Didier de Plaige

Mercredi 18 Juin

juin 18th, 2008 Posted in Juin 2008

Le premier des huit fours du Phoenix Mars Lander devrait bientôt livrer les résultats de la première analyse du sol martien. Chacun est destiné à un usage unique, et l'opération de chauffage progressif dure plusieurs jours.

En attendant, le bras articulé a continué à creuser deux petites tranchées, mettant en évidence un matériau de couleur blanche.

Ray Arvidson de l'Université de Washington, à St. Louis, est le scientifique responsable de sa télécommande : "Si c'est de la glace, son aspect devrait se modifier avec le temps. Du givre pourrait se former, ou bien nous le verrons se sublimer lentement." La sublimation est le processus du passage de l'état solide en gaz. "Nous sommes impatients d'en prélever un peu pour notre prochaine analyse."

La tranchée observée ici fait 22 centimètres de large et 35 de long, avec une profondeur maximale de sept ou huit centimètres, située près du module. Le site de la mission.

Aidé de Marvin sur Open Minds, Torvald a proposé une nouvelle approche sur des images du drone de Capitola, tentant de démontrer que la même photo d'un décor, avec le fameux poteau électrique, aurait pu servir à incruster deux faux drones.

Ses travaux sont suivis avec attention, même si tout le monde ne parvient pas à saisir son raisonnement, et le chercheur prend de l'assurance au point de déclarer rapidement qu'il a résolu toute l'affaire.

C'est finalement Nekitamo, remarquant un réel changement de perspectives entre les deux images étudiées, qui marque la fin de l'exercice. Il ajoute : "Franchement, il aurait été plus simple pour un faussaire de prendre une autre photo de la rue, que de se compliquer la vie en essayant d'utiliser deux fois la même image..."

Marvin concèdera finalement que cette piste devait être abandonnée. Une fois encore, cette recherche aura montré que les ultra-sceptiques sont prêts à s'enflammer à la moindre occasion.

10538 se souvient des réactions quand les photos de Chad avaient été publiées, en Mai 2007 : "Certains s'étaient empressés de crier à la fraude, parce qu'ils avaient cru distinguer un curseur de souris sur l'une des images. A l'époque, j'avais plutôt opté pour un rayon de soleil passant entre les arbres. En fait nous étions tous dans l'erreur. Quand l'emplacement exact a été trouvé par les Détectives, il est devenu évident que c'était une maison blanche dans les bois.

D'autres ont cherché à décourager les chercheurs, en constatant que l'une des photos n'était pas conforme aux autres de la série. J'avais alors pensé à un défaut de perspective. Mais à nouveau nous étions tous dans l'erreur, car elle avait été simplement inversée.

Personne n'avait envisagé que ce soit aussi simple. Voilà deux exemples qui montrent comment se comportent ceux qui sont trop pressés de clore cette affaire, parce qu'elle les dérange."

Ceux qui ont formé la Drone Research Team n'ont pas vocation à faire rentrer de l'argent, avec la vente de T-shirts ou autres DVDs, ni même intérêt à générer du traffic, vers leurs sites internet sans affichages publicitaires : l'essentiel des travaux est exposé gratuitement depuis plus d'un an sur Ovnis-USA; aucune contribution n'est demandée pour accéder aux archives. Ils n'ont pas non plus d'objectif particulier : ils ne sont pas attachés à prouver la réalité de ces engins, mais ils ne peuvent se contenter d'une conclusion bâclée - la preuve qui sera apportée, dans un sens ou dans l'autre, doit être irréfutable.

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.