Didier de Plaige

Vendredi 18 Mai

mai 18th, 2007 Posted in Mai 2007

Concernant toujours l'étrange objet observé dans le Centre de la Californie et la région du Lac Tahoe, quelques internautes, sur OM, évolueraient vers l'hypothèse d'une fabrication terrestre, ou un trucage numérique. Mais aucun élément nouveau n'explique ce revirement, sauf pour quelques uns d'avoir commencé à se demander : "Comment aurais-je réagi à la place de Chad ?" Et donc plusieurs participants s'expliquent mal pourquoi le témoin n'est pas aussitôt allé rapporter son témoignage aux autorités... D'où ce léger soupçon de fraude.

Mais Garuda explique : "Une étude Australienne a montré que 97% des gens n'iraient PAS rapporter une manifestation Ovni ! (Publiée par UFO Research Queensland). La raison principale étant la peur du ridicule..."

Pendant ce temps, Linda Moulton Howe a progressé et nous présente une mise à jour importante avec l'expertise d'un ingénieur qu'elle a contacté à Albuquerque, Nouveau-Mexique :

L'intervention de l'ingénieur est en deux parties, titrées selon ses domaines de compétences :

1) Travaux pour l'U. S. Navy et Honeywell Hardware Design

"J'ai travaillé dans les communications pendant de nombreuses années, et j'ai terminé ma carrière chez Honeywell, au département du design de machines. J'ai également travaillé plusieurs années pour la Navy, et j'ai été amené à voir pas mal de choses dans le domaine des communications. Le drône qui est montré sur votre site est intéressant pour diverses raisons.

Je remarque ses propriétés aérodynamiques (il s'agit d'une conception très étrange, avec une partie avant - le plus long bras qui comporte 3 sections). Mes commentaires se limiteront aux parties visibles, principalement l'antenne et l'assemblage autour du noyau central.

L'antenne courbe en forme de 'bougie', couvrant 360 degrés, lui permet probablement un alignement de phase avec une grande sensibilité directionnelle. Les brins de l'antenne peuvent capter un signal d'une certaine direction, puis le rediffuser à travers le centre de l'anneau. Grâce à celà, on obtient un différentiel et on peut notamment contrôler la direction et la puissance du signal. Il est à noter également que l'angle de courbure des éléments permet une émission pratiquement verticale, ce qui permet à un engin circulant au-dessus (ou éventuellement en-dessous) de communiquer directement avec son drône; ce dispositif permet des transferts directionnels. La courbure autorise une grande plage de fréquences; ce n'est pas la même chose qu'avec le rateau d'une antenne de télévision. Cette courbure est fonctionnelle. Puisque nous ignorons le diamètre de l'anneau, je ne peux évaluer précisément la plage de fréquences utilisée pour la transmission. Si je ne me trompe, l'antenne comporte 14 éléments, disposés régulièrement autour de l'anneau, soit un espacement d'environ 25.7 degrés. La longueur, les relations angulaires et les proportions des éléments avant et arrière n'étant pas précisés, je ne m'avancerai pas plus loin dans les hypothèses. Si nous connaissions ces dimensions, nous pourrions en déduire la plage des fréquences utilisables. Nul doute cependant que ce sont des ondes millimètriques.

La forme en anneau me paraît judicieuse; celà permet d'allier la légèreté, la réduction de la trainée, au fait d'utiliser une antenne circulaire pour les transmissions verticales. Le cercle en lui-même applique le même principe d'économie que les super-ordinateurs, parce que les distances sont réduites de moitié par rapport à l'architecture modulaire.

J'ajoute, pour avoir travaillé de nombreuses années sur des engins spaciaux, que l'astuce consiste à réduire les interférences indésirables en les éloignant de la source de bruit. C'est pourquoi sur nos engins - par exemple la sonde Voyager, dont la forme est bien connue, le propulseur nucléaire est placé à l'extrêmité d'un bras; on n'a pas souhaité qu'il voisine avec les équipements scientifiques. Je suppose que la même recette a été appliquée pour ce drône en forme d'anneau; on voit que le bras 'avant' est constitué de trois sections, chacune étant reliée par des sortes de tiges. Chaque section semble abriter un ou plusieurs capteurs, donc on y retrouve les mêmes principes de construction que sur la sonde Voyager. Je pense que ça ne doit pas être compliqué de faire courir des fibres optiques dans les tiges qui relient les sections. Je suppose que le plus long bras sert de gouverne. Enfin, le mode de propulsion doit être intégré dans le corps de l'anneau; les capteurs étant placés à distance, on supposera que le plus sensible est donc à l'extrêmité du bras.

Est-ce qu'il tourne sur lui-même ? Quelle est son diamètre ? Ce serait intéressant de connaître sa vitesse de rotation; ce serait essentiel, pour déterminer sa vitesse, de connaître la longueur des bras (ou des pales)."

2) Formation en Nanotechnologie

"La stratégie qui consiste à concevoir des dispositifs de propulsion basés sur des ions polarisés/du plasma confiné semble s'appliquer ici.

Par exemple, la disposition circulaire des 'antennes' recourbées, fixées sur l'anneau de l'engin, semble permettre de réaliser une sorte de directivité par le moyen d'un mécanisme capable de structurer un champ chargé en plasma/ions.

Le bras très allongé pourrait en fait héberger la source du dispositif de propulsion - les autres bras plus courts servant de balanciers pour assurer la stabilité de l'ensemble.

Par exemple, avec les matériaux nanotechnologiques que nous maîtrisons actuellement, la puissance d'un tel engin, relative à son poids, serait bien supérieure à nos réalisations précédentes avec d'autres structures.

La structure centrale en anneau pourrait héberger l'accélérateur de plasma et le concentrateur.

Si nous disposions de matériaux encore plus performants, tels que des super/ultra conducteurs, nous pourrions produire de bien meilleurs dispositifs, tant par la taille que l'efficacité, que tout ce que nous avons réalisé jusqu'ici.

Les implications de telles recherches sont extraordinaires.

Mes référence personnelles : j'ai une formation en science des matériaux, y compris en applications nanotechnologiques (ayant travaillé également pour Lawrence Berkeley et Los Alamos National Laboratories)."

L'ingénieur fournit le lien d'un site qui recense un certain nombre de brevets.

"Mon opinion est qu'il s'agit d'un engin militaire de surveillance, piloté à distance, bénéficiant d'une technologie de pointe. J'ai observé un grand nombre d'autres réalisations dans ce domaine, dont la plus intéressante était sans doute le projet 'robofly', à l'Université de Berkeley, Californie, il y a environ deux ans."

Robofly

Je note que l'ingénieur - qui penche pour un prototype - s'est abstenu de commenter les mystérieuses inscriptions. Parce qu'il serait étrange que des militaires américains s'amusent à identifier leurs engins avec des caractères imprononçables...

Apparemment, CaliKid et 10538 n'ont pas encore écrit à Linda Moulton Howe, pour tenter d'établir un lien direct avec Chad. Je ne vois pourtant pas de moyen plus efficace pour couper court aux spéculations.
CaliKid avoue que l'idée ne l'a pas effleuré : "Je dois reconnaître que je ne suis pas allé jusqu'à contacter Linda. J'ai pensé que Chad souhaitait qu'on respecte sa vie privée, et de ce fait nous sommes dans l'impasse, à moins qu'il change d'avis. Mais je suis d'accord avec toi, si tu veux lui écrire, elle pourrait nous confier quelques détails - dans quelle région ça se situe, quelle est la ville la plus prôche, ça nous donnerait au moins un objectif pour nos éventuelles randonnées dans le coin, avec le matériel nécessaire."
Dans l'intervalle, The Shadow nous a montré qu'il doute de la sincérité de Linda : "Le fait que Linda Mouton Howe prétende communiquer avec Chad ne signifie rien ! C'est cette même personne qui avait prétendu que certaines fausses images de O'Hare avaient été authentifiées!" Ou bien The Shadow ne doute pas que Linda soit en contact avec un certain Chad... mais que ce ne soit pas le vrai.
J'écris à l'enquêtrice en lui demandant d'accorder sa confiance aux deux membres de Open Minds. Elle répond le jour même :
"Hi, Didier:
Jusqu'ici, Chad ne m'a pas autorisée à dire où il se trouve. Il craint par-dessus tout que des gens le localisent et se mettent à le harceler, lui et sa femme enceinte.
J'aimerais bien, moi aussi, me rendre sur place. Notre patience sera peut-être récompensée.
Sincèrement,
LMH
"
C'est peu de choses, mais ça confirme le contact entre Linda MH et "Chad". Toutefois, afin qu'elle m'autorise à publier cette affirmation sur OM, je lui écris de nouveau :
"J'aimerais publier de votre part une affirmation claire de votre contact avec Chad. J'ajoute que certain sceptique sur OM ne doute pas forcément de votre parole, mais du fait que vous communiquiez avec le 'vrai' Chad".

LMH - "Je n'ai pas encore parlé avec Chad au téléphone, mais nous avons échangé une douzaine d'emails depuis le 14 Mai.
Comment savoir si c'est le "vrai Chad", puisque notre communication consiste en emails avec des images ?
"
Je conclus provisoirement : "En fait, n'importe qui peut vous envoyer des emails en repostant ces mêmes images qui avaient été publiées sur le site de Coast2Coast".

J'aimerais que Linda MH puisse nous dire, par exemple, si elle a pris la peine de vérifier la similitude des adresses IP avec celle de l'expéditeur des premières images sur C2C. Mais l'enquêtrice n'encourage pas les échanges. A travailler ainsi en solitaire, elle court le risque d'être abusée.

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.