Didier de Plaige

Nouveau-Mexique 1974

Linda Moulton Howe a mis en ligne le rapport complet qu'elle a évoqué 30 novembre 2007 pendant une heure sur la radio C2C, concernant un évènement survenu à Albuquerque, Nouveau-Mexique, le 28 Mai 1974 : "Un disque lumineux en vol stationnaire a été cerné par les militaires, sur le flanc d'une colline dans la Forêt nationale de Cibola."

"En Janvier 2007, j'ai reçu un email d'un habitant d'Albuquerque nommé Paul McKeever, que j'ai finalement rencontré en famille le 4 mars. Il était agé de 8 ans à l'époque des faits. Avec sa mère et sa tante, ainsi que ses deux cousins, il a vu un disque brillant traverser le ciel au moment même où la radio locale 770 KKOB annonçait que la ville était survolée par un engin inconnu. Tous sont rapidement montés dans la voiture pour suivre l'objet qui se déplaçait lentement vers les collines de Sandia."

La Tante de Paul McKeever : "Nous avons avancé aussi loin que possible sur la route goudronnée, ensuite c'était comme une piste formée par le passage des camions dans un champ. Et nous pouvions voir cet objet, environné de lumières très brillantes. C'est alors qu'on nous a arrêtés. Et on nous a intimé l'ordre de faire demi-tour."
La Mère : "Immédiatement !"
Paul : "Oui, le type était très nerveux."
La Tante : "Il n'y avait pas moyen de discuter."
Paul : "Il était très déterminé, mais nous étions assez près de l'objet. Suffisamment pour bien l'observer. Nous pouvions voir que des gens l'entouraient."
La Mère et la Tante : "Des soldats... c'étaient des militaires."
Paul : "Il y avait des soldats tout autour, et ils avaient établi un périmètre de sécurité. Les soldats formaient un cordon assez serré.
La Tante : Et ils étaient armés."
Paul : "Oui, ils avaient des M-16, et ils faisaient face à l'objet qui brillait intensément. Ce qui m'a semblé particulier, c'est que ça se situait en bas de la pente. Mais la chose était bien horizontale. On ne pouvait rien distinguer en-dessous. Il était stationnaire. Il aurait pu être posé au sol, mais ça m'a surpris de voir qu'il était à l'horizontale."
La Tante : "Il y avait des rochers un peu partout."
La Mère : "Oui, il n'était pas aligné avec la pente."
Paul : "Il était stationnaire, sans support d'aucune sorte..."
La Tante : "Non, on ne voyait rien en-dessous."
Paul : "Et il était très brillant, il éclairait toute la zone. Les militaires avaient parqué un camion de 2,5 tonnes, la bâche était démontée, et il y avait un projecteur sur le plateau. Ils fouillaient dans les buissons et autour des rochers, et à proximité du disque. Mais les soldats nous tournaient le dos. Ils étaient à quelque distance de l'engin. Ils ne s'en approchaient pas, restaient en retrait. A droite de l'objet, par rapport à notre position, il y avait plusieurs véhicules, et d'autres militaires."

llustration © 2007 par le témoin Paul McKeever.

Paul : "Le seul qui n'était pas militaire était celui qui nous avait arrêtés. Il portait un uniforme de la police du Nouveau-Mexique, et je me souviens que sa voiture était blanche et noire. Pendant tout ce temps l'objet continuait de briller. Et il nous a obligés à faire demi-tour. Nous sommes partis sans discuter."
La Mère : "Il y avait une rangée de voitures derrière nous. Je dirais qu'il y avait six voitures derrière."

LMH : "Ca faisait penser qu'une opération militaire était en cours ?"
Tous : "Oh, oui !"
Paul : "Ils étaient arrivés avant nous, ce qui veut dire qu'ils avaient suivi l'objet depuis le début parce qu'il ne s'était pas passé beaucoup de temps entre le moment où nous l'avions vu pour la première fois et notre arrivée sur les lieux - environ 15 à 20 minutes."
La Tante : "Ca ressemblait à ça. Et je crois me souvenir que j'ai vu arriver d'autres véhicules militaires."
La Mère : "Oui, c'est ce que j'ai pensé également."
La Tante : "Il y avait beaucoup de militaires sur place, mais d'autres arrivaient. Il n'y avait que des militaires, et nous étions très près."
La Mère : "Très près - bien plus près que nous aurions du l'être." (rires)
La Tante : "Je n'aurais pas imaginé que nous puissions nous approcher d'aussi près avant d'être arrêtés."
La Mère : "Nous étions très près !" (rires)
Paul : "Oui, parce qu'ils n'avaient qu'un seul gars pour s'occuper des curieux, et c'était le policier."

LMH : "Vous m'avez dit que le disque mesurait environ 13 mètres (40 pieds) de diamètre ?"
Paul : "Oui, environ 40 pieds, à en juger d'après la taille des militaires qui étaient autour de l'engin. Et 3 à 4 mètres d'épaisseur. Le disque était un peu plus épais que la taille des hommes, mais pas tellement plus."

Une rencontre organisée ?

LMH : "Est-ce que ces circonstances pourraient faire penser qu'il s'agissait d'une rencontre avec les militaires plutôt qu'un crash ?"
Paul : "Eh bien, à la façon dont les soldats entouraient l'objet, avec leur projecteur et tout le reste, on n'aurait pas dit qu'ils s'attendaient à ça. En ce qui me concerne, je me demande si quelquechose n'avait pas été désactivé."
La Mère : "Les militaires avaient bien une raison pour arriver si rapidement sur place. C'est difficile à dire."
Paul : "Ce qui est surprenant c'est qu'ils aient déployé tout ce matériel aussi vite. Je me suis demandé s'ils avaient constitué un groupe pour intervenir dans un cas de ce genre. Comment, sinon, peut-on rassembler tout cet équipement, et mobiliser tous ces gens en si peu de temps ?"
La Tante : "Il avaient l'air d'être en train de monter la garde, comme s'ils attendaient l'arrivée de quelqu'un, ou de quelque chose, qui pourrait en sortir."
La Mère : "Ou de quelqu'un qui leur dirait quoi faire !" (tous rient)
Paul : "Ils étaient vraiment sur le qui-vive. Vous savez, quand j'ai fait mon service, et qu'on devait monter la garde devant quelque chose, nous lui tournions le dos. Là, ce n'était pas comme si c'était une chose à nous. Ils étaient placés tout autour comme si ils devaient le contrôler, si vous voulez, parce que si c'était à nous, ils auraient été tournés vers l'extérieur."

llustration © 2007 par le témoin Paul McKeever.

LMH : "Comment se fait-il, selon vous, que toute cette affaire n'ait pas été largement diffusée ?"
Paul : "Je suis certain que si le gouvernement voulait calmer le jeu, il enverrait probablement quelqu'un pour parler aux responsables de la radio, de la TV et des journaux, qui leur dirait de garder le silence, parce qu'il n'y avait rien aux infos. Rien dans la presse ni à la radio le lendemain, ni même dans les jours qui ont suivi. C'est comme s'il ne s'était rien passé."
La Tante : "Comme s'il ne s'était rien passé."
La Mère : "On se demande pourquoi les autres personnes, qui étaient dans ces voitures, ne se sont jamais fait connaître. Mais nous non plus !" (rires)
Paul : "Oui, J'ignore si quelqu'un a pris contact avec eux pour leur demander de se taire, ou si c'est pas peur du ridicule ?? Quoi d'autre ?"
La Mère : "Nous étions réellement intimidés parce que nous n'avons même pas posé de questions. Quand on nous a demandé de partir, nous avons immédiatement fait demi-tour et nous sommes rentrés directement à la maison."
LMH : "Qu'est-ce qui vous a décidé à me contacter, en 2007 ?"
Paul : "J'avais cette curiosité en moi. Je me demandais si on pourrait retrouver d'autres personnes sur le web, qui auraient vu la même chose. J'étais curieux de connaître leur avis et leur perception au sujet de cet évènement."
LMH : "Sandy et Rebecca, vous étiez de jeunes adultes à l'époque. Est-ce qu'il vous est arrivé d'évoquer cet incident avec d'autres personnes, pour savoir si elles avaient été témoins ?"
La Mère : "Non, c'est même assez étrange."
La Tante : "Seulement la famille.."
La Mère : "Exact. Seulement la famille. Je n'en ai jamais parlé à personne en-dehors de la famille."
LMH : "Pouvez-vous expliquer pourquoi ?"
La Mère : "Non, je ne sais pas. Et même en famille, nous en avions assez peu parlé."
LMH : "Pensez-vous que c'est parce que vous êtiez vraiment effrayés?"
Paul : "Ce n'est pas facile à raconter. On n'a pas envie que les gens..."
La Mère : "...que les gens pensent qu'on est dérangés."
Paul : "..qu'on est dérangés, ou bizarres, dans ce genre-là. Mais des années plus tard, j'en suis arrivé au point où ça n'a plus d'importance pour moi."

Paul, sa mère et sa tante, sur les lieux de l'évènement de 1974

En conclusion Linda Moulton Howe relève que le comportement des militaires est conforme aux directives du Manuel SOM1-01... Elle conclut : "Dix ans auparavant, le 25 avril 1964, il est possible qu'une rencontre ait été organisée entre des Entités Biologiques Extraterrestres, des EBENs, et des militaires Américains sur la base Air Force de Holloman près de White Sands Missile Range, au sud de Albuquerque. Voir mon livre 'An Alien Harvest'."

L'enquêtrice relève par ailleurs que toute la région est considérée comme une zone sensible. "Peu de gens savaient à l'époque que Coyote Canyon, dans les Montagnes de Manzano, à l'est de Albuquerque, et non loin de Chilili, servait de voie d'accès à la zone hautement protégée où étaient entreposées des armes atomiques sous la garde de l'E.R.D.A. (U. S. Energy Research and Development Administration). Ca comprend le Site de destruction des explosifs de Lurance Canyon, l'entreposage des Electro-Explosifs, et des aménagements pour tester les Cables aériens. Est-ce que cet emplacement stratégique aurait attiré l'attention de ces disques aliens ? La base Air Force de Kirtland est reliée à ces emplacements."

Linda Moulton Howe mentionne également la récupération d'un disque le 17 mai 1974 à Chilili, onze jours plus tôt dans cette même région, et cite Ufologie.net : "Une équipe de l'Air Force aurait récupéré un disque métallique de 20 mètres de diamètre, pour l'emporter vers Kirtland AFB (Albuquerque)." (http://ufologie.net/htm/crashes.htm). On peut alors se demander si la visite du 28 mai, sur la colline de Sandia, était en rapport avec le crash du 17..

Un autre témoin qui se rapporte à l'affaire d'Albuquerque de Mai 1974, a été retrouvé par Linda Moulton Howe :
"Le NICAP (National Investigations Committee On Aerial Phenomenon), avait publié l'information dans son bulletin "UFO INVESTIGATOR" daté de Juillet 1974." L'enquêtrice a interviewé l'enquêteur Randal Hecker qui s'était occupé de cette affaire. Il est maintenant retraité et vit à Gunnison, dans le Colorado.

Source

"UFO INVESTIGATOR", bulletin du NICAP - Juillet 1974 - page 3

Mr. Hecker a commencé cette interview en rappellant des évènements qui lui ont été rapportés par une source de la base Air Force de Kirtland, et qui se situent avant le 28 mai 1974.

17 Mai 1974

LMH - "Pouvez-vous revenir sur cet épisode, et le crash suivi d'une récupération à Chilili, dans les Montagnes Manzano, par les gens de la base Air Force de Kirtland ?"
Mr Hecker - "J'ai travaillé avec plusieurs personnes à Kirtland AFB et sur la Base de Sandia - sans avoir à être identifié nommément (confidentiellement). Je m'étais engagé à ne jamais révéler leurs noms, et j'ai tenu parole. De ce fait, il m'ont communiqué des informations. L'une de mes sources m'a dit qu'un objet s'était crashé à l'ouest de Chilili autour du 17 Mai 1974, et que les personnels de Kirtland AFB l'avait récupéré. Le disque a été rapporté à Kirtland AFB, suspendu sous deux hélicoptères par de longs cordages."
LMH - "Ils ont du procéder de nuit ?"
Mr Hecker - "Oui, la récupération a eu lieu de nuit."
LMH - "Avez-vous été informé, directement ou indirectement, de l'heure du crash et de sa cause ?"
Mr Hecker - "Si je me souviens bien, ça s'était passé l'après-midi. Il avait été accroché au radar. Les hélicoptères de l'Air Force sont intervenus très rapidement après le crash. Une source m'a raconté qu'il y avait une anomalie magnétique dans les Montagnes Manzano, ce qui avait perturbé plusieurs disques à l'époque.
Les militaires avaient pris le contrôle d'anciennes mines d'or dans les Montagnes Manzano - beaucoup d'or avait été extrait de cette montagne. Le gouvernement était intervenu pour exproprier tout le monde, et avait créé un dépôt d'armes nucléaires à cet endroit. Mais ils se sont agrandis, et une grande partie du centre de tests de Coyote est en sous-sol. J'en ai vu une partie depuis le ciel. C'est immense ! Et il y a beaucoup de choses à Coyote Canyon qui sont hautement classifiées."
LMH - "Et il pourrait s'y trouver un ou deux disques récupérés ?"
Mr Hecker - "Absolument. Il y a une porte horizontale que j'ai pu voir d'en haut à deux reprises. Elle fait au moins 50 mètres de diamètre. Ils disent que ça sert à tester les lasers."
LMH - "A quoi peut leur servir une porte de 50 mètres pour le test des lasers?"
Mr Hecker - "Je n'en ai aucune idée."

19 Mai 1974

Mr Hecker - "Une manifestation Ovni avait commencé autour du 19 Mai 1974, impliquant douze objets lumineux qui étaient passés du sud au nord au-dessus d'Albuquerque. Ils n'étaient pas brillants, mais c'étaient des objets circulaires qui avaient fait réagir un détecteur magnétique en passant au-dessus de la zone nord-est de Albuquerque. Mon informateur, en entendant s'arrêter le détecteur magnétique, est sorti pour observer et il a vu les objets passer au-dessus de lui."

28 Mai 1974
LMH - "OK, venons-en au 28 Mai 1974. Pouvez-vous nous raconter les évènements ce matin-là, qui ont été rapportés dans UFO INVESTIGATOR ?"
Mr Hecker - "Vers 2 heures du matin, un homme rentrait chez lui après un travail tardif, dans son appartement près des collines de Sandia, qui faisait face à l'est. Il s'est demandé quelle était cette lumière qui éclairait sa fenêtre par le haut. Il a pensé au début que ça devait être l'avion de la Police qu'ils appellaient le '505'. Alors il s'est levé pour regarder au-dehors. Mais au lieu d'un avion, il a vu un objet immense dans le ciel. Il est sorti devant la maison, et il l'a vu descendre vers les collines de Sandia, où il y est resté un long moment. Il n'a vu personne dans les alentours. Ni personne se rendre sur place. Mais il a déclaré que l'objet était resté au sol pendant environ 90 minutes avant de se diriger vers le sud.
Par la suite, après le lever du soleil, un objet volant qui évoquait 'la tranche d'une pièce de monnaie', a été vu par une femme qui faisait la vaisselle. Elle a appellé son mari, et ensemble ils ont observé l'objet volant. L'objet s'est déplacé vers le nord, puis vers l'est en suivant le Canyon Tijeras (non loin de Chilili et du Coyote Canyon). Pendant tout ce temps, ils n'ont rien entendu d'inhabituel. Il n'y a pas eu d'autre avion en l'air à ce moment-là pour le prendre en chasse."
LMH - "Ils disent avoir vu l'objet tourner sur lui-même..."
Mr Hecker - "Oui. Puis l'objet a suivi la I-40 (qui passe entre les Montagnes de Sandia et de Manzano)."
LMH - "Ca viendrait corroborer le témoignage des McKeever, déjà rapporté ici..."
Mr Hecker - "Oui"
LMH - "Est-ce que le disque se trouvait dans les parages parce qu'il était censé participer à une rencontre avec les militaires ou quelqu'un de Kirtland AFB, comme en Avril 1964, à Holloman AFB, au Nouveau-Mexique ?"
Mr Hecker - "C'est quelquechose que je ne suis pas en mesure de confirmer, mais une de mes sources militaires à l'époque m'a parlé d'un objet, réalisé par rétro-conception, après la récupération d'un crash. Ils l'avaient surnommé 'Big Blue'. Ils l'utilisaient à Kirtland AFB pour former les jeunes pilotes."
LMH - "Vous voulez parler de pilotes américains ?"
Mr Hecker - "J'ai demandé à ma source si c'étaient des extraterrestres qui s'étaient posés à cet endroit. Il m'a répondu : "Non, ce sont des gars de l'Air Force."
LMH - "Paul McKeever a raconté que des gardes avaient formé un cordon de sécurité, qu'il étaient armés de M-16, et entouraient l'objet en lui tournant le dos.. Ca ne ressemble pas à votre 'Big Blue'."
Mr Hecker - "Non, en effet, et il se peut qu'il s'agisse de différents évènements."
LMH - "Alors vous n'avez peut-être pas d'autres éléments à nous apporter concernant le 28 mai à 21 heures ?"
Mr Hecker - "Le témoin auquel j'ai parlé a précisé qu'il était 2 heures du matin. Alors, ils pourrait s'agir d'un événement à répétition (des disques qui se manifestent dans les Sandias depuis très tôt le matin du 28 mai 1974.)"
LMH - "Est-ce que le disque de 2 heures du matin était également lumineux et en sustentation ?"
Mr Hecker - "Oui."
LMH - "Où est-il allé après avoir redécollé ?"
Mr Hecker - "Il s'est dirigé vers le sud, sans prendre d'altitude, jusqu'à la sortie d'Albuquerque, et il est passé au-dessus des Montagnes Manzano, où se trouvent les installations nucléaires (dans le Coyote Canyon)."

Un autre témoignage complémentaire

Sur Coast to Coast, Linda Moulton Howe avait lancé un appel à témoins sur l'incident du 28 mai 1974 à Albuquerque, Nouveau-Mexique. C'est ainsi qu'elle a pu recueillir deux nouveaux témoignages. L'un d'eux préfère se faire appeler 'Bobby Morales'. Il avait 14 ans à l'époque, et jouait dans le parc de Los Altos.

"Je rentrais d'un entrainement au base-ball. Il était presque 19 heures. Je regardais le ciel vers Sandias et les Manzanos, et j'ai vu ce grand disque qui se dirigeait vers le nord. Ses deux surfaces arrondies étaient brillantes et je pouvais distinguer comme des raies horizontales, avec une zone métallique au milieu. Au début, il avait plutôt la forme d'un oeuf, mais c'était clairement un disque.

Je l'ai fixé pendant une dizaines de secondes, ensuite j'ai couru vers la maison. Je voulais en savoir plus à ce sujet, aussi j'ai téléphoné à un ami qui a sauté dans sa camionnette, et il est arrivé en quelques minutes.

Nous nous sommes dirigés vers Lomas, une zone que nous connaissions bien. En arrivant, nous avons remarqué qu'il y avait une activité intense sur place, comme nous n'en avions jamais vu à cet endroit. Nous avons continué sur la bande de terre, jusqu'à nous trouver 30 secondes plus tard devant des militaires en tenue de camouflage qui nous ont déclaré que la zone était bouclée et que nous devions repartir sur le champ."

Dessin de Bobby Morales

"J'avais donc 14 ans et mon copain en avait 15, il venait d'obtenir son permis de conduire, aussi nous avions très peur ! Il était plus inquiet que moi, et nous nous sommes dirigés vers Tramway, et les militaires pouvaient voir nos feux arrières. Mais nous avons continué à monter – il y avait un petit chemin parallèle à Tramway.

Quelques centaines de mètres plus loin, nous avons vu un objet brillant qui se trouvait là. On n'en voyait que la partie supérieure. Je savais que c'était lui, parce qu'il brillait intensément !

C'est alors que nous nous sommes disputés, parce que je voulais continuer. J'ai du sauter de la camionette, et il m'a planté là en faisant demi-tour. J'étais vraiment effrayé. Il craignait sans doute pour son permis de conduire tout neuf, et c'était le véhicule de son grand'père...

J'ai escaladé la colline, mais je me suis trouvé face à deux militaires qui m'ont ébloui avec leurs torches. Ils avaient des armes à la ceinture, et paraissaient assez nerveux. Ils m'ont donné l'ordre de m'en aller, et j'étais très impressionné. J'ai aussitôt fait demi-tour, et j'ai couru sans m'arrêter jusque chez moi. Arrivé là, j'ai du raconter une histoire pour justifier mon retard.

Plus tard, dans mon lit, j'ai écouté la radio 770 KKOB-AM, et ils ont parlé un peu de cet événement, mais sur le ton de la plaisanterie. Mais je savais qu'ils racontaient n'importe quoi."