Didier de Plaige

Mercredi 10 Juin

juin 10th, 2009 Posted in Juin 2009

On a déjà parlé deux fois du Google Lunar X Prize, doté de 30 millions de dollars au total, qui stimule depuis septembre 2007 les entreprises privées pour retourner sur la Lune, 40 ans après les missions Apollo.

Chaque équipe atteignant notre satellite doit y déposer un robot, capable de se déplacer d'au moins 500 mètres et renvoyer un flux video en haute définition vers la Terre.

Pete Bitar est à la tête de l'équipe Lunatrex, l'un des 17 projets en compétition : "Je pense que nos chances sont assez bonnes. Notre approche est peu coûteuse, et très réaliste. Elle nous offre une large marge d'erreurs..."

Lunatrex

Lunatrex ne se lance pas dans une course de vitesse : il utilisera la faible poussée de la propulsion ionique, qui devrait permettre à son module d'atteindre la Lune en quelques mois, parce qu'il devra acquérir une vitesse suffisante en orbite terrestre, avant de se diriger vers son objectif.

La sonde Deep Space 1 de la NASA a déjà utilisé cette technique. La propulsion électrique consomme beaucoup moins de carburant que les autres moyens conventionnels.

L’Agence Spatiale Européenne avait lancé la mission Smart-1 vers la Lune en 2002. L'Agence spatiale européenne souhaitait produire des appareils d'observation plus petits et moins chers que ceux de la NASA. L'équipe de Lunatrex considère que la lenteur de l'opération a d'autres avantages :

Lunatrex module

"Toutes les corrections nécessaires se feront sur plusieurs semaines, au lieu d'avoir à réagir en quelques minutes comme les autres lanceurs."

Les concepts de rovers développés par la compagnie sont également originaux. Il s'agit entre autres d'un icosahèdre avec 12 pattes télescopiques qui peut se déplacer dans toutes les directions. Les pattes serviront en même temps d'antennes de transmission.

La forme centrale est une sphère, couverte de panneaux solaires, et contenant 4 caméras. Cet engin très étrange devrait être capable de transmettre des vues composites en haute définition et à 360 degrés. Il pourrait parcourir 200 à 240 mètres par heure.

L'équipe envisage également de réaliser un module atterrisseur qui serait ensuite utilisé comme rover. Lunatrex a même envisagé d'envoyer plusieurs missions lunaires simultanées, en espérant remporter la première et la seconde place du X PRIZE, et s'attribuer le total des sommes en jeu, soit 30 millions de dollars.

L'équipe a d'autres ambitions, au-delà du X PRIZE : "Nous pensons réaliser quelques avancées intéressantes dans le cours du processus."

Plusieurs inventions de Bitar ont déjà attiré l'attention. Sa compagnie XADS (Xtreme Alternative Defense Systems) a obtenu plusieurs contrats de l'armée américaine pour développer des armes non-léthales et des Armes à Energie Dirigée (DEW) utilisées contre les matériels.

La branche Airbuoyant a commencé à commercialiser le VertiPod, un véhicule ultra-léger qui pourrait se présenter comme une sorte d'hélicoptère individuel, mais dont les premiers essais étaient peu convaincants.

Pete Bitar pense cependant que les bénéfices réalisés avec le VertiPod - et le VertiScooter - le mèneront sur la Lune. - Source

Vertipod

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.