Didier de Plaige

Drones – Explications d’Isaac

Source

Explication des récentes observations des étranges engins


Juin 2007

"J'ai travaillé pour ce que nous nommions le programme CARET dans les années 80. A cette époque, le travail portait sur un bon nombre des technologies qui sont clairement exposées dans les récentes observations de drones ou d'étranges vaisseaux, plus particulièrement le "langage" et les diagrammes qui sont visibles en-dessous de chacun de ces engins. Ce qui va suivre est un texte de présentation sur ce que je suis, ce que je sais, et en quoi consistent (probablement) ces manifestations.

La publication de ces photos m'a convaincu de diffuser au moins quelques-unes des nombreuses photographies et des photocopies que je possède encore vingt ans plus tard, qui peuvent permettre de comprendre en large part de quoi il s'agit. Certains éléments se trouvent donc publiés ici. Ce sont des documents scannés en haute résolution, que je vous offre gratuitement, A CONDITION QU'ILS NE SOIENT MODIFIES EN AUCUNE FACON ET RESTENT ASSOCIES AUX EXPLICATIONS CI-DESSOUS.

J'essaye également d'établir le contact avec les témoins qui se sont manifestés jusqu'ici, à savoir Chad, Rajman, Jenna, Ty, et le témoin du Lac Tahoe (particulièrement Chad). J'ai des conseils à leur donner, qui pourraient leur être utiles pour comprendre ce qu'ils ont vu, et quelques recommandations à leur faire à propos de ce qu'ils savent. Si vous êtes l'un de ces témoins, ou si vous pouvez me mettre en rapport avec eux, veuillez prendre contact avec Coast to Coast AM et passez-leur le message.

Vous pouvez me nommer Isaac, c'est un pseudo que j'ai choisi pour me protéger en diffusant une information extrêmement sensible, selon les normes en cours aujourd'hui. Mon gouvernement a ses raisons de maintenir le secret sur ces informations et je peux en partie les comprendre.

Mais j'avance en âge, et je souhaite décharger ma conscience avant de quitter ce monde. Depuis plusieurs années, j'ai envisagé de publier une bonne partie des archives que je possède, mais les photos et les manifestations récentes m'ont poussé à le faire maintenant.

Dans les années 80, j'ai travaillé à Palo Alto pour un programme nommé CARET, qui signifie 'Commercial Applications Research for Extraterrestrial Technology'.

A cette époque, j'ai travaillé sur tous les aspects technologiques qui apparaissent sur les photos, en particulier le 'langage' et les diagrammes qui sont visibles sous ces étranges engins. Je vous propose d'examiner un certain nombre de photos et de documents.

Laissez-moi commencer par préciser que je n'ai jamais vu l'un de ces engins en entier, comme nous les montrent les photos des témoins. Je n'ai jamais vu non plus des aliens s'activer autour. Cependant, j'ai travaillé sur ces pièces, dont quelques-unes figurent sur la Revue d'Inventaire Q3-85.

Le plus important, c'est que je connais bien le 'langage' qui apparaît sur les photos de Chad et Rajman, et sous une autre forme, sur les images de Big Basin.

Je peux vous expliquer la raison de leur présence. Ces engins existent probablement sous cette forme depuis des décennies, et je peux vous assurer que leur technologie pré-existait depuis bien plus longtemps encore. En fait, le 'langage', (je vais vous expliquer pourquoi j'utilise les guillemets) fut au centre de mon travail pendant toutes ces années. Je vais y revenir.

En fait, ces engins sont dotés d'une technologie qui permet de les rendre totalement invisibles. C'est une fonctionnalité qui peut être commandée depuis l'engin, et à distance. Ce qui nous intéresse dans ce cas, c'est que d'autres technologies, comme une émission radar à proximité, peuvent perturber cette fonction. La description du témoin de Big Basin correspond bien à un incident de ce genre.

Ces manifestations se produisent en Californie et en particulier dans la région de Saratoga/South Bay, parce que ce n'est pas loin de Mountain View/Sunnyvale, où se trouvent le terrain d'aviation de Moffett et le Ames Research center de la NASA. Mais je pense que ces perturbations étaient involontaires. Dieu sait ce qu'il pouvait y avoir d'autre dans le ciel à ce moment-là, et qui d'autre a pu le voir. Je connais au moins un autre exemple de dysfonctionnement. La seule différence est qu'aujourd'hui de nombreuses personnes disposent d'un appareil photo !

Cette technologie et le dispositif de commande à distance ne sont pas terrestres. Du moins ils ne l'étaient pas dans les années 80. Je n'ai jamais bien compris pourquoi on nous avait donné cette technologie. Nos expérimentations sur ce matériel ont causé bien des incidents, parfois grâves. Je suis certain que la plupart des crashes d'Ovni(s) - si ce n'est en fait tous les accidents - ont été dus à notre absence de maîtrise de ces technologies extrêmement puissantes. En réalité, tous ces engins sont fiables, à moins qu'un dispositif plus puissant ne vienne perturber leur fonctionnement (de manière intentionnelle ou involontaire). Je vais maintenant vous expliquer comment je suis au courant de ces choses."

Le Programme CARET

"Au sortir de l'Université j'ai travaillé pour différentes compagnies, puis on m'a proposé un poste au sein du Département de la Défense, et les choses ont pris un tour nouveau pour moi. J'ai fait mes preuves, et mérité la confiance. En 1984, mes qualités et mon bagage technique m'ont permis d'être sélectionné pour intégrer un nouveau programme, qui se nommait 'CARET'. A cette époque, l'industrie privée de la Silicon Valley avait effectué des percées technologiques spectaculaires, ce qui n'avait pas manqué d'attirer l'attention du gouvernement US et des militaires. Je n'ai pas de connaissances particulières concernant Roswell ni d'autres évènements ufologiques, mais je sais que les militaires faisaient des efforts considérables pour essayer de comprendre et utiliser les artefacts extra-terrestres qui étaient en leur possession. Bien qu'ils aient beaucoup progressé, les choses n'avançaient pas aussi vite qu'ils l'auraient voulu. Aussi, en 1984, le programme CARET fut lancé dans le but d'utiliser les capacités de l'industrie privée de Silicon Valley en vue d'une maîtrise accélérée de la technologie extra-terrestre.

L'un des meilleurs exemples de développement dans le secteur technologique était Xerox PARC, un centre de recherche fondé à Palo Alto, Californie, qui fut responsable des avancées les plus remarquables en informatique, en rassemblant des ingénieurs de très haut niveau.

XPARC a été l'un des modèles de la première mouture du programme CARET, lorsqu'on a établi le Laboratoire de Palo Alto (PACL, qu'on surnommait affectueusement 'packle' à l'époque). C'est là où j'ai travaillé, avec un grand nombre d'autres civils, sous la supervision des militaires qui s'étonnaient de voir le secteur privé se développer si rapidement. Nous étions environ une trentaine a être passés par le Département de la Défense. D'autres venaient de chez IBM et deux de chez XPARC. Mon passage au DoD m'avait qualifié pour occuper des fonctions de responsabilité, et c'est pourquoi j'ai pu disposer de tout ce fond d'archives.

Et c'est ainsi que des civils, parce qu'ils avaient travaillé pour le DoD, sans avoir particulièrement reçu la formation militaire, ont été amenés à manipuler des matériels extra-terrestres dont la classification était extrêmement élevée. Naturellement, nous avions été formés pendant deux mois avant d'être en situation de voir des specimens et de travailler sur cette technologie, et ils avaient pris toutes les mesures nécessaires pour nous convaincre qu'il était en leur pouvoir d'aller déterrer nos ancêtres pour leur faire subir les pires sévices au cas où nous aurions été tentés de laisser fuiter le moindre détail de l'opération. On avait l'impression qu'il y avait un garde armé dans chaque recoin du labo. Je ne pensais pas tenir deux semaines dans ces conditions, mais ça s'est arrangé. Ils ne voulaient personne d'autre que nous, et parce qu'il avaient vu tourner le secteur industriel, c'était au point que nous avions pratiquement carte blanche.

Bien sûr, les choses ne sont pas aussi simples avec les militaires, et ils voulaient aussi leur part du gâteau. C'est-à-dire qu'ils souhaitaient apprendre notre savoir-faire, mais ils avaient aussi leur propre approche, et ça générait des situations conflictuelles.

Il est particulièrement difficile d'évoquer l'impact que cette révélation avait eu dans nos esprits. Il y a de rares moments comme ça, dans la vie, où votre vision du monde se trouve renversée. Je me rappelle cet instant si particulier, pendant la séance préparatoire, où j'ai réalisé ce qu'on venait de nous dire, et qu'il s'agissait bien de ça, que ce n'était pas une blague bon marché. Rétrospectivement, je sais que je l'ai vécu comme au ralenti, quand il marqué une pause juste avant de lâcher pour la première fois le mot 'extra-terrestre', toute la pièce semblait se décomposer pendant que tous ensemble nous étions en train de réaliser ce qui venait d'être dit.

En face de nous se trouvait un digne représentant de l'autorité, qui venait de nous déclarer quelque chose que nous ne nous sentions peut-être pas prêts à entendre, il venait de nous transmettre un fardeau mental que nous n'avions peut-être pas envie de porter. La première fois que vous entendez ce mot, vous vous demandez comment était votre propre monde quelques secondes auparavant, tout en sâchant que votre vie ne sera plus jamais aussi simple qu'elle l'était avant cet instant. Après toutes ces années passées au DoD, je pensais avoir une vision assez correcte de l'état du monde, mais on ne m'avait jamais soufflé un mot sur ce sujet. Je développerai sans doute un jour cet aspect des choses, parce qu'il faut que je m'en libère l'esprit.

Contrairement aux autres recherches dans ce domaine, nous n'étions pas en train de développer de nouveaux jouet pour l'Air Force. Pour de nombreuses raisons, les gens du CARET avaient décidé de consacrer leurs efforts aux applications commerciales et non pas militaires. A la base, disposant de ces artefacts, nous étions chargés d'en dériver des inventions brevetables qui auraient une valeur à la revente. L'une des missions principales de CARET était de générer des revenus à partir des technologies transférables qui pourraient en découler, dans le but de financer d'autres programmes secrets. Le fait d'avoir comme objectif une telle application commerciale était aussi un moyen d'entretenir chez nous une motivation rationnelle. Le fait de développer une technologie pour les militaires, c'est autre chose que de travailler pour le privé, mais ne pas avoir à faire la différence était aussi un autre moyen de resituer CARET dans le monde des entreprises.

PACL était situé dans Palo Alto, mais n'avait pas la visibilité de XPARC. PACL avait pour couverture un complexe de bureaux, entièrement contrôlé par les militaires, mais l'apparence extérieure était celle d'un entreprise technologique vivotante. Tout ce qu'on pouvait voir depuis la rue, c'était une zone de parking et un planton. Au fonc, un bâtiment d'un seul étage avec une plaque et un logo fantaisistes. Mais derrière la première rangée de portes, il y avait assez de gardes armés pour envahir la Pologne, et cinq niveaux sous-terrains.

A l'intérieur, nous avions tout le matériel nécessaire. Des ordinateurs perfectionnés et 200 ingénieurs informatiques, formés dans les domaines électrique, mécanique, des physiciens et des mathématiciens. La plupart d'entre nous étaient des civils, comme je l'ai dit, mais il y avait quelques militaires, et certains avaient déjà apprôché cette technologie.

Je n'ai jamais vu un extra-terrestre (pas même en photos), et personne n'a eu l'occasion de voir l'un de leurs vaisseaux complet. 99% de ce que j'ai vu n'était relatif qu'à mon travail, et nous n'avions à disposition que des éléments précis de tel ou tel artefact. J'ai appris le 1% restant de ceux que j'ai rencontrés dans le cadre du programme, de ceux qui travaillaient sur "le bon matos", ou qu'il y avaient eu accès par le passé.

En fait, une chose nous amusait beaucoup dans ce contexte, c'est que les responsables militaires faisaient pratiquement en sorte de se comporter comme si la technologie, sur laquelle nous faisions de la rétro-conception, n'était pas du tout extraterrestre. A part le terme 'extraterrestre', nous avions rarement l'occasion d'entendre des mots comme 'alien', 'Ovni', 'confins de l'espace', etc... Ces aspects n'étaient que brièvement mentionnés quand c'était absolument nécessaire pour expliquer quelquechose. Dans bien des cas il était utile de différencier les races et leurs technologies particulières, mais ils n'utilisaient pas le terme 'races'. Ils parlaient de 'sources'."

La Technologie

"Une large part de la technologie sur laquelle nous avons travaillé, vous vous en doutez, était l'antigravité. La plupart des chercheurs de l'équipe qui avaient une formation dans les domaines de la propulsion et des fusées étaient des militaires, mais cette technologie était tellement hors-normes que le bagage comptait peu. Au mieux nous utilisions le vocabulaire de notre spécialité pour tenter de modéliser des nouveaux concepts très exotiques et nous progressions lentement. Un ingénieur de lancement ne fréquente pas souvent une pointure informatique, mais dans le cadre de PACL, nous étions tous bluffés et nous devions jongler avec toutes sortes d'idées nouvelles et audacieuses.

Les physiciens ont réalisé la percée initiale, pare qu'ils était les mieux à même d'entrevoir les concepts derrière cette technologie. Ensuite, nous avons commencé à découvrir que bien des concepts relevant de la science informatique étaient applicables, mais souvent de manière dérivée. Bien que je n'aie pas beaucoup travaillé sur le matériel d'antigravité, il m'arrivait d'être impliqué dans l'évaluation des possibilités d'interface de cette technologie avec son utilisateur.

L'antigravité était bien sûr une cause d'émerveillement, tout comme nos avancées dans la découverte des matériaux, et ainsi de suite. Mais ce qui m'avait fasciné le plus, et que je trouve encore extraordinaire aujourd'hui, n'était pas directement relié à l'antigravité. En fait c'est cette technologie particulière qui m'a tout de suite frappé quand j'ai vu les photos de Chad et Rajman, et plus encore celles de Big Basin."

Le "Langage"

"Je place le terme entre guillemets parce que c'est un terme impropre pour ce que je vais vous décrire.

Leur matériel ne fonctionnait pas vraiment comme le nôtre. Selon notre technologie, encore aujourd'hui, tout ce qui fonctionne sur notre planète est une association de matériels et de logiciels. Le logiciel est la partie abstraite, mais il est inutile sans un support matériel. En d'autres termes, un logiciel rédigé sur un bout de papier, posé sur une table, ne fera rien par lui-même. Le code le plus puissant du monde est totalement inopérant s'il n'a pas un support matériel pour l'interpréter et traduire ses instructions en actions.

Mais leur technologie est différente. Elle fonctionne vraiment comme le bout de papier magique posé sur la table, c'est une image pour vous expliquer. Ils disposent d'une sorte de langage, qui est capable de s'auto-exécuter, du moins en sous l'action d'un champ très spécifique. Le langage, un terme que j'utilise par approximation, est un système de symbôles (qui néanmoins se présente pour nous comme une écriture), associés à des formes géométriques et des dessins, qui s'imbriquent pour former des diagrammes, lesquels deviennent fonctionnels. Lorsqu'ils sont représentés, pour ainsi dire, sur une surface adéquate, faite du matériau approprié, et sous l'action d'un certain type de champ, ils commencent immédiatement à éxécuter les tâches prévues. Ca nous a semblé totalement magique, même après que nous ayons commencé à comprendre les principles de fonctionnement.

J'ai travaillé sur ces symbôles bien davantage que sur toute autre chose, durant mes années passées chez PACL, et je les ai tout de suite reconnus sur les photos. Ils apparaissent sous une forme très simplifiée sur l'engin de Chad, mais le diagramme est plus complexe sous celui de Big Basin. On ne peut pas passer à côté, même sur l'image réduite de Big Basin. Un exemple de diagramme dans le style de l'engin de Big Basin se retrouve sur l'une des pages scannées que je mets à votre disposition, improprement titrée "Linguistic Analysis Primer". Nous avons eu besoin de le recopier très précisément, et ça nous a pris un mois, alors que nous étions six personnes à travailler dessus, avant d'y parvenir !

Il faudrait plusieurs volumes pour vous expliquer tout ce que j'ai appris de cette technologie, mais je vais faire de mon mieux pour détailler au moins certains des concepts.

Pour commencer, ce n'est pas comme si on ouvrait une de nos machines pour y trouver un Processeur par-ci, un concentrateur par-là, et de la mémoire encore ailleurs. Leurs appareils sont parfaitement constitués d'un seul bloc. D'un seul tenant. Mais en y regardant de plus près, on réalise qu'il s'agit d'un grand calculateur holographique divisible - chaque 'élement d'agencement' (comme une particule isolée) peut fonctionner de manière indépendante, mais ils sont faits pour pour fonctionner dans des associations en grappes immenses. J'ai parlé d'holographie parce qu'il est possible de les diviser en des parties infiniment petites et néanmoins vous aurez une représentation à plus petite échelle du système complet. En groupe, ces machines produisent en sortie un ordonnancement non-linéaire. C'est ainsi que si 4 éléments travaillent ensemble, la puissance totale sera supérieure à 4 fois celle de l'unité. La plus grande part de la 'matière' interne qui constitue leurs engins (c'est-à-dire tout ce qui n'est pas l'habitacle) est fait de ces composites, et contribue à la fonction de calcul - à tout instant et dans n'importe quel état. La forme de ces 'composants' joue également un grand rôle dans sa fonctionnalité, et sert souvent de 'raccourci' pour résoudre une tâche qui autrement serait plus compliquée.

Revenons au "langage". En fait le langage est un 'schéma directeur fonctionnel'. Les formes des contours, les symbôles, et les dispositions sont fonctionnels par eux-mêmes. Le plus difficile à comprendre est que chaque élément de chaque 'diagramme' est dépendant et relié à chacun des autres éléments, ce qui signifie que le plus petit détail ne peut être créé, ajouté, soustrait, ou modifié, indépendamment de l'ensemble. Les humains apprécient le langage écrit parce que chaque élément du langage peut être compris isolément, et celà permet de construire des expressions compliquées. Cependant, leur 'langage' est entièrement relatif au contexte, ce qui veut dire que chaque symbôle ne représente qu'un bit d'information dans un contexte, ou bien, littéralement, peut renfermer tout le génôme humain, ou la carte d'une galaxie dans un autre contexte. C'est cette capacité pour un seul petit symbôle de renfermer, pas seulement représenter, des quantités phénoménales de données, qui constitue une autre aspect contre-intuitif de ce concept. Nous avons rapidement été amenés à réaliser que même en travaillant sur des groupes de 10 diagrammes ou plus, parmi les plus simples, il nous était virtuellement impossible de parvenir à un résultat. Chaque fois qu'une nouvelle représentation était ajoutée, la complexité du diagramme croissait exponentiellement dans des proportions ingérables. Pour cette raison, nous avons commencé à développer des systèmes informatiques afin de gérer ces détails et nous permettre d'avancer, bien que nous devions constater nos limites : mêmes les super-ordinateurs de l'époque n'arrivaient pas suivre. On s'était dit que les extraterrestres étaient capables de dessiner ces diagrammes aussi facilement et aussi rapidement qu'un programmateur humain était capable d'écrire un programme en Fortran. Ca rend assez humble de penser que même un réseau de super-ordinateurs était incapable de répliquer ce qu'ils pouvaient faire de tête. Tout notre système de langage est basé sur l'idée qu'on associe des sens à des symbôles. Leur technologie, cependant, fusionne en quelquesorte le symbôle et le sens, de telle manière qu'il n'est pas nécessaire de percevoir subjectivement. Vous pouvez attribuer le sens que vous voulez aux symbôles, mais ça n'affectera pas leur comportement et leur fonctionnalité, pas plus qu'un transistor ne sera affecté si vous le nommez autrement.

Je vais vous donner un exemple de la complexité du processus. Imaginez que je vous demande d'ajouter des mots au hasard sur une liste, en ordre croissant, de telle manière que deux mots n'utilisent pas les mêmes lettres, et vous aurez à le faire de tête, donc par d'ordinateur, ni même un papier et un crayon. Par exemple si le premier mot est FOX, le second ne devra pas utiliser F, O et X. Si le mot suivant que vous choisissez est TREE, alors le troisième mot devra éviter les lettres F, O, X, T, R, et E. Vous vous rendez compte que le choix du troisième mot sera délicat, surtout du fait que vous avez du mal à visualiser les lettres des deux premiers, sans pouvoir les écrire. Arrivé au quatrième, cinquième et sixième mot, le problème échappe à votre contrôle. A présent, imaginez que vous en êtes au milliardième mot (imaginez aussi que votre alphabet est sans limites), et vous vous rendrez compte que même un ordinateur pourra planter. Il va de soi qu'à ce stade le fait d'écrire les mots aurait dépassé également vos capacités.

Ce que j'ai partagé ici avec vous n'est qu'une petite partie de ce que je possède comme documents, et de ce que je sais. Malgré cette atmosphère confinée et sécurisée chez CARET, j'ai appris beaucoup de mes divers collègues, dont des choses vraiment incroyables. Mais pendant ces années, je n'ai jamais rien entendu qui concerne une invasion, ou des abductions, ni aucun de ces sujets effrayants qu'on évoque parfois sur Coast to Coast AM. Je ne veux pas dire que rien de celà n'est vrai, mais aucun de mes contacts parmi les plus avertis n'a jamais abordé ces thèmes. Alors sachez que je n'ai aucune intention de vous faire peur. Je porte un regard positif sur nos rapports avec les extraterrestres, bien qu'ils soient encore entourés de mystères.

Une chose que je peux vous dire, c'est que s'ils avaient voulu se débarrasser de nous, il y a bien longtemps que ce serait fait, et nous n'aurions même pas eu le temps de nous préparer. Il est temps de vous défaire de toute idée de bataille spatiale, ou autre stupidité de ce genre. Nous serions à peu près aussi vulnérables qu'une colonie de fourmis devant une charge de buffalos. Tout va bien. Nous sommes les primitifs, ils sont la civilisation avancée, et c'est comme ça. Les autres races plus avancées les ont laissés vivre quand ils n'étaient eux aussi que des primitifs, et il n'y a pas de raison qu'il en soit autrement pour nous. Ils ne sont pas à la recherche d'une nouvelle planète, et même si c'était le cas, il y a des quantités de planètes ailleurs dans l'espace pour qu'ils n'aient pas à devoir se battre pour celle-ci.

Ces documents sont les plus pertinents et les plus explicatifs que j'ai pu rassembler dans un délai aussi court. Maintenant qu'ils sont en ligne, SI je décidais d'en publier d'autres par la suite, je ferais en sorte de prendre mon temps et de mieux chercher dans ma grande collection d'archives que je n'ai malheureusement jamais mise en ordre. Je ne sais pas ce que je ferai du reste de la collection. Je suppose que j'attendrai de voir comment les choses se passent, et j'aviserai. Il y a certainement des risques dans ce que j'entreprends et si je suis identifié et arrêté, il pourrait y avoir de sérieuses conséquences. Cependant, j'ai pris des dispositions pour m'assurer un bon niveau d'anonymat et je suis sécurisé par le fait que l'information que j'ai dévoilée ici est partagée de nombreux participants de CARET.

A côté de cela, quelquechose en moi soupçonne que le gouvernement compte sur des fuites occasionnelles comme celle-ci, qu'il a même réellement besoin que survienne ce genre de situation, afin qu'émerge une lente et progressive révélation de la vérité dans ce domaine."

Mes archives

"J'ai travaillé chez PACL de 1984 à 1987, après quoi j'étais lessivé. La masse de détails que nous devions intégrer en travaillant sur les diagrammes était si impressionnante qu'elle fragilisait nécessairement nos facultés mentales. Mais il y avait également le fait que l'attitude des militaires m'était devenue difficile à supporter, à toujours remettre en question notre 'besoin d'être au courant'. Ils entravaient constamment notre progression en refusant de nous fournir les informations nécessaires à notre travail, et je n'en pouvais plus de voir la bureaucratie ralentir à ce point nos recherches. Je les ai quittés en même temps qu'environ un quart de l'équipe qui ne supportait plus les mêmes contraintes.

Je vous offre ces documents à titre gratuit, vous êtes libres de les diffuser, mais il est impératif qu'ils soient accompagnés de ce texte explicatif. Enfin, il y a toutes sortes de gens qui vendent des bouquins, des DVDs, etc... Personnellement je n'ai rien à vous vendre, et si quelqu'un vous propose un jour un DVD sur le sujet, ou autre produit dérivé, c'est qu'il se fera passer pour moi."