Didier de Plaige

Jeudi 9 Juillet

juillet 9th, 2009 Posted in Juillet 2009

Gary S. Bekkum vient de donner une suite à l'article publié ici le 14 juin : "Les informations militaires sur les astéroïdes sont désormais classifiées."

Il titre son billet : "Les requêtes FOIA de Lee Graham, concernant les Ovnis, et l'embargo sur les données des rentrées de bolides."

"Le chercheur Lee Graham avait formulé deux requêtes FOIA très précises, en novembre 2008, réclamant de consulter les données des satellites du DSP (Defense Support Program). Il pensait ainsi confirmer ou infirmer la détection par les autorités "d'objets extraterrestres manufacturés", autrement dit : des vaisseaux aliens.

Graham souhaitait particulièrement savoir ce qu'aurait détecté un télescope militaire à infra-rouges lors d'une observation à Kokomo dans l'Indiana, et d'une rentrée d'Ovni de type 'Fast Walker', le 5 mai 1984.

La réponse de l'US Air Force, datée du 5 mai 2009, fut d'une grande platitude : "Nous ne pouvons ni confirmer ni infirmer que cette information existe". Pour eux, le fait d'évoquer l'existence ou l'absence de tels enregistrements pourrait révéler qu'ils sont concernés ou intéressés par ces questions, or ce domaine est classifié : "Le Ministère de l'Air Force ne peut donc ni confirmer ni infirmer que ces rapports existent ou non."

DSP-STS

Une telle réponse montre comment notre gouvernement se comporte, quand une requête FOIA le pousse dans ses ultimes retranchements.

Space.com nous avait montré début juin que de nouvelles dispositions avaient placé un embargo sur le partage des données avec la communauté scientifique. Le journaliste Leonard David est revenu sur le sujet le 3 juillet : "Il n'a pas été facile d'éclaircir cette histoire. Les hauts responsables militaires et les agences concernées tiennent à préserver le secret sur la sensibilité des capteurs qui sont montés sur leurs satellites, parce qu'ils servent à observer des évènements terrestres comme des tests nucléaires, des lancements de missiles, etc...

Graham FOIA

Dans une nouvelle interview exclusive accordée à SPACE.com, Robert Rego, Brigadier Général de l'USAF, qui est responsable de contrôler cette diffusion, nous a déclaré que le Space Command de l'Air Force avait décidé de "colmater les fuites potentielles" et d'empêcher la dissémination d'informations potentiellement sensibles."

Selon Lee Graham, les satellites du programme DSP ont collecté des preuves d'entrées dans l'atmosphère de plusieurs objets extraterrestres pilotés par des formes d'intelligences. Mais le prétexte officiel pour refuser de communiquer les données est d'un autre ordre.

Le nouvel article de Space.com rapporte cet argument : "Le système a la capacité de tracer les bolides, et d'évaluer l'énergie libérée quand un objet venu de l'espace explose dans l'atmosphère. Cette information intéresse les scientifiques, parce qu'elle indique la masse de tels objets en observant comment leur luminosité décroit à mesure qu'ils tombent.

Mais cette information est gênante pour les militaires, parce qu'elle permet d'apprécier les moyens techniques dont ils disposent."

Par ailleurs le député Dana Rohrabacher est décidé à résoudre ce conflit d'intérêts, et il espère parvenir à un compromis plus favorable aux scientifiques. - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.