Didier de Plaige

Tout sur Avatar

Film aux images de synthèse d'une richesse inédite, "Avatar" s'est imposé en quelques semaines en tête du box-office mondial, et propulse le cinéma dans une nouvelle ère technologique. Hollywood a fait le pari de la 3D, James Cameron a créé un nouveau monde.

Phénomène cinématographique mondial, grâce à la beauté des images, prouesse technologique pour donner vie à Pandora et ses habitants les Na'vis, "Avatar" ne laisse personne insensible.

Avatar

James Cameron est né au canada et s'est installé aux Etats-unis; il est diplômé de physique à la California State University. Son premier court métrage, "Xenogenesis", est financé par un consortium de dentistes. Il officie alors comme réalisateur, producteur, co-scénariste, monteur, directeur de la photographie, maquettiste et superviseur des effets spéciaux puis est engagé en 1980 par Roger Corman qui l'engage dans sa compagnie New World Picture.

Il travaille aux effets spéciaux de "New-York 1997", de John Carpenter. En 1984 il concevra le scénario de "Terminator" puis "Alien" en 1986 et "Abbys" en 1989. Titanic, film de 1997, recueillera plus de 1,8 milliard de dollars de recettes dans le monde entier.

Les grands films de James Cameron :

Terminator (1984)
Un cyborg à l’apparence humaine (enfin, de Schwarzie) arrive du futur pour éliminer Sarah Connor, la mère du prochain chef de la résistance contre les machines. Avec un budget aujourd’hui dérisoire de 6 millions de dollars, Cameron signe un classique de la SF dont il tournera la suite coûteuse en 1991.
Aliens (1986)
Fort du succès de Terminator, Cameron succède à Ridley Scott à la tête de la célèbre franchise de science-fiction. L’Alien de l’original se multiplie par centaine dans cette charge corrosive contre les Marines américains. Le réalisateur y croise Sigourney Weaver, qu’il a retrouvé pour Avatar.
Abyss (1989)
Une équipe de forage est envoyée porter secours à un sous-marin nucléaire échoué par 700 mètres de profondeur. Les Russes ? Non, des aliens venus nous faire prendre conscience des méfaits de l’homme à travers les siècles. En filigrane, une belle histoire de couple en crise, spécialité de Cameron.
Titanic (1997)
Cameron abandonne la science-fiction et utilise la technologie pour faire renaître le plus célèbre des paquebots. La romance tragique de Jack et Rose bat tous les records, plus gros succès de tous les temps dans 50 pays avec un total de 1,8 milliards de recettes.

Le règne des effets spéciaux

Lorsque James Cameron écrit le scénario du premier Terminator, en 1982, il sait qu'il devra mettre au point des trucages inédits pour concrétiser ses idées. Cet ancien technicien en effets spéciaux (New York 1997) possède une vision très précise de son film. L'héritage qu'il laissera à l'Histoire du cinéma dépassera pourtant ses attentes. Depuis son premier volet jusqu’à "Terminator 3 : Le Soulèvement des Machines", la saga sera ponctuées de formidables avancées technologiques... - Pierre-Eric Salard

James Cameron qui gardait précieusement son histoire depuis 1995, s’est doté des toutes dernières technologies pour réaliser son film. Six ans de travail lui auront permis de développer la fameuse Caméra HD numérique 3D, pour reproduire les caractéristiques de la vision humaine.

D’autre part, un gain de temps remarquable a été obtenu grâce à la capture de performance. Ce procédé visant à capter tout ce qu’un acteur fait et à l’intégrer à un personnage numérique, a contribué à ce que l’essentiel du film soit développé en post-poduction.

James Cameron signe à nouveau un long-métrage au budget historique (300 millions de dollars) et promet une fois de plus une spectaculaire révolution du genre. - Johanna Cristol

Avatar

Avatar : Character Design / Na'vis, loups-vipères, insectes, banshees, AMP - Stan Winston/Legacy Effects Studios

Scott Patton, Character designer, a décrit le formidable travail fait par Stan Winston Studios et par lui-même en particulier sur Avatar :
"Il fallait produire des modèles, avec plusieurs expressions, pour valider les concepts artistiques. J'étais plutôt junior en 3D, j'ai plongé là-dedans avec enthousiasme, mais nous avons aussi sculpté à la main ou peint dans Photoshop : c'était le résultat plutôt que la méthode qui comptait!

Le principal challenge était artistique : trouver le bon mélange d'acteur et de Na'vi pour les avatars. Je me suis occupé de l'avatar de Jake, de Neytiri. J'ai aussi fait ceux de Norm (ndlr : l'étudiant qui assiste Grace) et Grace, qui ont volontairement l'air plus 'humains' que l'avatar de Jake qui doit se fondre dans les Na'vis. Avez-vous remarqué dans le film que les avatars ont quatre doigts comme les humains, alors que les Na'vis n'en ont que trois ?"

"Pour que l'avatar ressemble à l'acteur, nous sommes partis de scans des acteurs, mais comme ZBrush n'avait pas d'outils de subdivision, c'était compliqué : j'ai dû importer deux maillages ensemble, masquer l'un, déformer l'autre, puis cacher le maillage et l'exporter et le recharger sur mon outil ztool multi level. Après, nous les imprimions en 3D, puis nous en faisions un moule pour les fondre en cire, les scanner à nouveau et recommencer le processus : compliqué... Mais au final cela a fonctionné. Les chevelures par contre ont été d'abord sculptées dans le studio avant d'être numérisées, c'est pour cela qu'elles ont l'air si réelles en 3D!"


Design de la tête de Neytiri à partir d'une pose de Zoe Saldana. Source

Du cinéma à la Nasa

"Iron Jim", comme on le surnomme sur les plateaux, s'est imposé comme un pionnier toujours en quête d'innovation. Il adhère dès 1999 à la Mars Society, organisme indépendant de la Nasa et de l'Esa, qui prône la conquête martienne à tout prix.

Il participe à de nombreux développements de projets qui finissent par avorter. Du coup, il devient membre du Nasa Advisory Council et collabore à sa politique d'exploration spatiale et à l'élaboration du voyage habité sur Mars ainsi qu'à l'exploration et à la conservation des océans. Pour Cameron, la conquête du système solaire n'est pas une question de moyen mais de volonté.

Fort de son expérience acquise grâce à une série de documentaires sous-marins avec la Fusion 3D Reality Camera System qu'il a mise au point, il en profite pour développer avec un groupe de chercheurs un nouvel objectif stéréoscopique et triscopique, afin de filmer les prochaines expéditions martiennes de la Nasa en trois dimensions. - Yannick Hardy

Le spatial pour décor ? Pas seulement

Cependant, il serait faux de croire que pour James Cameron, le spatial n’est qu’un décor. Il est certes connu pour sa passion envers les fonds marins (il est descendu en sous-marin filmer l’épave du Titanic en personne), mais c’est en fait l’exploration en général qui le fascine comme le confirment certaines interviews. Et le spatial s’impose comme un sujet de prédilection pour le réalisateur même si Avatar n’est que son second film situé dans un environnement astronautique (après Aliens en 1986). Ainsi, en 2004, James Cameron a travaillé avec la NASA sur le design d’une mission martienne habitée (c’est aussi un excellent dessinateur). On lui prêtait alors la volonté d’adapter au cinéma ou en série TV la fameuse trilogie littéraire de Kim Stanley Robinson, Mars la Rouge, Mars la Verte, Mars la Bleue.

James Cameron, Sean O’Keefe
James Cameron (à gauche) et Sean O’Keefe, l'administrateur de la NASA d’alors, au Congrès International d’Astronautique de 2004. - Crédit : Olivier Sanguy

James Cameron a même siégé un temps au NASA Advisory Council, un panel d’experts et de conseillers nommés par l'administrateur de l’agence américaine. On notera d’ailleurs que le réalisateur accompagna le patron de la NASA de l’époque, Sean O’Keefe, au Congrès International d’Astronautique de 2004. Au cours d’une conférence de presse commune, James Cameron plaida pour une mise en image renouvelée des missions spatiales avec l’utilisation de la technologie haute définition et, surtout, un accent sur le côté humain. Sa pugnacité à défendre un programme d’exploration ambitieux lui a valu la reconnaissance de la Planetary Society qui lui remit en 2005 son Cosmos Award pour la promotion de la science. Lors de la remise du prix, il déclara : "L’exploration n’est pas un luxe que nous ne pouvons pas nous payer, c’est une nécessité que nous ne pouvons pas nous permettre de perdre. Aller plus loin dans l’inconnu est notre plus grande réalisation en tant que civilisation et notre plus grande responsabilité envers les générations futures." - Source

Mars Society
La Mars Society est une organisation internationale, à but non lucratif, ayant pour but de promouvoir l'exploration et la colonisation de la planète Mars. Elle a été créée en 1998 par Robert Zubrin, et a reçu le soutien d'écrivains et réalisateurs de science fiction connus (tel Kim Stanley Robinson ou James Cameron) et de grands scientifiques(astronomes, astrophysiciens, planétologues, biologistes...) -
Source

Avatar coule le Titanic

Le 25 janvier, Avatar a dépassé Titanic en tête du box-office mondial. Déjà réalisé par James Cameron, et sorti il y a plus de 10 ans, Titanic n’avait pas encore été détrôné, culminant à plus de 1,84 milliard de recettes. Il aura fallu attendre un autre projet du cinéaste pour que le record soit battu : ce week-end, Avatar était annoncé à seulement 2 millions de dollars en dessous de Titanic. Autant dire que le but est atteint, et qu’il terminera sa course à plus de 2 milliards. James Cameron a battu James Cameron !

Pour rappel, plus de 60% des spectateurs ont choisi de voir le film en 3D. Une réalité qui change la donne dans le milieu du cinéma. Désormais, il faudra compter avec le relief. Et les studios l’ont bien compris : les projets en 3D se multiplient. Il faut dire que pour l’instant, c’est une alternative intéressante au piratage, si l’on en croit les résultats astronomiques d’ Avatar partout dans le monde.

En France, le film a passé la barre des 11 millions d’entrées, en fin de semaine, selon le directeur commercial de la Fox, Frédéric Monnereau.
Reste à savoir si le succès critique sera à la hauteur du succès en salles. Réponse le 7 mars prochain, lors de la cérémonie tant attendue des Oscars… -
Source

2 Golden Globes pour Avatar

67ème édition des Golden Globes, très célèbre cérémonie où la critique récompense les meilleurs films.
Avatar, alors qu’il n’est projeté que depuis 4 semaines, a remporté 2 récompenses :
- Le Golden Globe du meilleur réalisateur,
- Le Golden Globe du meilleur film dramatique, la récompense la plus prestigieuse de la soirée !
Précisons également que ce doublé est tout simplement exceptionnel ! De plus, la cérémonie des Golden Globes est la plus prestigieuse après les Oscars (qui se tiendra le 7 mars prochain). Suspense !

6 Critics Choice Awards rien que pour Avatar !

Les Critics Choice Awards (ou Broadcast Film Critics Association Awards), sont les prix attribués chaque année par la Broadcast Film Critics Association pour récompenser les meilleures réalisations cinématographiques. Les nominés sont sélectionnés par bulletins secrets pendant une semaine de votes, et ils sont annoncés au mois de Décembre. Les gagnants sont révélés à la cérémonie annuelle des Critics Choice Awards au mois de Janvier au Santa Monica Civic Auditorium, diffusée en direct sur la chaîne américaine VH1. Les récompenses spéciales sont remises par le conseil d'administration des BFCAA.
Le grand vainqueur des Critics Choice awards est donc bien entendu Avatar qui remporte à lui seul les 6 récompenses suivantes :

- Trophée du meilleur film d’action,
- Trophées des meilleures photographies pour Mauro Fiore,
- Trophée de la meilleure Edition pour Rick Carter et Robert Stromberg,
- Trophée des meilleurs effets visuels,
- Trophée de la meilleure réalisation Artistique,
- Trophée de la meilleure bande son.

Avatar, le pari d'Ubisoft

En cette fin d'année 2009, difficile de ne pas entendre parler d'Avatar, le film comme le jeu d'ailleurs, qui devrait dépasser le million d'unités vendues pendant les fêtes si l'on en croit Geoffroy Sardin, le directeur général d'Ubisoft. Présenté comme le premier vrai "jeu en 3D", Avatar offre une expérience visuelle qui redéfinit le standard en la matière.
Pour la première fois aussi, Ubisoft a développé une relation étroite avec l'équipe ayant réalisé le film. La collaboration a marché bon train entre James Cameron et Yves Guillemot. Le tandem n'a d'ailleurs pas lésiné en se montrant volontiers ensemble pour faire la promotion du film et du jeu. "J'espère que les joueurs garderont en mémoire la découverte de Pandora, l'interaction avec des environnements et des créatures incroyables. C'est vraiment une expérience très riche", a conclu James Cameron. -
Source

Une série pour le film Avatar ?

Le film Avatar aura peut être sa série !
La chaîne américaine FX vient d’acheter les droits de diffusion du film Avatar pour un montant estimé à 25-30 millions de dollars. Cela veut donc dire que la chaîne pourra donc commencer à diffuser le film aux alentours de l’année 2012 en 2D mais également pourquoi pas en 3D, en fonction du taux d’équipement des TV 3D.

La rumeur de la création d’une série Avatar s’est très rapidement répandue ! En tout cas, cette rumeur semble plus que crédible. Il y aura donc peut être une série Avatar ! Bien entendu, pour l’instant aucune autre info là dessus, mais il semblerait que la série soit également déclinée en 3D ! - Source

La 3D en télévision ?

La sortie DVD d’Avatar coïncidera-t-elle avec la sortie d’un téléviseur 3D ?

Les équipes de Panasonic ont déjà annoncé avant la sortie du film Avatar qu’elles travaillaient sur la sortie d’un écran plasma 3D. Bien évidemment, elles ont profité de la sortie du film pour faire grand bruit.

La marque vient ainsi de diffuser une publicité au Japon en y mettant des images du film ainsi que la bande annonce.

On est donc en droit de se demander si Panasonic a prévu de sortir courant avril 2010 des écrans 3D ! La marque serait ainsi la première à sortir des écrans 3D… en espérant bien sûr que les prix ne soient pas aussi exhorbitants que ceux pratiqués actuellement aux USA…

Avatar, Le Livre

Un des livres dédiés à Avatar s’appelle "Avatar, le Livre" pour la France et "The Art of Avatar : James Cameron’s Epic Adventure" pour la version anglaise. Ce livre a donc été écrit par Elizabeth Fitzpatrick, une habituée des livres de ce genre et dédié aux films.

Pour présenter rapidement le livre, il contient :
- Une préface de Peter Jackson (ai-je besoin de le présenter ?) et une postface de James Cameron,
- plus de 120 photos couleurs sur 108 pages.
Ce livre est juste LE livre que tout fan se doit d’avoir. Il permet notamment de comprendre comment chaque élément du film, chaque détail de Pandora et de l’univers d’Avatar a été pensé et travaillé. Les Na’Vi, le banshee, le Thanator ou encore le Viperwolf, plus rien n’aura de secret pour vous.
Vous apprendrez par exemple que les montagnes Flottantes sont en fait inspirées des montagnes de la région de Guilin en Chine, ou encore que le Léonopteryx est directement influencé par l’aigle américain. -
Source

Avatar, La Poste

Collector Avatar La Poste édite un timbre inédit, à effet spécial métallique. La planche reprend le visuel de Jake et Neytiri.

Une montagne rebaptisée "Avatar"
La municipalité de Zhangjiajie, une ville du centre de la Chine a rebaptisé la "Montagne Alléluia Avatar", l'un de ses sommets situé dans la province du Hunan, en référence au film à succès de James Cameron. Il se nommait jusqu'ici le "le pilier du ciel et de la terre". "Le sommet aurait inspiré une montagne flottante qui apparaît dans le film de James Cameron".

Selon un journal local, un photographe serait venu directement de Hollywood en décembre 2008 pour prendre des photographies utilisées ensuite dans le film.

Depuis sa sortie début janvier, "Avatar" a battu en Chine le record du box-office, avec 80 millions de dollars de recettes, mais les autorités ont provoqué une polémique en décidant de retirer prématurément la version 2D des salles pour laisser la place au film "Confucius".

La décision des autorités de Zhangjiajie s'explique par leur volonté d'attirer les touristes avant le Nouvel an lunaire, grande période de vacances et de retrouvailles en famille, qui tombe cette année le 14 février.

La montagne appartient au site de Wulingyuan, classé au patrimoine mondial de l'Unesco et réputé pour ses pics et piliers de grès. - Source

James Cameron : sur Europe 1, il défend le message écologiste d’Avatar

Le réalisateur d’ Avatar, couronné aux Golden Globes, a été interviewé sur Europe 1, lundi 18 janvier. Résumé des points forts :

Concernant le message du film, Cameron considère qu’ Avatar est "un film engagé, qui s’ouvre et se ferme sur l’image du héros en train d’ouvrir les yeux. C’est le message du film : il faut ouvrir les yeux. Protéger l’environnement. Modifier la société. C’est un problème humain, qui n’est ni de gauche, ni de droite." James Cameron s’estime ainsi très concerné par la problématique écologique et politique : "on m’a dit qu’Avatar était le film de l’année pour Barack Obama. Ca me va." Même s’il est un peu pessimiste : "le projet de loi sur l’environnement [défendu par Obama] a été attaqué par les groupes de pression, les grosses entreprises, les lobbies pétroliers… Obama n’a pas pu imposer les Etats-Unis comme chef de file de la lutte pour l’environnement à Copenhague." Interrogé sur la catastrophe qui a frappé Haïti, Cameron, philosophe, estime qu’il s’agit d’une catastrophe naturelle contre laquelle on ne pouvait rien faire… mais "je vais m’engager pour Haïti, comme j’avais rassemblé des fonds pour les victimes du Tsunami." - Source

Le réalisateur canadien James Cameron nous parle de son nouveau défi cinématographie "Avatar".

- Dans la plupart de vos films, les aliens donnent une bonne leçon aux êtres humains. Est-ce vraiment une coïncidence ?
- Oui et non. Dans la réalité, si nous avions la chance de rencontrer des extraterrestres, ils seraient si différents de nous que nous mettrions sans doute de nombreuses années à comprendre comment ils pensent et voient le monde. Avec la science-fiction, les choses sont un peu différentes. C’est un genre écrit par les humains à destination des humains. Où les aliens expriment, renvoient quelque chose de notre humanité. Dans "Avatar", les Na'vi représentent une forme pure de l’être humain, quelque chose que nous aimerions être ou que nous pensons avoir été lorsque nous étions à un stade plus innocent, avant la civilisation moderne. Encore aujourd’hui nous sommes fascinés par ces petites poches de populations indigènes qui vivent en harmonie avec la Nature.

- La nature est omniprésente dans l’histoire. Le message écolo vous tenait-il à cœur ?
- A un moment Jake explique aux habitants de Pandora, les Na’vi, qu’il n’y a plus de "vert" sur la Terre. J’ai trouvé que c’était une métaphore assez puissante. Je pense que les hommes ne sont pas diaboliques, ils ne sont pas "coupables", mais ils doivent être plus responsables vis-à-vis de la Terre qu’ils ne l’ont été jusqu’à présent. Pour ça il faut changer et abandonner certaines choses. Hélas les hommes ne sont pas très doués dès qu’il s’agit de faire des sacrifices.

- Avez-vous fait le bilan carbone du tournage d’Avatar ?
- Nous avons utilisé pas mal d’énergie avec les ordinateurs de WETA donc c’est un peu ironique, je suis d’accord. Heureusement ces studios sont en Nouvelle-Zélande où une large part de l’énergie consommée est hydro électrique. L’empreinte écologique est donc assez faible. Dans ma vie quotidienne, je fais plutôt attention. Je vis dans un ranch qui produit sa propre énergie terrestre et solaire. Mais c’est vrai que les grosses productions hollywoodiennes devraient davantage réfléchir à leur empreinte écologique. Un bon point pour Avatar : nous avons tourné dans une forêt tropicale entièrement virtuelle ! -
Source

Avatar : pour les peuples indigènes, ce n’est pas une fiction !

Survival International a relevé plusieurs témoignages de "peuples indigènes du monde" qui voient dans Avatar bien plus qu’un film de science-fiction.

Selon Stephen Corry, le directeur de Survival International, "Les derniers peuples indigènes du monde – de l’Amazonie à la Sibérie – sont, comme les Na'vi d' Avatar , également en danger d’extinction, leurs terres sont spoliées par de puissants intérêts pour des raisons lucratives telles que la colonisation ou l’exploitation forestière et minière."

Il a ainsi regroupé plusieurs témoignages d’indigènes qui associent leur culture à celle de Pandora, et qui voient dans Avatar un véritable message pour la Terre. Ainsi, un Penan du Sarawak (partie malaisienne de l’île de Bornéo), a déclaré "Nous, le peuple penan, ne pouvons vivre sans la forêt. Elle nous protège et nous la protégeons. Nous comprenons les plantes et les animaux parce que nous habitons ici depuis de nombreuses années, depuis des temps immémoriaux. Les Na'vi d’Avatar se lamentent parce que leur forêt est détruite. Il en est de même pour nous, les Penan. Les compagnies d'exploitation forestière abattent nos grands arbres, polluent nos rivières et font disparaître notre gibier." - Source

Lilou, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires