Didier de Plaige

Réunions à l’ONU – RECAP

Jeudi 14 Février

Une source aux Nations-Unies révèle qu’une réunion secrète sur le sujet Ovni s’est tenue le 12 février 2008“.

Tout commence par un article du Dr. Michael E. Salla, fondateur del’Exopolitics Institute :

Je viens de recevoir un email de deux collègues en lesquels j’ai toute confiance (Clay et Shawn Pickering) : une source les informe qu’une réunion secrète s’est tenue le 12 février, au bureau des Nations-Unies de New York, motivée par les récentes manifestations d’Ovnis. Il semble qu’un certain nombre de pays soient préoccupés par l’impact d’une augmentation de tels phénomènes et souhaitent être tenus informés de ce qui se passe.

  Michael Salla

"Leur source, qui fait actuellement partie du corps diplomatique, a du se rendre à New York pour participer à cette réunion matinale et confidentielle. Cette même source leur a révélé qu’il existe un groupe secret de travail sur les Ovnis, qui a consenti à ce que cette information soit diffusée afin que le public soit progressivement acclimaté aux évènements qui se préparent. La date de 2013 a été indiquée comme étant celle d’une divulgation officielle et/ou le moment choisi par les extraterrestres pour se manifester sans ambiguïté. Dans l’intervalle, des informations visant à cette acclimatation seront diffusées. Il est important de noter que cette source a révélé que les évènements conduisant à une divulgation officielle impliqueront des extraterrestres qui ont une attitude éthique, et ils ne constitueront pas une menace militaire.

"L'information qui a été donnée peut être en rapport avec les récents débats qui ont eu lieu au Parlement japonais, et les déclarations du Ministre de la Défense sur la manière dont le Japon pourrait avoir à répondre à des extraterrestres venant se manifester pacifiquement dans l'espace aérien japonais.
Il semble que différents pays se mobilisent en ce moment pour mettre au points des stratégies de réponse à une exposition croissante des extraterrestres. Alors, si notre information est correcte, nous risquons de voir d'autres gouvernements prononcer des déclarations officielles allant dans ce sens. On peut s'attendre à ce que les parlementaires, un peu partout dans le monde, commencent à recevoir des briefings qui les aideront à formuler des résolutions au sujet de la vie extraterrestre.
De tels briefings seront probablement étendus aux responsables des grands medias qui seront amenés à couvrir plus largement le phénomène ovni, tel le Larry King Live.

En prélude à la divulgation de la vie extraterrestre, on pourrait voir circuler quelques informations concernant des technologies maintenues secrètes depuis plus de 50 ans, relatives à l'antigravité. Notre source a fait allusion à la possibilité de suicides, et ça peut concerner tous ceux qui réaliseront assez durement qu'on leur a menti durent toute leur existence. Le Rapport Brookings de 1961 a évoqué le fait que les scientifiques seraient probablement les plus vulnérables au moment de la divulgation de la vie extraterrestre, parce que ça devrait rendre caduques bon nombre de leurs théories et paradigmes.

En résumé, il semble qu'un compte à rebours ait commencé, qui mènera à une divulgation officielle autour de 2013, et que l'information va commencer à se diffuser auprès des pays et au sein des Nations-Unies. Le processus d'acclimatation va s'accélérer dans le cours des cinq prochaines années, tandis que les manifestions Ovnis vont aller en augmentant tout autour du globe, obligeant les gouvernements à faire des déclarations publiques au sujet des Ovnis et de la vie extraterrestre." - Source : UFODIGEST

Samedi 23 Février

Les réactions après la fuite organisée par Michael Salla à propos d'une réunion à l'ONU le 12 février, sont restées incrédules pour deux raisons : le personnage est déjà marqué pour avoir, un temps, accueilli le colporteur de rumeurs Eric Julien - avant de finalement prendre ses distances - et les contacts de Salla à New York ont visiblement dilué une information bien réelle dans une masse de commentaires assez personnels.

 

Cela dit, nous avons trouvé une source qui confirme la réunion du 12 février à l'ONU. Deux autres rencontres auraient même été organisées les 13 et 14.

Notre contact tient tout d'abord à remettre l'évènement en perspective : la question Ovni n'était qu'un des aspects examinés. Il raconte : "Les représentants d'une trentaine de pays ont été réunis à huit-clos trois jours de suite, pour évoquer les suites à donner à un rapport présenté par la Garde Nationale. Celle-ci a mené une enquête de dix ans, à la demande des Sénateurs américains.

L'Ambassadeur de France était présent, ainsi que Dominique Strauss-Khan. Cependant, il faut préciser que ces personnalités se trouvaient là parce qu'elles étaient concernées par le thème général, pas seulement pour débattre du sujet Ovni. Le constat de la Garde Nationale est le suivant : Les prochaines années risquent d'être catastrophiques du point de vue social et économico-financier - etc... Les fondamentaux de nos sociétés occidentales risquent de vaciller. Et il faut reconnaître que les manifestations d'Ovnis représentent l'un des facteurs déstabilisants.
Les enquêteurs ont relevé que le climat général favorise et entretient des thèses conspirationnistes, qu'on voit aussi se renforcer divers mouvements qui s'élèvent contre le système établi.

Le rapport de la Garde Nationale américaine estime que la multiplication des phénomènes Ovnis risque de placer les gouvernements en porte-à-faux, parce que les interrogations des populations deviennent plus pressantes. Le rapport note le risque d'une crise de confiance généralisée envers les gouvernements et la communauté scientifique.

Les trois séances de discussions à l'ONU ont conclut qu'il fallait maintenant envisager la procédure d'une divulgation progressive : si dans les toutes prochaines années la pression exercée par les populations se renforçait encore, les gouvernements occidentaux devraient commencer à révéler la réalité de la présence aliène." La date de 2013 (ou 2017) n'a pas été mentionnée; elle ne peut donc qu'avoir été déduite par l'informateur des amis de Michael Salla.

Concernant l'attitude des délégués présents à ces réunions, notre contact français a précisé : "Tous donnaient l'impression d'avoir parfaitement intégré le fait que nous sommes confrontés à des manifestations intelligentes. La question Ovni n'était même plus posée. Chacun avait visiblement conscience de la réalité du phénomène - certains avaient même l'air très bien informés - mais tout le monde pendant ces réunions s'est gardé de s'engager sur le terrain des interprétations."

Lundi 25 février 2008

Dans un nouvel échange téléphonique ce dimanche, notre contact français qui a assisté aux réunions organisées au siège de l'ONU souhaite préciser qu'il n'était pas présent pour la première, le mardi 12, mais confirme qu'il a bien participé aux deux suivantes, mercredi 13 et jeudi 14.

Il approuve chaque mot de son témoignage publié ici avant-hier. Quant à la présence de DSK : "Il n'y a pas d'erreur possible, parce que les personnalités présentes sont annoncées par leur nom." Je dois me faire préciser par email lequel des deux jours éventuellement.

Notre source attend le feu vert de ceux qui l'ont invité à New York, mais ça ne lui pose aucun problème personnel de se révéler. Le sujet le passionne, et il a des responsabilités dans une association ufologique.

En ce qui concerne le rôle de la Garde Nationale, qui a intrigué quelques lecteurs : le Congrès US commande toutes sortes de rapports, et s'adresse peut-être aussi parfois à des instituts de sondages pour des instantanés. Mais dans ce cas précis, les Sénateurs américains souhaitaient connaître l'évolution sur 10 ans du sentiment profond des populations.

On peut comprendre qu'ils utilisent cette infrastructure fiable et disciplinée, qui couvre tout le pays. C'est un peu comme si notre Sénat décidait de faire plancher la Gendarmerie pour produire une étude de l'évolution des mentalités, sur l'ensemble du territoire, pour ne pas avoir à s'en remettre uniquement à l'IFOP : c'est moins cher et plus confidentiel...

Ensuite, en constatant que les populations sont excédées par les mensonges des autorités sur le sujet Ovni, il faut envisager et planifier la divulgation. Après quoi, l'ONU est le meilleur endroit pour envoyer un signal aux autres nations : "Préparez-vous, les USA s'apprêtent à lâcher du lest.." Même si, en réalité, les américains finissent par s'adapter aujourd'hui aux initiatives de la France et du Royaume-Uni.

Vendredi 29 février 2008

Retour sur la réunion aux Nations-Unies : Robert Morningstar, Editeur de UFO Digest, a rencontré la source de Michael Salla. Il commet cependant une erreur de date, en parlant cette fois du 11 février et non du 12.

"J'avais rédigé un article en faveur de Shawn et Clay Pickering, les informateurs du Dr. Michael Salla sur cette rencontre aux Nations-Unies. Lundi soir, j'ai reçu un appel m'invitant à rencontrer de nouveau leur Source.

Malgré quelques réactions assez dubitatives dans la communauté ufologique, notre Contact s'est quand même montré satisfait de constater que les pro-Divulgation avaient bien enregistré une avancée positive.

J'ai donc accepté le principe de la rencontre, et notre "Source" est venue de Washington DC pour nous rejoindre à New York, Shawn & Clay Pickering, et moi.

La réunion a duré cinq heures. Nous avons évoqué le processus en cours de la Divulgation, et nous avons obtenu d'autres détails de la séance à l'ONU (50 pays étaient représenté, et tous les membres du Conseil de Sécurité et de l'Union Européenne étaient présents).

La Source nous a fourni toutes les preuves nécessaires quant à son statut diplomatique (lettre d'accréditation & autres documents)."

"J'ai confirmation qu'il a été question des possibles effets de la Divulgation Ovni sur les religions mondiales. Notre contact a évoqué la trame et les objectifs de cette réunion qui s'est tenue le 11 février, et quelles suites lui seraient données au plan mondial.

A titre personnel, je voudrais exprimer ma confiance dans un certain nombre de personnes qui occupent des responsabilités au gouvernement, et travaillent efficacement pour mener à bien ce projet. Je note que le voile du secret a été partiellement levé. De fait, nous n'avons pas affaire qu'à une bande de MIBs. Il y a aussi tous ceux qui s'opposent à la mentalité restrictive et anachronique de ces MIBs, et c'est indispensable pour restaurer la confiance dans notre gouvernement. Tout cela sera officiellement entériné.
Nous avons également abordé diverses façons de contribuer à la Divulgation, et la manière dont les ufologues eux-mêmes peuvent faciliter le processus. D'autres détails suivront dans les prochains jours..
"

Morningstar engage sa propre réputation en affirmant avoir validé la Source. Apparemment, il ignore qu'un contact français nous a déclaré avoir assisté à des réunions complémentaires les 13 et 14 février. Il est compréhensible que des observateurs s'impatientent de voir confirmées ces séances aux Nations-Unies, mais l'affaire est loin d'être enterrée.

Samedi 1er Mars

 

La confirmation française (à la date du 23 février) des récentes réunions aux Nations-Unies, circule maintenant sur les forums américains, où elle est reçue avec enthousiasme. C'est la première fois que le processus de la Divulgation est évoqué à ce niveau inter-Etats.

"Quarante représentants de 28 pays membres, dont le Vatican... ont discuté de l'ouverture officielle qui devrait être envisagée dans l'avenir concernant le traitement public du phénomène OVNI. Une ouverture qui aurait lieu sous deux conditions :

1) D'ici fin 2009, que la paix sociale dans les pays du G8 demeure garantie autour du modèle libéral (version US),

2) D'ici fin 2009, que les manifestations agaçantes de "nos voisins" persistent à travers le monde.

De plus, il fut discuté du positionnement à adopter dans le cas ou une nation non-alignée décidait de devancer l'officialisation du sujet.

Selon Gilles Lorant, les participants étaient relativement complices, reconnaissant implicitement la présence de 'nos voisins' dans notre environnement."

Michael Salla et ses amis de New York avaient titré à 100% dès le 13 février (rapporté ici le 14) sur la référence aux Ovnis. Ils ne pouvaient savoir qu'une nouvelle réunion se tenait le même jour, et n'ont rien publié dans les jours suivants pour signaler qu'une autre avait eu lieu le 14. Gilles Lorant est beaucoup plus posé; il n'a pas assisté à la 1ère des 3 réunions et donc ne peut souligner ce que Salla aurait amplifié, mais il a su replacer dans quel contexte d'études des comportements de populations les choses se sont passées.

Résumons : l'info circule aux Nations-Unies - parce que c'est un espace qui permet de coordonner le plan entre les principaux pays, et de prévoir quoi faire si l'un d'eux osait la révéler avant l'heure... et par ailleurs, parce que c'est cohérent avec le plan de Divulgation progressive, on créé une fuite vers les milieux ufologiques.
Ensuite, un journaliste d'un grand support découvre la nouvelle sur un site comme celui-ci, il contacte Gilles Lorant dans les prochains jours, et il en fait un article grand public. Déroulement normal.
Le grand public encaisse sans panique, et l'acclimatation progresse gentiment de 3% dans les sondages sur la présence aliène.

Dimanche 2 mars

Quelques esprits étroits, toujours à l'affut d'une bonne nouvelle mais uniquement pour s'amuser à la démonter, n'auront vu dans l'information des réunions qui ont planifié la Divulgation à l'ONU, qu'un "coup de pub" dont aurait eu besoin la "jeune" Fédération A.I.R.P.L.A.N.E.

L'accusation est grâve, qui suppose le sacrifice personnel d'un homme public. Jusqu'à présent, l'amusement consistait à marteler qu'un objet inconnu dans le ciel devait être nécessairement un ballon-météo, une méprise, ou un canular. Aujourd'hui, il serait plus constructif d'aller placer une requête FOIA pour tracer par exemple un rapport de la Garde Nationale US, que de passer son temps à publier des commentaires aussi méprisants.

Par ailleurs, l'américain Michael Salla a bien intégré les éléments apportés par Gilles Lorant dans une importante mise à jour, et la recherche va pouvoir progresser - entre autres sur les agendas de quelques participants aux réunions de l'ONU, dont les noms devraient commencer à circuler.

L'Administrateur du JdU, Jean-Jacques Yvars, communique aujourd'hui sur son forum :
"Monsieur Gilles LORANT, trésorier de la F.E.A et consultant auprès de l'ONU pour son entreprise, a bien assisté aux réunions, invité dans le cadre d'un audit sur le fonctionnement de l'ONU. Il a eu la possibilité d'assister à ces réunions, qui se sont déroulées le mercredi dans la salle du Conseil, et le jeudi dans la salle 8 ou 9. Ces réunions à huis clos regroupaient également des représentants de l'ONU, de 28 nations, ainsi que la présence annoncée de Monsieur DSK.

Cependant, Monsieur Gilles LORANT reconnait ne pas avoir vu DSK en personne. On note au passage que Monsieur Bernard KOUCHNER était attendu, mais il ne s'y est pas présenté et n'a pas non plus été annoncé, contrairement à Monsieur DSK. Il faut imaginer que chaque personne pénétrant dans la salle est systématiquement annoncée. Cependant, nous ne savons pas si le représentant d'une personnalité est annoncé par son nom, ou par celui de la personnalité qu'il représente.

D'ici quelques semaines, un compte rendu officiel sur ces réunions devrait être formulé, à l'attention de la communauté internationale, comme c'est le cas pour toutes les réunions institutionnelles de ce niveau. Cependant, ces comptes rendus de rattrapages, destinés aux pays non représentés lors de ces réunions, ne s'appliquent qu'aux réunions institutionnelles. Pour l'heure, nous ne sommes pas certains que les réunions du 13 et du 14 soient considérées comme des réunions institutionnelles, ou des réunions privées. Espérons qu'il s'agissait de réunions institutionnelles, car les réunions privées organisées par des institutions publiques ou des nations, dans les bâtiments de l'ONU, se produisent aussi. Il n'y a pas encore de certitude sur ce point là et nous recherchons confirmation."

Voilà qui explique, entre autres, pourquoi Gilles Lorant m'avait parlé de DSK, et les quelques doutes émis sur sa présence. L'important est que d'autres français s'engagent maintenant, en apportant de nouveaux détails, comme vient de le faire JJ Yvars - sur les lieux des réunions.

Lundi 3 Mars

Le Trésorier de la Fédération A.I.R.P.L.A.N.E. a répondu à l'invitation de "Radio Ici & Maintenant!" pour évoquer les récentes réunions aux Nations-Unies où le sujet Ovni a été abordé devant les Délégués de 28 Nations. L'agenda de M. Gilles Lorant est chargé, mais nous devrions arriver à fixer une date dans le cours de la semaine.

Michel Ribardière, le Président de la Fédération, a publié entre-temps ce nouvel Edito :

"La semaine du 11 février 2008 à New York, au siège de l’ONU, un rapport émanant de la garde nationale d’au moins trois états des Etats-Unis fut discuté, à huit clos. Ses conclusions furent rapportées lors des deux jours suivants, toujours à huis clos, dans un cycle improvisé de trois réunions pour la circonstance, avec les représentants présents de 28 pays du monde.

Un membre de la F.E.A., Gilles Lorant, invité par l’ambassade de l’O.N.U dans le cadre de son activité professionnelle a eu la possibilité d'assister aux réunions du 13 et du 14 février. Selon ses indications nous avons rassemblé les éléments suivants :

Le rapport discuté le 11 février portait, entre autres, sur les conséquences des observations aériennes non élucidées, banalement appelées "phénomènes OVNI". L’impact, que ces manifestations inattendues et très médiatisées, pourrait produire sur les populations de tous les pays fut à l’origine des débats.
Aux Etats-Unis, la période électorale ainsi que la crainte d’une récession économique, génèrent des inquiétudes, voire des espérances irrationnelles au travers d’un communautarisme grandissant. Or les vagues d’observations d’OVNIs accentuent ce climat qui risque de conduire à la suspicion des populations envers les autorités et les institutions.

Pour l’instant, aucun processus institutionnel ni aucune règlementation ne prévoit la conduite d’actions graduelles à tenir face à l’évolution de ce risque.
Sans ces actions, la chute de l’économie entraînerait progressivement la perte de confiance en nos institutions, y compris celles émanant d’un pouvoir exécutif.
L’enjeu identifié comme majeur est ni plus ni moins que la stabilité sociale des sociétés autour des valeurs fondatrices de la démocratie et du libéralisme.
Plusieurs facteurs influant de différentes façons sur cet équilibre ont été évoqués parmi lesquelles les manifestations OVNI sont une donnée de moins en moins négligeable.
L'instabilité sociale pourrait d’ailleurs toucher d'autres pays que les Etats-Unis.
La position officielle de silence ou de déni des institutions de la défense et du renseignement, lesquelles ne possèdent pas pour mission de révéler au public la présence de "nos voisins" en visite sur Terre, soulève de plus en plus d’interrogations de la part des populations (notamment les témoins de telles observations), pour lesquelles le déni systématique devient insupportable.
La légitimité même de certaines institutions américaines, dont l’honnêteté concernant le traitement des données issues des témoignages reste effectivement à démontrer, semble compromise pour un nombre croissant de citoyens américains.

Ces constats du 11 février furent examinés au cours des débats les deux jours suivants où fut également envisagé un plan de prévention de la stabilité sociale face à une crise de confiance vis-à-vis des institutions publiques ou des autorités d’états.
Une mesure particulièrement éloquente de la prise de conscience du phénomène OVNI outre atlantique, fut de reconnaître officiellement l’existence des OVNIs en préparant les populations sous deux conditions :

1) Que la stabilité sociale dans les pays du G8 soit garantie autour du modèle libéral,
2) Que les manifestations de "nos voisins" se poursuivent jusqu’à fin 2009.

Le ton des débats et l’accord explicite des participants laissent penser que la seconde condition peut s’interpréter comme le souhait à peine voilé d’un dialogue entre les collectivités terriennes et d’origine non terrienne.
En effet, l’O.N.U représentant l’organe de décision de la plupart des nations sur terre et les manifestations d’OVNI étant (du moins pour un pourcentage non négligeable d’entre elles) l’œuvre de collectivités non terriennes, la réponse collégiale des nations devient une incitation claire :
- si vous poursuivez vos manifestations d’ici fin 2009, nous acceptons de révéler votre présence.
Dans les faits, les dérapages des systèmes économiques mondialisés, juxtaposés aux démonstrations spectaculaires de civilisations extérieures ne laissent pas beaucoup de choix à nos représentants.
"

Mardi 4 mars


Il a fallu comme toujours un peu de temps aux contributeurs de la fameuse liste
UfoUpDates pour s’intéresser aux révélations concernant les réunions aux Nations-Unies. Plusieurs participants attendaient d’un français qu’il puisse valider ou non la source de la Fédération Européenne A.I.R.P.L.A.N.E.

C’est l’écrivain et ufologue Gildas Bourdais qui se charge de les rassurer : "Je connais Gilles Lorant, Michel Ribardière et Jean-Jacques Yvars, du groupe FEA. Je pense que le témoignage de Gilles Lorant est crédible - bien davantage que le rapport initial publié par Michael Salla !

Gildas Bourdais ajoute : “En outre, j’ai lu le compte-rendu original de Gilles Lorant en français sur le site de la FEA, et la version anglaise sur Exopolitics, la traduction me paraît correcte.

Gildas Bourdais

Mercredi 5 Mars

Gilles Lorant

Gilles Lorant, qui est maintenant cité sur de nombreux forums français et anglo-américains, m’a précisé quelques points avant que nous organisions l’interview prévue en radio.
Il ne peut bien sûr commenter aucune des informations transmises par Michel Salla, qui concernent la journée du 12 février à laquelle il n’a pas assisté.
Il se trouvait à New York en mission d’observation du fonctionnement des Nations-Unies, et c’est une coïncidence si le sujet des Ovnis a été abordé pendant ces deux journées.
Il précise aujourd’hui :
- il s’agissait les 13 et 14 février de débats préliminaires, servant à préparer une prochaine réunion du Conseil Economique et Social.
- aucun document n’a circulé, mais des extraits des rapports de la Garde Nationale ont été projetés sur écrans, et commentés par les trois sénateurs qui les avaient commandés,
- les participants n’ont fait l’objet d’aucune fouille particulière, il était seulement impératif d’éteindre les téléphones portables.
- En fin de séance, les participants avaient à remplir un formulaire d’appréciation.

Les séances étaient présidées par Srgjan Kerim, ancien Ministre des Affaires étrangères de l’Ex-République yougoslave de Macédoine” (élu président de la 62e session de l’Assemblée générale des Nations Unies le 24 mai 2007). “Certaines salles de réunions étaient fermées d’une chaîne en travers de la porte et gardées par un planton. Pas celle où je me trouvais.
Je n’ai pour l’instant d’autre confirmation que la présence de Sir John SAWERS, pour le Royaume-Uni, et de l’Archevêque Celestino MIGLIORE, réprésentant permanent du Vatican.

Sir John Sawers Celestino Migliore

Le réprésentant permanent du Vatican était bien présent à New York à cette époque, ainsi qu’en témoigne l’Agence de Presse Catholique : “L’Archevêque Celestino Migliore, observateur permanent du Vatican à l’ONU était présent ce mercredi (donc le 13 février) pendant la 62ème session de l’Assemblée Générale de l’ONU, intitulée “Changements climatiques : l’ONU et le monde à la recherche de solutions.

Il lui a été possible de rejoindre la réunion qui se tenait dans la salle du Conseil de Sécurité, puisque Gilles Lorant m’a indiqué que des personnalités ont participé à différentes rencontres dans la même journée.

Pendant ce court entretien, Gilles Lorant a également précisé : “J’ai été considéré comme un “attaché de recherches” au CNRS, uniquement parce qu’il m’est arrivé dans le passé de mener à bien deux contrats spécifiques. Pour ce qui est de l’IHEDN, j’ai effectivement été “auditeur”, mais j’ai été atteint par la limite d’âge.

Jeudi 6 Mars

En relisant le compte-rendu du français Gilles Lorant sur les deux réunions auxquelles il a assisté aux Nations-Unies, une phrase en particulier attire l'attention, lorsque les participants ont été invités à s'interroger sur l'attitude qu'il conviendrait d'adopter à l'égard des pays qui seraient tentés de divulguer la réalité de "nos voisins" avant l'heure convenue... Or les rencontres ont eu lieu à l'initiative des Etats-Unis. La convocation de ces réunions pourrait s'expliquer en partie par la crainte du gouvernement américain de perdre la face, et le contrôle du processus de Divulgation.

Le point de vue de Robert Morningstar est assez différent et se résume en quelques lignes :

"La Source de Clay et Shawn Pickering nous demande de maintenir la pression sur les politiques. Les militaires veulent jouer les bonnes cartes, mais ils n'agiront pas unilatérallement et de leur propre chef.
Je vois ça comme une demande à l'aide de leur part. En maintenant la pression sur les politiciens, on peut obtenir qu'ils ordonnent la Divulgation dans le cadre constitutionnel.
"

Le Contact de Michael Salla à Washington, en constatant les progrès réalisés depuis la France, pourra-t-il se montrer plus précis ?
Actuellement, Robert Morningstar constate qu'il n'a pas même été capable de révéler le nom du Président de séance pour le 12 février...
Quels sont les trois Etats américains qui avaient commandé un rapport à la Garde Nationale ? Parmi les favoris, l'Arizona (à cause de l'impact des Lumières de Phoenix sur la population), le Texas, et le Nouveau-Mexique... Les participants du forum Open Minds recencent actuellement les noms des Sénateurs qui se trouvaient à New York les 13 et 14 février. Ils décortiquent les listes des votants aux séances du Congrès. Mais sur ce point, il me faut attendre de revoir Gilles Lorant, parce que je ne l'ai pas enregistré la veille et la présence des Sénateurs à l'ONU reste un point de débat. Un graphique évolutif a été créé qui peut servir de base aux recherches.
Il faudra également se demander de quelle manière l'US Air Force était représentée à l'ONU.
Depuis l'Italie, l'enquêtrice Paola Harris est enthousiaste de constater les récents développements, et c'est le moment pour elle de remonter ses filières vaticanes.
Aux dernières nouvelles, Ed Komarek envisage la possibilité d'amener un tout autre contact à se révéler. Il a transmis les éléments nécessaires au Wall Street Journal.
L'Ambassadeur britannique John Sawers était bien à l'ONU pendant toute cette période. Le 12 février il a lu une déclaration sur
les Enfants et la guerre.
Le 14 février, il s'adressait au Conseil de Sécurité
à propos du Kosovo

Vendredi 7 Mars

Toujours à propos des réunions à l'ONU : ces débats préparatoires des 13 et 14 février auxquels a assisté Gilles Lorant avaient visiblement laissé de côté un bon nombre de pays, puisqu'on nous dit que seulement 28 nations étaient représentées par 40 délégués. C'est pourquoi le français a rapporté qu'une autre réunion doit être organisée prochainement, en parlant du mois de Mars.

J'ai reconstitué une partie de l'analyse de Gilles Lorant, à son retour des Etats-Unis, d'après ce qu'il avait déclaré à quelques proches concernant l'échéance de 2009 : "La perspective d'une crise économique majeure est ouvertement évoquée, et elle peut avoir servi de déclencheur à l'organisation de ces réunions; on sait que cette crise peut commencer aux Etats-Unis et se propager dans les sociétés occidentalisées, le Japon, la Corée du Sud... Elle entraînerait une implosion sociale. Dans cette éventualité, les responsables des institutions n'ont plus à se préoccuper de l'impact social et sociétal d'une démonstration publique affichée, de la part d'une autre intelligence qu'ils ont choisi de surnommer "nos voisins"."

Gilles Lorant

Encore une fois, il n'a pas assisté à la réunion du 12 février, mais il a appris qu'elle avait été consacrée à l'exposé initial du rapport de la Garde Nationale, avec la participation de l'US Air Force.

Plus généralement, Michel Ribardière, Président de la Fédération A.I.R.P.L.A.N.E. publie ce commentaire : "Une suggestion d'ouverture sur le sujet OVNI faite aux représentants des nations a été prononcée à l'ONU. Cela démontre la réalité d'une pression de l'opinion publique internationale sur les institutions. Derrière cette suggestion, il faut pressentir les informations qui en sont à l'origine. En période de crise économico-sociale prévisible, les populations choisissent une vérité qui dérange plutôt que la réalité virtuelle qu'impose l'ordre social en cours dans tous les pays. Cette suggestion peut être envisagée comme étant la preuve que les institutionnels de ce niveau, ne cherchent pas à contraindre ou enfermer les populations mais plutôt à entretenir un pacte social stable donc le plus harmonieux possible. A terme, la reconnaissance de l'intelligence qui se situe derrière les Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés est inévitable."

Les images de Sir John SAWERS, pour le Royaume-Uni, et de l'Archevêque Celestino MIGLIORE, représentant permanent du Vatican, circulent maintenant sur des quantités de sites étrangers, dont l'Altro Giornale en italien.

Des pressions s'exercent actuellement sur la Fédération A.I.R.P.L.A.N.E. pour qu'elle remplace Gilles Lorant au poste de Trésorier : l'IHEDN apprécie peu que des auditeurs n'ayant pas terminé le cursus laissent entendre qu'ils auraient suivi une formation complète.

Samedi 8 mars

Gildas Bourdais communique sur plusieurs listes francophones, de même que sur UfoUpDates :

"J'ai la désagréable obligation de vous faire part des éléments suivants concernant Gilles Lorant et son témoignage sur des réunions supposées à l'ONU.

Malheureusement, je ne peux plus, depuis hier soir, soutenir Gilles Lorant."

Gildas Bourdais

"J'avais déjeuné hier avec lui, à sa demande, et je lui avais demandé de prouver d'urgence ses dires sur les principaux éléments contestés de son CV, et en premier lieu vis-à-vis de l'IHEDN. Je lui avais déjà dit, et je l'ai répété, que les gens du Cometa s'étaient renseignés et qu'il est inconnu à l'IHEDN. Il m'avait répondu que, certes, il n'avait pas été auditeur, mais qu'il avait suivi un début de formation pour le devenir. Il devait me faire un message de confirmation, à faire circuler, mais il ne l'a pas fait. Par contre, hier soir, Michel Algrin, avocat et administrateur du Cometa, m'a appelé pour me demander de l'alerter d'urgence car l'IHEDN avait pris la chose très mal et se préparait à l'attaquer en justice dans les prochains jours pour "usurpation de titre" (passible d'un an de prison et de 100 000 Euros d'amende). Michel Algrin m'a précisé qu'il n'y a pas de formation pour devenir auditeur : on est accepté sur dossier, ou pas.

J'ai aussitôt prévenu Gilles Lorant de cette menace pesant sur lui. Il a appelé Michel Algrin pour se rétracter (qui me l'a confirmé), et il m'a dit qu'il allait écrire à l'IHEDN le soir même (adresse fournie par Algrin). Il va ainsi, sans doute, éviter d'être attaqué en justice, de justesse.
Michel Algrin m'a demandé de faire savoir cela sur les listes.
Cela dit, pour moi, sa participation, ou non, à des réunions à l'ONU, reste une question ouverte, et d'autre part je n'ai pas l'intention de me joindre à une meute pour un lynchage médiatique.
Cordialement,
"
Gildas Bourdais

De ce fait, la F.E.A. a demandé et obtenu la démission de Gilles Lorant, qui n'est donc plus Trésorier de l'Association. L'interview prévue en radio serait une belle manière de clarifier. En attendant cette occasion, j'ai demandé à Gilles Lorant de me dire en deux mots si je dois continuer à écrire : "Les réunions à l'ONU ont bien eu lieu, et GL y était", ou pas...

Pour l'heure, il a seulement publié hier, en fin de journée, ce démenti :

"Compte tenu des proportions médiatiques prises par l'affaire de "la visite à l'ONU" je me dois de vous demander de rectifier au plus tôt les informations concernant l'IHEDN.
En effet, je n'ai jamais déclaré avoir été un auditeur de cet institut, ce qui doit relever d'un statut formel et déclaré dont je ne peux me prévaloir :
Je n'ai pas de lien avec l'Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale.
"

Michael Salla va-t-il se retrouver seul en première ligne, pour continuer d'exposer ce qui s'est passé aux Nations-Unies en février dernier ?

Dimanche 9 Mars

Apparemment, la plupart de ceux qui ont suivi l'affaire des réunions aux Nations-Unies ne tiennent pas trop rigueur à Gilles Lorant d'avoir amplifié son CV. En atteste ce message apaisant de Gérard Lebat, fondateur des Repas ufologiques :
"Cet 'incident' ne remet pas en cause la participation de Gilles Lorant aux réunions à l'ONU, jusqu'à preuve du contraire malheureusement, mais jette un doute sur tous ses commentaires, certainement réels pour la plupart. (À nouveau souhaitons le !). Nous espérons qu'il s'agit d'une maladresse, quelques fausses prétentions pour se mettre en valeur. Cela est compréhensible, il pensait peut être que cela resterait 'entre amis', mais certainement pas que ça ferait le tout du monde ! Le courage que Gilles Lorant démontre en demandant le rétablissement de la vérité est tout à son honneur. Ne l'accablons pas plus, la leçon lui profitera très certainement.

"Nous avons une pensée pour la FEA AIRPLANE, pour tous ses membres qui étaient en permanence en rapport avec Gilles Lorant et qui en appréciaient les qualités. Ce démenti ne met aucunement en cause le sérieux de cette Fédération, de ses objectifs et du travail qu'elle réalise, ses membres sont certainement aussi touchés que nous tous par cette nouvelle.
" Quelques heures plus tard, Gérard Lebat finira par constater que le CV de Gilles Lorant présente trop d'incohérences pour continuer de le soutenir.
Joint hier par téléphone, Gilles Lorant affirmait de nouveau : "Mon récit des réunions aux Nations-Unies est rigoureusement exact. Je réalise que j'ai placé mes amis et mes prôches dans une situation très délicate. Aussi je vais laisser les choses se calmer. Ces évènements tels que je les ai décrits vont survenir de toutes façons. Ceux qui doutent aujourd'hui se souviendront à ce moment-là que j'avais dit vrai."

Gilles Lorant se dit stupéfait du nombre de sites et de forums qui en quelques jours ont repris ses propos. La plupart des américains pensent actuellement qu'il a été maladroit et serait victime d'une opération de déstabilisation. Mais la tendance pourrait rapidement s'inverser s'il n'intervenait pas rapidement pour faire progresser la vérité.

En attendant, qu'avons-nous de concret ?

Dans un échange d'emails qu'il a choisi de rendre public, Robert Morningstar explique à son ami Richard Hoagland, fondateur du groupe de recherches 'The Enterprise Mission', quel est le profil de sa Source :
"J'ai rencontré ce contact à trois reprises. Il s'agit d'un diplomate américain. C'est un officier de l'armée US, maintes fois décoré, qui travaille au Pentagone au Département du JCS (Joint Chief's of Staff). Il est maintenant rattaché au Département d'Etat comme diplomate de Liaison Militaire. Il transmet ses rapports au Commandement Unifié ET au Département d'Etat. J'ai pu voir ses lettres de créance et tous les documents nécessaires qui prouvent son accréditation. Je l'ai trouvé crédible et j'ai du respect pour son courage, parce qu'il a accepté cette mission que lui ont confiée des hauts responsables du Pentagone."

Lundi 10 Mars

Le point de vue de Jacques Vallée sur cette affaire des Nations-Unies : "Je ne m'emballerai pas trop pour l'instant sur cette information" :

"Nous ne sommes pas parvenus à vérifier en France que Gilles Lorant a effectivement travaillé aux endroits qu'il a indiqués (le CNRS n'a aucune trace de lui), et nous ne parvenons pas à obtenir des réponses claires aux questions élémentaires concernant cette rencontre.
A ce stade, cette affaire me paraît très suspecte : c'est encore ce genre d'allégations sans assise, qui augmentent la difficulté d'amener les scientifiques à s'impliquer sérieusement dans ce domaine.
Il me semble que cette histoire part en morceaux, mais la structure est très intéressante - en suivant les lignes directrices d'un processus de guerre pyschologique par le jeu de la rumeur :

Jacques Vallee

1. Vous inventez une histoire très accrocheuse qui aura l'air plus vraie si vous y associez des noms prestigieux : l'ONU, l'Ambassadeur de France, DSK etc. et quelques dates précises.
2. Vous laissez quelques blancs, afin que les gens se posent des questions, ce qui vous montrera qui va s'y intéresser, et pourquoi.
3. Vous laissez entendre que l'affaire est en partie secrète, et laissez le mystère s'épaissir.
4. Vous rétractez progressivement des éléments de l'histoire (une une bonne partie n'était que le fruit de votre imagination), mais vous indiquez qu'une personne bien réelle (Lorant) se trouvait là.
5. Cette personne (dont les éléments de CV sont improbables) "révèle" d'autres détails mais ne confirme pas l'histoire d'origine, ce qui lui confère une crédibilité supplémentaire et lui permet de diffuser une information nouvelle.
6. Des enquêteurs de bonne foi renforcent l'histoire originale en essayant de suivre la nouvelle piste.
7. Vous ajoutez de nouveaux noms qui sonnent bien, tels que Ted Kennedy et John McCain, par le biais de nouvelles sources anonymes "qui courent un grand risque si leurs noms étaient divulgués..." et vous amenez ainsi d'autres chercheurs plus facilement identifiables à révéler leur intérêt.

8. Vous utilisez Internet pour faire circuler votre montage en direction d'un grand nombre de gens, dans l'espoir de créer un effet de masse.
9. A ce stade, tout démenti officiel de cette histoire (ou d'une partie seulement) aura l'air d'une couverture ou d'une réaction sceptique, ce qui vous permettra de prétendre que vous êtes la victime d'une manoeuvre de désinformation, etc. etc.

Tout ça est très habilement conçu... Il est beaucoup plus facile de programmer des êtres humains que des ordinateurs !"

C'est intéressant, et ça suggère une opération concertée. Cependant, une opération aussi complexe visant à identifier une poignée d'ufologues, et décourager les scientifiques de s'intéresser au phénomène... ne se justifie que si on a quelque chose de très important à cacher. Pourquoi ne pas envisager qu'il s'agisse d'une opération d'acclimatation, consistant à tester les réactions de l'opinion ? Les politiques utilisent couramment le procédé, en diffusant la rumeur d'une réforme, avant de l'annoncer officiellement. En cas de surchauffe, le pouvoir se ménage une possibilité de rétractation grâce à des incohérences dans le CV de Lorant, ou son 'erreur' sur DSK.

Ce qui nous amène à s'intéresser de nouveau à la Source originale, celle de Clay et Shawn Pickering...

A propos de la Réunion à l'ONU du 12 février 2008, par Clay et Shawn Pickering
"Pour que les choses soient bien claires, nous confirmons que nous avons rencontré notre Source une première fois le Lundi 11 février au soir, il était 20 heures. Elle nous a informés, mon frère et moi, que la réunion à l'ONU aurait lieu le lendemain matin, mardi 12, à 8 heures.

Notre source savait que le sujet OVNI serait abordé. On nous a priés de ne pas diffuser cette information avant que la réunion ait eu lieu. Nous avons été les seuls à diffuser cette information le jour même. Nous en avons informé trois personnes : Bob Morningstar, Editeur de UFO Digest, le Dr. Michael Salla, directeur de Exopolitics.Com, et l'auteur bien connu, Jim Marrs.

Bob Morningstar a brièvement rencontré notre source le lundi 17 février 2008.
Du fait que Bob habite dans les environs de New York City, il était facile d'organiser cette rencontre. Bob a rencontré de nouveau notre source le 25 février 2008. Shawn et moi avons mis en place cette réunion, et nous y avons participé. Elle a duré 5 heures. Notre source a montré à Bob ses accréditations. Nous avons abordé plusieurs sujets. Notre source avait lu divers écrits de Bob sur Internet, et était très intéressée de le rencontrer. Notre source préfère continuer à relayer en premier lieu ses informations vers Shawn et moi. C'est ainsi qu'elle entend communiquer toute autre nouvelle, du fait de la relation de confiance que nous avons établie.

"Certains ont été choqués par le mot "Contrôleurs"... Notre source n'a simplement utilisé ce terme que pour décrire un certain groupe d'extraterrestres qui semble prévaloir sur d'autres groupes.
Comme vous en êtes bien conscients, ce nom est déjà lourdement connoté en ce qui concerne la guerre psychologique. Ce n'était qu'un mot, qui a été depuis remplacé par "Adaptateurs". Ce n'est qu'un autre nom qui lui est venu à l'esprit pour parler de groupes d'E.T.

Mais franchement, notre source et ses partenaires n'ont pas de nom particulier pour en parler. A nouveau, j'insiste pour expliquer que ce nom donné aux extraterrestres n'avait de sens que pour qualifier une certaine hiérarchie dans ce groupe, relativement aux autres E.T.s, comme par exemple, les "Gris" et les "Grands Blonds".

[Hier, Robert Morningstar a clairement exposé que la Source recevait ses ordres directement du Pentagone.]

"Il y a vraiment un mouvement qui est lancé pour accélérer la prise de conscience publique, en vue d'un contact sans ambiguités entre la population mondiale et les extraterrestres. Ce que la plupart des gens n'ont par perçu, c'est qu'une réunion à l'ONU a bien eu lieu, au sujet des récentes vagues d'Ovnis dans le monde entier."

"Ma source et son équipe tiennent à rappeler le double objectif de cette réunion :
1) Ces manifestations sont mondiales, elles ne concernent pas qu'un pays ou une région particulière. De plus, la technologie de ces engins n'est aucunement d'origine terrestre. Il s'agissait de répondre aux craintes (particulièrement de la Russie) que des avions secrets américains violent l'espace aérien d'autres nations.
2) L'équipe de notre source a fait savoir que le contact se produirait au cours de l'année 2017! Et les choses vont aller en s'accélérant à partir de 2013.
J'ajoute que notre source n'a pas "Présidé" la réunion. Il y a participé, et il a exprimé ses réflexions, tout comme les autres participants.
Le plus important à retenir, selon la source, c'est qu'il se présente une "fenêtre d'opportunité" logistique qui doit permettre d'en finir avec 60 ans de couverture après la période du canard boiteux (allusion à l'Administration Bush), et avant que la nouvelle administration se mette en place; ceci devrait faciliter la Divulgation à cette époque charnière, afin que la priorité soit donnée à des plans d'ouverture pour un contact.
Les populations de cette planète sont à un tournant historique, face à ce phénomène. La communauté des chercheurs et l'équipe de notre source sont en train d'agir, et doivent accomplir tout ce qui est possible, sans compromettre la Sécurité Nationale, pour parvenir à cette émergence.
Je pourrais vous donner d'autres informations. Cependant, je pense tout comme mon frère qu'il est préférable de laisser Bob Morningstar et le Dr. Michael Salla continuer à vous transmettre les informations de notre source.
"
Clay & Shawn Pickering - New York City - 6 Mars 2008
Source

Mardi 11 mars 2008

L'affaire de l'ONU aura relancé une forme d'activisme. Robert Morningstar, éditeur de UFO Digest, adresse cet email à un petit groupe d'observateurs. Il est ensuite reproduit sur Open Minds :
"Du fait que je suis l'une des sources de l'information sur la réunion à l'ONU, je tiens à vous affirmer de nouveau que j'ai bien rencontré l'informateur, un militaire qui est diplomate de liaison, à trois reprises, et je réaffirme qu'il m'a bien présenté tous les documents officiels qui établissent sa haute crédibilité selon mes critères (et je suis très exigeant).

"Je ne suis pas un menteur ni un plaisantin, et je demande que toutes les personnes concernées, au lieu de se lancer des opinions à la tête, en perdant beaucoup de temps et d'énergie, appellent simplement ou écrivent à leurs congressistes et Sénateurs aux Etats-Unis, et leurs parlementaires au Canada et en Europe (GB/EU). Dites-leur, ne leur demandez pas, DITES-leur, donnez-leur l'ORDRE de FORCER la Divulgation.Au fond, ces gens travaillent pour vous, ils ne sont pas au-dessus de vous. C'est vous qui les avez placés là où ils sont, et c'est vous qui payez leurs salaires.
Je remercie tous ceux qui ont déjà réalisé un excellent travail d'investigation.
"
Robert Morningstar
Editeur, UFO Digest
p.s. "J'ai donné ma parole de ne pas révéler l'identité de la source, et je garderai ma promesse. J'ajouterai, dans un retour historique, que dans l'affaire des fuites du Watergate, si Woodward et Bernstein avaient cédé à la pression du public en révélant le nom de leur source, on ne l'aurai pas surnommée "Gorge Profonde" mais "Gorge Tranchée"."

Cette affaire des Nations-Unies amène bien des réflexions et des hypothèses sur les forums, dont celle-ci, formulée par Dan Smith :
"Personne n'a encore apporté la preuve que cette histoire a été complètement fabriquée... Les services de Renseignement pourraient-ils avoir monté une opération de couverture pour empêcher que l'affaire éclate prématurément dans le public ? Parce que les grands medias ne sont pas censés être touchés avant l'année prochaine."
Il essaye de concilier les révélations de la source de Michael Salla et la faiblesse du témoignage du français Gilles Lorant.
Garuda n'exclue pas que la fuite puisse être due à une rivalité au sein des Services.

Mercredi 12 Mars 2008

Dans un nouveau message destiné à circuler sur des listes, Jacques Vallée constate : "C'est étrange, certains des arguments du prétendu rapport à l'ONU sont semblables (mais cependant amplifiés) au témoignage que j'avais présenté de manière assez officielle devant le comité politique des Nations-Unies en 1978, en compagnie du Dr. Hynek, de Claude Poher, Gordon Cooper, Stanton Friedman et quelques autres. Cette rencontre n'était pas secrète (elle était en fait ouverte au public et à la presse), et avait été largement rapportée.
Par conséquent, je ne vois pas ce qu'il y a de nouveau dans ce que Messieurs Salla, Lorant etc.. auraient à nous dire, ni pourquoi il y aurait une telle urgence et la nécessité du secret.
"
Le rappel de cette réunion de 1978 avait été publié ici à la date du 23 février. Il n'y aurait donc "rien de nouveau" dans les récits des frères Pickering et de Gilles Lorant, mais en disant celà, Jacques Vallée atteste bien que l'ONU peut servir de cadre à de telles rencontres.
Dans le cours de la même journée, Michael Salla a précisé qu'il connait depuis 2006 la véritable identité de l'informateur de Clay and Shawn Pickering, qui serait sous les ordres d'un Amiral : "Les révélations de Robert Morningstar sur les activités militaires de la Source collent avec les renseignements dont je dispose, et soulignent que l'U.S. Navy entend jouer un rôle de premier plan dans la divulgation de la présence extraterrestre." Un
nouvel Edito de Ed Komarek est entièrement consacré à cette hypothèse selon laquelle l'US Navy serait plus engagée dans cette voie que l'US Air Force.

Un opportuniste facile à identifier s'est inscrit sur Open Minds sous le pseudo de Hugh, pour nous annoncer que les réunions de l'ONU s'inscrivent en fait très exactement dans le cadre de SES prédictions : "J'avais annoncé il y a deux ans qu'il se passerait des choses importantes dans les 18 à 24 mois"... Et de tenter de récupérer tous les évènements majeurs à son avantage, comme la manifestation d'Ovni sur l'aéroport de Chicago, et les récents incidents de Stephenville. Comme s'il n'y avait pas chaque année des évènements remarquables... Il est rapidement remis en place par Ed Komarek qui le connait bien :
"Hugh/Eric, tu ferais mieux d'admettre que que tu dépassé les bornes avec la prédiction de Tsunami, en 2006, et de nombreuses personnes pourraient en avoir souffert. Tu as créé un mouvement de panique sur les côtes Africaines. Tu as perdu toute crédibilité. Il te suffirait de le reconnaître, et ce serait le début de ta guérison.
Michael et moi avions fait tout notre possible pour essayer de t'empêcher de dérapper, mais ça n'a servi à rien. Je pense que Michael a bien fait de prendre ses distances pour cette raison. Cette fausse alerte au Tsunami a complètement détruit ta crédibilité dans la communauté exopolitique. C'est affligeant.
"

Jeudi 13 Mars

L'idée que j'évoquais ici et sur le forum Ovnis-USA depuis le 10 mars, se développe également aux Etats-Unis, où Gilles Lorant apparaît de plus en plus comme une taupe, installée depuis peu dans le milieu ufologique français, et destinée à servir de contre-feu.
Dans cette hypothèse, il est inutile de continuer à espérer une interview en radio pour nous raconter les réunions aux Nations-Unies : les amplifications sur son CV auraient été soigneusement préparées.
Divers recoupements effectués dans le milieu ufologique permettent peu à peu de comprendre comment il s'est rapidement fait connaître des principaux acteurs. Thierry Rocher résume la soirée des Repas ufologiques parisiens du
6 Novembre 2007, animée ce soir-là par Michel Ribardière.

Il rapporte mot pour mot la première intervention publique de Gilles Lorant - un visiteur qui se lève de son siège, comme pour poser une question, mais on s'aperçoit rapidement que son but est en fait de se présenter à l'auditoire.
Dès la seconde phrase, il affiche un statut hors du commun, avant de lancer un appel solennel : "Ma question est plutôt une préoccupation. Je suis membre de l'IHEDN et du CNRS. Je côtoie des personnes qui prennent des décisions politiques. Je constate qu'il s'agit plutôt d'autocensure. Les gens sont effrayés et se censurent eux-mêmes. Ils le font déjà sur des sujets moins sensibles. En gros il y a un espèce de consensus." [L'homme raconte une rencontre personnelle avec des Indiens des Rocheuses. A propos des OVNI, ils considèrent que "les dieux ont leurs affaires"]. "Il existe beaucoup de preuves sur les OVNI, mais le sujet est trop (.?.) un paradigme. Oui, la France est une terre d'exception, mais on essaye de bouger des gens convaincus du contraire. On ne pourra pas obliger une intelligence à se manifester si elle n'en a pas envie. Il faut montrer que l'on en est digne. Pour qu'une intelligence nous prenne en compte, il faudra changer, annuler guerres, famines, pollutions, etc. C'est peut-être un projet qui n'aboutira pas car on est face à un dilemme qui n'est pas encore réglé."


La conférence de M. Ribardière, avec G. Lorant (veste noire) tout à gauche

Gilles Lorant n'avait donc pas de question à poser. Il a utilisé le micro destiné aux participants de la soirée uniquement dans le but d'attirer l'attention. Après cette intervention remarquée, plusieurs viendront l'entourer, et il leur confiera volontiers ses coordonnées personnelles. L'organisateur Gérard Lebat le découvrira tout récemment, en janvier 2008.

Cette hypothèse d'une déstabilisation organisée prend davantage corps avec ce qui va suivre..

Le Kevin Smith Show recevait à nouveau hier un personnage du nom de Dick Criswell. C'est un enquêteur versé dans les domaines de l'ufologie et du paranormal, fondateur du réseau I.P.U.S. (International Paranormal UFO Society). Son nouveau site est en construction

Dick Criswell

Dick Criswell pense que le français Gilles Lorant aura été chargé de faire un petit tour de piste, à la demande des services concernés, et que les éléments de discrédit étaient pré-établis dans son parcours : "En réalisant qu'il y avait eu une première fuite aux Nations-Unies, ils ont jugé utile de jouer la carte Lorant pour que tout rendre dans l'ordre."

L'invité de Kevin Smith pense que les "réunions" ont bien eu lieu. Deux sources lui auraient confirmé l'info. La première est un Commandant de la Navy, qui prétend avoir lui-même participé à ces rencontres : "J'ai confiance en lui à plus de 99%, parce que ça fait des années qu'il me renseigne sur d'autres affaires". L'autre source est un Mexicain, qui a promis de lui faire parvenir un exemplaire de la brochure remise aux participants.
Il ajoute : "Les Nations-Unies avaient déjà démenti en 1995 qu'ils avaient commandé une étude sur les astéroïdes susceptibles de percuter la Terre. Or à l'époque un attaché de Dan Quayle m'avait remis une copie de ce rapport... "

Les 20 premières minutes   

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Whitley Strieber

L'écrivain et abducté Whitley Strieber avait remarqué avant-hier la déclaration de Michel Ribardière, Président de la F.E.A., et s'en était contenté pour titrer sur son site web Unknowncountry :
"Tant que nous n'avons pas la preuve de ces réunions aux Nations-Unies, qui nous serait apportée par l'un des participants officiels, nous nous en tiendrons à dire qu'elles n'ont jamais eu lieu."
Il devait intervenir la nuit dernière en première partie d'émission sur Coast to Coast AM.

La réplique de Robert Morningstar ne s'est pas fait attendre, et elle ne manque pas de pertinence :

"Avec tout le respect que l'on doit à ce génie créatif, cet écrivain talentueux qui nous présente des faits et sait aussi rédiger des romans, sa déclaration doit s'appliquer également à tous ses propres récits de rencontres avec Les Gris, les récits de ses abductions, et ses multiples transformations.

La différence entre le cas de Mr. Strieber et le nôtre, c'est que pour notre part nous avons trois témoins qui ont rencontré la source, et dont les récits sont cohérents. Mr. Strieber n'a jamais présenté un seul témoin de ses interactions avec "Les Gris". Je suis moi-même un grand admirateur de ses talents d'écrivain, et des millions d'autres lui ont accordé le bénéfice du doute, contribuant à lui verser des millions de dollars en royalties depuis plus de 20 ans.
Je demande respectueusement la même chose, c'est-à-dire le bénéfice du doute (et seulement "2 Centimes de bon sens" en "royalties").

Un autre élément qui nous est commun est cette affirmation qu'une grande transformation va se produire dans un futur proche.
Notre source a parlé de "2013". J'ai acheté le dernier roman de Whitley (une fiction, basée sur des "faits" qui lui sont personnels). Il a pour titre "2012 : The War for Souls" [en production chez Warner Bros]. Je possède même un exemplaire qu'il m'a dédicacé, lors d'une séance de signature chez East-West Books à New-York.

La différence entre nos deux histoires se réduit à une dizaine de jours, selon que la transformation annoncée se produit le 21 Décembre 2012 ou le 1er Janvier 2013."

Strieber est un auteur de romans réputé pour "The Wolfen" et "Communion". Son dernier roman, "Les Gris", est en cours d'adaptation par Ken Nolan pour Sony, et les droits de "The Hunger" ont été acquis par la Warner.

Source

Vendredi 14 Mars

Il est courant pour les déboulonneurs qui souhaitent en finir rapidement avec une affaire dérangeante, comme actuellement celle de l'ONU, de lancer des attaques personnelles contre celui qui véhicule l'information. Le dénigrement consistera par exemple à contester ses diplômes. Or Michael Salla a bien un Doctorat en Philosophie en matière de Gouvernance. Ted Roe sur OM n'approuve pas nécessairement tous les aspects du personnage, mais il souhaite au moins que d'éventuelles attaques soient fondées :

"Salla n'a pas de formation en psychologie, mais il enseigne dans le domaine des sciences politiques : les implications politiques de la présence extraterrestre. Les cours de son Institut qui requièrent une formation en psychologie sont donnés par Rebecca Hardcastle, laquelle a ce genre de qualifications...
Nous sommes tous à la recherche de la vérité, mais les basses attaques contre le messager ne nous ferons pas progresser.
Celà dit, il n'existe pas une documentation scientifique suffisante pour valider ou contester l'affirmation de Michael Salla selon laquelle l'
étude des Dauphins pourrait permettre de comprendre comment entrer en relation avec ceux qu'il a choisi de nommer les Etres des Etoiles."

Michael Salla livre une nouvelle information sur la liste de Victor Martinez : "Le 10 Mars, un collègue exopolitique m'a rapporté qu'une source au sein du Ministère de la Défense français lui a confirmé que Lorant participe à des réunions militaires de haut niveau. Cette source est un Colonel. Il sait que nous avons quelques difficultés à cerner les références professionnelles de Lorant. C'est pourquoi il nous indique que le personnage participe à des rencontres importantes, en France, et qu'il a un statut officiel dans le milieu qui mène des opérations de couverture en rapport avec les questions ET/Ovnis. Ca nous aide à mieux comprendre pourquoi il avait initialement prétendu avoir assisté en tant qu'observateur aux réunions de l'ONU.."

La mobilisation des frères Pickering, et la mise en avant de Gilles Lorant, montrent qu'une opération relativement concertée est possible. Mais rien pour l'instant ne permet de dire si la cible en est le mouvement exopolitique de Michael Salla, la Fédération A.I.R.P.L.A.N.E., ou le milieu ufologique dans son ensemble, simultanément en France et aux Etats-Unis. On se représente encore mal pourquoi de telles manoeuvres auraient été engagées dans le but de propager une histoire sans consistance... Pourtant, Jacques Vallée a confirmé à sa manière que des réunions sur le sujet Ovni pouvaient se tenir aux Nations-Unies...

Michael Salla détaille sur Open Minds ses relations avec la Source originale de l'information sur les réunions aux Nations-Unies :

"Clay et Shawn Pickering m'ont parlé pour la première fois de la Source A qu'ils avaient rencontrée et avec laquelle ils avaient développé des liens d'amitié. Ce contact leur avait révélé son parcours militaire et l'état de ses connaissances dans le domaine Ovni.
Il leur avait remis une version du Manuel des Opérations Spéciales qui était différente de celle que Robert Wood avait étudiée.

Ce nouveau document fut envoyé à Bob Woods pour analyse, et il avait confirmé que c'était une autre version du même document.

C'était en soi une chose intéressante, mais ça a également permis de confirmer que la Source A était bien ce qu'elle avait prétendu, et avait accès à diverses ressources hautement classifiées concernant les Ovnis."

"Clay et Shawn avaient continué de me tenir informé au sujet de la Source A, mais très confidentiellement. C'est ce qui me permet d'affirmer que je connais la Source A depuis environ 18 mois, parce que j'étais également destinataire des éléments confidentiels qu'elle acceptait de partager. Cette information sur la réunion aux Nations-Unies était la première qui pouvait être porté à la connaissance du public. Les contacts antérieurs font que j'ai confiance dans la Source A, et j'ai rapporté ses propos dans mon premier article."

On a vu quelques observateurs récemment monter au créneau pour dénoncer la fraude, simplement parce que le service des relations publiques de l'ONU n'a pas trouvé mention du mot Ovni dans les réunions organisées en Février... A ceux-là, Stanton Friedman, sur la liste UfoUpDates, suggère de chercher plutôt si des réunions sont listées avec des termes plus généraux, comme "situation de conflit" ou "menace de l'espace"... "Ca me parait de toutes façons très improbable que vous trouviez en clair la mention des Ovnis dans l'intitulé d'une réunion !"
Il sera sans doute plus intéressant d'attendre les résultats des requêtes FOI (Freedom Of Information) sur les agendas des éventuels participants.

Suspicioso a réalisé une Mise à jour de sa représentation graphique de l'affaire de l'ONU.

Dimanche 16 Mars

On avait appris le 11 mars la démission de l'Amiral William Fallon, chef du US Central Command (Centcom) où il avait pris ses fonctions en mars 2007. Cette démission prendra effet au 31 Mars.
"La zone d'influence du CENTCOM en 2007 est le Moyen-Orient, l'Afrique de l'Est et l'Asie centrale, régions regroupées sous le terme novateur de Sud-ouest asiatique."
Son différent avec l'administration Bush sur le développement d'un éventuel conflit en Iran serait la cause de ce départ inattendu.

Robert Morningstar, Editeur de UFO Digest, dans une nouvelle communication sur la liste UfoUpDates, fait largement référence à ce nouveau personnage, en rapport avec l'affaire des réunions aux Nations-Unies...

Le 14 Mars 2008
Sujet : Gilles Lorant - "Il n'y a pas de fumée sans feu"

"Je n'ai jamais rencontré Gilles Lorant, ni même parlé avec lui. Son propre récit n'a guère de rapport avec la réunion du 12 février que j'avais racontée. Son témoignage était cependant bien venu, parce qu'il faisait état de réunions qui devaient naturellement découler de la première.

J'apprends que Mr. Lorant a opéré en France pendant de nombreuses années en présentant les mêmes accréditations, sans jamais être inquiété, jusqu'au jour où il a révélé ces réunions à l'ONU, auxquelles il aurait assisté. Lorant est un ancien officier militaire et un pilote, qui a participé à des rencontres de haut-niveau dans le cadre de la Défense Nationale.

Il a prouvé qu'il était à New York. Ce n'est pas parce qu'on relève des failles dans son CV qu'on doit automatiquement invalider son récit. En raison des attaques dont il a fait l'objet, en particulier de la part de Jacques Vallée, j'aurais plutôt tendance à penser que "Il n'y a pas de fumée sans feu".

Je ne peux parler qu'en mon nom (pour ce qui est de la première réunion), et je réaffirme que j'ai rencontré à trois reprises un respectable officier militaire US, pilote et diplomate, pour évoquer ce sujet, et les preuves qu'il m'a présentées, concernant son statut, sont tout à fait authentiques.

J'avais déjà révélé que c'était une initiative de l'US Navy. La récente démission de l'Amiral William Fallon m'a libéré d'une réserve de confidentialité à laquelle j'avais consenti, afin de préserver son rôle dans cette initiative. Dès le début, ma source m'avait clairement précisé que l'Amiral Fallon était son mentor, et qu'il avait donné son accord tacite en coulisses pour faire progresser la cause de la Divulgation Ovni. Pour moi, cette démission est l'aboutissement d'une campagne de dénigrement menée contre lui (par ses adversaires) dans le Magazine Esquire. Cette campagne était une offensive de la dernière chance de la part du camp adverse, qui est opposé à cette révélation.

Cet officier très respecté vient de démissionner de son poste de Chef du Central Command. Je souhaite que dès lors qu'il aura retrouvé sa liberté de parole, il pourra évoquer publiquement le sujet.

Je vous ferai parvenir d'autres détails que j'ai découverts ces derniers jours, à propos notamment des noms de code utilisés à l'ONU pour parler d'Ovnis : on utilise les termes d'objets aérospatiaux.."

En outre, Robert Morningstar fait savoir par email qu'il tient la confirmation de la présence de Gilles Lorant à New York, et sa participation à des réunions militaires de haut niveau, d'une "autre source en Europe" : serait-il possible que cette source décide finalement de se révéler ?

L'assistante personnelle de l'Ambassadeur Sir John Sawers a par ailleurs affirmé qu'il n'était pas aux réunions de l'ONU :
"Merci de votre email. Nous savons que des rapports circulent sur Internet, selon lesquels l'Ambassadeur aurait assisté à des réunions à l'ONU en février, sur le thème des Ovnis. Mais je peux vous assurer que ces histoires sont totalement infondées." - Sandra Coleman
La formulation du démenti reste ambigüe, parce que les réunions supposées n'étaient pas sur le thème des Ovnis... Ufonaut préfère attendre une réponse plus officielle : "Des membres de la communauté du renseignement l'ont surement informé que son nom a été évoqué. Suspicioso a envoyé une requête FOI, donc nous verrons bien ce qu'il en est."

Mercredi 2 avril

Le Kevin Smith Show est revenu hier sur le sujet des réunions aux Nations-Unies.

Kevin Smith Walter Bosley Timothy Beckley

Kevin Smith (à gauche) recevait Walter Bosley - ancien spécialiste du FBI et agent spécial de l'AFOSI (Air Force Office of Special Investigations).. ainsi que Timothy Green Beckely - un ufologue, enquêteur, journaliste.. qui était présent lors du vote à l'ONU sur les enquêtes concernant les Ovnis en 1978, et avait rencontré certains des personnages-clés.
L'animateur de la radio, Kevin Smith, est lui-même un ancien Officier de Police Internationale.
En introduction, Kevin avait déclaré : "J'ai entendu sur C2C la nuit dernière le
Dr Steven Greer affirmer qu'un de ses "informateurs" lui a confirmé que les réunions des 12, 13 et 14 février avaient bien eu lieu, et que 30 nations étaient représentées."
L'émission dure 90 minutes   

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

En outre, Zixibit a remarqué cette information sur "Prepare4Contact", le Groupe Yahoo dirigé par le Dr. Michael Salla : "La plupart d'entre vous connaissent le travail de Stephen Greer en faveur de l'"exopolitique". Vous savez également qu'il a été question d'une réunion aux Nations-Unies.
Greer a déclaré chez Art Bell que la réunion a bien eu lieu, et que les autres pays cherchent à parvenir rapidement à la Divulgation. Selon lui, les Etats-Unis avaient eu recours l'été dernier à des "stratégies de peur", pour ralentir le processus. L'administration Bush fait tout son possible pour l'arrêter.
"

Stephen Greer, invité chez chez Art Bell le 30 mars 2008, évoque rapidement les drones et les technologies exotiques, puis il déclare avoir des informations qui confirment les trois réunions de l'ONU. Suite 1 - Suite 2

C'est donc intéressant de voir que le Dr Greer aurait maintenant le moyen de confirmer les réunions des 13 et 14 février, dont seul jusqu'à présent nous avait parlé le français Gilles Lorant...

Jeudi 10 avril

Retour sur les réunions aux Nations-Unies qui auraient abordé la question Ovni en février dernier : une première réponse vient d'être apportée à la requète FOIA déposée le 5 mars dernier par Suspicioso sur Open Minds : "Le FCO (Foreign and Commonwealth Office) détient l'information que vous recherchez.
La règlementation FOI nous oblige à répondre rapidement aux demandes, soit dans les 20 jours. Cependant, ce délai peut être étendu quand une exemption justifiée s'applique à cette information, et que l'intérêt public est engagé. Votre requête soulève des considérations complexes en ce qui concerne l'intérêt public, qui doivent être analysées avant que nous puissons décider de diffuser cette information.
"

"L'exemption spécifique dont il s'agit ici est la s27 de la Loi FOIA de l'année 2000, qui concerne toute information qui serait susceptible de porter préjudice aux relations internationales.
Dans le cas présent, nous devons prolonger ce temps de réponse de 20 jours ouvrables, afin de nous laisser le temps de déterminer si l'intérêt public de classifier cette information prime sur l'intérêt public de la révéler. C'est pourquoi nous réservons notre réponse jusqu'au 6 mai 2008. Nous vous ferons savoir si ce délai devait être étendu. Si cette réponse ne vous satisfait pas, vous pourrez nous adresser un nouveau courrier.
"

Vendredi 11 avril

Le sujet n'a jamais vraiment été délaissé; il totalise déjà 20.000 vus sur Open Minds : Michael Salla relance le débat sur les réunions à l'ONU : "Le 30 mars, sur Coast to Coast, Steven Greer a déclaré que le Ministre de la Défense d'une nation importante du G8 lui avait confirmé que les réunions aux Nations-Unies, qui avaient évoqué la question Ovni, s'étaient tenues du 12 au 14 Février. D'après la Source B, Greer a travaillé avec le Ministre de la Défense français pour amener un véhicule E.T. à se poser, et annoncer au monde que le contact extraterrestre était établi."

"Par conséquent la France est cette nation du G8, et le Ministre de la Défense auquel il fait allusion doit être Hervé Morin (actuellement en poste).

Il a laissé entendre que l'Ambassadeur français avait participé aux réunions. Ca devait donc être le Représentant permanent de la France au siège des Nations-Unies (à New-York), c'est-à-dire Jean-Maurice Ripert.

C'est pourquoi je vous recommande de prendre contact avec le bureau de Hervé Morin, et la mission permanente de la France à New-York, pour vérifier cette information, et savoir si Ripert était présent aux réunions du 12 au 14 février. Je pense que c'est une bonne stratégie de poursuivre différentes pistes dans cette enquête, et de s'armer de patience."

Michael Salla conclut ainsi : "La Divulgation 'contrôlée' des rencontres à l'ONU me semble constituer la première étape d'un processus coordonné qui comporte sa propre dynamique interne. L'envoi de courriers à des responsables publics, pour les interroger sur ce qui se passe, voire de confirmer ces évènements, etc., peut faire avancer les choses."

Pourquoi le Dr Steven Greer pourrait-il prétendre amener un véhicule E.T. à se manifester ? "Le CSETI - qu'il a fondé en 1990 - a établi des protocoles de communication qui utilisent le son, la lumière et l'intention (la conscience). L'intention est le premier mode utilisé par les équipes de recherche qualifiées, pour établir un contact avec les Intelligences Extraterrestres." Autrement dit, Steven Greer affirme qu'il a proposé ses services à un Ministère de la Défense d'un pays du G8, et Michael Salla pense qu'il doit s'agir de la France.

    Les frères Clay & Shawn Pickering ont fait leur apparition sur le forum Open Minds : "Nous sommes heureux de vous rejoindre ici parce que vous témoignez d'une bonne ouverture d'esprit. Nous avons noté une question sur le nombre de pays représentés. Je vais la poser à la Source A. D'après ce que nous avons compris, les délégués de la plupat des pays occidentaux étaient présents y compris de la Russie. La Chine aurait été absente. Je dois me le faire confirmer. Tous les participants étaient en civil, sauf les Russes, en uniformes militaires. Notre Source A n'a jamais dit si elle connaissait le français Gilles Lorant. Je ne crois pas qu'elle l'ait rencontré. La Source A n'a jamais rien dit de possibles réunions les 13 et 14 février. Elle n'a confirmé que celle du 12."

Lundi 21 Avril

Le personnage de Dan Burisch et ses exposés sur les lignes temporelles ne sont pas toujours bien acceptés. Faut-il mettre cette récente confirmation d'une réunion à l'ONU sur le compte de la provocation ?

Bill Ryan, fondateur du Project Camelot, intervient dans le débat pour affirmer que le chercheur est de bonne foi :
"Dan Burisch nous a adressé un long message personnel et il a confirmé l'histoire de la réunion aux Nations-Unies, telle que Michael Salla l'a rapportée : cette réunion a effectivement eu lieu, il n'y a aucun doute là-dessus, et il nous en avait parlé de vive voix le 1er avril, à l'occasion d'un diner. Il constate que les gens qui ont diffusé cette information ont été la cible d'une campagne de dénigrement qui lui rappelle comment il avait lui-même été traité quand il était apparu publiquement pour la première fois.
C'est pourquoi il a tenu à se solidariser, par empathie avec ces personnes. Je ne crois pas devoir le citer mot pour mot sans sa permission, mais vous avez l'essentiel. Il était impératif que les auteurs de la fuite soient discrédités.
Meilleurs souhaits - Bill
"

Pour mémoire, le site du GEIPAN avait publié, à la date du 28 mars 2008, un démenti total bien que non-officiel : "Des informations ont circulé sur internet sur la tenue en février 2008 d'une réunion secrète au cours de laquelle la problématique OVNI aurait été abordée. L'enquête menée par le GEIPAN auprès du correspondant du CNES à l'ambassade de France a montré qu'il ne s'agissait que d'un grossier canular." Pourquoi ce commentaire est-il aussi anonyme que la nouvelle ? Certains ont pensé que cette petite note évite aux autorités d'avoir à formuler un démenti officiel, qu'il serait moins facile de rétracter si besoin.

Dimanche 11 Mai 2008

Les frères Clay & Shaw Pickering reviennent sur l'histoire selon laquelle la question Ovni aurait été évoquée aux Nations-Unies le 11 février dernier (et aussi les 13 et 14 si l'on en croit le français Gilles Lorant) :

"Serions-nous en mesure d'en parler si la Source A ne l'avait pas souhaité ? Nous devons réaliser qu'elle et son "groupe de travail" ont pris cette initiative, contre la volonté des responsables de l'Administration Bush. Nous savons bien qu'il y a des éléments dans ce pays qui aimeraient "ralentir" la divulgation et le contact. Pouvons-nous penser que la faute incombe à ce groupe ? Je ne le pense pas. A noter également que la Source A s'est engagée dans une tournée européenne et au Moyen-Orient pour renforcer des alliances en vue de la divulgation et du contact. Oui, les Français et les Italiens sont réceptifs. Cependant, des représentants de ces deux pays ont demandé à notre source de prendre l'initiative dans le cadre de ce programme. Nous aimerions en savoir davantage sur l'information dont bénéfice Steven Greer, concernant les réunions des 12, 13, et 14 février."

Michael Salla intervient, répondant à Clay Pickering : "Il est important de noter que l'informateur de Steven Greer, au sein du Ministère de la Défense français, a parlé du 12 Février de même que des 13 et 14 comme étant des dates de réunions. Lorant n'a jamais évoqué le 12. Ce qui signifie que la source de Greer, celle qui a confirmé la réunion du 12, est une autre source que Lorant."

Mardi 13 Mai

La Source A des frères Pickering, qui les informe sur les réunions à l'ONU traitant des Ovnis, a accepté de révéler quelques infos à son sujet. Il évoque aussi l'Amnistie générale qui devra être garantie à tous ceux qui auront menti depuis 60 ans à propos de la présence extraterrestre : "Si vous cherchiez bien, vous pourriez trouver qui je suis. Celà dit, je vous demande de ne pas trop creuser, parce que vous pourriez me mettre en danger. Nous ne tenons absolument PAS, à ce stade, que je risque d'être mis à l'écart. Plus vous en saurez sur moi, plus je serai exposé.

Notre problème actuel, à part les débats internes sur la meilleure manière de procéder, c'est que les Militaires sont essentiellement des "Technocrates." J'ai moi-même une formation d'ingénieur en électricité. J'ai fait mes études à l'Université de Standford avec le Docteur Richard Feynman, à l'époque Professeur de Physique. Il a largement contribué à développer la théorie des quantas et l'Electrodynamique. Il a fait partie du groupe qui a étudié la "Catastrophe de Challenger." Celà étant, AUCUN des militaires dans notre entourage n'a reçu de formation dans les domaines de l'Anthropologie, les Sciences sociales ou l'Histoire, ce qui leur aurait donné un bagage "Politiquement Correct" ou leur aurait permis de sembler avoir les bonnes réponses. Toutefois, en ce qui me concerne, et du fait que je peux comprendre assez bien les "SYSTEMES ORGANISES", c'est-à-dire les bureaucraties, j'ai réussi à survivre toutes ces dernières années en m'appliquant à ce projet au Département d'Etat.

Je suis parvenu aux plus hauts niveaux tout en m'opposant aux directives de l'Administration; j'évolue entre le Ministère de la Défense, le Département d'Etat, la représentation gouvernementale au Congrès, et le Projet "Accès Réservé" (le nom de ce Projet ne peut être divulgué)..
Comprenez bien ceci... CHACUNE DE CES INSTITUTIONS poursuit ses PROPRES OBJECTIFS ! Vous n'imaginez pas ce que ça représente d'avoir affaire à tous ces égos divergents.

Il y a au moins un point sur lequel toutes ces diverses "Institutions" peuvent s'accorder. Quand les espagnols ont conquis les Aztèques, ils ont certes perdu quelques troupes, mais ils sont parvenus à leurs fins. Si les E.T. voulaient vraiment prendre le dessus, ce serait déjà fait. Et nous n'avons AUCUN MOYEN DE DEFENSE, sauf de nous auto-détruire avec nos propres bombes.
Notez que les E.T.s ne nous consacrent PAS toute leur attention.

"Un changement est en train de se produire, mais notre souci majeur est la "Chasse aux Sorcières". L'Amnistie sera requise pour ceux qui avaient pris certaines positions par le passé. Comme "Technocrate" et Militaire, au service du Gouvernement depuis plus de 30 ans, je suis particulièrement concerné.

Personne ne tient à se faire "Crucifier". Pour que la divulgation survienne, nous devons trouver un moyen d'éviter cette chasse aux sorcières.

Outre cette Amnistie, nous devons également nous débarrasser de la "Crainte du Ridicule" qui empêche les témoins crédibles de se manifester (les Pilotes de ligne, les pilotes militaires, et les contrôleurs au sol). Personne n'a envie de riquer son emploi à cause de ses supérieurs ou pire, des Medias qui ne manqueraient pas de souligner leur attitude passée.

C'est cette crainte qui a freiné jusqu'ici la divulgation au sein du gouvernement. Tout le monde cherche à s'en sortir indemne, et personne ne supporterait de voir sa retraite remise en cause, parce que tous ont une famille à protéger."

Actuellement, la négociation d'une Amnistie éventuelle est le principal débat qui retient l'attention sur OM.

Mercredi 21 Mai

Suite du débat sur les Réunions à l'ONU : Les frères Pickering racontent qu'ils ont à nouveau diné hier soir avec Bob Morningstar et leur Source A : "Certains auraient préféré enterrer cette histoire de réunion(s) aux Nations-Unies... J'aurai d'autres détails à vous communiquer prochainement, mais je peux vous annoncer il y a eu en fait d'autres réunions consacrées aux Ovnis !"
La preuve manque toujours, et comme le remarque Gem1138 sur OM : "Le fait de prouver que ces réunions ont eu lieu serait déjà en soi le début de la divulgation..."
Les quatre parties du Skypecast organisé dimanche 18 mai par Open Minds, avec Clay Pickering :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Jeudi 29 Mai

Cette affaire des possibles réunions secrètes aux Nations-Unies en février dernier ne cesse de causer des remous sur le forum Open Minds, où sont maintenant installés des éditorialistes influents comme Michael Salla, Robert Morningstar, Ed Komarek, et les frères Pickering.

Michael Salla intervient de nouveau : "Certes, on attend toujours que le français Gilles Lorant fournisse la preuve qu'il se trouvait à New York en février dernier, et qu'il apporte des éclaircissements sur les incohérences de son parcours professionnel. Il faudra qu'il s'explique si jamais il refait surface.
Mais ces aléas ne ne remettent absolument pas en cause sa participation à ces rencontres. J'ai plusieurs fois rappellé ici que Steven Greer avait eu confirmation de ces réunions par sa propre source au sein du Ministère de la Défense français.

Pour résumer, le témoignage de Lorant a été plusieurs fois corroboré, même si Gérard Lebat, fondateur des Repas Ufologiques, a émis des réserves personnelles à son sujet."

Michael Salla

"Je pense que Greer en était informé. Vous savez que Steven Greer était initialement enclin à rejeter cette idée. Il a donc fallu qu'il ait trouvé entre temps de bonnes raisons pour soutenir maintenant que ces réunions ont bien eu lieu. Le revirement favorable de Greer date du 30 mars, alors que la mise en cause de Lorant par Lebat avait été publiée dès le 2 mars."

Gilles Lorant

"Pourquoi Greer aurait-il été amené à changer d'avis, malgré ces points litigieux dans le CV de Gilles Lorant ? D'autres avant moi ont émis ici l'idée que les points faibles chez Lorant font partie d'un processus de démenti calculé (plausible deniability), mis en place afin que la grande presse préfère ne pas aborder le sujet, tandis que des personnes plus préparées sauront recevoir l'information et la relayer là où c'est nécessaire, afin de pouvoir influencer les débats dans les sphères réservées où se prennent les décisions.

C'est ce qui est en train de se passer dans différents pays et à l'ONU. Donc il ne sert à rien de critiquer Greer, parce qu'il ne joue aucun rôle dans l'ufologie française; il a de bonnes raisons d'agir comme il le fait."

"J'apprécie le Dr Steven Greer parce qu'il est très impliqué dans la communauté ufologique, qu'il a des contacts militaires de haut niveau, et qu'il a risqué sa réputation en accréditant les réunions de l'ONU. Par ailleurs, il me parait impossible de soutenir que des services auraient poussé Lorant à propager une fausse histoire, après s'être fabriqué un faux CV, dans le seul but de tromper la communauté ufologique française pendant quelques semaines. Ce sacrifice personnel n'aurait pas de sens en regard du résultat."

Mais tout celà ne signifie pas en réalité que Steven Greer, s'il rejoint Gilles Lorant sur son témoignage initial, ait pour autant déclaré qu'il attestait de la présence du français aux réunions des Nations-Unies.

Steven Greer

Mardi 3 Juin

Clay et Shawn Pickering étaient à nouveau hier les invités du Kevin Smith Show. Depuis qu'ils ont revendiqué le 14 février un contact avec celui qu'ils surnomment la Source A, aucune preuve des réunions aux Nations-Unies n'a encore été apportée.
C'est à l'époque, Michael Salla (fondateur de l'Exopolitics Institute) qui les avait fait connaître, dans un de ses Editos sur cette affaire : "Leur Source, qui fait actuellement partie du corps diplomatique, a du se rendre à New York pour participer à cette réunion matinale et confidentielle. Cette même Source leur a révélé qu’il existe un groupe secret de travail sur les Ovnis, qui a consenti à ce que cette information soit diffusée afin que le public soit progressivement acclimaté aux évènements qui se préparent."

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Samedi 7 Juin

On savait depuis le 16 mars, par son assistante personnelle, que l'Ambassadeur britannique Sir John Sawers n'avait pas participé à des réunions sur le thème des Ovnis aux Nations-Unies en février. Elle avait répondu, suite à une requête FOIA : "Nous savons que des rapports circulent sur Internet, selon lesquels l'Ambassadeur aurait assisté à des réunions à l'ONU en février, sur le thème des Ovnis. Mais je peux vous assurer que ces histoires sont totalement infondées." - Sandra Coleman

La formulation du démenti restait ambigüe, parce que les réunions supposées n'avaient pas précisément pour intitulé la question extraterrestre. Le délai de réponse à la requête FOIA avait été prolongé le 10 avril pour permettre qu'elle soit examinée de façon plus approfondie.

C'est Ursula Antwi-Boasiako, du Département des Organisations Internationales qui a pris la suite, et sa réponse est plus élaborée : "Sir John Sawers, a assisté à sept réunions officielles à l'ONU entre le lundi 11 et le vendredi 15 Février 2008. Il a également participé à un certain nombre de rencontres bilatérales avec des officiels de l'ONU, et d'autres délégations sur divers sujets, dans le cadre de ses activités habituelles, sur des situations de conflits qui relèvent du Conseil de Sécurité, l'assistance au développement, et la réforme de l'ONU.

Il s'agissait d'échanges confidentiels qui ne peuvent être divulgués, afin de préserver les relations entre les différents Etats membres."

Sir John Sawers

Michael Salla en retire cette conclusion : "Le français Gilles Lorant n'a jamais prétendu que les réunions portaient sur le thème des Ovnis, mais seulement que le sujet avait été abordé. Or la requête FOIA étendue a confirmé certains points du témoignage de Lorant, en reconnaissant que Sawers avait participé à des "rencontres bilatérales confidentielles" pendant la période en question."

J'avais appris et publié le 23 Février qu'un français était disposé à confirmer ces réunions à l'ONU. Gilles Lorant ne m'avait pas contacté personnellement, il s'était seulement confié la veille à un ami commun. Il n'est donc pas établi qu'il ait tenté d'attirer l'attention sur lui.

Gilles Lorant

Il m'avait confié le 5 mars quelques noms des participants : "Les séances étaient présidées par Srgjan Kerim, ancien Ministre des Affaires étrangères de l’Ex-République yougoslave de Macédoine. Il y avait aussi l'Ambassadeur anglais, et l'Archevêque Celestino Migliore, réprésentant permanent du Vatican."

Or ces personnalités étaient bien présentes à l'ONU aux dates indiquées (même s'il y avait eu un cafouillage sur la participation réelle ou seulement la représentation de DSK à l'ONU). Le plus simple est d'envisager qu'il ait présenté les faits, tels qu'il se sont passés. Dans le cas contraire, il ne pouvait raconter une histoire crédible sans l'avoir préparée. Il avait mentionné d'autres noms, moins facilement vérifiables, comme celui de Duval-Hamel... Le problème est qu'il ne souhaite plus se manifester.

Mardi 22 Juillet

Les frères Pickering viennent d'annoncer le retour de leur Source A. Des dizaines de questions accumulées ces dernières semaines doivent lui être soumises, et toutes ne concernent pas les réunions à l'ONU.

A ce propos, Cyrellys a poursuivi ses recherches, dans le Journal des Nations-Unies et il s'est intéressé plus précisément au Programme des réunions aux dates du 12 février, 13 février et 14 février 2008.

Mais d'autres rencontres officielles ont attiré son attention qui pourraient avoir servi de cadre à des conversations marginales sur le phénomène extraterrestre.

Concernant la réunion supplémentaire du 19 Mai 2008, révélée par la Source A, Cyrellys considère que cette assemblée serait une bonne couverture. "Bien sûr, d'autres rencontres bilatérales ont pu avoir lieu ce jour-là, mais voilà où j'en suis pour l'instant."

Lundi 25 Août - Concernant les possibles réunions aux Nations-Unies qui auraient abordé le phénomène Ovni, Michael Salla a constaté que plusieurs participants des forums ont pris l'affaire en cours, et qu'il est temps de recentrer les questions.

C'est aussi l'occasion pour lui, dans un nouvel article, de lister les points qui demeurent obscurs, et d'indiquer aux chercheurs quelques pistes à suivre.

1. La Source A des frères Pickering, qui est également connue de Bob Morningstar et de Bruce Maccabee, a révélé lors d'un dîner le 19 Mai qu'il y avait eu quatre autres réunions, dont une le jour même, en plus des 12, 13 et 14 février 2008.

Ce contact et ses homologues étrangers sont des "officiers de liaison diplomatiques, adjoints au Corps Diplomatique", qui travaillent sous les auspices d'entités qui sont analogues au Département d'Etat américain.

Michael Salla

2. Sur Coast2Coast le 30 mars, Steven Greer a déclaré qu'un contact au sein du Ministère français de la Défense, avait confirmé les réunions aux Nations-Unies des 12-14 février 2008. Il avait auparavant, sur le site web du Disclosure Project, validé le témoignage du français Gilles Lorant. Nous devons tenter de savoir ce que Greer a découvert sur ce témoignage, et obtenir davantage de détails.

Gilles Lorant

3. Gilles Lorant n'est pas réapparu publiquement pour répondre aux accusations de fraude éventuelle, et c'est une piste que nous ne devons pas négliger. Pour l'essentiel, il avait fourni quelques détails, concernant des représentants aux Nations-Unies qui auraient participé aux réunions. Jusqu'ici, seul le bureau du Représentant Permanent britannique Sir John Sawers a répondu, pour faire savoir qu'il avait été présent lors de plusieurs rencontres bilatérales confidentielles, mais qu'aucune n'avait été officiellement convoquée sur le thème des Ovnis.

4. Gilles Lorant a laissé entendre que ces réunions aux Nations-Unies les 13-14 février avaient eu pour but de mettre en place une nouvelle politique d'ouverture. Est-ce que ce serait à mettre en rapport avec la récente interview de l'Astronome officiel du Vatican sur la possibilité d'une vie extraterrestre ?

Est-ce que ça peut expliquer pourquoi la presse internationale s'est soudain intéressée aux déclarations que réitère Edgar Mitchell depuis 10 ans ? Divers évènements qui sont survenus depuis février pourraient être reliés à ce changement de stratégie.

5. Il est possible que dès le 25 janvier les Services Secrets aient tenté de court-circuiter l'information sur l'Ovni de Stephenville, qui violait l'interdiction de survol autour du Ranch présidentiel de Crawford le 8 janvier. Mais le 19 février la FAA a divulgué les données radar qui confirmaient la présence d'un Ovni se dirigeant vers la zone interdite. Voir l'article dans lequel je m'interroge sur la possibilité que ce soit du à une nouvelle politique d'ouverture décidée lors des rencontres aux Nations-Unies en février.

Michael Salla ajoute : Un participant du forum Open Minds a récemment révélé que selon une source confidentielle, des membres de l'ONU ont été physiquement menacés afin qu'ils gardent le silence sur ce genre de réunions.

Un diplomate européen vient de confirmer à Alfred Webre que ses collègues de l'ONU ont été effectivement menacés s'ils rompaient la consigne de silence. Cette intimidation des participants pourrait expliquer pourquoi Gilles Lorant ne se manifeste plus.

Ce nouvel élément a été divulgué samedi par Alfred Webre, sur Exopolitics Radio :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Alfred Webre

"L'information qui m'a été communiquée va bien au-delà de la problèmatique Ovnis. On m'a expliqué que les USA s'efforcent par tous les moyens d'éviter que la Divulgation puisse entrainer la découverte des systèmes d'armes très complexes qu'ils ont mis en place dans l'espace. Ils veulent aussi maintenir le secret sur les programmes que des militaires américains ont réalisé en conjonction avec les Gris et les Grands blancs; il s'agit des abductions et de la collecte d'éléments reproductifs comme les gènes et l'ADN.

L'un de ces programmes consiste en la création de la vie dans des environnements artificiels, le clonage, et les manipulations génétiques. C'est précisément ce que nous avions découvert en 1977 dans le cadre de l'étude sur les communications Aliènes, que j'avais dirigée pour la Maison-Blanche sous l'administration Carter - du temps où j'étais fututologue au SRI (Stanford Research Institute). Ce programme avait d'ailleurs été censuré par le Ministère de la Défense. Non pas parce qu'il était question d'Aliens, mais en raison des liens entre les militaires et certaines espèces extraterrestres." - Alfred Webre

Suites...

Compléments & Commentaires