Didier de Plaige

Michio kaku : à propos d’Apophis

mars 10th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur Michio kaku : à propos d’Apophis

Le Dr. Michio Kaku est professeur de Physique Théorique au City Collège de New-york, il est l’auteur de "La Physique de l'Impossible"" et l'hôte de l'émission "Sci Fi Science: Physics of the Impossible" sur Science Channel. Le Dr. Kaku s'est intéressé aux recherches de l'Agence Spatiale Russe et publie ses réflexions sur la page Opinions du Wall Street Journal.

Michio Kaku

"Anatoly Perminov, Directeur de l’Agence Spatiale Russe, a surpris les scientifiques lorsqu'il les a convoqués pour une réunion à huis-clos. Sujet de la discussion : Neutraliser un astéroïde menaçant qui vient dans notre direction. Il ajoute qu'aux alentours de 2036, un impact avec l'astéroïde Apophis pourrait faire des centaines de milliers de victimes.

Cette annonce a immédiatement évoqué des images du film Armageddon avec Bruce Willis et ses cowboys venant à la rescousse en navette spatiale. En réalisant que la menace est faible mais réelle, les scientifiques ont fait des propositions, de manière sérieuse, des différentes façons de détourner l'astéroïde.

Pour ce qui est des astéroides, Apophis se pose là : près de 300 mètres de diamètre, environ de la taille du Rose Bowl [Stade de football]. C'est en 2029 que le bolide passera la première fois autour de la Terre, si proche qu'il se déplacera sous nos satellites de communication. En fait, vous pourrez le voir filer au dessus de nos têtes avec des jumelles. Selon la façon dont il évolue autour de la Terre, il existe un risque minime qu'il heurte réellement la Terre à son retour en 2036 (mais les derniers calculs évaluent ce risque d'impact à 1 sur 100.000).

Les russes prennent cette menace très au sérieux depuis qu’en 1908 un bolide a frappé Tunguska en Siberie, en aplatissant plus de 1.500 kilomètres carrés de forêts, détruisant environ 100 millions d'arbres, et gravant une énorme cicatrice sur la Terre. L'objet qui frappa la Sibérie n'était probablement qu'à 30 mètres du sol, cependant, il a provoqué un souffle 1000 fois plus important que la bombe d'Hiroshima.

Les ondes du choc furent si importantes qu'elles ont été détectées en Europe. Il y eut une étrange lueur, s'étendant jusqu'en Asie et en Europe si bien qu'on pouvait lire les journaux de Londres la nuit. Si Moscou avait été touchée, la ville entière et ses alentours auraient été pulvérisés. Un tel objet, capable de détruire une ville ne se présente qu'une fois tous les 100 à 300 ans et la plupart plonge dans les océans. Mais un impact d’Apophis, c’est une autre histoire.

Caillou Apophis

Il affecterait un pays entier, capable de créer des tempêtes électriques, des ondes de choc, et une pluie de débris enflammés qui détruiraient une surface pratiquement de la taille de la France ou bien tout le nord-est des Etats-Unis. L'énergie de l'impact serait en gros 100.000 fois plus importante que celle de la bombe d'Hiroshima. Si l'impact a lieu dans l'Océan Pacifique, il pourrait générer un raz de marée immense, un mur d'eau gigantesque qui inonderait la plupart des villes côtières des Amériques et d’Asie. On estime qu'un impact avec un astéroïde de la taille d’Apophis se produit une fois tous les 1000 ans.

Le pire scénario serait l'impact d’un bolide d'environ 9 km de diamètre, comme celui qui a frappé le Mexique et probablement supprimé les dinosaures il y a 65 millions d’années. Les mesures pour contrer une telle menace sont plutôt squelettiques.

On pourrait être tentés d’envoyer la navette spatiale pour le faire exploser. Mauvais choix. Tout d’abord, ça pourrait fragmenter l’astéroïde si bien que nous aurions un essaim de mini astéroïdes en chemin vers la Terre.

Apo_Collision

Ensuite, la navette spatiale ne peut que tourner autour de la Terre, elle est incapable d’atteindre l’espace profond pour intercepter l’astéroïde. De plus elle est sur le chemin du garage et il faut attendre cinq ans pour la remplacer. Les scientifiques ont proposé plusieurs solutions. Un scénario possible est de pousser légèrement l'astéroïde pendant qu'il se trouve dans l’ espace lointain afin qu'éventuellement il rate la Terre.

Cette déviation pourrait se faire avec des fusées pour envoyer l'astéroïde des années avant qu'il passe dans notre direction. Ou alors, la gravité du vaisseau lui-même pourrait être utilisée pour le tirer légèrement de sa trajectoire. Une autre proposition suggère l’utilisation de miroirs et même de peinture pour augmenter la pression de la lumière solaire de façon à ce que des décennies plus tard sa trajectoire soit modifiée.

A ce jour, aucun équipement n’existe pour de telles missions, nous serons donc impuissants pendant des années si une menace de cette amplitude survenait. De plus, n’importe quelle proposition sérieuse se chiffrera en dizaines de milliards de dollars. En ces temps de pain noir pour notre économie, l’argent se fait rare ne serait-ce que pour maintenir le programme spatial actuel. Le Rapport Augustine sur l'avenir du voyage spatial accrédité par la NASA et présenté au Président Obama en octobre dernier, a stipulé que les missions habitées vers la Lune et vers Mars n'étaient pas pérennes sans un nouvel apport de fonds.

Il reste cependant une possibilité, celle de se poser sur l'astéroïde. La possibilité réelle d’envoyer une sonde se poser sur l'astéroïde en 2029 afin que les scientifiques soient en mesure d'étudier ses propriétés tout en profitant de la ballade dans le système solaire. Nous avons si peu d’information sur Apophis qu'il pourrait très bien être un objet solide ou bien un amas de débris rocheux maintenus par la gravité.

Certains adeptes de la théorie du complot ont soulevé la possibilité macabre qu'une nation ayant les moyens de dévier un astéroïde pourrait aussi l’envoyer vers ses ennemis, mais une telle arme est tout simplement trop instable pour représenter une menace sérieuse.

A_C

Les scientifiques félicitent l’Agence Spatiale Russe d'avoir abordé la question, même si le danger venant d’Apophis est mince. De toutes les menaces possibles, seul le choc d'un astéroïde géant pourrait détruire la planète entière. Si nous nous préparons maintenant, nous améliorerons nos chances de survie. Les dinosaures n'ont jamais su ce qui les avait frappés." - Source

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

FAQ sur les OVNIs – 2ème partie

mars 9th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur FAQ sur les OVNIs – 2ème partie

2- L'éjection d'un plasma à très haute vitesse suppose l'existence d'un matériau composant les tuyères du vaisseau spatial capable de résister à des températures extrêmes.

Cette affirmation méconnaît la possibilité dans l'absolu d'éjection d'un plasma sans contact, canalisé grâce à un champ magnétique. Voir à ce sujet les projets ITER et DEMO, mettant en œuvre un réacteur à fusion thermonucléaire utilisant un plasma isolé par un champ magnétique toroïdal de 5.3 Tesla.

Il y a aussi et surtout, dans la même idée et moins encombrant, le moteur VASIMR dont nous avons parlé ici même récemment, et qui pourra être mis en œuvre dès 2013.

A noter par ailleurs que, dans le vide spatial, la loi de conservation de la quantité de mouvement permet au propulseur d'éjecter un plasma pendant un certain temps pour produire une accélération, jusqu'à la vitesse de croisière. Celle-ci atteinte, l'engin continue sur sa lancée.

3- La propulsion d'un vaisseau spatial dans l'espace inter galactique suppose une gigantesque quantité de carburant, alourdissant d'autant le vaisseau, donc consommateur d"une énergie abondante, introuvable dans le vide sidéral.

Bussard

Vue d'artiste du collecteur Bussard

Ceci est exact, dans la mesure où l'on considère un mode de propulsion conventionnel, selon un déplacement classique linéaire.
Par ailleurs, et dans ce cas, dans le vide spatial le carburant serait essentiellement utilisé pour l'impulsion initiale et les corrections de trajectoire, inévitables sur la longueur du trajet à parcourir.
Un moteur de type VASIMR nécessite une masse de carburant environ 20 fois moindre que celle d'un moteur classique à ergols, pour le même voyage.
Encore mieux, un moteur de type collecteur Bussard utiliserait zéro carburant embarqué, collectant l'hydrogène présent dans l'espace afin de le comprimer et de servir de carburant à un statoréacteur.

Le vaisseau l'utiliserait dans une réaction de fusion nucléaire et expulserait l'hélium résultant. Comme le carburant serait collecté en route au fur et à mesure, le vaisseau pourrait théoriquement accélérer jusqu'à une vitesse proche de celle de la lumière.

Il serait cependant nécessaire que ce réacteur soit stabilisé par un gyroscope, afin de contrecarrer la trainée immense formée par le collecteur, d'une force supérieure en théorie à celle de la poussée produite.

Les voiles solaires représentent un autre dispositif élégant et original de propulsion. Le soleil émet en permanence des photons (particules composant la lumière), que l'on peut utiliser pour faire avancer un vaisseau.

Pour profiter du vent solaire, il suffit de déployer des voiles sur lesquelles s'exercera la poussée infime des photons du soleil. Lentement mais sûrement, le voilier spatial se mettra à accélérer. L'accélération sera minime au départ mais cumulée sur des dizaines d'années, elle pourra atteindre des valeurs phénoménales.

garlick-sail

Voilier solaire propulsé par Laser

Ce dispositif est extrêmement économique, puisqu'il ne nécessite ni moteur ni réservoirs de carburant.

Mais trois challenges restent à résoudre avant de pouvoir sillonner l'Univers à bord de ces papillons célestes.

Les voiles devront être taillées dans un matériau à la fois très léger (pour pouvoir bénéficier au maximum de la poussée des photons solaires) et très résistant (pour éviter les déchirures).

Ces structures gigantesques et fragiles, dont l'envergure atteindra facilement la centaine de mètres, devront également être déployées grâce à un mécanisme adéquat, qui pourrait facilement constituer un véritable casse tête pour les ingénieurs. Difficile, mais pas insoluble.

Enfin, sorti du système solaire, le vent solaire s'amenuise et il faut donc trouver une solution de rechange pour la propulsion.
Un laser très puissant et très focalisé, construit sur la Lune, serait une alternative viable au Soleil. Un laser de 100Mégawatts, par exemple, produirait une accélération constante de 1ms-2, ce qui nécessiterait environ cinq ans pour que la voile atteigne la moitié de la vitesse de la lumière. - SOURCE

Une autre astuce permettant de gagner en vitesse et d'économiser du carburant est d'utiliser l'assistance gravitationnelle, en se servant de l'attraction d'un corps céleste afin de modifier la trajectoire et la vitesse d'une sonde, à la manière d'une fronde.

La première sonde à avoir utilisé cette assistance fût Voyager 1, en 1977; "New Horizons", lancée en Janvier 2006 pour atteindre Pluton et Charon en 2015 a pu gagner 4 km/s par cette méthode.

4- A très haute vitesse, le moindre impact météoritique risque d'anéantir le vaisseau, lequel est de toute façon incontrôlable à cette allure, dans l'hypothèse d'une manœuvre d'évitement. Sans compter les dommages causés par les particules énergétiques.

A l'image de la Terre protégée des particules à haute énergie, provenant en particulier du soleil, par sa magnétosphère, des scientifiques Anglais ont déjà envisagé de la recréer, à l'échelle d'un vaisseau spatial.

Pour créer le bouclier déflecteur autour d'un vaisseau spatial ou sur la surface d'une planète ou de la lune, les scientifiques ont besoin de générer un champ magnétique, puis de le remplir avec du gaz ionisé appelé plasma.

Un tel plasma serait ainsi maintenu en place par un champ magnétique stable (sans le champ magnétique, le plasma serait tout simplement à la dérive). Ce bouclier pourrait être déployée autour d'un vaisseau spatial, ou d'astronautes en sortie hors du vaisseau.

plasmafield

A noter qu'en plus, cette "bulle" magnétique peut servir à propulser le vaisseau qui surferait ainsi sur les particules solaires, pour atteindre progressivement la vitesse de 300 à 800 Km/s (4 à 11 fois plus rapide que la sonde Hélios 2, engin le plus rapide jamais construit de main d'homme, avec + de 250.000 Km/h...)

Cependant, le problème des micro-météorites demeure. Ainsi, il faudra équiper le vaisseau d'une coque métallique extérieure protègeant l'équipage contre les impacts.

Les particules micro-météoritiques se déplacent à très grande vitesse (entre 10 km/s et 270 km/s), mais heureusement, leur masse est en général très faible (de l'ordre du picogramme), ce qui empêche la perforation de la paroi extérieure du vaisseau lors d'un choc. Le risque de rencontrer un corps possédant une masse et une vitesse suffisante pour percer la coque, même s'il n'est pas nul, peut être considéré comme négligeable.

...A suivre sur le forum...

Elevenaugust, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

FAQ sur les OVNIs – 1ère partie

mars 8th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur FAQ sur les OVNIs – 1ère partie

Des avancées scientifiques considérables ont été faites au cours des dernières décennies dans la compréhension de l'Univers qui nous entoure.

Les plus remarquables et passionnantes sont sans nul doute celles qui concernent son exploration et les moyens que nous mettons en œuvre pour la mener à bien. Ainsi, notre connaissance technologique et les applications pratiques qui en découlent ont littéralement explosé, depuis la fin du 19éme siècle et l'avènement de l'automobile, jusqu'à aujourd'hui où nous cherchons à nous arracher de façon prolongée à la pesanteur terrestre.

Y parviendrons-nous?

La question est loin d'être anodine et recèle de nombreux aspects sur lesquels il est intéressant de débattre.

L'un de ces aspects nous interpelle directement, car il concerne les limitations possibles de l'évolution de la technologie.

Ces limites, à en juger par les effarantes prouesses dont sont capables les OVNIs, et contrairement à ce que certains se plaisent à affirmer, semblent ne pas exister ou, du moins, se situer très en deçà de nos réalisations actuelles.

Qu'en est-il réellement?

Vaisseau

Que savons-nous des OVNIs qui puisse mieux nous aider à comprendre le bond technologique que nous avons à faire?

Comment certains scientifiques chevronnés d'aujourd'hui élaborent des modèles qui s'appliquent à la propulsion des OVNIs, et pourraient servir à de futurs vaisseaux ?

Quelles sont les idées reçues qui subsistent encore sur les possibilités du voyage interstellaire, malgré la voie toute tracée que nous montrent les OVNIs?

Nous allons tenter de répondre à ces questions en exposant les faits et arguments scientifiques sous la forme d'une FAQ contradictoire. C'est-à-dire en répondant point par point aux idées communément exposées par ceux qui ne croient pas en la possibilité du voyage interstellaire.

I. Le voyage intersidéral

1- Tout voyage intersidéral est impossible au vu des distances considérables à parcourir

Hercule

L'amas de galaxies d'Hercule

Raisonner ainsi est avoir une vision purement géocentrique des progrès scientifiques. On estime à 1022 le nombre d'étoiles et à environ 100 milliards le nombre de galaxies rien que dans notre Univers visible.

En effet, nous ne savons rien de ce qu'il y a au-delà, notre vision globale de l'Univers étant limité par le temps que met la lumière des astres les plus éloignés à nous parvenir.

Ces chiffres qui donnent le vertige font à eux seuls réfléchir sur les possibilités qu'une vie au moins aussi évoluée que la nôtre ait pu atteindre sinon dépasser notre niveau technologique et s'affranchir de ces distances.

Voilà seulement 100 ans que notre premier avion a décollé et, déjà, nos sondes sont sorties du système solaire, alors est-il possible d'imaginer seulement ce qu'une autre civilisation ayant 300.000 ans d'avance - une fraction de seconde à l'échelle astronomique - ait pu réaliser?

Ainsi, une telle civilisation a très bien pu exploiter les ressources inépuisables et insoupçonnées d'un immense Univers pour contourner de manière ingénieuse ce problème.

La vision étriquée du déplacement linéaire dans l'Univers, même à une vitesse proche de celle de la lumière, est bel et bien révolue. Largement insuffisante pour une exploration spatiale à long terme; il faudrait par exemple plus de 4 années pour parvenir à Proxima du Centaure, l'étoile la plus proche de nous..... Alors voyager jusqu'à une autre galaxie!

Des théories séduisantes ont donc vu le jour, permettant de s'affranchir de la vitesse de la lumière, la plus populaire étant encore la "métrique d'Alcubierre", du nom du physicien Mexicain qui l'a imaginée en 1994.
Elle permet ainsi de déformer l'espace temps autour du vaisseau et de raccourcir artificiellement le trajet, sans violer la théorie de la relativité qui interdit à un objet ayant une masse d'accélérer à une vitesse supraluminique.

Cette théorie comporte cependant de nombreuses difficultés d'application et reste pour l'instant un modèle mathématique, prometteur certes mais dans l'attente d'évolutions futures.

Ces dernières pouvant être par exemple une théorie unifiée de la gravité quantique viable, unifiant la mécanique quantique et la relativité générale, comme la théorie des cordes ou supercordes.

Il faudra du temps et beaucoup de travail pour arriver à résoudre ces problèmes théoriques, et imaginer d'autres univers parallèles, d'autres dimensions pour enfin achever l'unification de la mécanique quantique et de la relativité générale.

Mais au vu de nos progrès exponentiels et (si nous ne nous auto-détruisons pas avant, mais ceci est un autre sujet...) du temps dont on dispose, nul doute que cette unification surviendra un jour, ouvrant la porte à des applications pratiques imaginées des décennies auparavant, et confirmant du même coup la possibilité du voyage supraluminique.

Maintenant que nous avons posé les bases théoriques, examinons quels sont les problèmes pratiques qu'un vaisseau pourrait rencontrer pour mener à bien ce voyage.

...A suivre...

Elevenaugust, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Fin de partie pour le MoD

mars 7th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur Fin de partie pour le MoD

David Clarke explique sur son Blog les nouvelles directives du MoD. Il était le mieux placé pour confirmer que le Ministère de la Défense britannique va détruire tous les rapports d'Ovnis qui lui seront adressés, "afin de ne plus avoir à répondre aux requêtes FOIA des citoyens." Les détails qu'il expose permettent de mieux comprendre comment le gouvernement anglais a été amené à prendre cette décision.

"Cela signifie que toute nouvelle observation - y compris celles provenant de sources crédibles comme des personnels navigants, des opérateurs radar ou des policiers - seront détruits après 30 jours. C'est ce que montre un document confidentiel daté du 25 novembre 2009, que j'ai obtenu selon la procédure FOIA.

J'en ai remis des copies à l'Association des journalistes ainsi qu'à Channel 4. Le site web de la chaîne a décidé de le publier.

La mise en place de ce nouveau protocole avait été décidée lors d'une réunion du MoD en novembre 2009, juste après la décision de fermer le Bureau Ovni et le 'téléphone rouge' accessible au public. Selon les responsables, "ce dispositif n'était pas utile aux services de la Défense, et suscitait de trop nombreux échanges de courriers qui ne relevaient pas de l'activité ministérielle." Cette décision avait été approuvée par le député Kevan Jones, actuellement sous-secrétaire d'Etat à la Défense :

"...les rapports d'observations... ne nécessiteront qu'une réponse standard et, selon l'avis rendu par Corporate Memory et les Archives Nationales, ils seront conservés 30 jours puis détruits; ceci nous soulagera à l'avenir d'un grand nombre de requêtes FOIA, et nous n'aurons plus à publier de dossiers concernant la période qui commence au 30 Novembre 2009."

La justification de cette décision est le triplement du nombre de cas signalés au MoD, passant d'environ 150 rapports par an durant la décennie écoulée, au chiffre impressionnant de 634 en 2009. Selon les conclusions de cette réunion : "L'augmentation de la charge de travail causée par cette recrudescence... dépasse à présent les capacités en personnel du service, et ralentit les activités des autres départements."

MoD 25-11-2009

Il est bien possible que cette accroissement du nombre de témoignages soit du à la campagne orchestrée par le journal The Sun, qui incitait ses lecteurs à penser que des lanternes chinoises pouvaient être des vaisseaux aliens.

Depuis quelques années, le Ministère de la Défense britannique cherchait un prétexte pour fermer son Bureau Ovni et cette augmentation spectaculaire lui en a fourni l'occasion. Ses responsables se doutaient qu'une telle décision susciterait la colère des UFOlogues, au point qu'ils pourraient "individuellement ou en groupe, lancer une campagne animée, mais de courte durée, pour rétablir 'le téléphone rouge Ovni'; les protestataires ne manqueront pas de faire remarquer que, en refusant d'enquêter sur les Ovnis, le MoD a failli à sa mission de défense." Le document anticipe les réactions : "Il est possible que pendant un temps des membres du public multiplieront les courriers pour mobiliser leurs Députés [mais] la presse devrait certainement... traiter les choses à la légère plutôt que se montrer vraiment critique."

Visiblement déstabilisés par les accusations de dissimuler l'information sur les Ovnis, les gens du MoD révèlent qu'ils avaient "délibérément évité d'établir des contacts formels sur ce sujet avec les autres Gouvernements [car cela] aurait été interprété par les 'ufologues' comme la preuve d'une collaboration et d'une conspiration internationales." En conséquence, les responsables du MoD avaient fouillé le site web du Ministère de la Défense américain pour y dénicher un vieux communiqué de presse déclarant : "le Gouvernement n'enquête plus sur le sujet des Ovnis". Ce protocole avait été institué après la clôture du Project Blue Book en 1969, et le transfert des archives aux Archives Nationales américaines (NARA).

Je m'étais douté depuis le début que la fermeture du Bureau Ovni et la décision de transférer tous les dossiers aux Archives Nationales était une mesure concertée. En référence à l'exemple américain, la note du MoD précise : "Ceci est largement conforme aux dispositions prévues. Des sources civiles laissent entendre que d'autres Gouvernements se préparent à nous imiter, alors que les gouvernements canadien, français et danois ont publié ces dernières années leurs dossiers Ovnis."

Bob Ainsworth

Le document de cinq pages qui m'a été adressé ainsi qu'à mon collègue Joe McGonagle avait auparavant été remis le 11 Novembre 2009 au Secrétaire d'État Bob Ainsworth, à de hauts fonctionnaires et des autorités militaires dont le Chef d'État-Major aérien, ainsi qu'à la branche du renseignement du Commandement de la RAF.

Il comportait une "mise au point de la défense" expliquant que la décision de mettre fin aux enquêtes sur les Ovnis avait été prise parce que cette activité "détournait des ressources des affaires centrales de la défense...

Le MoD n'est pas intéressé par les témoignages d'observation d'Ovnis et il ne prendra pas en compte les rapports qui lui parviendront après Novembre 2009."

Une 'Instruction & Notice de la Défense' a circulé le 1er Décembre dans tous les établissements de l'armée, détaillant le nouveau protocole.

"Il a été prescrit aux personnels en contact avec le public... de ne pas encourager leurs correspondants à déposer un rapport sur une observation d'Ovni, et de leur dire de ne pas s'attendre à ce qu'une enquête soit diligentée."

Selon la nouvelle procédure, l'auteur d'un témoignage recevra en retour une lettre standard, et son courrier sera détruit 30 jours plus tard : "Cela signifie que nous ne serons plus sollicités au nom du FOIA, et ne serons plus tenus de verser des dossiers aux Archives Nationales, puisque les seuls éléments conservés ne seront que des copies de la réponse standard."

Ça permet également au MoD de transférer aux Archives Nationales les plus récents dossiers Ovnis du Commandement aérien, rédigés avant le 30 Novembre 2009, alors que la décision n'était pas entrée en vigueur. Ainsi, au terme de son programme de déclassification, le MoD n'aura plus aucun document sur les Ovnis.

Le document conclut : "Il n'est plus nécessaire de maintenir un Bureau Ovni au sein du Commandement aérien, ni de mobiliser des personnels dans cette activité. Ils seront réaffectés aussitôt que possible à d'autres tâches publiques et en relation avec le Parlement."

Étrangement, cette décision n'apporte aucune modification aux "procédures habituelles pour la surveillance et la défense de l'espace aérien du pays." A la question : "Notre ciel est-il laissé sans défense ?" le communiqué de presse répond : "Les procédures habituelles ne seront pas modifiées, et l'intégrité de notre espace aérien sera maintenue grâce aux efforts conjugués des radars civils et militaires, ainsi qu'aux escadrilles capables de décoller en situation d'urgence."

RAF 25-02-2010

En conclusion du nouveau protocole, un responsable de la défense ajoute que la réponse publique du MoD, face aux questions portant sur les Ovnis, consistera à rappeler :

* Le MoD n'a pas d'avis sur l'existence ou non des extraterrestres,

* Depuis plus de cinquante ans, aucun témoignage adressé au MoD n'a laissé pensé à une menace militaire sur le Royaume-Uni,

* Le MoD a la responsabilité de faire usage des ressources de la défense uniquement pour conduire des activités qui contribuent à la défense et la sécurité du pays,

* Les rapports d'Ovnis émanant du public n'apportent rien à nos systèmes de défense et le fait d'avoir à y répondre détourne les ressources du MoD des tâches utiles à la défense.

Project Blue Book

La divulgation de ce document montre que c'est la fin de partie pour le MoD. Il apparait clairement, en cette époque où on doit procéder à des économies en raison de la crise, que des coupes dans les dépenses publiques ne pouvaient que fournir un bon prétexte à ceux qui voulaient se débarrasser d'un sujet qu'ils considéraient comme une nuisance. En fait, le parallèle est troublant si on compare ces nouvelles directives et les recommandations du rapport de l'Université du Colorado qui conduisirent à la fermeture du Project Blue Book de l'USAF en 1969.

Mais si le MoD a appris quelque chose, en 50 ans d'expérience, ça devrait être que les Ovnis ne vont pas simplement disparaître. Je me doute bien qu'au prochain incident aérien, comme une collision évitée de justesse impliquant des avions civils ou militaires, ils seront obligés de réviser cette procédure à courte vue. L'histoire nous le dira." - Source

On sait par ailleurs que la clôture du Project Blue Book avait reporté sur d'autres services la poursuite des enquêtes.

Le site web de Channel4 ajoute : Nick Pope, qui a enquêté sur les Ovnis pour le MoD de 1991 à 1994 nous a déclaré que c'est une "tragédie" si de nouvelles observations terminent à la corbeille au lieu d'être transmises aux Archives nationales.

"Ce qui va se passer : Les médias vont prendre le relais, les associations ufologiques privées vont s'investir, mais il n'y aura personne capable de rassembler les énergies. Que l'on croie ou non aux Ovnis, c'est l'un des plus grands mystères de notre époque... Un mystère que nous aurons moins de chances d'éclaircir."

Compléments & Commentaires

Articles antérieurs : Retrait apparent du Mod - Nick Pope critique le MoD - Déclassification britannique

Share This Post

La Bataille de Los Angeles : 68 ème anniversaire – Part 2/2

mars 6th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur La Bataille de Los Angeles : 68 ème anniversaire – Part 2/2

"Plusieurs ufologues considèrent que c’est l’une des plus grandes observations de l’histoire de l’ufologie, avec plus d’un million d'observateurs. Seule la vague de Mexico dans les années 90 obtint plus de témoins.

Frank Warren, Bruce Maccabee et moi-même, avons déterminé la trajectoire exacte de l’objet avant son apparition dans le ciel de Hermosa Beach. Il a été vu par plusieurs résidents de Pacific Palisades, qui s’élevait au dessus des montagnes de Santa Monica vers 2h45 du matin. De là, il s’est dirigé en direction du sud-est au dessus de Santa Monica et West Los Angeles, vers Baldwin Hills.

La photo, parue dans le Times du 26 février, est la seule que nous ayons du vaisseau, il est entouré des faisceaux lumineux des projecteurs de l'armée, les nombreux points blancs représentent les éclats d’obus lors des explosions.

Plusieurs habitants situés au nord des collines l’ont vu distinctement. D’après leurs rapports le vaisseau était circulaire avec une bosse sur le dessus. Un témoin qui l’a observé de sa fenêtre se souvient qu’il était énorme, de forme elliptique, émettant une lueur orange.

LA Battle

Je pense que ma mère et moi l’ayant vu du dessous, avons aperçu son ventre qui, à cette altitude était blanc argenté. De toutes façons la photographie montre clairement que le barrage anti-aérien avait débuté et que les projecteurs le suivaient sans interruption.

A partir de la largeur des rayons de lumière à l’endroit oú ceux-ci atteignent l’objet, information ajoutée à celle qu’au moins l’un de ces rayons venait d’un projecteur de Manhattan Beach 15 kms plus loin, Frank Warren déduit que l’objet devait être très grand, environ 250 mètres de long. Celui-ci a survolé les sites d’aviation de la région : Douglas, North Américan et Lockeed, ce qui nous incite à plus de questionnements.

LA Mystery

Récemment, il a été suggéré que le vaisseau se soit écrasé dans l’océan au large de San Diego et qu’il fut récupéré par les plongeurs de la Navy. Toutefois, les preuves sont minces. Cependant cela expliquerait sa descente apparente au dessus de Redundo Beach. Peut-être l’objet a t-il été touché par la salve de tirs nourris qu’il reçut et qu’il a perdu le contrôle avant de s’enfoncer dans la mer.

Une autre théorie laisse croire qu’il aurait attérri sur l’île de San Clemente, une aire d’essais de la Navy.

Il aurait été réquisitionné corps et biens, en admettant que les occupants survécurent. Là également, les preuves sont minces. S’il existe un brin de validité pour ces théories, les militaires avaient alors entre les mains un bon nombre de preuves lorsque le crash de Roswell se produisit en 1947, en plus de ce qu’ils pourraient avoir obtenu avant 1942.

La théorie extraterrestre me semble plausible à cause du fait que l’objet fut capable de résister à l’impact de plus de 1.400 tirs d’obus anti aériens. Aucun avion moderne et encore moins ceux de la seconde guerre mondiale n’est capable d’une telle résistance. Je pense que l’objet était entouré d’un champ électromagnétique qui déviait les obus et les faisaient s’exploser sans le moindre danger pour lui-même.

LA Battle

Peut-être dans l’après guerre, après que nous ayons obtenu des scientifiques allemands la technologie pour concevoir des missiles air-air, mais c’est une autre histoire. A partir de là, il semblerait que nous avions la possibilité d’abattre des ovnis, au moins de temps en temps, ce qui explique en partie la vague de crash d’ovnis, dont ceux de Roswell et d’Aztec à la fin des années 40 et au début des années 50. Mais pas en 1942.

Un jour peut-être, la vérité se fera sur la "Bataille de Los Angeles", avec la vérité sur toutes les observations qui sont faites dans le monde entier avant et après 1942.

Pour résumer, au vu des preuves nous pouvons dire de l’objet qu’il démontrait

    * Un vol dirigé et contrôlé intelligemment.

    * Invulnérabilité à un intense barrage anti-aérien.

    * Sa taille (environ 250 m de diamètre).

    * Sa lueur argentée (parfois orange) visible au sein des lumières intenses des projecteurs.

    * Sa configuration (ovale, protubérance sur le dos).

    * Son impact EMF probable sur nos avions de chasse trop proches.

    * Et l’absence de rapport d’avion japonais au dessus de Los Angeles cette nuit là.

LA Plane

A plane was shot during battle

Je suis convaincu d’avoir été le témoin, avec 2.500 autres personnes sur la plage de Hermosa Beach d’une observation d’ovni parmi les plus importantes ne serait-ce que parce qu’elle fut observée par plus d’un million de californiens qui espéraient tous que ce ne soit pas une attaque japonaise." - Source

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments et Commentaires

Share This Post

La Bataille de Los Angeles : 68 ème anniversaire – Part 1/2

mars 5th, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur La Bataille de Los Angeles : 68 ème anniversaire – Part 1/2

C. Scott Littleton avait 9 ans en 1942, il vivait à Los Angeles et se souvient parfaitement de la nuit du 25 février. C’est à la suite d’un travail de recherche fait avec l’ufologue Frank Warren et l’enquêteur Bruce Maccabee que 60 ans après, il fait part au public de ses souvenirs. En effet, ils ont déterminé la trajectoire de l’ovni avant qu’il apparaisse dans le ciel au dessus de Hermosa Beach.

LA Times ufo

Professeur Emérite d’Anthropologie à Los Angeles, Scott Littleton n’est pas ufologue, il nous fait part de son intérêt pour la mythologie: "Je suis très intéressé par le thème universel de "la guerre des dieux" qui pourrait représenter les "dommages collatéraux" causés par une guerre coloniale entre deux civilisations aliènes high-tech pour l’hégémonie de notre planète il y a 8 ou 9000 ans."

Scott Littleton

"Moins de 3 mois après Pearl Harbour, la menace d’invasion se faisait sentir, beaucoup y compris les militaires s’attendaient à être bombardés prochainement. Par conséquent, la région californienne était un des terrains d’exercices de la défense anti aérienne. Chaque soir, les militaires tiraient sur des cibles envoyées dans les airs au dessus de l’océan par des avions spécialement conçus à cet effet. Les cibles étaient éclairées par des projecteurs qui illuminaient les éclats d’obus. Du grand spectacle qui durait une demie heure, se terminant avant 22 heures.

Au début, nous les gosses, regardions tout ça totalement fascinés mais après quelques veillées début janvier, le bruit des tirs et des explosions devint routinier, aussi prévisible que le bruissement des vagues pendant l’hiver. Cela nous donnait une certaine sécurité, nos braves militaires de la défense aérienne nous sauveraient rapidement d’une attaque des mauvais japonais si l’idée leur venait de pénétrer notre espace aérien.

La soirée du 24 février fut ordinaire, quelques exercices suivis de silence avant 22 heures. Je suis allé me coucher et j’ai lu un peu à la lumière de la lampe électrique que je cachais sous mon oreiller, puis je me suis endormi.

Vers 3h15, je m’éveillai au bruit de ce que je cru être un orage distant, puis je pensais qu’un exercice avait repris malgré l’heure tardive mais il y avait quelque chose dans la vitesse et l’intensité du bombardement qui ne collait pas avec ce que nous entendions tous les soirs. Ma chambre faisait face au sud si bien que je voyais l’océan de biais, cependant le coin de ciel que je pouvais voir était empli de lumières aveuglantes de projecteurs ainsi que d’éclairs lumineux d’explosions.

Grâce à tous les exercices sur des cibles dont j’avais été témoin, j’étais tout à fait à l’aise pour reconnaître quelque chose de différent. Les faisceaux des projecteurs et les explosions avaient toujours eu lieu assez loin au dessus de l’océan et pour la plupart, invisibles depuis ma fenêtre quand j’étais dans mon lit. Cette fois-ci, tout semblait beaucoup plus proche. J’entendis mes parents parler dans le couloir et je sortis.

Mon père avait l’air inquiet et disait que ça n’avait aucun sens. Il était gardien de surveillance de raid aériens et avait essayé de joindre le quartier général de la défense civile mais il n’obtenait pas de réponse. (Nous avons appris plus tard que l’alerte avait été donnée à 2h25 mais personne n’avait pensé à prévenir les gardiens locaux). Alors il a mis son attirail et est sorti voir ce qui se passait.

Il est vite revenu, plus inquiet que jamais et dit à ma mère de m’emmener ainsi que mes trois grands-parents qui vivaient avec nous, en bas dans l’abri qu’il avait commencé à construire l’après-midi du 7 décembre. Aussi vite que possible. Habituellement, mon grand-père maternel était plus lent que le retour du Christ pour tout ce qui était de ses habitudes personnelles, c’est à dire s’habiller, se raser, etc…

LA Battle 1942

Mais, lorsque mon père a dit: "Mr.Hotchkiss, je crois que là, c’est pas un coup pour rien." Il était à la cave en moins d’une minute. J’étais aussi excité que j’avais peur et je voulais désespérément savoir de quoi il retournait. Mon père était ressorti et nous entendîmes enfin la sirène de l’alerte par dessus les bruits d’un feu continu. Ma mère accompagna ses beaux parents et son père dans l’abri qui consistait de deux petites pièces protégées par des caisses de sable rangées de chaque coté de la cave.

Air Battle

Je les suivis et ce n’était pas de gaité de coeur, je voulais sortir et voir toute l’action. Ma mère aussi, comme elle le dit plus tard, après 10 minutes à l’étroit (nous étions assis sur les bancs qui contenaient des kits de première urgence, des bouteilles d’eau, de la nourriture en boite), entourée de la génération des anciens et de l’haleine exhalée, elle était prête à confronter une bombe japonaise!

Notre première idée était que nous avions un escadron ennemi au dessus de la tête car nous entendions le vrombissement des moteurs d’avions, nous apprendrons plus tard que c’était notre propre chasse aérienne. Quand ma mère sortit de l’abri par la porte qui menait vers la plage, je la suivis.

Nous nous tenions côte à côte devant la maison, nous serrant l’un contre l’autre dans la nuit fraîche, levant les yeux vers le ciel. Les avions entendus n’étaient pas visibles, mais ce qui attira notre attention était "une bestiole"argentée" en forme de losange, comme ma mère l’a décrit plus tard, clairement visible dans la lumière des projecteurs qui la localisaient. C’était une nuit très claire, cependant on ne pouvait distinguer aucun autre détail à part que l’objet se tenait sans bouger presque au-dessus de nos têtes. Son altitude est difficile à estimer, surtout après tant d’années mais je dirais entre 1200 et 2400 mètres.

Ça pourrait expliquer pourquoi nous n’avons pas vu la phosphorescence orange rapportée par plusieurs témoins à Santa Monica et à Culver City où l’objet était beaucoup plus bas (un témoin a suggéré que cette lueur pouvait être la réflection d’éclats d’obus contre le corps argenté de l’objet)".

De toutes façons des obus anti-aériens explosaient tout autour du vaisseau mystérieux. Le bruit était assourdissant. A chaque fois qu’un nouvel éclair rouge survenait, l’odeur âcre de la cordite était plus prononcée.

Des éclats d’obus tombaient sur la plage et nous devions reculer jusqu’à la maison pour les éviter (le lendemain, nous les gosses avons tout ramassé sur le sable pour les échanger pour quelques pièces). Malgré les tirs, le vaisseau n’émit aucun son, et n’agit pas de façon aggressive.

 LA Times ufo
LA map 1942

Trajectoire de l'Objet


Alors que nous regardions l’objet, la bouche grande ouverte, celui-ci pas le moins du monde dérangé par la pléthore de tirs dirigés contre lui, commença à se déplacer lentement vers le sud-est, descendant vers Redundo Beach où il disparut.

Soit nos tireurs n'étaient pas doués malgré tout l’entrainement de ces dernières semaines, soit il était invulnérable. Des années plus tard, j’ai lu qu’il y avait eu plus de 1400 tirs ce soir là. Le rapport de l’armée en cite 1430 mais c’est certainement beaucoup plus.

L’objet réapparut au dessus de San Pedro et de Long beach avant de disparaitre finalement au dessus de l’océan quelque part entre les comtés d'Orange et de San Diego.

Peu de temps après l’avoir perdu de vue, nous entendions de nouveau des moteurs d’avions, le bombardement avait presque cessé et plusieurs chasseurs de l’armée de l’air, des P-38 probablement basés à Mines Field (l’aéroport de Los Angeles aujourd’hui) venaient du nord-est, apparemment à sa poursuite.

Il était 4 heures du matin, tout cet épisode avait duré une demie-heure. Les tirs avaient cessé mais personne n’alla se coucher. L’édition du Los Angeles Examiner, que je possède toujours quelque part, sortit avec son titre accrocheur Air Battle Rages Over Los Angeles." - Source

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Un nouvel édito de Dennis Balthaser

mars 1st, 2010 Posted in Mars 2010 | Commentaires fermés sur Un nouvel édito de Dennis Balthaser

L'ufologue et conférencier Dennis Balthaser apporte une contribution régulière au blog de Frank Warren, The UFO Chronicles. "Le débat sur l'existence des Ovnis dure depuis des décennies, mais on doit commencer par définir ce dont on parle : tout ce qui vole et qu'on ne peut identifier est un Ovni.

Ca se complique quand on cherche à savoir de quoi il s'agit.

On se demande alors si ça peut être des engins d'origine terrestre, conçus ou créés sur Terre, par nos techniciens ou ceux d'autres pays, ou bien s'ils proviennent d'ailleurs, que ce soit dans notre galaxie, une galaxie lointaine, ou si leur origine est encore plus étrange.

Pendant des années les esprits bornés n'ont cessé de nous dire que nous ne pouvions être visités, parce que les distances entre les planètes seraient infranchissables, les systèmes de propulsion nécessaires ne sont pas concevables, et que nos armées ainsi que nos gouvernements se refusent à reconnaître leur existence. Ces gens ne font que ressasser les mêmes arguments, et ne se soucient pas vraiment de débattre.

Pour moi ces individus sont emmurés dans leurs certitudes, persuadés d'avoir déjà tout compris. En fait, si ces engins inconnus sont pilotés par des entités, leur technologie et leurs connaissances doivent avoir des centaines, voire des milliers d'années d'avance sur nous, parce que nous sommes loins d'avoir les mêmes capacités.

Dennis Balthaser

L'attitude égotique de nombreux scientifiques, astronomes, et autres déboulonneurs, a prévalu pendant un bon nombre d'années : ils voudraient nous faire croire qu'ils ont toutes les réponses.

Ceux qui s'intéressent sérieusement à l'Ufologie ont constaté que de nombreuses sources fiables ont soutenu l'existence des Ovnis. Comme chaque fois lors de mes recherches, je me dois d'écarter ceux qui ont manqué à mes yeux d'apporter les références nécessaires, ou de fournir des données scientifiques, etc...

Dennis Balthaser sketch

Parmi eux je dois citer Bob Lazar à propos de la Zone 51, Phil Schneider sur la base souterraine de Dulce, au Nouveau-Mexique, le Lieutenant-Colonel Philip Corso, dont l'ouvrage célèbre "The Day After Roswell" manque selon moi de références, Tony Bragalia au sujet de Roswell, et quelques autres.
J'espère que des informations complémentaires feront surface, qui m'amèneront à revoir ma position en ce qui les concerne.

Je vous propose une sélection de citations des sources qui me paraissent les plus crédibles :

"Les OVNIs sont aussi réels que les avions qui survolent votre tête... Je me sens réellement concerné par ce que pourraient être les conséquences, si l'on commençait une guerre intergalactique, et je pense qu'il était de mon devoir d'en parler." - Paul Hellyer, ancien Ministre Canadien de la Défense, 25 septembre 2005, Université de Toronto.

"Le sujet des Ovnis requiert le plus haut niveau de sécurité." - Allen Dulles, Directeur de la CIA, 1955

"Je pense que l'US Air Force ne nous a pas donné toute l'information disponible sur les Objets Volants Non-Identifiés. On ne peut écarter autant de sources incontestables." - John W. McCormack, Président de la Chambre des Représentants, 1965.

"Je pense sincèrement qu'il y a des extraterrestres dans l'espace, et qu'ils visitent notre planète. Ils n'ont peut-être pas la même apparence, mais j'ai le sentiment très fort qu'ils se sont développés bien au-delà de nos capacités mentales." - Sénateur Barry Goldwater, Arizona, 1965

"De nombreuses raisons nous amènent à penser que les Ovnis existent. Des témoins crédibles nous ont apporté des quantités de preuves." - Prince Philip, Duc d'Edinbourgh, 28 mars 1954.

"Bien sûr, il est possible que les Ovnis transportent des aliens, comme beaucoup de gens le pensent, et que le Gouvernement le cache." - Professeur Stephen Hawking

"Le moment est venu de révéler la vérité, par des auditions publiques au Congrès. Dans la coulisse, des officiers de haut-rang appartenant à l'Air Force s'intéressent discrètement aux Ovnis. A cause du secret officiel, et d'une campagne de dénigrement, de nombreux citoyens sont amenés à croire que les objets volants inconnus sont des absurdités." - Vice-Amiral Hillenkoetter, premier Directeur de la CIA, 27 février 1960.

Barry Goldwater
Harry Truman

"Je puis vous assurer que les soucoupes volantes, si tant est qu'elles existent, ne sont pas construites par une puissance terrestre." - Président Harry Truman, 4 avril 1950, Conférence de Presse à la Maison Blanche.

"Dans notre obsession des antagonismes du moment, nous oublions souvent combien tous les membres de l'humanité peuvent être unis. Peut-être avons-nous besoin de quelque menace extérieure universelle pour prendre conscience de ce lien. Je pense parfois combien nos différences de par le monde disparaîtraient si nous avions à faire face à une menace étrangère hors de ce monde.

Encore que, je pose la question : une force étrangère n'est-elle pas déjà parmi nous ? Que pourrait-il y avoir de plus étranger aux aspirations universelles de nos peuples que la guerre et la menace de la guerre ?" - Président Ronald Reagan, 21 Septembre 1987 devant l'Assemblée Générale des Nations-Unies.

"Le phénomène des Ovnis est réel et doit être abordé sérieusement." - Mikhaïl Gorbatchev, dirigeant de l'Union soviétique, 4 mai 1990, journal "Jeunesse Soviétique".

"Parce qu'il y a des milliards de planètes semblables à la Terre, il n'y a aucun doute que la vie existe ailleurs dans l'univers. Nous ne sommes pas seuls dans l'immensité de l'univers." - Albert Einstein

"Je sais que des centaines de pilotes militaires et civils, des contrôleurs aériens, des traceurs de missiles et autres observateurs compétents ont témoigné de leurs observations... Ces Ovnis sont des engins interplanétaires qui observent la Terre de manière systématique, qu'ils soient pilotés ou contrôlés à distance, ou les deux." - Colonel Joseph Bryan, CIA 1960.

"En tant que professionnel je ne peux pas faire de commentaires sur le contact extraterrestre. Cependant, à titre personnel, je peux vous assurer que nous ne sommes pas seuls." - Charles J. Camarda, (Ph.D.), Astronaute de la NASA (mission STS-114).

"Considérant l'immensité de l'univers, il est possible que d'autres formes de vie existent ailleurs, et même des êtres intelligents." - Père José Gabriel Funes, Directeur de l'observatoire du Vatican, 2008

"L'humanité s'est toujours demandé si nous étions seuls dans l'univers. Mais les preuves n'ont été apportées que très récemment. Non, nous ne sommes pas seuls." - Edgar Mitchell, astronaute d'Apollo 14, au National Press Club, 2009

"Il y aurait bien d'autres citations intéressantes à rapporter, de personnages remarquables qui non seulement attestent de la réalité des Ovnis, mais pensent aussi que leurs occupants ne sont pas d'ici.

Charles J.Camarda

Cette série de citations ne changera pas le point de vue des réfractaires, opposés à la possibilité qu'il existe d'autres formes de vie dans l'univers, mais en tant qu'ufologue, j'estime nécessaire de poursuivre la recherche. Ce n'est pas toujours facile, mais ça en vaut la peine si ça permet enfin établir que nous ne sommes pas seuls dans l'univers." - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post

Un article de Nick Pope

février 28th, 2010 Posted in Fevrier 2010 | Commentaires fermés sur Un article de Nick Pope

Nous avons vu que les nouveaux dossiers déclassifiées par le MoD couvrent la période 1994-2000. Dans cet article publié par The Guardian, Nick Pope se montre relativement désabusé quant à leur contenu :

"On a coutume de dire que le meilleur endroit pour cacher un livre est une bibliothèque. La plus récente déclassification des dossiers Ovnis du Ministère de la Défense représente plus de 6.000 pages de documents... donc s'il y avait là-dedans une note disant que le MoD cache une épave de soucoupe dans un des hangars de la RAF, on pourrait bien passer à côté.

Toutefois je pense préférable d'éviter de propager une nouvelle théorie conspirationniste, et je précise qu'il n'y a aucune indication de ce genre parmi les nouveaux dossiers, ni de vaisseau crashé - et j'ai consacré trois ans dans cette branche sur mes 21 années de carrière au MoD.

C'est la cinquième vague de déclassification, dans le cadre d'un programme étalé sur trois ans qui consiste à publier la totalité des documents.

Nick Pope

La décision avait été prise en 2007, pour soulager l'administration de trop nombreuses requêtes FOIA. A une époque, le sujet Ovni arrivait en tête de toutes les demandes sur différents thèmes.

Avatar

Les nouveaux dossiers couvrent la période 1994-2000. Il est intéressant de noter que la série télé "X-Files" était extrêmement populaire à l'époque. Aurait-elle pu influencer les témoins ?

Je ne suis pas de ceux qui feraient un lien entre la science-fiction et les rapports de manifestation d'Ovnis. Si la popularité des X-Files peut avoir conduit certains à s'interroger - à propos des aliens - sur les opérations de couverture menées par le gouvernement, rien ne prouve que les films de SF et les émissions TV puissent influencer les perceptions des gens quand ils sont face à des phénomènes étranges. Considérez par exemple le succès planétaire du film Avatar : s'il y avait un fond de vérité dans cette hypothèse, nous devrions être inondés de rapports signalant des aliens bleus. Or ce n'est pas le cas !

Est-ce que les véritables Mulders et Scullys du MoD ont quelque chose en commun avec les personnages de X-Files ? Pour avoir fait ce travail de 1991 à 1994, je suis au regret de vous dire qu'il est loin d'être aussi palpitant que ce que vous pouvez imaginer.

On ne passe pas son temps à fouiller de sombres entrepôts, armés de pistolets et munis de lampes torches. Ca consiste plutôt à demander aux collègues de la RAF de vérifier des enregistrements radars et à rédiger des lettres polies en réponse aux demandes du public, expliquant que la plupart des Ovnis ne sont au fond que des méprises dues à des objets ordinaires ou des phénomènes naturels.

Ceux qui auront la patience de parcourir ces 6.000 pages de documents doivent s'attendre à un fourre-tout. Il y a énormément d'échanges de courriers entre le MoD et le public, et un grand nombre de supposées observations d'Ovnis ne sont de toute évidence que des signalisations d'avions, des satellites ou encore des météorites. Mais il y a des choses intéressantes.

MoD 2010

Il y a bien sûr cet objet triangulaire au-dessus du domicile de Michael Howard à Folkestone, dont la presse a beaucoup parlé. Mais on relèvera aussi par exemple cet Ovni observé en l'air, à Chelsea FC, par un officier de police, et le contrôleur aérien de Prestwick qui a suivi au radar un objet isolé, qui se déplaçait à une vitesse ahurissante. Plus dramatique est cet incident du 6 janvier 1995, quand un Boeing 737 en approche de l'aéroport de Manchester a failli rentrer en collision avec un Ovni en forme d'aile delta. Le pilote et un officier supérieur avaient rédigé un rapport officiel. Ni le MoD ni les autorités de l'Aviation civile n'ont pu trouver d'explication.

En consultant ces dossiers, on peut se représenter pourquoi le MoD a commencé à se braquer sur le sujet.

MoD 2010

Le point culminant a été atteint le 1er décembre 2009 lorsqu'il s'est finalement désengagé de l'affaire et annoncé qu'il ne mènerait plus aucune enquête sur les observations signalées par le public. Certains des dossiers portent la mention "correspondant récurrent". C'est une manière codée de signifier : "cette personne commence à nous poser problème".

Comme nous le verrons avec les prochaines déclassifications - les dernières interviendront en 2011 -– leur frustration avait atteint son comble lorsque la Loi sur la Liberté de l'Information a commencé d'être strictement appliquée.

On constate un autre signe des tensions au sein du MoD sur ce sujet en lisant la réponse adressée à un correspondant qui prétendait avoir été enlevé par des aliens (il ne s'agit pas que d'Ovnis; il y a dans ces X-Files des témoignages sur d'autres phénomènes mystérieux comme les abductions et les crop-circles).

Cette personne avait écrit en demandant quelle était la politique du MoD concernant les abductions aliènes, et avait souligné que si l'expérience était bien réelle, le MoD n'était alors pas en mesure d'assurer l'intégrité territoriale de l'espace aérien du pays - sa mission essentielle de défense nationale. Après avoir rappelé le rôle du MoD à propos des Ovnis, la réponse assez superficielle disait ceci: "L'enlèvement est un acte criminel, et de ce fait il relève des services de police."

MoD 2010

Ca nous évoque une scène étrange où un agent de police perplexe se penche vers une soucoupe volante posée au bord de la route, pour interpeller le pilote : "Excusez-moi monsieur, mais vous êtiez au-delà de la vitesse autorisée..." - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post