatiale et de Technologie de l'ESA (ESTEC) situé aux Pays-Bas. L'information a été publiée sur le site de l'ESA :

"La région sud polaire de la Lune, avec ses cratères sombres et ses hautes crêtes, est un autre monde loin du terrain relativement lisse visités par les astronautes d'Apollo il y a quatre décennies. Ce paysage lunaire rustique sera la future cible de l'Europe dans l'espace.

Les possibles dépôts de glace, de profonds cratères et de longues périodes ensoleillés font du pôle sud de la lune et des zones alentour un endroit extrêmement intéressant pour les futurs explorateurs et les scientifiques.

Il est donc une cible de choix pour de futures missions habitées vers la Lune.

L'Europe recherche maintenant un terrain d'atterrissage qui ouvrira la voie aux astronautes. Cette entame permettra d'aboutir au premier Atterrissage Lunaire Européen et le premier à explorer cette région sud polaire de la Lune.

L'ESA va désormais demander à l'industrie spatiale de soumettre des propositions pour que ce projet de "Lunar Lander" aboutisse.

Spationaute Européen sur la Lune
lander OHB1

Concept Lunar Lander d'OHB-System AG

Préparer l'exploration humaine

Le "Lunar Lander" de l’ESA ouvrirait la voie à une future exploration humaine sur la Lune. Il y a deux objectifs principaux.

Le premier exige qu'il utilise la toute dernière technologie de navigation spatiale pour piloter sur une trajectoire précise entre l'orbite lunaire et la surface afin d'alunir avec précision et en toute sécurité.

Pendant la descente finale, la surface sera examinée en permanence pour reconnaître de lui-même les caractéristiques potentiellement dangereuses du lieu, en utilisant sa propre 'intelligence'.

Ensuite, le Lander devra entamer ses recherches dans cette région unique avec toute une batterie d'instruments. Il étudiera les propriétés et les effets possibles sur la santé humaine des rayonnements solaires ainsi que ceux de la poussière lunaire sur de futurs astronautes. Il examinera aussi les signes de ressources dans le sol qui pourraient être utilisés ultérieurement par les explorateurs humains.

lander EADS Astrium

Concept Lunar Lander d'Astrium GmbH

La vision européenne : un leader pour l'exploration

Plusieurs industriels européens ont déjà évalué les différentes options des missions ainsi que du design des atterrisseurs.

La prochaine étape sera la Phase-B1, qui finalisera les différentes missions et la conception définitive des engins spatiaux, afin d’examiner en détail les demandes concernant l'alunissage final et le travail sur les sites spécifiques du Pôle Sud.

Cette phase de 18 mois commencera dès cet été, à partir d'un design existant pour ce qui concerne le "Lunar Lander". L'objectif sera de le lancer avant la fin de cette décennie.

L'implication des chercheurs et de l'industrie européenne est cruciale pour définir des objectifs de mission détaillés et identifier les instruments pour y parvenir. Pour initier le processus, une demande d'information datant de 2009 a généré plus de 200 réponses.

Spationautes de l'ESA

Séance d'information sur le "Lunar Lander"

Dans le cadre du processus d'implication de l'industrie et des chercheurs européens dans ce projet, une journée d'information aura lieu au Centre de Recherche Spatiale et de Technologie de l'ESA (ESTEC) aux Pays-Bas le 14 avril.

La journée s'adresse principalement à ceux qui ont répondu au questionnaire de 2009 et comprendra une mise au point sur les grandes lignes de la mission, ses objectifs et le type de charge utile à exploiter lors de la phase-B1.

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post