Didier de Plaige

Lundi 11 Mai

mai 11th, 2009 Posted in Mai 2009

Suite du débat sur "Le déclin de la NASA et la flotte qui maîtrise l'antigravité" - un nouvel article de Steve Hammons, pour American chronicle le 9 mai, résume clairement le sujet : "Le rôle de la NASA est réévalué alors qu'on reparle d'Ovnis, et de la possibilité d'une flotte spatiale secrète".

"Divers rapports publiés récemment montrent que le gouvernement américain envisage une prochaine révision des plans de la NASA, concernant le retrait de la Navette Spatiale et le lancement de Constellation. Il n'est question que de technologies connues du grand public.

Il est également important d'envisager le rôle des compagnies privées dans le développement des activités commerciales qui ont trait à l'espace. Il y a là de nombreux défis à relever.

Ca représente des investissements considérables, il y a de multiples obstacles techniques à surmonter, de nouvelles règles à définir, et la multiplication des débris en orbite n'est pas à prendre à la légère.

La NASA est depuis toujours considérée comme le principal vecteur des activités spatiales. Cependant l'agence est confrontée au même genre de difficultés que les compagnies privées centrées sur des projets commerciaux.

Par exemple, les conditions de remplacement de la Navette n'ont toujours pas été tranchées. Avant-hier, un article de l'Associated Press révélait que le conseiller scientifique de la Maison Blanche, John Holdren, envisageait de reconsidérer la solution des propulseurs Ares et la capsule Orion. Norman Augustine, ancien directeur éxécutif de Lockheed-Martin, a été désigné pour présider la cellule de réflexion.

Ce même article nous apprenait que la NASA dépense actuellement 300 millions de dollars par mois sur sa formule Ares-Orion, autrement dit le programme Constellation.

Constellation

La NASA est pour l'heure confrontée à une situation délicate : entre le retrait en 2010 des Navettes et la mise en place de la formule Ares-Orion en 2015, elle devra utiliser des fusées et des modules russes. Or la NASA compte retourner sur la Lune pendant cette période. L'agence a déjà dépensé près de 7 milliards de dollars pour la prochaine mission lunaire. Elle est inscrite au budget 2010 pour 18.7 milliards de dollars.

Bien que la NASA ait toujours été l'unique vitrine du programme spatial américain, plusieurs chercheurs se demandent si un autre programme spatial plus avancé fonctionnerait en arrière-plan.

Certains ont même prétendu que nous disposons d'une flotte spatiale secrète qui utilise le savoir et les technologies dérivées des Ovnis. Si nous avons de tels programmes secrets alternatifs, nous pourrions admettre que la couverture empêche nos adversaires et rivaux d'en avoir connaissance.

La plupart des Américains pourraient probablement comprendre que le pays doive protéger et poursuivre en secret de telles activités qui concerneraient des technologies et des engins aussi performants.

En fait, selon certains, la NASA pourrait n'être qu'une organisation de façade, permettant de cacher la vraie nature des opérations spatiales, et l'état d'avancement dans ce domaine.

Cet argument a déjà été utilisé au sujet du programme de recherches SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) et ses tentatives de Communication avec des Intelligences Extraterrestres (CETI) : il pourrait au fond ne s'agir que d'une couverture pour ne pas avoir à révéler que des entités extraterrestres intelligentes ou des êtres extra-dimensionnels visitent la Terre - et que nous serions en contact avec certaines d'entre elles.

Si ces rumeurs et ces histoires étaient fondées, le moment est peut-être venu de reconsidérer ces très couteuses opérations de couverture, et de déterminer si elles sont toujours nécessaires.

On peut également se demander s'il est temps de transférer certaines de ces prétendues technologies extraterrestres, avec prudence, vers l'industrie aérospatiale publique et d'en faire bénéficier d'autres recherches en cours.

Le partage de ces technologies avancées pourrait bénéficier à la médecine, la psychologie, la physique, l'énergie, la protection des ressources naturelles, au changement climatique, aux activités hulmanitaires, au maintien de la paix, et dans bien d'autres domaines.

Peut-être y a-t-il un moyen de diffuser ce savoir et ces technologies de pointe sans compromettre la sécurité nationale, mais au contraire en la renforçant, ce qui serait une réelle avancée pour les Américains et l'espèce humaine." - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.