Didier de Plaige

Jeudi 27 Mars

mars 27th, 2008 Posted in Mars 2008

L'agence Reuters a relancé hier cette info : "La police de Miami pourrait être la première aux Etats-Unis à utiliser cette technologie de pointe, pour traquer les activités criminelles. Ce petit drone de 6.3 kg a été conçu par Honeywell International (HON.N). Mais il faudra attendre sa certification par la FAA (Federal Aviation Administration)."

En fait, une video de démonstration est affichée depuis plusieurs mois sur le site de HoneyWell.
A droite, l'Ishtar est un autre prototype avec cette même structure en anneau.

Ces engins opérationnels sont la partie visible d'une intense recherche; chaque constructeur développe activement une gamme de plateformes d'observations. Leur mode de propulsion est jusqu'ici très conventionnel. Pour valider les observations d'engins plus exotiques, il ne manquerait plus que d'obtenir des militaires qu'ils reconnaissent leur maîtrise d'un système à antigravité. En attendant, nous serions un peu dans la situation où le public apprend la mise en service des F-16, le 17 août 1978, alors que les essais en vol du F-117 furtif avaient déjà commencé, sur la base secrète de la Zone 51, dès l'année précédente.

En ce qui concerne les "étranges signes hiéroglyphiques" sur les pales des drones californiens, un correspondant de nos détectives estime simplement que : "Les marquages exotiques sont destinés à tromper les observateurs, et leur suggérer une explication Ovni qui sera de toutes façons difficilement crédible." Il ajoute : "J'habite à une soixante de kilomètres à vol d'oiseau des Laboratoires de Lawrence Livermore, et j'ai pu constater de mes yeux qu'ils testent en vol de petits engins sphériques de surveillance." Une vérification par son adresse IP confirme seulement qu'il vit dans la région.
Un autre appareil, Le Guardian, avait été présenté ici à la date du 24 août 2007 : "Son coût est d'environ 5 millions de dollars."

L'article dans The Sentinel a été un peu bâclé, et les lecteurs n'auront droit qu'aux plus imprécises des images de drones sur Capitola, après qu'on leur ait montré en ouverture une photo datée de 2006, en Alabama..

Le premier article du Santa Cruz Sentinel est ainsi présenté qu'il permet difficilement aux habitants de Capitola de faire le rapprochement avec un engin qu'ils auraient aperçu.
Le détective T.K. Davis a aussitôt relevé qu'une de ses phrases avait été tronquée pour laisser penser qu'il serait démotivé - le journaliste lui fait dire : "Il ne semblerait pas que ce soit vrai".... en omettant la suite : "...que le poteau soit à Capitola mais plutôt à Soquel ou Santa Cruz" ! Une telle série de négligences parait difficilement involontaire.
Cependant l'information touche enfin précisément les lecteurs de la Silicon Valley. Tom Davis a obtenu le nom de la journaliste du Santa-Cruz Sentinel qui avait réceptionné le témoignage de Rajinder et de son beau-frère. Mais elle a depuis quitté la rédaction du journal.
La chaîne Canal 8, du réseau NBC, s'intéresse à son tour à cette histoire, et déplace un correspondant pour interviewer les deux détectives dans le cadre de Capitola.

Pendant que la recherche sur le terrain se poursuit, deux déboulonneurs s'affrontent au jeu des taches d'encre sur ATS : Nola a fixé son attention sur une impureté minuscule, qui apparait sur l'une des images du Drone de Chad : "Il me semble bien que l'auteur a posé ses initiales. Ce serait OP ou CP. Mais il est préférable de se reculer à trois mètres de son écran..." Pour SysConfig, en variant le contraste, c'est plutôt un Smiley qu'il faudrait y voir...

Un participant a proposé hier ce résumé sur OM : "Si les drones n'étaient qu'une fabrication, ce serait nettement au-dessus des capacités d'un amateur même très doué. Il ne reste comme possibilités que la création d'un laboratoire spécialisé, du niveau de Lucas Films, ou celle d'un service de l'armée." Quant aux motivations de cette opération ? "Ils auraient composé toute cette histoire pour oberver les réactions d'un groupe relativement ciblé.." Dans quel but ?
Dans cette hypothèse, les auteurs penseraient logiquement que les grands medias se garderaient d'amplifier une affaire sans témoins. Pouvaient-ils prévoir qu'une initiative privée, comme celle de la Drone Team, parviendrait à mobiliser soudain l'ensemble des medias, avec une nouvelle exposition, dans la journée, sur le réseau NBC ?

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.