Didier de Plaige

Que sait Gary McKinnon?

avril 22nd, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Que sait Gary McKinnon?

"Alors que Gary McKinnon affirme qu'il désirait mettre fin au secret sur les ovnis et ainsi libérer la technologie de l'énergie libre, les procureurs américains crient au plus grand hack militaire jamais commis. Il est vrai que Gary s'était introduit dans les systèmes de l'armée, de la NASA, de la Navy, du ministère de la défense et de l'Air Force. Nous savons qu'il se bat pour éviter une extradition vers les Etats-Unis, mais savons-nous ce qu'il a découvert exactement?

Gary McKinnon

Dans chacun de ses entretiens, Gary McKinnon mentionne deux trouvailles liées aux Ovnis. Au quotidien The Guardian, il confie avoir trouvé quelque chose de si important qu'il essaie de marchander avec le gouvernement. Lors de sa première arrestation, on lui propose une négociation : une peine de 3 ou 4 ans. Il refuse dans l'espoir de raccourcir la durée de la peine en menacant de publier ses découvertes. Hélas pour lui, le gouvernement US ne se laisse pas impressionner, Gary fait face à une peine de 70 années d'emprisonnement dans un lieu qui ne lui apportera pas le thé et les petits gateaux à l'heure habituelle.

L'initiative Disclosure Project du Dr.Steven Greer avait inspiré Gary. La réunion de personnes crédibles et leurs témoignages devant le Club de la Presse à Washington, avait permis au public d'apprendre que ces témoins confirmaient l'existence de visiteurs extraterrestres. L'un d'eux avait déclaré que les photos de l'espace étaient retouchées sur le site du Johnson Space Center, on y supprimait les ovnis. McKinnon parvient à s'introduire dans les systèmes du Space Center, il dit "avoir trouvé la photo en haute définition d'un objet en forme de cigare au dessus de l'hémisphère nord." Sous le choc, il ne pense pas à la télécharger, le fichier étant très lourd, il en vient à perdre sa connection ainsi que l'image.

Mais ce qu'il découvre en s'introduisant dans le système de l' US Space Command le surprend plus encore. Il affirme avoir trouvé une liste de noms d'agents non-terrestres.

Il pensera plus tard et à tord que cette information lui servira d'atout et lui permettra de négocier avec le gouvernement US. Il ne croit pas que ces agents non-terrestres soient des aliens mais pense que c'est une preuve que l'armée américaine dispose d'un bataillon secret dans l'espace. Les listes mentionnent des transferts de vaisseau à vaisseau mais McKinnon ajoute qu'il fumait de l'herbe à l'époque lorsqu'il piratait, si bien qu'il ne se souvient pas du nom des vaisseaux.
Des rumeurs circulent selon lesquelles il aurait mentionné les noms de deux vaisseaux, aperçus sur les journaux de transfert. Les noms étant : Le USSS LeMay et le USSS Hillenkoetter. Habituellement les vaisseaux de la Navy ne comprennent que deux "S" pour signifier "United States Ship", cependant nous avons trois "S", ce qui signifierait "United States Space Ships".

US Space Command
Général Le May

Les noms choisis sont également significatifs. Le General Curtis LeMay était un ami du Major Général de l'Air Force à la retraite, Barry Goldwater, également ancien sénateur de l'Arizona.

Celui-ci croyait à une couverture sur les ovnis organisée au coeur du gouvernement et soupçonnait son ami Le May d'être au courant.Des rumeurs circulaient selon lesquelles des preuves d'ovnis étaient entreposées dans une chambre secrète sur la base Air Force de Wright-Patterson, chambre nommée chambre bleue. Goldwater avait dit plusieurs fois aux médias que lorsqu'il posait la question à son ami, ce dernier, agacé, répondait : " Non seulement tu n'y entreras certainement pas, mais ne m'en parle plus jamais."

L'homonyme du second vaisseau, l'Amiral Roscoe Hillenkoetter fut le premier directeur de la CIA. Il était aussi membre d'une organisation de recherches ufologiques, le NICAP (Comité National d'Investigations des Phénomènes Aériens).

En 1960, le New York Times publie qu'Hillenkoetter a envoyé une lettre au Congrès qui cite cette déclaration : "En coulisses de hauts gradés de l'Air Force sont concernés au sujet des ovnis. Mais à cause du secret officiel et du ridicule, de nombreux citoyens sont conduits à penser que les objets volants non identifiés sont une absurdité."

Hillenkoetter se battait pour la fin du secret mais il cessa éventuellement d'en parler. De soi-disant documents secrets parvenus aux chercheurs ufologues font état de l'appartenance de Hillenkoetter au célèbre Majestic 12 créé par le président Truman pour gérer la question des ovnis.
Toutefois nous devons tenir compte que le fait que Gary McKinnon ait mentionné ces deux noms de vaisseaux reste une rumeur à ce jour puisque la source n'est pas identifiée lors de la publication dans le quotidien britannique The Guardian.

Il se peut que tout ce qu'avait Gary n'étaient que la photo de l'ovni et les journaux de bord, malheureusement pour lui bien insuffisants pour inciter le gouvernement à adoucir la peine. Les évènements prouvent le contraire, Mckinnon se bat depuis des années pour éviter l'extradition, les cours d'appel sollicitées écartant sa demande.

Mr.Hillenkoetter
McKinnon Portrait

Le gouvernement américain est plutôt sévère à son égard en prétendant qu'il a provoqué le disfonctionnement des ordinateurs militaires et de ce fait a rendu les Etats-Unis particulièrement vulnérable après le 11 septembre. McKinnon nie ces allégations et affirme qu'il y avait de nombreux hackers, de tous pays, ayant accès à ces mêmes réseaux en même temps que lui.
De nombreuses personnes le considèrent comme un bouc émissaire. Chercher la vérité sur les ovnis est difficile, garder un tel secret peut être considéré illégal mais prendre des mesures illégales pour y parvenir n'est pas de bon conseil, Gary McKinnon l'apprend à ses dépens. -
Source

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Un regard neutre sur Roswell – partie 1

avril 21st, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Un regard neutre sur Roswell – partie 1

Kevin Randle nous propose d'aborder l'évènement de Roswell sans aucun parti pris entre ceux qui veulent y croire et ceux qui sont certains qu'il ne s'est rien passé d'extraordinaire. Cette première partie relate une partie des faits qui se sont passés en 1947 et les différences de positions entre les deux factions :

Roswell Daily Record du 8 et 9 juillet 1947

Roswell Daily Record du 8 et 9 Juillet 1947

J'avais posté une notice nécrologique sur Charles Moore parce qu'il avait un lien avec le phénomène Ovni et le paranormal. Mon intention était de signaler sa disparition et non pas de commenter ses croyances sur le crash de Roswell, ni même de générer une longue discussion sur le sujet (Ce qui est le cas jusqu'à présent).

Permettez-moi de dire que je suis souvent étonné par la facilité qu'ont les sceptiques et les croyants d'ignorer les preuves et de passer outre.

Ils citeront l'article du 9 Juillet 1947, du "Roswell Daily Record" dans lequel Mack Brazel racontait qu’il avait ramassé un tas de débris d'apparence très fragile. Dans cette histoire, on ne cite pas Brazel avec exactitude, "Quand les débris ont été ramassés, le papier d'aluminium, le ruban et les baguettes, cela représentait un tas d'environ 1 mètre de long sur 20 centimètres d'épaisseur, tandis que le caoutchouc faisait un autre tas d'environ 50 centimètres de long sur près de 20 centimètres. En tout le lot entier aurait pesé près de 2.5 kg."

Suivant l'exemple de Feu Phil Klass, les sceptiques laisseront souvent entendre que c'est plutôt léger comme matériel pour faire partie d'un vaisseau extraterrestre.

Les partisans de l'explication extraterrestre, quant à eux, citeront ce même article en soulignant que Mack Brazel avait dit avoir trouvé 2 autres ballons d'observation météo sur le ranch, mais que cette fois-ci, ce qu'il avait trouvé ne leur ressemblait en rien.

L'article se termine par une citation. Brazel dit: "Je suis sûr que ce que j'ai trouvé n'était pas un ballon d'observation météo... mais si je trouve autre chose en dehors d'une bombe, ils auront du mal à me faire dire quelque chose."

Ce que nous voyons dans ce seul article c’est une information qui soutient les arguments des deux factions. C’était fragile et probablement un ballon, mais le témoin a dit qu'il savait à quoi ressemblait les ballons et que ce n'en était pas un.

Mack Brazel

Mack Brazel

Comment réconcilier les deux points de vue ? La réponse est évidente pour moi, mais je vais vous laisser tirer vos conclusions et je continue.

Mogul au sol

Mogul au sol
Mogul en vol

Mogul en vol

Voyons de plus près le rapport que Charles Moore a écrit sur le ballon Mogul du vol n°4. En utilisant les données sur les vents d’altitude que je lui ai fourni, le journal du Dr Albert Crary qui couvrait les événements du Nouveau-Mexique et ses anciens souvenirs, il pense que le vol n°4 se dirigeait vers le nord-est, près d’Arabela au Nouveau Mexique, quand ils ont perdu sa trace.

Ses calculs le situeraient à 27 kms du ranch de Brazel (Foster), c’est pour lui la preuve que ce qui a été découvert par Brazel et qui a dupé le Major Jesse Marcel était bien un de ces ballons.

David Rudiak a suggéré, dans un langage plutôt agressif, que les calculs de Moore étaient erronés et que les calculs mathématiques pourraient avoir été manipulés de manière à fournir à Moore le résultat désiré.

Rudiak, aidé de Brad Sparks, a retravaillé sur les chiffres et est parvenu à une conclusion différente. Ils disent que les prévisions de vol du Mogul étaient loin d'approcher le ranch Brazel (Notons que les 27 km suggérés par Moore ne sont pas si proche).

Le facteur qui n'est pas souvent mentionné c’est que les données des vents en haute altitude utilisées pour les prévisions ont été recueillies de façon assez sporadique en 1947 et seulement jusqu'à 6000 mètres. Toute déduction concernant les vents au-dessus de ce niveau serait spéculative, de plus les vols de Mogul furent conçus pour voler à des niveaux beaucoup plus élevés.

Un autre facteur qui n'est que rarement mentionné est que les données sur les vents de haute altitude n'ont pas été recueillies à Alamogordo, base de départ du projet Mogul au Nouveau-Mexique. Les vents d’altitude sont déduits de données provenant de Tucson, El Paso, Albuquerque et Roswell.

David Rudiak

David Rudiak

Bien qu'il soit possible d'être assez précis en utilisant ces données, il est également possible d'être sacrément dans l'erreur, surtout quand les données complètes n'existent pas.

Jesse Marcel montre les débris

Jesse Marcel montre les débris d'un ballon sonde

La partie de ces arguments qui continuent de m'étonner, c'est que d'un côté on critique vertement la mémoire de Major Jesse Marcel Sr, parce que ses souvenirs dataient de plusieurs décennies lorsqu'il a raconté son histoire aux chercheurs. Alors que d'autre part, ces mêmes personnes acceptent les souvenirs de Charles Moore, alors que ceux-ci sont encore plus anciens à l'époque où il a commencé à faire des commentaires sur le cas de Roswell. Ajoutons que les-dits souvenirs devaient s'être estompés par le temps écoulés et être teintés, au moment de son récit, par toute l'information diffusée sur le cas. Ce fut très clair lors des discussions que nous avions entretenues ensemble à Socorro.

Moore raconte qu'il se souvenait de la zone dans lequel le ballon a disparu près d’Arabela et c’est accepté comme une vérité. Il me raconta qu'il avait été fasciné par ces noms de lieux exotiques ... Arabela, Carazozo, Cap Rock, Tularosa, si bien qu'il se souvenait de ces choses. Mais se souvenir d'un vol de ballon près d’Arabela n'est pas la même chose que de se rappeler qu’il a disparu quelque part dans les environs, surtout quand il s'agissait d'un programme de vol pisté se dirigeant vers Arabela.

Tout cela me fait dire qu’il existe des preuves pour les deux parties opposées dans ce seul article publié dans le "Roswell Daily Record", mais aucun des deux n'est disposé à écouter l'autre. Chacun semble ignorer les éléments qui ne correspondent pas à son point de vue.

La description de Brazel relève que c'était quelque chose de fragile, suggérant que c'était un ballon, cependant il dit que ce n'était pas un ballon météo. L'histoire semble indiquer que tout fut récupéré mais il est mentionné que Jesse Marcel en ramena plus que ça.

Ensuite nous avons Moore qui, avec l'aide de certaines données, extrapole la direction et la vitesse du vent au-dessus des niveaux pour lesquels les données existent et certains acceptent cela comme la preuve finale. ils rejettent toute autre information pour la seule raison qu'elle modifierait leur vision des choses alors que d’autres ont soulevé des questions légitimes.

Charles Moore

Charles Moore

Je ne peux dois pas oublier non plus que les partisans rejettent les travaux de Moore suggérant que le ballon ait pu dériver vers le ranch. Au lieu de cela ils s’attaquent au personnage, ce qui n'est pas honnête... et oui, je sais que Phil Klass est célèbre pour s’attaquer au caractère de ceux avec qui il est en désaccord, ce qui prouve mon point de vue ici.

Roswell crashsite-small

Site du crash de Roswell - Cliquez pour agrandir

Nous nous retrouvons avec des gens qui ne veulent pas examiner les preuves quelles que soient ces preuves. Ils choisissent la partie qui s'intègre à leur point de vue sur l'affaire et ignorent les autres. Ils crient qu'ils détiennent la vérité, mais ils n'ont que rarement le recul nécessaire pour avoir une vue d'ensemble.

Et dans ce cas, cette vision d'ensemble serait empreinte de toutes les contradictions présentes dans l'article du 9 juillet. Comment se fait-il que les deux factions parviennent à citer la même source sans comprendre qu'il y a quelque chose de fondamentalement faussé dans cela ? Comment un seul article peut-il donner raison à tout le monde sans répondre à une seule question ?

Comment une faction peut-elle critiquer la documentation sans comprendre qu'elle ne contient pas les réponses ? Comment 2 groupes différents qui utilisent les mêmes données parviennent à des conclusions différentes ? Je connais la réponse mais c'est une question de rhétorique.

Newspaper rancher

Témoignage de Mack Brazel dans le Roswell Daily Record

Rien de positif ne sera accompli jusqu'à ce que les deux factions se rendent compte que chacune d'entre elle possède les preuves avec des points de vue différents. Rien ne sera gagné tant que les deux parties ne se rendront pas compte que les preuves sont contradictoires et qu’il y a une raison principale à cela. Nous ne saurons pas ce qui s'est passé jusqu'à ce que nous regardions au-delà de nos propres croyances aveugles et jusqu'à ce que nous élargissions notre point de vue vers une vision d'ensemble. Source

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Un regard neutre sur Roswell – partie 2

avril 20th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Un regard neutre sur Roswell – partie 2

Hier, nous avons publié un premier article concernant l'approche neutre qu'a voulu Kevin Randle à propos de l'affaire de Roswell. Malgré cette "réserve" il y eut énormément de commentaires qui ont suivi son article et Kevin Randle a estimé qu’il lui fallait à nouveau intervenir pour clarifier certains points. Voici ce qu’il en pense :

"Alors que le débat fait rage depuis ma précédente annonce et que nous en sommes à plus de 300 commentaires sur le sujet, il y a eu une discussion dans tout ce débat qui démontre un point d'origine nécessitant un éclaircissement .

J'avais suggéré que nous examinions les preuves d’une façon neutre.

Au lieu de cela, dans certains cas, c’est devenu un rejet des preuves à cause de la conviction que de telles choses ne pourraient pas se produire.

Maggie & Mack Brazel en 1951

Maggie & Mack Brazel en 1951

Certains sceptiques ont rejeté l'idée que Mack Brazel avait été retenu par les autorités militaires pendant près d’une semaine. Christopher Allan écrit, par exemple :

Karl Pflock

Karl Pflock

"Karl Pflock en vint à la question de Brazel dans son livre, p.169-171. Il a conclu qu'il semblait très douteux qu’une telle incarcération ait lieu. Mais Easel insistera pour dire que ce fut le cas. Ciel, pourquoi ont-ils eu besoin de le retenir une semaine entière ?"

"S’ils étaient déterminés à le faire taire, ils auraient pu le faire en 2 heures en lui faisant signer, dès le 8 Juillet, un serment pour qu'il garde le secret. Cela suppose que l'affaire était déjà classée Top Secret. Dans ce cas, il n'aurait pas été autorisé à donner son interview au "Roswell Daily Record" plus tard ce jour-là."

Mais Karl Pflock n'est pas l’autorité absolue en la matière car, en fait, il a rejeté certaines données simplement parce qu'elles n'étaient pas à son goût. Qu'il soit en accord avec l'attitude des sceptiques ne fait aucun doute. Examinons quelques-uns des faits.

Karl a souligné que je n'avais pas enregistré la conversation avec Easley, ce qui est la vérité. Mais j'ai mes notes écrites à l'époque, ce qui signifie que je parlais bien à Easley. Il déclare, à propos de Brazel (citant mes notes reproduites ci-dessous), "l'a emmené à la base ... lui a parlé pendant plusieurs jours ... pas impliqué là dedans (Easley disant qu'il n'était pas présent lors de l'interrogatoire). Brazel à la maison des invités."

C’était, bien sûr, le policier supérieur, le "top cop" de la base de Roswell et il n'avait jamais été interrogé par qui que ce soit jusqu'à ce que je lui parle. Il a été prudent dans ce tout ce qu'il a raconté parce que, comme il me l'a dit à plusieurs reprises : "Je suis tenu au serment de garder le secret." (Qui sera un argument pour plus tard et j'en possède l'enregistrement.)

Major Edwin Easley

Major Edwin Easley

J'ajoute en passant que Pflock m’a traité de menteur à propos de ce témoignage. Certes, je souhaiterais sincèrement l'avoir sur bande, mais cela ne change rien au fait que Easley m’a dit que j'avais été le premier et, autant que je sache, le seul chercheur, à lui avoir parlé... Karl ne peut rien présenter pour réfuter ce témoignage hormis le fait de dire que celui-ci n'était pas sur la bande... tout comme certaines des interviews qu’il a réalisées mais dont il raconte qu'il les a rapportées avec précision.

Note sur Easley

Note sur Easley

Nous devrions alors rejeter ce que dit Bill Brazel qui, après avoir lu les histoires de son père dans les journaux, est allé à son ranch pour l'aider. Mack fut de retour deux ou trois jours après que Bill soit arrivé sur place.

Ce témoignage provient de Brazel en 1989 au cours de mon premier entretien avec lui.

De même nous devrions rejeter Marian Strickland qui a raconté sur une bande vidéo (enregistrement fait en 1990) que Mack était assis dans sa cuisine et se plaignait d'avoir été retenu à Roswell. Lyman Strickland a également raconté cela, mais pas à moi. Il était mort avant que je ne vienne à Roswell.

Ensuite, nous rejetons ce que Loretta Proctor nous dit à propos de Brazel qui se rendait à Roswell...

Ainsi que le témoignage de plusieurs autres personnes qui l'ont vu en ville, y compris Floyd Proctor ou même Walt Whitmore, Jr., qui dit avoir vu Brazel dans la maison de son père, sans oublier de dire qu’il s’est aussi rendu au bureau du journal local le 8 juillet pour y donner son interview. Cela, je le souligne encore une fois, montre que Brazel était bien à Roswell après sa visite initiale.

Floyd Proctor raconta à Bill Moore, cela est rapporté tel quel dans "L'Incident de Roswell", avoir vu Brazel escorté par des militaires dans le centre ville de Roswell.

Floyd & Loretta Proctor

Floyd & Loretta Proctor

Maintenant, étant donné ce que Bill Moore décrit dans son livre comme étant "un méli-mélo scandaleux de faits et de fictions" et étant donné que nous l’avons vu manipuler les témoignages pour les adapter à sa vision des événements, les sceptiques seraient bien en droit de rejeter les déclarations attribuées à Floyd Proctor. Et si Proctor était le seul à soutenir cela, je les rejetterai également.

Roswell Daily Record du 9 Juillet

Roswell Daily Record du 9 Juillet

Toutefois, je sais que certains des témoignages rapportés dans "The Roswell Incident" sont exacts parce que les témoins m'ont raconté la même chose.

De plus Loretta m’a confirmé ce qu’a dit son mari. Alors nous pouvons suggérer que ce témoignage est exact, si nous le voulons.

Nous pourrions attribuer moins de poids à celui-ci que ceux donnés par d'autres témoins ou rapportés par d'autres écrivains, mais il a quand même une certaine valeur dans la compréhension globale de l'affaire Roswell.

Nous n'acceptons pas non plus le témoignage des amis de Brazel, Leonard Porter et Bill Jenkins, qui ont raconté que Brazel était sous escorte militaire.

Et nous rejetons l'histoire racontée par Frank Joyce au sujet de la visite que lui rendit Brazel à la radio KGFL de Roswell après qu'il soit allé au bureau du journal local. Brazel raconta à Joyce qu'on lui avait ordonné de raconter une nouvelle fable ou cela irait très mal pour lui. Nous rejetons tout cela parce que l’histoire de Joyce aurait pris trop d’ampleur au fil des ans ...

Toutefois, lors de ma première entrevue avec Joyce, il m'a précisé qu'il y avait des choses qu'il savait et qu'il n'avait jamais dites à personne. En fait, il m'a montré une lettre oblitérée par la poste, qu'il s’était envoyée, afin qu'il puisse vérifier qu'il n'avait "rien oublié", et n'avait pas embelli son récit par la suite pour son propre compte... Mais rejetons cela de toute façon.

Franck Joyce

Franck Joyce
KGFL radio

KGFL radio

Nous acceptons ce que Bessie, la fille de Mack Brazel, nous raconte, malgré le fait qu'elle dise avoir accompagné son père à Roswell lors de son premier trajet mais ne se souvient pas si l'armée escortait son père (ce qui est assez bien documenté)...

Ce que je veux dire, c'est que même Cavitt a admis qu'il était allé au ranch, ce qui est, bien sûr, en contradiction directe avec ce qu’elle dit. Elle a dit aussi que son père n’était pas retourné à Roswell, même si cela est également bien documenté. Elle raconte qu'aucun militaire n’était venu dans le ranch.

Elle a également dit qu'elle savait que ce n’était qu’un ballon quand ils ont réuni tout les débris, ne laissant rien dans le champ que Cavitt et Marcel auraient pu voir.

Il me semble que si une jeune fille de 14 ans pouvait identifier tout ceci comme un ballon, alors pourquoi Jesse Marcel, un adulte ayant une intelligence aiguisée, n’a pas reconnu cela dès le premier coup d’œil... mais je m'écarte du sujet.

Cela signifie donc que nous rejetons toutes les preuves provenant de plusieurs sources différentes, y compris des documents et des témoignages qui ne cadrent pas avec notre propre point de vue et nous acceptons les déclarations d'une seule source, même lorsque celle-ci est contredite par des documents, et c’est le cas.

Sans oublier que Bessie Brazel a répudié son témoignage. Elle raconte qu’elle a mélangé les évènements de 1947 avec quelque chose qui s'est passé quelques années plus tard.

Ainsi, en dépit de ses hésitations, son histoire suggérant que c'était un simple ballon et rien d’autre, est considérée comme la seule vérité par certains, par conséquent tous les autres ont tord.

Ramey & DuBose montrent les debris

Ramey & DuBose montrent les debris
Telex de Roswell

Telex de Roswell
Cliquez pour agrandir

Et maintenant quand j'entends à nouveau comment Karl Pflock réfute l'idée que Brazel se soit rendu à Roswell... Les preuves nous montrent qu'il y est allé. Point barre.

Le temps qu'il y a passé est basé sur une estimation de ce que Bill nous dit.

Il est arrivé au ranch deux ou trois jours après que son père soit parti et celui-ci n’est revenu que deux ou trois jours plus tard. C'est donc entre quatre à six ou sept jours si l'on se base sur les dires de l’homme qui devrait être au courant.

Ces points précis seraient des faits et non, ils ne mènent pas aux extraterrestres, mais suggèrent que quelque chose s’est passé et ce quelque chose sortait de l'ordinaire. Ce qui est débattu ici montre que les sceptiques ont complètement tort sur ce point. Il va être intéressant de voir s’ils vont tenter de retourner cela en leur faveur d'une manière ou d’une autre. Source

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Manipuler le Temps

avril 19th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Manipuler le Temps

Une interview de Randall Radic avec David Lewis Anderson sur la validité des voyages temporels.

"Il existe de nombreuses définitions du mot "temps", ainsi qu'un nombre d'expressions encore plus important. Oswald Spengler disait : "Temps' est un mot pour parler de quelque chose d'inconcevable, un symbole, et l'utiliser comme un concept de façon scientifique est se donner une interprétation erronée de sa nature." Parmi les déclarations les plus profondes faites au sujet du temps, Saint Augustin dit : "Si personne ne me demande, je sais; si je devais expliquer, je ne sais pas."

David Anderson

Dr. David Lewis Anderson

Le Dr.David Lewis Anderson, physicien spécialisé dans la physique de l'espace-temps, connait une ou deux choses sur le temps. Très jeune il est employé pour son centre de recherches avancées par l'Air Force, il travaillera sur le site prestigieux d'essais de vols de la base Edwards dans le désert Mojave. Il fondera plus tard l'Institut qui porte son nom et qui conduit des recherches sur les technologies temporelles avancées. Lorsqu'on lui demande une définition du mot, le Dr. Anderson répond: "Le temps est une illusion de notre évolution biologique et culturelle."

Il dit aussi : "Nous ne voyons pas l'espace, le temps et l'univers tels qu'ils sont, nous voyons l'espace , le temps et l'univers tels que nous sommes." Il rejoint partiellement Saint Augustin en ajoutant que "le temps est très difficile à comprendre et encore plus difficile à expliquer." Le voyage temporel est-il possible ? Je suis soufflé par sa réponse ! Non seulement ces voyages sont possibles mais ils sont une réalité aujourd'hui. Il y a en ce moment 6 pays très impliqués dans la recherche sur le voyage dans le temps. Dr. Anderson préfère utiliser le terme contrôle du temps : États-Unis, Russie, Japon, Inde et Chine sont 5 de ces 6 pays - il ne mentionne pas le sixième.

Ce serait l'Inde qui aurait le plus de capacités, "son aptitude à maîtriser le temps est dix fois plus avancée que celles des autres pays." Il confirme que de l'information a été envoyée dans le passé en esquivant poliment la réponse quand je lui demande si des personnes ont aussi été envoyées dans le passé. Ce geste d'esquive peut s'interpréter comme une affirmation silencieuse ou bien comme une indication que la technologie pour y parvenir existe mais n'a pas encore été utilisée. En d'autres termes, le voyage temporel est là, ni hier ni demain mais maintenant.

Puisque le savoir est un pouvoir et que celui-ci corrompt, la question suivante porte sur les considérations éthiques de la maîtrise du temps. Dr.David Anderson parle longuement sur les implications morales d'une telle technologie : "Les conséquence du contrôle du temps sont incroyables." En démonstration de l'importance des répercussions possibles il utilise la métaphore suivante : "Considérons le voyage dans le temps comme un parterre de plantes en floraison. Si l'on marche d'un bout à l'autre du parterre, certaines plantes seront abimées, d'autres détruites pendant que d'autres ne seront pas touchées. Le parterre de fleurs sera changé.

Imaginez que l'histoire prenne la place du parterre de fleurs - la narration chronologique - l'histoire serait changée de la même façon. Un visiteur venant du futur qui retourne dans le passé, piétinerait le parterre de fleurs en y causant des dommages irréparables. Tout serait dérangé, l'effet papillon s'ensuivrait. Une ondulation pourrait créer une entropie générale. En quelques minutes de plus ou de moins la structure de la réalité serait modifiée pour suivre des directions aléatoires inconcevables. L'envergure de ce qui pourrait arriver dépasse la compréhension. "

Sablier Time
Voyage _Temps

Femme aperçue hier qui lisait le journal d'aujourd'hui.

Dr. Anderson dit que les soi-disant paradoxes des voyages dans le temps n'existent pas: "Par exemple, une hypothèse répandue suggère que si je retournais dans le passé et causais accidentellement la mort de mon grand-père, de par la loi de cause à effet, je cesserais d'exister dans le futur. Ce n'est pas exact. Je pourrais retourner dans le passé, causer la mort de mon grand-père, et rester en vie. Cependant mes actions auraient des ramifications et personne n'en connait l'étendue."

Dr. Anderson ajoute que les choses vont changer parce que son action va "retirer la conscience de la réalité."La réalité telle que nous la connaissons changerait. Et personne ne peut prévoir l'insignifiance ou la démesure du changement. la technologie nécessaire pour changer le monde existe. Les questions éthiques sont précaires. .

A cause de ces 2 raisons, David Anderson pense qu'il est impératif que les scientifiques arrivent à un accord envers les 4 principes qui doivent les guider: Divulgation, Transparence, Éducation et Éthique.

Le coté positif est très prometteur, d'après David Anderson les bénéfices du voyage temporel et ceux de la recherche de la maitrise du temps sont gigantesques. Il y a le bénéfice de l'énergie libre. L'énergie est produite par la rotation de la terre, laquelle courbe le temps en effectuant sa rotation. Avec des générateurs de champs de distorsion temporelle cette énergie peut être récoltée et emmagasinée dans ce qu'il appelle un "réacteur-temps", puis l'énergie peut alors être distribuée. La technologie de la construction des "réacteurs-temps" existe et le Dr. Anderson en a déposé les brevets. Les applications de ces réacteurs concernent la technologie du contrôle du temps ainsi que la production d'énergie.

Pour le profane, le voyage temporel semble sortir d'une nouvelle de science-fiction ou bien d'un film Hollywoodien. Ce n'est plus le cas. C'est là, le futur est maintenant. Le futur de l'humanité sera déterminé par la façon dont cette technologie sera utilisée. Nous pouvons avoir un futur de matins ensoleillés et de sacs de billes comme nous pouvons subir un cauchemar Orwellien.

Time Traveldvd

Le Dr. Anderson a parlé publiquement de ses travaux dans une interview de 2 heures le 23 Décembre 2009 à l'occasion d'un exposé de ses recherches pour l' U.S. Air Force sur la maitrise du temps, travaux qui sont poursuivis dans son institut ainsi que dans d'autres organisations. Aujourd'hui il est le président et directeur de Anderson Multinational LLC, la société parente de l'Anderson Institute; leader de la recherche et du développement de la technologie de contrôle du temps." Randall Radic. - Source

Stone Henge

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Richard Dolan : Un peu de Politique

avril 18th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Richard Dolan : Un peu de Politique

Un peu de politique ou l'explication de la raison du manque d'informations : Revenons sur la Conférence Awake and Aware qui s'est tenue à Los Angeles à l'automne dernier. Richard Dolan, historien, y avait fait une prestation remarquée pour la sortie du deuxième volume de son ouvrage en trois parties: UFO's and The National Security State, trilogie en passe de devenir un monument et une archive inestimable pour l'histoire de l'Ufologie.

Les critiques sont élogieuses, pas de discours ambigu, le travail consiste en une compilation de faits acquise au moyen de la loi sur la liberté de l'information. Ses sources, nombreuses sont pour la plus grande partie, vérifiables. Un ami âgé et mourant lui a légué sa bibliothèque entière, plus de 1000 livres, et énormément de journaux, sur le sujet, il dit avoir tout lu. Sa base de données ufologiques, tiendrait à peine dans un livre de 3 à 4000 pages et son analyse de la politique de son pays en rapport avec l'ufologie est exceptionnelle.

Richard Dolan, volume 2

"Vers la fin des années 70 et au début des années 80, de nombreuses preuves démontrent que les organisations ufologiques furent infiltrées par des groupes du renseignement. Ils avaient même commencé plus tôt mais dans le livre mes arguments portent sur la période 79-80, où il y a un véritable effort de la part des agences pour infiltrer ces milieux, pour remuer tout ça et rendre les choses beaucoup plus difficiles pour nous pour comprendre où nous en sommes. Mais il y a plus que ça.

Ce que je n'avais pas inclus dans le premier volume parce que je n'avais pas cette vision géopolitique globale acquise à la lumière des recherches, je l'apporte dans le second. C'est ce que j'appelle "les réalités géopolitiques d'ensemble". Oublions les ovnis un instant. Je pense que la plupart d'entre vous reconnait que le président des États-Unis n'est pas la personne en charge de notre pays. Okay. Nous savons donc tous cela, la question qui se pose est : Alors qui est-ce?

Cette question n'est pas posée dans le monde universitaire, ni dans les départements de sciences politiques ou d'histoire. Je pense qu'ils restent bloqués dans un état d'esprit beaucoup plus conventionnel. Mais les faits sont là. J'ai analysé chacune des présidences et leur relation aux organisations des élites. Le célèbre groupe Bilderberg, le CFR, la Trilatérale, etc. Y a t-il une relation ?

La réponse est : Oui. Absolument et à 100%. Ce n'est pas peut-être. Non, c'est certain et ceci est important. Le "faiseur de rois" des États-Unis pendant cette dernière moitié de siècle au moins est David Rockefeller. Vous ne devenez pas président jusqu'à ce qu'il déclare que vous serez président. Gerald Ford était présent à la réunion Bilderberg 5 fois dans les années 60. Il n'est pas devenu le premier président non élu de toute l'histoire américaine par hasard.

Jimmy Carter fut carrément hissé par David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski dans le fauteuil de la Maison-Blanche. C'est vraiment ce qui s'est passé. Il avait eu une interview avec eux avant même qu'il soit nommé pour le ticket démocrate, ils étaient impressionnés et lui avaient dit: "Oui, vous êtes notre homme." Brzezinski devint son National Security Adviser et il est aujourd'hui l'un des conseillers-clé de Barack Obama.

L'influence de la Commission Trilatérale dans l'administration Carter fut amplement commentée à l'époque et en 1980, le candidat Reagan en a fait ses choux gras lors de sa campagne.

En 1980, Ronald Reagan mène une campagne contre les élites, contre le CFR, contre George Herbert Walker Bush à propos duquel il avait même dit : Cet homme ne fera jamais partie de mon administration.

Qu'arriva t-il ? Hé bien, William Casey, un homme important du CFR et ami proche des Rockefellers, devint le manager de campagne de Ronald Reagan et tout changea puisque Reagan choisit Bush comme partenaire, ce qui causa un bon nombre de supporters à quitter la salle lors de la convention républicaine.

Deux mois plus tard, en septembre 80, Ronald Reagan, lors d'une fête pour sa victoire prochaine est assis avec à sa droite David Rockefeller en personne. C'est donc ainsi que cela fonctionne. Okay. Avançons vers d'autres thèmes...

Mais avant je veux simplement dire, avec mes arguments, que la Présidence des Etats-Unis est essentiellement un boulot de représentant et le travail du président consiste à vous vendre deux choses :

* La première chose qu'il doit vous vendre est la mondialisation, une pilule amère pour beaucoup d'américains, il faut donc qu'il soit bon.

* Puis, l'autre couleuvre qu'il va falloir avaler est n'importe quelle nouvelle guerre se trouvant dans le collimateur des grands groupes financiers internationaux.

Avant de poursuivre je voulais aussi mentionner que j'ai fait une analyse poussée de la guerre du Golfe. Ce n'est pas un évènement Ovni en soi mais c'est important pour nous de soulever le voile afin de voir la structure du pouvoir pour ce qu'elle est réellement. Nous devons savoir ce qu'est notre gouvernement si nous nous attendons à une révélation de sa part. On ne peut pas continuer à vivre nos vies entières avec l'image d'Epinal de ce qu'est la république. Ce monde n'existe plus. Nous vivons dans un monde différent et nous devons comprendre la structure du pouvoir telle qu'elle est en réalité. C'est une partie importante que j'ai développée dans le tome II.

L'autre aspect, que je place juste à coté de la question politique, ce sont les considérations technologiques. Lorsque nous voyons un Ovni : Qui l'a construit ? Nous ? Eux ? La réponse n'est pas aisée. J'essaie d'y répondre en établissant le niveau de nos technologies officielles à certaines périodes dans toute cette histoire. Quelles étaient les avancées dans le domaine des BlackOps ? J'essaie d'assembler des pièces de puzzle. Les Budgets secrets ont leur importance ainsi que la privatisation des secrets, ils sont mentionnés dans le livre. Que sont les Black Budgets ? Beaucoup d'argent illégal part dans les black budgets, dans les programmes qui nécessitent un accès spécial.

Richard Dolan

Il existe tout un tas d'appellations pour ces programmes non reconnus.

Le Congrès n'a pas son mot à dire là-dessus. Leurs propres agences n'ont même pas un droit de regard sur les sommes englouties dans ces projets; que ce soit l'armée, la Navy ou l'Air Force, ou bien l'un ou l'autre des groupes de renseignements. Qui sait qui dirige ces projets et leur financement ?

Quand je parle de la privatisation des secrets, ce n'est pas uniquement sur les ovnis. Il est facile de voir que les différentes administrations du gouvernement - et pas simplement aux États-Unis - sont totalement ou presque sous la domination de fonds privés. C'est donc le cas également pour les secrets ufologiques.

L'un des points important que je fais est qu'une grande partie des secrets ufologiques se trouvent maintenant entre les mains de groupes privés, ou semi-public, mais souvent enfermés dans des groupes d'intérêts très privés.

Quand vous considérez le monde des Special Access Programs, les rares études faites sur le sujet indiquent que les entrepreneurs privés sont les partenaires dominants, à la place du personnel du Defense Department, le DoD, qui eux, ne servent que de gardiens qui gardent l'œil sur les rentrées d'argent. Mais les décisions sont prises par ceux qui gèrent les programmes, c'est à dire Boeing, Lockheed, SAIC, Ratheon, ou qui que ce soit d'autre qui dirige le projet. Ce sont eux qui dominent. C'est un système sensé car voyez : si vous êtes un général du Pentagone, un général 4 étoiles, quand vous prenez votre retraite, qui va vous embaucher ? Ce sont ces sociétés, avec un salaire plus que confortable, et tout ce système de renvoi d'ascenseur.

Il est donc beaucoup plus facile de sécuriser les secrets lorsque vous privatisez tout cela parce que l'information n'a plus besoin d'être classifiée, elle devient une propriété privée, ce qui est un moyen beaucoup, beaucoup plus efficace de tenir l'information à l'écart du public et de la faire fructifier par la même occasion.

Tout cela implique une récupération de technologie exotique qui ne vient pas d'une fabrication humaine. Imaginez que vous ayez en main un artéfact que vous étudiez, vous ne pouvez pas en tirer profit de suite, mais vous le pourrez dans une dizaine d'années avec quelques idées sur ce que vous pouvez en faire, vous avez un moyen de gagner beaucoup d'argent plus tard. C'est pourquoi la motivation de libérer les secrets s'amoindrit d'année en année, c'est donc une affaire privée.

Patch Lockheed

La conclusion évidente - et c'est la conclusion de niveau élémentaire de la section politique - est qu'il existe une couverture internationale de ce qui est le cœur du phénomène ufologique.

S'il y a un seul message dont il faut se souvenir, c'est celui-ci : le phénomène est réel et, oui, il y a une couverture par-dessus. Le phénomène est indéniable, sa couverture est indéniable.

Quant à la recherche... J'y viendrais. C'est une histoire de l'ufologie, une histoire fascinante et cette histoire est une partie de l'histoire du développement de la conscience humaine.

Une autre conclusion que je formule dans ce livre est la nature filante des blacks budgets et de ce que j'appelle la civilisation séparée. Explication : Ce que nous appelons le Black World, existe avec une quantité d'argent infinie pour expérimenter, et un niveau incroyable de clandestinité au sein de laquelle ils font ce qu'ils font. Hé bien qu'arriverait-il si leurs scientifiques tombaient sur une découverte de génie basée sur ces technologies qu'ils étudient ? S'ils trouvaient une idée ou un truc vraiment génial ? Est-ce qu'ils le partageraient avec nous ?

Qu'arrive t-il lorsqu'une avancée scientifique mène vers une autre avancée, puis vers une autre, et encore une autre... et avant que nous nous en rendions compte, ils sont là-bas, loin là-bas et nous, sommes ici et en fait, cet écart continue de s'allonger au point qu'ils ont la capacité de faire ces choses que nous considérons absolument impossibles ?

Patch Boeing

Ils seraient si différents que nous pourrions les nommer, avec exactitude, une civilisation à part, avec une compréhension totalement différente de certains principes scientifiques et certainement une autre vision du monde. Car je pense qu'ils interagissent d'une façon plus personnelle avec eux [pointe vers le haut] que nous autres, ils ont donc un système de principes différent qui conduit leurs vies.

Nous devons nous demander comment ils pourraient même être capables de nous entretenir facilement de ce qu'ils savent. Comme si nous étions des voyageurs temporels, de retour dans la passé, mille ans en arrière : Comment parlerions-nous aux gens ? Comment leur parlerions-nous des choses que nous connaissons de notre monde actuel ? Ce doit être difficile. Je pense que c'est une hypothèse que nous devons considérer comme probable." - Source

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Discours d’Obama au Kennedy Space Center

avril 16th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Discours d’Obama au Kennedy Space Center

En février dernier, le président Obama a abandonné le programme Constellation, lancé en 2004 par George W. Bush, qui devait permettre aux Américains de retourner sur la Lune, avant de partir à la conquête de Mars. Inquiets au sujet de l'avenir des vols spatiaux habités américains, employés de la NASA, élus et milieux d'affaires de Floride ou du Texas attendaient avec impatience l'intervention du président Barack Obama ce jeudi 15 avril au Centre spatial Kennedy, espérant des éclaircissements. La majeure partie de son nouveau programme se trouve dans un document publié mardi soir sur le site internet de la Maison Blanche.

Ce changement de cap dans le programme spatial américain intervient au moment où les trois navettes vont être retirées du service fin 2010 comme décidé par George W. Bush en 2004. En l'absence de remplacement américain, les Etats-Unis dépendront des vaisseaux russes Soyouz pour accéder à l'ISS dont ils ont financé la quasi-totalité des cent milliards de dollars.

Les experts s'accordent à dire que la fin de la navette va entraîner 9.000 pertes d'emplois au Centre spatial Kennedy en Floride sur 14.000 actuellement.

NASA Obama

Mardi dernier encore, Neil Armstrong, le premier homme à marcher sur la Lune, lors de la mission Apollo XI en juillet 1969, déplorait dans une lettre, le fait que les Américains, pour aller en orbite basse et pour atteindre l'ISS, seront liés à un accord passé avec la Russie, consistant à acheter des places à bord des fusées Soyouz. Il a été rejoint sur ses points de vue par James Lovell, astronaute de la mission Apollo XIII, et Eugene Cernan d'Apollo XVII.

Obama Nasa

Robert Gibbs, porte-parole de la Maison blanche, à répondu à ces critiques en déclarant qu'une commission indépendante avait établi que le programme Constellation avait "des années de retard, avait massivement dépassé son budget et que nous ne respecterions pas le calendrier de retour sur la Lune, dans tous les cas".

La Maison blanche s'est trouvé un allié en la personne d'Edwin "Buzz" Aldrin, partenaire d'Armstrong à bord d'Apollo XI, qui a déclaré soutenir la politique spatiale d'Obama.

Le discours de Barack Obama était très attendu par tous en ce jeudi 15. Il a donc présenté la nouvelle stratégie d'exploration spatiale américaine alors qu'il visitait le Centre spatial Kennedy, en Floride.

Barack Obama a affirmé "être à 100% dévoué à la mission de la NASA et à son avenir". Il a ajouté : "Personne n'est plus dévoué aux vols habités dans l'espace. Mais nous devons le faire de façon intelligente, nous ne pouvons continuer à faire les mêmes choses qu'avant".

Barack Obama à dévoilé ces points et objectifs concernant la nouvelle stratégie spatiale américaine :

* Six milliards de dollars de plus sur cinq ans seront alloués dans le budget de la Nasa pour financer cette "vaste stratégie de vols spatiaux habités", créant ainsi 2.500 nouveaux emplois en Floride d’ici 2012.

Ils seront affectés à des programmes de recherches et de technologie destinés à préparer de futures missions habitées.

* Créer une capsule de transport pour les astronautes afin de réduire la dépendance américaine des vaisseaux spatiaux étrangers après la mise à la retraite des navettes prévue cette année.

Obama KSC

Développée à partir de la capsule Orion, elle sera un peu plus petite et pourra être lancée par des fusées commerciales vers l'ISS, où elle sera amarrée pour servir de véhicule de secours en cas d'urgence.

Vue d'artiste lanceur lourd * Moderniser les installations du Centre spatial Kennedy.

* Développer un lanceur lourd, dont le concept sera choisi en 2015, qui permettra l'exploration habitée au-delà de l'orbite terrestre. Objectif : des astéroïdes, Mars et ses satellites.

* Lancer d'autres missions d'exploration de sondes et robots dont l'objectif est d'explorer le système solaire et de tester des technologies qui pourront être utilisées lors de futures missions habitées.
* Prolonger la durée de vie de la Station spatiale internationale au-delà de 2020.

* Accroître le nombre de jours que les astronautes passeront en orbite dans la prochaine décennie.

* Soutenir la création d'un nouveau secteur commercial de transport orbital, qui acheminera des astronautes et du matériel vers la SSI.
Kennedy Space Center

Decollage Fusee

Comme il l’avait déjà fait, M. Obama a insisté sur "le développement de nouvelles technologies pour réduire le coût des futures activités d’exploration spatiales habitées", tablant sur des missions robotiques en éclaireur pour prouver ces technologies et accroître la sécurité des astronautes.

Orbites Astéroides

Selon ces plans, les Etats-Unis pourraient envoyer des astronautes en orbite autour de la planète Mars vers 2035, pour qu'ils s'y posent à terme, et a formulé le vœu que cet événement ait lieu de son vivant.

"Nous espérons faire un bond dans le futur, et non poursuivre sur le même chemin qu'avant."

"Au début de la prochaine décennie, des vols d'essai testeront les dispositifs nécessaires pour une exploration au-delà de l'orbite terrestre, et vers 2025 nous espérons que des nouveaux vaisseaux spatiaux pourront nous permettre d'envoyer des missions habitées au-delà de la Lune, dans l'espace intersidéral", a déclaré M. Obama.

Le président a expliqué : "Nous commencerons en envoyant des astronautes sur un astéroïde pour la première fois dans l'histoire. Vers le milieu des années 2030, je pense que nous pourrons envoyer des hommes en orbite autour de Mars et les faire revenir sains et saufs sur Terre, qui sera suivi d’un atterrissage sur Mars".

Abandonner temporairement la Lune pour viser à long terme le "deep space", c’est un peu comme le symbole d’une passation de pouvoir entre deux générations.

Mars Nasa Concept

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Les Ovnis & La Renaissance

avril 15th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Les Ovnis & La Renaissance
Léonard de Vinci

"L'immortel Léonard de Vinci aurait 558 ans aujourd'hui et l'on peut se poser la question de l'origine des Ovnis sur la peinture de la Renaissance car le maître n'est pas le seul sous influence.

Michel-Ange, Domenico Ghirlandaio et Carlos Crivelli le sont aussi. Ces derniers ont peint tous deux des soucoupes volantes dans les cieux, en arrière-plan de leurs toiles.

Léonard conçut une voiture à la forme plutôt semblable à une soucoupe. Il avait également dessiné une machine volante à vis.

Quant à Michel-Ange, il devint l'apprenti de Ghirlandaio à Florence dés sa treizième année en 1488, et là, sur une période de 6 ans de 1488-1494, ces hommes vécurent à Florence, la capitale de l'Italie à l'époque et le centre du savoir le plus important du pays.

C'est après les décès de Crivelli et de Ghirlandaio que Nicolas Copernic se rend en Italie pour y étudier l'astrologie ainsi que le droit et la médecine. Il est plus que probable qu'il ait visité Florence et qu'il ait rencontré les peintres, eux-mêmes intéressés par l'astronomie.

Christophe Colomb quant à lui, aurait aperçu un Ovni selon le livre de Ralf Blum Beyond Earth: Man's Contact with UFOs (1974, USA) en référence à l'ouvrage "La Vie et les Voyages de Christophe Colomb (1850) : "Colomb vit au loin une lumière qui scintillait...puis disparut pour réapparaitre à plusieurs reprises au cours de la nuit, sautant à chaque fois de haut en bas et émettant des reflets fugaces."

Deux ans avant l'arrivée de Michel-Ange, apprenti dans son atelier, Crivelli avait peint "L'Annonciation de Saint Emidius".

Cette peinture montre clairement un ovni en forme de soucoupe qui projette un rayon de lumière vers le sol.

Domenico Ghirlandaio (1449-1494) a peint "La Vierge avec Saint Jean" qui montre également une représentation d'ovni en arrière-plan.

St Emedius Zoom

Ce tableau est daté du XVème siècle mais avec la mort de Ghirlandaio en 1494 l'on peut penser que Michel-Ange ait été présent avec le maître pendant sa réalisation.

Léonard Engin volant

Léonard de Vinci (1452-1519) est considéré comme un grand visionnaire à cause de la conception de ses véhicules blindés vers 1485 ainsi que pour avoir essayé de concevoir et de construire une machine volante autour de l'année 1500.

Il s'inspirait énormément du travail de la nature et cherchait à comprendre les mécanismes de ce qu'il observait.

Avoir vu un ovni dans le ciel ou même dans les tableaux d'autres grands maîtres de son temps aurait pu lui donner deux idées.

L'une est celle de la voiture blindée en forme de soucoupe, l'autre étant cette drôle de machine volante à vis.

Il faut imaginer ce qu'aurait pu être la conversation de ces hommes de la Renaissance, réunis dans un bistro toscan par un après-midi ensoleillé. Que diraient-ils des ovnis et de la possibilité de civilisations extraterrestres ?

L'éventail collectif de leurs connaissances est aussi considérable que varié : l'art, la médecine, la philosophie, la religion, le commerce et bien plus. Une telle conversation a pu avoir lieu cent ans avant l'arrivée de Galilée, qui poursuivit le travail de Copernic sur l'astronomie. Curieusement, Galilée est né trois jours avant la mort de Michel-Ange en 1564.

Jamais nous ne saurons à quel point ces hommes ont été influencés par des ovnis, ni s'ils ont jamais abordé le sujet de civilisations extraterrestres lors de leurs échanges mais il existe un thème commun dans les récits de visiteurs extraterrestres : Ils se font souvent connaitre à ceux qui auront une influence durable.

Était-ce le cas pour ces grands hommes d'une époque exceptionnelle ? Si oui, l'on peut dire alors que les êtres dits extraterrestres n'auraient pu choisir meilleur groupe." - Source

Léonard Voiture

Ghirlendaio Madonna

Diouf, pour Ovni-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Des quantités de preuves des Ovnis, selon un professeur américain

avril 14th, 2010 Posted in Avril 2010 | Commentaires fermés sur Des quantités de preuves des Ovnis, selon un professeur américain

Le temps est-il venu où le sujet des Ovnis ne soit plus considéré comme faisant partie de l'imaginaire collectif ? Où il sera enfin pris en considération par la communauté scientifique et étudié sérieusement et objectivement ? Le professeur Philip Haseley, professeur d'anthologie au Niagara County Community College estime qu'en raison du nombre de preuves dont nous disposons à ce jour, ce sujet devait être traité de manière rationnelle et sans à priori. Voici son interview :

Philip Haseley n'a jamais fait de rencontres rapprochées avec des Ovnis ou des extraterrestres, mais il connaît des dizaines de témoins.

"Cela arrive à des millions de personnes (dans le monde). Il est temps que nous nous penchions là dessus parce qu'il s'agit d'un domaine digne d'être étudié. Il est important que toute la lumière soit faite sur cette question en enquêtant sérieusement."

Haseley à déjà fait sa part. Il est aussi compétent que n’importe qui autour de lui au sujet des objets volants non identifiés.

Ce professeur d’anthologie au Niagara County Community College (NCCC) est intervenu plusieurs fois ces dernières années sur ce sujet dans son Collège, et il est à la tête du Mutual UFO Network de l'ouest new-yorkais (Western New York MUFON), un groupe qui s'intéresse à la recherche sur les Ovnis.

Philip Haseley

Comme l'organisation nationale, son groupe de recherche local rapporte les observations d'Ovnis. En général, de 30 à 50 rapports sont déclarés mensuellement à travers l'état, nous raconte Haseley, y compris deux ou trois pour cette seule région.

"L'enquête est effectuée d'une manière scientifique. Certains membres reçoivent une formation, y compris sur les enquêtes de terrain, l'astronomie et la météorologie. Ils ont aussi appris à utiliser le radar ainsi que d'autres types d'instruments ou de technologies."

Ceux qui pensent que les ufologues sont des croyants se trompent. Il existe des quantités de preuves.

Le groupe "Western New-York" compte environ 25 membres, dont environ 15 qui se réunissent régulièrement pour des discussions autour des livres et des affaires locales, mais aussi pour mieux se connaître. C’est un groupe diversifié, dont l'âge varie entre l'adolescence et plus de 70 ans. Ce sont des citoyens typiques, comprenant des étudiants, enseignants, ingénieurs et hommes d'affaires.

Nous avons des adhérents de tous âges et de formations diverses. Ce qui les rassemble est un désir commun de découvrir en quoi consistent les Ovnis.

Certains dans le groupe nous racontent avoir eu certain type de rencontre. Un de nos membres, a récemment vu un matin, en compagnie de son fils, une énorme forme triangulaire dans le ciel alors qu'ils étaient dans la cour de leur villa de Tonawanda. Un autre membre déclare avoir régulièrement été enlevé depuis l’âge de 5 ans, emporté à bord d’un vaisseau et soumis à des examens médicaux pour compléter leurs données.

Haseley et les autres membres du réseau sont bien conscients qu'il y a bon nombre de sceptiques.

"Nous devons négocier avec les sceptiques comme avec n’importe quelle autre organisation sur les Ovnis et nous sommes complètement ouverts à la critique. Nous connaissons beaucoup de personnes qui pensent que c'est un sujet sans intérêt. Et nous les renvoyons vers la volumineuse littérature traitant des faits sur le sujet des Ovnis."

Neil deGrasse Tyson

Neil deGrasse Tyson

Qu'en pense un vulgarisateur scientifique ?

L'astrophysicien Neil deGrasse Tyson, directeur du planétarium Hayden à l' ‘American Museum of Natural History’ de New-York et consultant du show TV scienceNOW NOVA sur PBS en a parlé le mois dernier dans le cadre de l'université du ‘Buffalo’s Distinguished Speakers Series’.

Après avoir expliqué pendant plusieurs minutes combien l'univers était vaste - il contient des milliards et des milliards de galaxies et est en pleine expansion - Tyson a souligné que le SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence Institute) a envoyé dans l’espace des ondes radio pendant plus d'une décennie et, jusqu’à aujourd’hui, n'a jamais reçu de réponses suggérant que les humains aient un équivalent à la planète Terre.

A ceux qui doutent de la vie extraterrestre, il explique que l'homme a à peine effleuré la surface du sujet quand il s'agit d'étudier la possibilité d'une vie intelligente dans l'espace.

Tyson a utilisé un exemple qu'il a cité dans son émission de télévision : "Ce que les scientifiques ont fait jusqu'ici pour tester les autres formes de vie revient à prélever quelques centaines de verres d'eau de tous les océans dans le monde - et conclure qu'il n'y a pas de poissons dans ces eaux."

Pendant que certains continuent de chercher, d'autres pensent qu'il existe déjà de nombreuses preuves suggérant que nous ne sommes pas seuls dans l'univers. Haseley en a rapporté certaines au NCCC.

Peter Robbins, éminent chercheur et auteur de "Left at East Gate", son best-seller international, a tenu une conférence dans l’amphithéâtre d’une école le 25 Mars devant un auditoire nombreux et attentif. Il a exposé le célèbre cas de Bentwaters, en Angleterre, où des Ovnis ont été observés près d'une base de l'US Air Force :

"Pendant trois nuits successives, à la fin de Décembre 1980, la police militaire a entendu des choses troublantes dans la forêt et, après enquête, elle est tombé sur un mystérieux engin triangulaire lumineux".

Robbins a ajouté : "C'est l'un des cas les plus importants dans les annales de la recherche sur les Ovnis". Bentwaters est considéré comme "Le Roswell Anglais."

Peter Robbins
Left at East Gate

Des interviews, des preuves matérielles et scientifiques ainsi que des données radars ont confirmé ces faits, a déclaré Robbins, mais le gouvernement a toujours refusé de les commenter.

"Une grande partie du refus du gouvernement de divulguer les faits concernant l'étude des ovnis vient du fait que c'est considéré comme une pseudoscience", ajouta Robbins.

Malgré cette perception négative, sa présentation du soir a attiré une foule de plus de 200 personnes dont beaucoup avaient fait des recherches personnelles. D'autres personnes ont alors raconté avoir vu également des Ovnis.

Haseley considère que la présence de Robbins ou d’autres orateurs qualifiés est l'occasion de poser des questions importantes.

Le professeur du NCCC conclut : "Robbins est un expert international et il s'agit d'une affaire dont les élèves avaient déjà entendu parler. Elle a bénéficié d'une enquête approfondie. Le phénomène Ovni mérite mieux que certains commentaires désobligeants voudraient faire croire." Source

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post