Didier de Plaige

Le Futur Aujourd’hui

février 27th, 2010 Posted in Fevrier 2010 | Commentaires fermés sur Le Futur Aujourd’hui

Chaque année apporte ses idées radicalement nouvelles, mais cependant élaborées à partir de ce que nous maitrisons au moment de leur conception, aussi envisager une civilisation qui aurait une avance d'un siècle est vertigineux... Le génie créateur au travail nous prépare un quotidien que les écrivains nommaient fantastique il y a peu de temps.

Pranav Mistry

C’est lors d’une conférence TED que Pattie Maes, professeur au MIT Media Lab propose à son élève, Pranav Mistry, de présenter et démontrer son invention : un outil portable conçu à partir d’une webcam et d’un mini projecteur, qui permettra d’utiliser n’importe quelle surface comme un écran interactif. Les possibilités de son invention sont démontrées dans la vidéo, elles sont époustouflantes. SixthSense, qui vient de fêter son premier anniversaire, n'a que faire des interfaces électroniques que nous utilisons aujourd'hui pour consulter Internet puisqu'il les remplace par le monde physique et réel qui nous entoure.

Jesus Diaz, du site Gizmodo nous fait part de son émerveillement : "Il est difficile de décrire la technologie 'Sixth Sense' qui projette de l’information sur ce qui vous entoure en utilisant la surface des objets à proximité. C’est beaucoup plus que ça. La vidéo est explicite, le mécanisme obéit aux gestes de vos doigts comme dans le célèbre film Minority Report."

Au lieu d’exiger que vous soyez devant un écran comme Tom Cruise, Sixth Sense opère oú que vous soyez. La caméra reconnait les objets qui vous entourent et le mini projecteur superpose l’information reconnue sur n’importe quelle surface à proximité, y compris les objets eux-mêmes ou bien votre propre main.
Alors, vous pouvez accéder à l’information et la manipuler avec vos doigts. Les pouces et index sont recouverts de petits marqueurs de couleur (bleu, vert, rouge, jaune) Une photo à prendre? Formez un cadre avec vos doigts et le système fera une photo de ce que vous avez encadré. Par la suite vous pourrez organiser ces photos avec vos 4 doigts 'marqués' faisant le tri sur ...de l’air.

Hand Phone

Mais, attention, ce ne sont pas des gadgets. Le véritable pouvoir de Sixth Sense repose sur sa capacité à connecter le monde matériel avec le monde Internet et à superposer l’information du Net sur le monde environnant. Imaginez que vous êtes au supermarché, vous demandant quel vin vous devriez choisir pour le diner de ce soir. Et bien tenez la bouteille entre vos mains et Sixth Sense vous montrera si vous avez fait le bon choix.
Chaque aspect du quotidien peut ainsi s’agrémenter d’informations utiles. Sixth Sense reconnait les objets qui vous entourent, présente l’information de façon automatique et vous laisse y accéder selon votre désir de la façon la plus simple qui soit.'' -
Source

Le concepteur, Pranav Mistry, résume les possibilités majeures du système :

"Malgré la miniaturisation des ordinateurs qui nous permet d'en transporter dans nos poches en nous gardant continuellement connectés au monde numérique, il n'existe pas de lien entre nos outils numériques et nos interactions dans le monde physique. L'information se trouve confinée sur du papier ou numériquement sur un écran. SixthSense comble cette lacune, en apportant de l'information numérique, sur le monde matériel et en nous permettant d'interagir avec cette information au moyen des gestes de la main. SixthSense libère l'information des ses contraintes en l'intégrant à la réalité et en faisant du monde entier votre ordinateur.

Sixth Sense est une interface portable et gestuelle qui surimpose des informations numériques sur le monde physique environnant et nous laisse utiliser les gestes naturels de nos mains afin d’interagir avec ces informations.

Le projecteur et la caméra sont connectés au portable dans la poche de l’utilisateur. Le projecteur permet à toutes sortes de surfaces, comme les murs par exemple, de servir d’interfaces pendant que la caméra reconnait et suit les mouvements des mains de l’utilisateur, ainsi que les mouvements des objets physiques en se servant de techniques semblables à celles d’un module de reconnaissance. Le logiciel gère les données vidéo capturées par la caméra et localise les 4 marqueurs colorés situés au bout des doigts.

Boston Globe

Les mouvements et les positions des marqueurs sont interprétés en gestes qui agissent comme des instructions d’interaction pour l’application sur les interfaces projetées. SixthSense accepte les interactions tactiles multiples ainsi que les interactions de plusieurs utilisateurs.

Billet d'Avion

Le prototype SixthSense exécute plusieurs applications qui démontrent son utilité, sa flexibilité et sa viabilité. L'application cartographique permet à l'utilisateur de naviguer sur une carte projetée sur une surface proche en se servant de ses doigts, ce qui est semblable aux gestes interprétés par les systèmes tactiles. L'utilisateur peut faire un zoom et interagir intuitivement avec de simples gestes.

Le système met en œuvre une caméra gestuelle qui prend une photo de la scène que l’utilisateur encadre de ses doigts lorsqu’il la regarde, la caméra détecte le geste 'd’encadrement' qu’a fait l'utilisateur.

Ensuite celui-ci peut s’arrêter devant n’importe quel mur ou autre surface et trier les photos qu’il vient de prendre.

L'utilisateur peut aussi dessiner des symboles dans l'air, ou des icônes, en se servant de son index. SixthSense interprète ces symboles comme étant des instructions d'interactions. Par exemple, dessiner le symbole d'une loupe emmène l'utilisateur vers l'application d'une carte comme Google Maps. Dessiner le symbole de l'arobase '@' lui permet de vérifier sa boite mail.

Le système SixthSense rend les objets utilisés plus complets en projetant sur eux-mêmes les informations qui les concernent et qui sont disponibles sur la toile. Par exemple, un journal peut afficher des vidéos sur une feuille de papier. Le dessin d'un cercle sur le poignet de l'utilisateur projettera une montre analogique sur sa peau." - Source

Certains prédisent que le mini projecteur de SixthSense sera remplacé un jour par nos verres de contact qui surimposeront les données directement sur notre champ de vision. La réalisation du prototype actuel a coûté 350 dollars. Les fabricants de téléphones portables vont bientôt sortir des appareils qui intégreront un projecteur, ce qui va simplifier le système.

Pranav Mistry a obtenu le Prix 2009 de l'Invention décerné par Popular Science. Son brevet est déposé.

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments et Commentaires

Share This Post

Une découverte inévitable

février 26th, 2010 Posted in Fevrier 2010 | Commentaires fermés sur Une découverte inévitable

Dans un article pour "The Examiner" publié le 23 février, Michael Salla présente une synthèse des évènements récents : "Dans la version cinématographique du livre d'Arthur C. Clarke, "2010 : L'Année du Premier Contact", cette année marque le début d'une nouvelle ère pour l'humanité - la découverte officielle de la vie extraterrestre.

Vers la fin de l'année 2009, diverses sources et plusieurs articles ont commencé à laisser transparaître qu'une révélation officielle au sujet de la vie extraterrestre évoluée était imminente. Fin 2009 et début 2010, un nombre sans précédent d'évènements ont été observés; ils continuent à suggérer que la divulgation est imminente, d'une manière ou d'une autre.

Alors que les prédictions d'une divulgation officielle pour le début de l'année 2010 ne se sont, jusqu'ici, pas avérées, un processus préparatoire semble bien néanmoins enclenché.

La population mondiale a été préparée à une telle annonce par une série de congrès scientifiques, concluant que la découverte de la vie extraterrestre était inévitable.

Michael Salla

Dans une démarche qui semble précisément calculée, la Grande-Bretagne joue un rôle majeur en préparant le monde pour cette annonce concernant la découverte de formes de vie extraterrestres primitives, tout en essayant de tempérer les attentes des ufologues.

Les 25 et 26 janvier 2010, la Royal Society de Londres, l'équivalent de l'Académie des Sciences américaine, à organisé une réunion de deux jours sur le thème : "La détection de la vie extraterrestre et ses conséquences pour la science et la société".

Certaines des plus hautes autorités scientifiques mondiales dans la recherche de vie extraterrestre y étaient conviées. Les principaux orateurs étaient des astrobiologistes. Ils ont évoqué l'inexorabilité du processus biologique évolutif qui apparaitrait sur des exoplanètes pouvant offrir des conditions semblables à celles de la Terre.

Simon Conway Morris

Le professeur Simon Conway Morris, un biologiste évolutionniste de l'Université de Cambridge, déclara : "Contrairement à la pensée néo-Darwinienne actuelle, l'évolution est beaucoup plus prévisible que les gens ne le pensent.

En bref, dans les conditions adéquates d'une "biosphère" telle que nous la connaissons sur Terre, les molécules nécessaires à la formation de la vie complexe et intelligente sont déjà disponibles; l'évolution darwinienne fera simplement le reste."

Les conclusions de la conférence ont été résumées par Lord Martin Rees, Président de la Royal Society, dans une interview accordée au magazine Prospect : "Les aliens sont peut-être en train de nous regarder dans les yeux mais nous ne serions peut-être pas en mesure de les reconnaitre. Le problème est que nous cherchons quelque chose qui nous serait assez semblable, en pensant qu'ils doivent au moins avoir les mêmes mathématiques et le même genre de technologie.

Je pense que l'on doit pouvoir trouver dans l'espace des formes de vie et d'intelligence mais que nous ne pouvons nous les représenter. De même que les chimpanzés ne peuvent comprendre la théorie quantique, il se peut que des aspects de la réalité soient au-delà de la capacité de nos cerveaux."

A Rome, les astrobiologistes réunis en congrès du 6 au 11 novembre 2009, à l'initiative de l'Académie pontificale des sciences au Vatican, se sont largement accordés à reconnaître que la découverte d'une vie primitive extraterrestre était inévitable, compte tenu des conditions de base constatées sur d'autres planètes de notre système solaire.

Selon le père jésuite Jose Funes, directeur de l'observatoire du Vatican : "Les découvertes de la vie sur terre en conditions très inhospitalières, tels des microbes se nourrissant de roches et vivant profondément enfuis sous le socle océanique, ont démontré que ces formes de vies différentes peuvent exister sur d'autres planètes."

Le 18 février, trois semaines après la réunion de la Royal Society, le Ministère de la Défense Britannique (MoD) a déclassifié 6.000 nouvelles pages de ses dossiers Ovni.

Père José Funes

Un rapport daté de 1997 concerne six témoins qui ont vu un Ovni "planer" au-dessus de la maison du Ministre de l'Intérieur britannique, Michael Howard.

Comme d'habitude, le MoD a cherché à banaliser le contenu des dossiers, concluant qu'il n'y a pas de preuve suggérant une incursion non autorisée dans l'espace aérien du Royaume-Uni : "Jusqu'ici aucun rapport d'Ovni n'a indiqué une telle évidence, aussi nous n'essayons pas d'identifier la nature précise de chaque observation qui nous est rapportée." Le MoD avait utilisé cet argument pour démanteler son bureau Ovni, le 1er décembre 2009. Il avait été institué cinquante ans plus tôt.

La récente conférence de la Royal Society, traitant d'exobiologie, et les commentaires de son Président Lord Ress, conjointement avec les dernières déclassifications OVNI du Ministère de la Défense Britannique, ont oeuvré à aller plus loin dans la préparation des peuples Britannique et mondiaux en vue de l'annonce inévitable quant à la découverte de vie extraterrestre primitive.

2010

Ce processus préparatoire apparait être soigneusement calibré, pour nous amener vers la seule et unique conclusion que la vie primitive extraterrestre et la vie évoluée liée aux OVNI sont séparées.

L'annonce par le MoD, en décembre 2009, de la fermeture de son bureau Ovni, avait été préméditée pour faire penser que le sujet Ovni n'était pas digne d'un examen militaire minutieux ou d'une étude scientifique sérieuse, en dépit des très nombreux phénomènes rapportés dans l'ensemble des îles Britanniques.

En conséquence, une annonce formelle de la découverte de vie extraterrestre primitive est certes inévitable, mais elle sera au départ dissociée du sujet Ovni.

Une telle "découverte" semble imminente avec l'augmentation du nombre des conférences relatives à l'exobiologie, les soutiens reçus par les plus grands noms de l'Astronomie mondiale, et le rapide regain d'intérêt médiatique pour les débats scientifiques concernant l'existence de vie extraterrestre.

Ainsi qu'Arthur Clarke l'avait pressenti dès 1984, 2010 pourrait bien être l'année de l'annonce mondiale de la découverte officielle de la vie extraterrestre, au moins sous une forme organique primitive." - Source

Michel-Vallée, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

IMAX : Hubble3D – Leonardo DiCaprio raconte

février 25th, 2010 Posted in Fevrier 2010 | Commentaires fermés sur IMAX : Hubble3D – Leonardo DiCaprio raconte

Le télescope spatial Hubble est le protagoniste du film documentaire de la réalisatrice Toni Myers, produit par Warner Bros. avec la collaboration de la Nasa. Une caméra conçue pour le relief a filmé les travaux de maintenance et de réparation du télescope spatial Hubble par une équipe d'astronautes de la NASA

DiCaprio

"Je suis ravi que Leonardo ait accepté de guider nos spectateurs dans ce voyage incroyable à travers le cosmos", a précisé Myers. "C'est un très grand honneur que cet acteur de talent fasse partie de l'équipe Hubble 3D. Son charisme inimitable est un atout parfait pour l'expérience Hubble."

À travers la force singulière de la technologie IMAX, le film permettra aux amateurs de cinéma de voyager à travers de lointaines galaxies pour explorer la splendeur et les mystères de notre environnement céleste.

Ils auront également la chance d'accompagner les astronautes dans leur marche spatiale tentant d'accomplir la tâche la plus difficile et importante de l'histoire de la NASA. Le long métrage offrira un regard unique et inspirant sur l'héritage que nous offre le télescope spatial Hubble, capable d'effectuer un tour complet de la Terre en 100 minutes. - Source

Le 11 mai 2009 à 18 h 01 TU depuis le pad 39A de Cap Canaveral, la navette Atlantis décolle pour une dernière mission d'entretien du télescope spatial Hubble. L'équipe de la mission STS-125 est composée du commandant de bord Scott Altman (quatrième vol), du pilote Gregory C. Johnson (premier vol) et des spécialistes de mission Mike Massimino, Michaël Good, Megan Mc Arthur, John Grunsfeld et Andrew Feustel.

"La mission se termine bien. Il est vraiment difficile de ne pas penser à Hubble comme à une chose vivante, au contraire, je pense plutôt à lui comme à un ami", confiait John Grunsfeld lors d'une conférence donnée depuis Atlantis à l'issue de la cinquième sortie. Source

Navette

Lancé dans l'espace le 24 Avril 1990 depuis Cap Canaveral et mis sur orbite par la navette spatiale Discovery (STS-31), le HST a été placé sur une orbite circulaire de type LEO inclinée à 28.5 degrés à l'équateur. Hubble accompli ainsi le tour de la Terre en environ 96 minutes à environ 600 km au-dessus de notre planète.

Cette position dans l'espace permet au télescope d'effectuer des observations avec une très haute résolution, en infrarouge ou ultraviolet, sans les contraintes dues à l'atmosphère terrestre. Le télescope spatial Hubble (HST pour Hubble Space Telescope) a été nommé en l'honneur d'Edwin Powell Hubble (1889-1953), l'un des grands pionniers de l'astronomie moderne. - Source

Mais où est la caméra ? Pour Hubble 3D, Toni Myers désirait des vues des sorties en scaphandre des 2 astronautes filmées depuis la soute de la navette. Mais en raison des contraintes de la mission, il était impossible qu'un des deux astronautes endosse le rôle de cameraman.

L'équipement IMAX 3D devait donc être fixé dans la soute à un endroit stratégique afin de ramener des plans intéressants. La caméra IMAX a été placée dans la soute de la navette à un endroit stratégique (cercle rouge), lui donnant un point de vue unique sur les opérations d'entretien de Hubble.

Pendant celles-ci, le télescope était amarré sur le support cerclé en vert.

Au sol, des techniciens préparent la caméra IMAX 3D
afin de l'installer dans la soute de la navette Atlantis.

Difficulté supplémentaire : il n'était pas question de changer la pellicule en cours de vol. Huit minutes étaient dès lors disponibles et pas une seconde de plus... La réalisatrice loue d'ailleurs la coopération pleine et entière de la NASA ainsi que celle de l'équipage de la mission STS-125, chargé de déclencher à distance la caméra afin de saisir les moments les plus significatifs. Les images de la bande annonce sont très spectaculaires. On attend donc avec impatience de pouvoir les admirer en relief sur écran géant.

Imax

La technologie IMAX
IMAX est un système d'exploitation cinématographique géant d'origine canadienne créé à la fin des années 1960 et montré au public pour la première fois en 1970 à l'exposition universelle à Osaka (Japon) avec la projection du film Tiger Child (commandité par FUJI).

Déjà en 1967, à l'exposition universelle à Montréal, on donnait des spectacles multimédias à écrans multiples pour former une grande image. - Suite

Lilou, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Percevoir la présence aliène

février 24th, 2010 Posted in Fevrier 2010 | Commentaires fermés sur Percevoir la présence aliène

Lord Martin Rees présidait la conférence scientifique organisée à Londres les 25 et 26 janvier, intitulée "La Détection de la Vie Extraterrestre & ses Conséquences pour la Science et la Société".

La question centrale qu'il adressait aux participants était de savoir si la découverte des Aliens pourrait causer la terreur ou l'espoir pour les terriens.

Nick Pope, en publiant ses commentaires sur cet évènement, n'avait pas rapporté de propos significatifs du président de la Royal Society.

Mais peu après la tenue de cette conférence, 'l'astronome de la Reine' s'est exprimé dans une interview accordée au magazine Prospect. Il estime que des Aliens pourraient bien être "en train de nous regarder dans les yeux".. mais il envisage que les humains ne seraient simplement pas en mesure de les reconnaître.

Lord Martin Rees pense que l'existence de la vie extraterrestre pourrait être hors de portée de notre compréhension humaine.

Lord Martin Rees

"Le problème est que nous cherchons quelque chose qui nous serait assez semblable, en pensant qu'ils doivent au moins avoir les mêmes mathématiques et le même genre de technologie".

"Je pense qu'on doit pouvoir trouver dans l'espace des formes de vie et d'intelligence mais que nous ne pouvons nous les représenter. De même que les chimpanzés ne peuvent comprendre la théorie quantique, il se peut que des aspects de la réalité soient au-delà de la capacité de nos cerveaux."

Le Baron Rees de Ludlow s'est montré confiant dans les possibilités des nouveaux télescopes, qui ont considérablement augmenté nos chances de découvrir une vie extraterrestre. - Source

Par ailleurs, Lord Rees pense que notre civilisation n'a que 50% de chances de survie au terme de ce siècle.

Compléments & Commentaires

Share This Post

Déclassification britannique : le dossier Michael Howard

février 23rd, 2010 Posted in Fevrier 2010 | Commentaires fermés sur Déclassification britannique : le dossier Michael Howard

Nous avions succinctement abordé la semaine dernière la nouvelle déclassification en Grande-Bretagne, concernant la période allant de 1994 à 2000. Certains dossiers méritent qu'on s’y attarde un peu avec notamment l’observation d'un Ovni le 8 mars 1997, non loin du domicile de Michael Howard à Folkestone, dans le Kent, alors qu’il était Ministre de l'Intérieur.

Au moins trois témoins oculaires ont repéré un objet de forme triangulaire et bourdonnant non loin de la maison de Mr Howard. L'objet aurait oscillé pendant plusieurs minutes avant de s'éclipser dans un flash de lumière.

Selon un témoin : "C’était une chose gigantesque en forme de triangle, qui était beaucoup plus grande qu’un avion ou que n’importe quoi. Il était entouré de lumières à l'extérieur et il y avait aussi une grande lumière sur l’avant de l’engin. Je me suis garé et pendant ce temps, il s'est éclipsé."

"J’étais vraiment effrayé par cela et pourtant je ne suis pas stupide. Je ne crois pas à l'existence des ovnis. Ce n’est pas quelque chose que j’avais déjà vu auparavant ou quelque chose que nous aurions pu construire."

Michael Howard

Chris Rolfe, coordinateur de l'organisation ufologique UFOMEK, pense que l'ovni aurait pu être à la recherche de Michael Howard. Mr Rolfe a déclaré : "Il semblerait que l'objet ce soit désintéressé de Sophie, une des témoins. La jeune fille qui a signalé son observation a pu regarder l’objet pendant un temps assez long.

Cela fait certainement penser que l'objet avait un but et m'a suggéré que cela avait peut être quelque chose à voir avec Mr Howard."

UFOMEK a compilé son propre rapport sur cette affaire et l'a transmis au Premier Ministre, au Ministère de l’Intérieur et au Ministère de la Défense.

National Archives

L’enquête qui fut menée par la Royal Air Force, vu l’importance de la position de Mr Howard, a conclue qu'il n’y avait aucune preuve concernant une activité aérienne non autorisée et qu'il n’y eut aucune alerte de sécurité dans la région du Kent à l'époque des faits.

Une réponse du MoD, qui figure dans le dossier, nous dit : "Votre lettre mentionne une observation d’Ovni au dessus de la maison du ministre de l’intérieur, Michael Howard, près de Folkestone.
Bien que le Ministère de la Défense ait reçu des rapports d’observations d’un prétendu Ovni près du domicile de Michael Howard, le 8 mars 1997, le MoD et le personnel de la défense aérienne ont confirmé qu'il n'y a pas de preuve suggérant une incursion non autorisée dans l'espace aérien du Royaume-Uni à cette date.
"

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

L’affaire Travis Walton – 2ème partie

février 22nd, 2010 Posted in Fevrier 2010 | Commentaires fermés sur L’affaire Travis Walton – 2ème partie

Suite de l'article en deux parties, commencé hier.

Les recherches

Le shérif adjoint Chuck Ellison répondit au téléphone à Ken Peterson et une rencontre informelle s'ensuivit, dans un centre commercial. Tous les hommes furent présents et se trouvaient, d'après le shérif adjoint, dans un état de détresse, deux d'entre eux étant "en larmes".

Après avoir été avertis, le Shérif Marlin Gillespie et l'Officier Ken Coplan, écoutèrent le récit des hommes et décidèrent, devant l'insistance de Rogers, de se rendre sur place, accompagnés par trois des hommes de l'équipe.

Travis Walton

Aidés par de nombreux bénévoles et policiers, les compagnons de Walton ne trouvèrent aucun indice sur place. Cet état de fait commença à éveiller les soupçons de la police quand à la véracité du récit des hommes.

Par ailleurs, l'inquiétude grandissait concernant Travis Walton lui-même qui, dans cette zone montagneuse particulièrement froide en hiver, pouvait être victime d'hypothermie.

Le frère, Duane, et la mère de Travis, Mary Walton Kellett furent avertis de la situation. La réaction de Miss Kellett, gardant son calme malgré les circonstances, étonna la police et renforça même pendant quelques temps les soupçons...

Premières polémiques

Au matin du 9 Novembre, toujours aucune trace de Walton, malgré les importants moyens déployés par la police (hélicoptères, police montée, jeeps....). Cette dernière envisageant de plus en plus une histoire montée de toutes pièces pour masquer un homicide.

Pendant ce temps, l'affaire fait le tour du monde et les enquêteurs, journalistes et curieux commencent à se presser à Snowflake. L'un des premiers à avoir interrogé les Walton fut Fred Sylvanus. Son enquête apporta les précisions suivantes :

- En raison de la disparition de son ami, Rogers estima être incapable de terminer le contrat le liant au Service des Forêts, et espéra que la recherche de son ami disparu puisse atténuer la situation.
- Duane Walton rapporta que son frère et lui-même ont été vivement intéressés par les OVNIS, après que Duane aie été témoin à plusieurs reprises d'OVNIs, et ce durant dix ou douze années. Cette déclaration fut contraire à celles de Travis, après son retour.

Une des conséquences du rapport de Sylvanus, fut la déclaration du Marshall de la ville de Snowflake, Sanford Flake, selon lequel toute l'affaire n'était qu'une blague réalisée avec un ballon, version contestée par sa propre épouse, les qualifiant de "farfelues".

Le lundi 10 Novembre, toute l'équipe fut soumise à des tests polygraphiques (communément appellé "détecteur de mensonges") administrés par Cy Gilson, du Département de Sécurité Publique de l'Arizona.

Les sept hommes furent soumis à une série de questions, à savoir si l'un d'entre eux avait causé un quelconque préjudice physique ou moral à Travis et s'ils avaient bien été témoins de l'apparition de l'OVNI.

A l'exception de Dallis (qui n'avait pas terminé son examen), Gilson conclut que tous les hommes disaient la vérité, les résultats étant concluants.

Cette version des faits fut acceptée par le Sheriff Gillespie, mais pas par Flake qui, convaincu que Travis Walton se cachait dans la maison familiale, s'y présenta accompagné d'une équipe de télévision.

La polémique sur ce point important n'est pas terminée, nous y reviendrons plus tard.

abduction

Le retour de Walton

Le beau-frère de Walton, Grant Neff, reçu un appel téléphonique le lundi 10 Novembre, peu avant minuit. Croyant au début à une blague, il finit par reconnaitre la voix de Travis Walton, hurlant au téléphone en lui demandant de l'aide.

Neff et Duane se sont donc rendus à la station de gaz de Heber, où ils trouvèrent Travis Walton prostré dans la cabine téléphonique, portant les mêmes habits que cinq jours auparavant, amaigri, et pas rasé.
Persuadé de n'avoir été absent que quelques heures, Walton sembla abasourdi lorsqu'il appris que presque une semaine s'était écoulée depuis sa disparition.

Duane décida de ne pas révéler de suite le retour de son frère, "pour ne pas le fragiliser davantage" ce qui ne manqua pas de susciter la polémique. Il lui fut ainsi reproché d'être complice de dissimulation de preuves.
Dans le même esprit de suspicion, deux des hommes de Gillespie, suite à une indiscrétion d'un employé de la compagnie de téléphone (confirmant par ailleurs l'existence du coup de fil) furent envoyés sur place afin de relever des empreintes de Travis Walton, qu'ils ne trouvèrent pas. Mais les conditions de prélèvements étant loin d'être optimales, de nuit, ce point restera aussi litigieux.

Examen médical et premières incohérences

William H. Spaulding, fondateur du "Ground Saucer Watch" avait proposé à Duane peu de temps après la disparition de son frère, d'organiser un examen médical, s'il devait revenir. Ce qui fut fait, à Phoenix, Arizona, le mardi matin.
Cependant, déçus que le médecin soit un hypnothérapeute (le Dr Lester Steward) et non un généraliste, les Walton se fâchèrent avec Spaulding et refusèrent dès le lendemain tout autre contact avec lui.

jimcorallorenzen

Jim et Coral Lorenzen

C'est à cet instant que Coral Lorenzen, de l'A.P.R.O., entra en contact avec les Walton et restera leur interlocuteur privilégié.
Une des premières actions de Lorenzen fut d'organiser à nouveau un examen médical, cette fois-ci avec un généraliste et un pédiatre.

L'examen médical a révélé que Travis était essentiellement en bonne santé, mais avec cependant deux caractéristiques inhabituelles :

* Une petite tache rouge au niveau du pli du coude droit de Travis pouvant être le signe d'une injection hypodermique, mais les médecins ont également noté que l'endroit n'était pas à proximité d'une veine;
* L'analyse d'urine de Travis a révélé un manque d'acétones.

C'était inhabituel, car si Travis avait en effet été absent pendant cinq jours, sans nourriture, comme sa perte de poids l'avait suggéré, son corps aurait dû commencer par décomposer les graisses pour survivre, produisant ainsi des niveaux très élevés d'acétone dans ses urines. Les critiques pourraient faire valoir ce point comme une preuve contre l'histoire de Travis.

Cependant, on ne connaît pas exactement les détails du traitement subit par Walton dans l'OVNI. La régression hypnotique montre chez Travis l'existence d'un blocage mental impénétrable. Il est ainsi tout à fait possible qu'une partie nous soit inconnue, et pourquoi pas l'administration d'une forme de nourriture, précédant ou suivant un examen médical.

Dans son livre "The UFO Book : Encyclopedia of the Extraterrestrial" Jérôme Clark, éminent ufologue, chercheur et écrivain, note l'absence de meurtrissures, bleus, bosses et autres traces qui auraient dû apparaître après une chute de 3m lorsque l'OVNI émis le rayon qui frappa le témoin.

Mais ce point est vivement contesté par Walton qui affirme être peu sensible à ce genre de meurtrissures, de par son expérience de boxeur amateur et son habitude à travailler dans des conditions rudes. Après cinq jours d'absence, sait-on véritablement ce qui resterait de telles traces?

Travis Walton dans l'OVNI

La première personne a entendre le récit de Walton fut le sheriff Gillespie.
Mais revenons dans la clairière où Travis Walton fut frappé par le rayon lumineux émis par l'OVNI. Selon lui, ce sera son dernier souvenir.

Son réveil, douloureux, lui donnera l'impression première de se trouver dans un hôpital.

Après avoir recouvré ses esprits, il se rendit compte qu'il était entouré par trois créatures chauves, petites, avec des grands yeux sombres et habillés d'un genre de combinaison orange.

Travis, devenu comme hystérique à ce moment-là, tenta malgré sa faiblesse, d'attaquer les créatures et de leur faire peur, avec pour seul résultat de les faire fuir.

S'ensuivent diverses évolutions de Travis dans l'OVNI, et rencontres avec d'autres types d'entités humanoïdes, dont le récit détaillé et complexe se trouve sur son site.

s_aliens

Après que l'une de ces entités lui eut appliqué sur le visage un masque anesthésiant, Travis s'évanouit et se réveilla sur la route à proximité de la station de Heber.

Polémiques et controverses

Nombreuses furent les polémiques; on sait qu'elles débutèrent avant même le retour de Travis, elle reprirent de plus belle à peine Travis eut-il raconté son histoire au Sheriff Gillespie.

Ainsi, après avoir entendu l'histoire de Travis, Gillespie spécula que Travis aurait pu avoir été frappé puis drogué et emmené dans un hôpital où il avait confondu les détails d'un examen de routine avec quelque chose de plus spectaculaire.

Travis a rejeté cette idée, en affirmant que l'examen médical n'a trouvé aucune trace de traumatisme crânien ou de drogue dans son corps. C'est alors que Travis proposa au Sheriff Gillespie de se soumettre soit au test du polygraphe, soit à l'hypnose, afin de soutenir ses affirmations.

Gillespie déclara que le polygraphe devrait suffire, et a promis d'en organiser un dans le secret pour éviter la cacophonie médiatique croissante.

La séance d'hypnose fut cependant faite en premier lieu, en présence de Duane Travis. La rencontre eut lieu à Scottsdale, en Arizona, avec le consultant de l'APRO, James A. Harder, qui organisa la scéance, dans l'espoir de découvrir plus de détails sur les cinq jours manquants.

Clark écrit à propos de cette séance que "contrairement à beaucoup d'autres personnes enlevées, la mémoire consciente et inconsciente de Walton étaient identiques, mais présente que pour un maximum de deux heures, et peut-être moins, sur une absence totale de cinq jours".

Curieusement Walton... a rencontré un blocage mental impénétrable et a exprimé l'avis qu'il serait "mort" si la régression se poursuivait.

NATIONAL ENQUIRER UFO REPORT

En ce qui concerne le test polygraphique, Duane Travis l'annula dans un premier temps, car la presse ayant eu vent de l'histoire, il pensa avoir été trahi par le Shériff...

Finalement, après maintes tergiversations, il fut convenu de faire l'examen, sous contrôle cette fois-ci de John J McCarthy, du laboratoire de polygraphie de l'Arizona.

Ce test fut un échec total et restera très controversé, aussi bien du côté des partisans des Walton, jugeant les méthodes de Mc Carthy peu orthodoxes, que de celui de leurs opposants, se fiant à sa conclusion, à savoir que Travis Walton mentait.

Il fut décidé en définitive d'annuler ce test, avec l'accord des Walton, de l'APRO et du "National Enquirer", qui finançait ses recherches sur ce cas.

Encore aujourd'hui, les spécialistes et experts psychiatres et polygraphiques restent divisés sur la question, certains remettant en cause la méthode elle-même.

Enfin, pour en terminer avec les controverses, il faut noter l'implication dans l'affaire du célèbre debunker Philip J. Klass, qui a révélé l'existence du polygraphe annulé à la presse.

Ses deux principaux arguments contre la véracité de l'affaire sont :
- Un intérêt financier important, dû à l'incapacité de Rogers d'honorer son contrat avec le Service des Forêts, bien que cela se soit déjà produit par deux fois, sans préjudices pour Rogers,
- Le fait que Rogers avait vu une partie du documentaire "The UFO Incident" diffusé par la chaîne ABC, et relatant l'enlèvement des époux Hill, mais ce fait n'a jamais été formellement prouvé et rien n'indique chez Rogers une telle prédisposition à l'affabulation.

Suites de l'affaire

En 1978, Travis Walton publia le livre "The Walton Experience", où il narre de façon exhaustive son expérience; une partie de ce récit est consultable sur son site Internet.

Ce fut l'occasion pour certains de se montrer incrédules, accusant Travis d'un excès d'imagination. Peut-être avait-il voulu simplement "améliorer" son récit afin de le rendre plus attractif, sans réelle volonté de mentir ?

En 1993, l'adaptation de l'histoire de Walton sort sous le nom "Fire in the sky". Bien que Walton et Rogers aient participé à sa promotion, il rencontra un succès mitigé.

L'essentiel des critiques reposait sur le fait que le film n'était pas véritablement fidèle aux évènements, en particulier concernant les évolutions de Walton dans l'OVNI.

Des lettres d'excuses furent envoyés par le scénariste à quelques ufologues, s'excusant des altérations apportées à l'histoire de Walton, arguant que celles-ci avaient été demandé par les studios... Mais le mal était fait...

Depuis, Travis Walton fait des apparitions régulières dans les conventions ufologiques Américaines, telle celle de Laughlin le 26 février, et participe à l'élaboration de documentaires.

fire in the sky

Pour conclure, cette affaire passionnante et complexe n'a jamais pu véritablement être prouvée comme étant une fabrication des Walton et de Rogers. De nombreuses controverses continuent donc encore aujourd'hui à avoir lieu, et aucun des 7 membres de l'équipe présents ce jour-là ne s'est défaussé, même 35 ans après.

Source 1 - Source 2

elevenaugust, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

L’affaire Travis Walton -1ère partie

février 21st, 2010 Posted in Fevrier 2010 | Commentaires fermés sur L’affaire Travis Walton -1ère partie

Parmi les affaires d'enlèvements les plus incroyables de l'histoire ufologique, celle de Travis Walton occupe sans aucun doute une place prépondérante.

De par sa complexité et les nombreuses et diverses retombées et controverses qu'elle a occasionné, cette histoire, déjà ancienne de plus de 35 ans, ne cesse de faire régulièrement la "une" de l'actualité ufologique.

Travis Walton reviendra sur son expérience le 26 février, lors de la conférence de Laughlin, Nevada, qui se déroule du 21 au 27. Cette réunion ufologique internationale est couverte entièrement par OpenMinds TV Production qui assure la retransmission des exposés en direct. Mais revenons sur l'histoire elle-même.

Travis Walton
Travis Walton

La genèse

L'affaire a débuté le mercredi 5 Novembre 1975. Walton était employé par Mike Rogers (38 ans à l'époque, le plus âgé des sept), qui se trouvait depuis neuf ans sous contrat avec le Service des Forêts des Etats-Unis pour divers travaux. Rogers était par ailleurs le meilleur ami de Walton et épousera sa soeur Dana quelques années plus tard.

Les autres hommes de l'équipe, tous témoins, étaient Ken Peterson, John Goulette, Steve Pierce, Allen Dallis et Dwayne Smith : tous vivaient dans la petite ville de Snowflake, en Arizona.

Rogers a été embauché cet automne-là pour nettoyer les sous-bois d'une vaste zone (plus de 480 hectares) près de "Turkey Springs", en Arizona.

Ce contrat était le plus lucratif que Rogers aie jamais eu du Service des forêts, mais son équipe était en retard. En conséquence, ils travaillèrent pendant de longues heures pour terminer leur tâche; les horaires étant généralement de 6h jusqu'au coucher du soleil.

Peu après 18h, le soir du 5 Novembre, Rogers et son équipe avaient donc terminé leur travail pour la journée et étaient entassés dans le pick-up de Rogers pour le retour à Snowflake. L'équipe déclara avoir alors vu une vive lumière derrière une colline.

l'OVNI
En s'approchant, et les arbres ne masquant plus la vue, ils purent observer un disque doré étincelant, planant au-dessus d'une clairière. Il avait environ 8/10 pieds (2/3 m) de haut et 18/20 pieds (5/6 m) de diamètre.

Mike, le conducteur du pickup, stoppa alors le véhicule.

Les sept hommes stupéfaits restèrent, immobiles et silencieux, a détailler l'OVNI pendant un bon moment...

Sous la lumière étrange émise par l'OVNI, la forêt aux alentours prenait des teintes étranges, très différentes de ses couleurs naturelles.

Soudainement, désireux de satisfaire sa curiosité et ne souhaitant pas rater "la chance de sa vie", Walton sauta du camion et couru vers le disque.

Sous les injonctions inquiètes de ses compagnons, Walton marqua une pause, mais continua malgré tout vers l'OVNI.

Arrivé à quelques mètres de la verticale de l'engin, il put discerner un bruit étrange en provenant: mélange de faibles sons aigus mécaniques, de "bips", de sons stridents superposés, et de grondements sourds d'une lourde machinerie. Il était impossible de les comparer à aucun son connu.

l'enlevement-1975

Puis, soudainement, le volume de ces sons augmenta et dans le même temps, l'OVNI commenca à vaciller sur son axe, tel une toupie.

C'est alors qu'un rayon lumineux bleu-vert jaillit de la partie inférieure de l'OVNI et vint frapper Walton en pleine tête et poitrine. Il se retrouva dès lors comme électrocuté, bras et jambes écartés, soulevé du sol à 3 mètres de hauteur, et retomba lourdement sur le sol rocheux de la clairière, inconscient.

Ses six compagnons, absolument terrifiées, s'échappèrent à toute allure (roulant jusqu'à presque 60Km/h sur cette piste), persuadés que Walton était mort et que l'OVNI allait les poursuivre.

Après avoir ralenti l'allure, de peur de tomber en panne, Mike s'engagea sur une fausse route; c'est alors qu'ils se rendirent compte que l'OVNI ne les poursuivait pas.

Ils décidèrent finalement, après d'âpres discussions, de retourner sur place. N'ayant parcouru qu'environ 400m et, malgré leur appréhension, il ne leur fut pas difficile de retrouver l'endroit. Ils restèrent sur place, éclairés par les phares du pick-up et l'unique lampe torche, à fouiller les environs durant 1/2 heure, mais sans résultats.

Finalement, encore bouleversés par leur expérience, ils rentrèrent vers Snowflake et Ken Peterson décida d'avertir la police dès le lendemain matin.

A suivre demain. - Source 1 - Source 2

elevenaugust, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Les Ovnis & La Sécurité Nationale, Volume II

février 20th, 2010 Posted in Fevrier 2010 | Commentaires fermés sur Les Ovnis & La Sécurité Nationale, Volume II

Après cinq ans de recherches l'historien Richard M.Dolan a terminé il y a quelques mois la seconde partie de son ouvrage : UFOs & The National Security State. La trilogie, en cours d’écriture pour son troisième volet, figure sur la liste des ouvrages incontournables pour qui veut comprendre la dimension supplémentaire qu’ajoute le phénomène ufologique à la sécurité nationale américaine et mondiale.

Le premier volume comporte l’histoire chronologique et détaillée du phénomène, de 1941 à 1973, et surtout de son rapport avec une cinquantaine de bases militaires ainsi qu’avec les réseaux des services secrets. La démonstration est faite : Le sujet des ovnis n’est pas pris à la légère. Jacques Vallée a participé à l’écriture de ce volume, sous-titré : Chronologie d’un Cover-up, 1941-1973. Le second est préfacé par la journaliste Linda Moulton Howe, sous-titré : "The Cover-up Exposed, 1973-1991."

Richard Dolan

Vincent White, pour UFODigest nous propose sa critique de l'ouvrage :

"Dans notre monde, il faut du courage pour parler à quelqu'un des plus grands tabous parmi nos mythes et illusions populaires. Les critiques littéraires bien pensants se contenteront de faire de la dérision, en exposant leur ignorance. Ils passeront sous silence cette montagne de vérités que sont les faits. Quelque soit la reconnaissance attribuée, elle le sera avec réticence et nombreux seront les pièges. De tels livres sont rares.

L'intégrité du thème mène le lecteur sérieux vers une série d'évènements liés aux nombreuses ficelles de l'histoire cachée, le tout s'entremêle pour former le tableau d'une ère étonnamment sombre, cachée et non reconnue par le monde endormi conventionnel et médiatique.

"UFOs & The National Security State" décrit la perte de notre république, à l'époque où l'enfant terrible issu de la loi sur la sécurité nationale, en 1947, grandissait pour se transformer en monstre omnipotent dans ses capacités à morceler et cacher la vérité au peuple américain. Un esprit d'"insécurité nationale" issu de la paranoïa de la guerre froide a donné naissance au gigantesque complexe militaro-industriel d'aujourd'hui. Celui-ci se nourrit de peur, de méfiance, d'ennemis étrangers, d'ennemis nationaux, réels et imaginaires. Il démontre également un appétit marqué pour les apports financiers, n'ayant de comptes à rendre à personne, pas même au président des États-Unis. Cette histoire ose explorer toutes les conséquences des preuves largement archivées.

Elle rend même crédible la possibilité d'une civilisation "détachée", résultat de plus de soixante ans de progrès scientifiques et technologiques gardés à l'insu du plus grand nombre et dérivés de la rétro-conception d'épaves extraterrestres.

Je pose la question : Est-ce que cette histoire renforce les rapports d'une ville souterraine dans les Tehapachi Mountains, à quelques 130 kms de Los Angeles, où se construiraient les vaisseaux d'une flotte spatiale secrète ? Cette rumeur est-elle fondée, qui nous parle de réseaux de bases souterraines, où des soucoupes seraient alignées sur des aires de stationnement aménagées dans les montagnes de la base de Nellis ? C'est du moins ce que nous rapportent d'honorables employés de maintenance... Les contribuables de ce pays ont-ils financé la réalisation de ces engins ?

Aurions-nous déjà des bases secrètes sur la Lune et sur Mars ? Serions-nous déjà capables d'énoncer un nouveau paradigme en physique? Est-ce le gouffre dans lequel se sont engloutis des milliards de milliards ? Lisez ce livre et faites-vous votre propre idée. Qui fait les comptes ? Certainement pas le Congrès. Jadis discret, ce pilier de notre nation se tient maintenant au centre de la scène, à cheval sur notre ancienne république et la domine en secret.

Dolan Book

Notre gouvernement s'est éclipsé pour s'installer dans une zone de pénombre transnationale non élue et inconnue.

Ce second volume assemble les faits précis qui ont construit le monde embryonnaire d'un gouvernement mondial à venir.

Ce gouvernement est invisible et secret, comme le mentionne le New-York Times dès 1958 dans un article parlant de ''Gouvernement Invisible''. Devenu le modèle d'un règne mondial machiavélique son pouvoir est fondé sur le grand mensonge de notre époque.

C'est à dire que l'humanité consiste en un monde intelligent isolé du reste du cosmos et peuplé des êtres humains, le summum de la Création, unique intelligence dotée de réflexion et seule dans l'univers.

Le travail d'historien de Richard M.Dolan dresse le portrait de ce pouvoir ascendant comme jamais un historien ne l'avait osé. L'auteur démontre méthodiquement que nous vivons une histoire à deux niveaux, et il chiffre les coûts de cet artifice. Il nous montre comment l'érosion lente de nos valeurs républicaines nous a conduit dans un règne mondial régi par le secret, la tromperie et le vol, et dirigé par une entreprise fantôme de corporations que certains appellent ''Le Gouvernement de l'Ombre''. D'autres l'ont nommé le ''Gouvernement Permanent'' ou bien le ''Gouvernement Invisible''. Mais quel que soit la nomenclature, elle insinue une tête unique dirigeante, qui met en scène les évènements mondiaux comme une ''cabale'' prédite dans le livre de H.G.Wells : ''The Shape of Things to Come''.

HG Wells

Après la ''fausse chute'' du communisme, la cabale devient l'Hydre de notre mythologie. Une oligarchie régnante située au dessus des nations et des institutions. Elle forme des ''sous-cabales'' qui prennent place dans les couloirs du Congrès, des Nations-Unies, des gouvernements mondiaux, de la Finance Internationale, des agences de renseignements et de l'industrie multinationale de défense.

C'est un livre pour ceux qui cherchent la vérité, la justice, l'équité et l'honnêteté. Dolan expose également un projet pour défendre nos idéaux et pour libérer nos esprits des mensonges sur ce qui se passe dans nos cieux. Un projet pour nous permettre d'agir avec compréhension, nous qui vivons dans une époque où une machine médiatique déverse ses contenus abrutissants jour et nuit, sept jours sur sept, 365 jours par an.

Parmi ces absurdités, la plus grande de toutes les conspirations consiste à nous faire croire...''qu'il n'y a pas de complot réussi'' et encore moins d'évènements de cette nature dans notre histoire récente.

C'est le genre de livre dont on dit plus tard qu'il n'y en a qu'un par génération, une bible à consulter qui clarifie les actions nécessaires pour les réparations à venir. Pour ceux qui dorment encore, il est prédit qu'un beau matin, un seau d'eau glacée nous tombera sur la tête et en éveillera beaucoup, mais que beaucoup d'autres continueront à dormir.'' - Source

Lors de la présentation de son livre, l'auteur expose les thèmes importants de la période examinée :

"Le transfert de l'autorité du domaine public vers le domaine privé est l'un des résultats majeurs de la mondialisation. L'évolution du secret ufologique en est un exemple. Il est impossible d'en connaitre les détails mais la vue d'ensemble est assez claire. Le contrôle des éléments clés du secret s'est de plus en plus éloigné du gouvernement et des militaires pour se tourner vers des entités privées. Ce transfert de pouvoir apparait dans nombre de déclarations faites par ''ceux qui savent'' ainsi que dans des études plus générales du système des ''Special Access Programs'' du Pentagone, les prototypes des programmes ''Black Budget''. Le monde a subi une révolution transnationale silencieuse pendant la fin des années 80 et au début de la décennie qui suivit.''

''Nous pouvons supposer que le mensonge originel des années 40 a servi à gagner du temps. Les décideurs politiques essayaient de comprendre. Mais ce mensonge s'est développé pour devenir une infrastructure à part entière, imposante et complexe. Plus le temps passait plus les partis retranchés s'éloignaient des vérités établies officiellement et il leur devenait impossible d'expliquer au reste du monde ce qui se passait. C'était une chose d'expliquer au public qu'une ou plusieurs intelligences ET opéraient librement sur la Planète Terre pour des raisons qui leur étaient propres.

Dolan_Book1

C'était une toute autre histoire d'expliquer qu'une infrastructure gigantesque et secrète s'était constituée, avalant l'argent public, opérant dans le secret le plus total pendant des années, développant de nouvelles technologies, et faisant des profits sur l'exploitation d'un monopole basé sur de la technologie extraterrestre acquise. Et une autre chose encore, d'expliquer que le président des États-Unis, ou bien d'autres dirigeants nationaux n'étaient pas ''de facto'' les décideurs pour ces questions.'' Source

"Le troisième volume sera sous-titré : ''The Fight for Disclosure'' et couvrira la période de 1992 à nos jours, une nouvelle tranche de presque vingt ans. L'Initiative Rockefeller sera évoquée, ainsi que les efforts du Dr. Steven Greer et des groupes exopolitiques grâce à Stephen Bassett et beaucoup d'autres. Merci à Richard M. Dolan pour cette récapitulation magistrale de plus d'un demi siècle."

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments et Commentaires

Share This Post