Didier de Plaige

Lundi 28 janvier

janvier 28th, 2008 Posted in Janvier 2008

Un des piliers de la liste UfoUpDates, Don Ledger, vient de publier ces quelques réflexions sur l'incident du Texas : "Ovnis de Stephenville : l'Air Force a-t-elle essayé de protéger le Ranch Présidentiel ?"

"Je commence à soupçonner que les gens qui ont envoyé des jets pourraient avoir été préoccupés de constater que ces anomalies dans le ciel se manifestaient dans la zone réservée de 30 kilomètres autour du ranch de la famille Bush.

Le bord de la zone réservée, désignée comme espace aérien de Classe D, ne se trouve qu'à 20 kilomètres au sud-est du centre de Stephenville. L'observation du pilote Davis se situait à mi-chemin entre Stephenville et l'arc nord-ouest de l'espace aérien de Classe D à Selden. Au centre de cette zone, il y a un cercle de 4-5 miles nautiques qui est totalement interdit de survol. Le cercle complet a un diamètre de 60 miles nautiques, avec le ranch pour point central.

En pratique, cette zone interdite n'est qu'à quelques minutes de l'endroit où ces manifestations ont eu lieu.

Le fait d'envoyer des F-16 hors de la MOA (Zone Militaire Opérationnelle) au sud-ouest de Stephenville pourrait expliquer les tentatives maladroites de couvrir la présence des F-16 dans cette région. Les responsables militaires ont du être en alerte ausitôt qu'ils ont détecté au radar des objets inconnus évoluant aussi près d'une zone sensible. Tout engin non-identifié peut être suspecté d'action terroriste.

Tout le monde sait que le ranch des Bush se trouve dans le coin; alors pourquoi la presse n'a-t-elle pas fait le rapprochement ? Ca m'est apparu évident quand j'ai observé la carte aérienne de la région. Je me demande s'ils n'ont pas cafouillé pour expliquer la présence des F-16, parce qu'en réalité ils étaient préoccupés de constater que ces anomalies violaient l'espace aérien en question."


La flêche verte indique le ranch de Crawford.

Ray Dickenson lui répond : "Ce ne serait pas la première fois. On se souvient de cet autre incident :

"En Grande-Bretagne, le 8 Mars 97, près de Lympne, dans le Kent, deux pompiers ont signalé qu'ils avaient vu un Ovni triangulaire en vol stationnaire au-dessus de la résidence du Ministre de l'Intérieur, Michael Howard. Mais, étrangement, cet incident n'a pas été scrupuleusement rapporté. La Presse a menti, déclarant que l'Ovni avait été vu bien plus loin, à Romney."

J'ignore pourquoi on tient tant à cacher que des Ovnis se manifestent à proximité des résidences de responsables politiques, et pour quelle raison on oblige la presse à déformer les faits."

"Le gouvernement américain surveille un satellite espion de 10 tonnes qui pourrait décrocher de son orbite et s'écraser sur Terre", a indiqué samedi le porte-parole du Conseil National de Sécurité de la Maison Blanche, Gordon Johndroe, dans un courriel à l'AFP.

Il a ajouté : "Les agences concernées surveillent la situation. De nombreux satellites ont quitté leur orbite au cours des années précédentes et sont tombés sans causer de dommage. Nous envisageons toutes les options pour pallier les éventuels dégâts que (sa chute) pourrait causer".

Le site EarthFiles de Linda Moulton Howe laisse entendre que l'objet pourrait avoir embarqué des matériels dangereux.

Il y a eu des précédents : "La plus problématique ré-entrée d'un engin de la NASA en orbite fut Skylab, la station spatiale de 78 tonnes en 1979. Les débris se sont disséminés dans l'Océan Indien et sur une partie, à l'ouest, du continent australien. Mais aucun dommage n'a été rapporté.

En 2000, les ingénieurs de la NASA ont réussi à contrôler le retour de l'observatoire Compton de rayons Gamma, pesant 17 tonnes, en utilisant des fusées embarquées, pour le faire amerrir dans une région éloignée du Pacifique.

La difficulté de prédire le lieu des retombées a été soulignée deux ans plus tard, quand des débris d'un satellite scientifique se sont éparpillés sur Terre, à plusieurs milliers de kilomètres de l'endroit prévu pour l'impact.

La rentrée qui fut la plus dangereuse survint en Janvier 1978, quand une boule de feu a fait irruption dans le ciel de l'ouest canadien, causée par la combustion d'un satellite russe. Il avait entrainé une pollution faiblement radioactive dans la région.

Le Premier Ministre canadien, Pierre Trudeau, avait accusé les Etats-Unis de n'avoir pas averti le gouvernement d'Ottawa des risques potentiels."

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.