Didier de Plaige

Le Plan C du Commandant de la Navy C.B. Scott Jones

Au fil des mois, nous avons publié ici et sur le forum plusieurs portraits d'exopoliticiens : Alfred Webre, Michael Salla, Ed Komarek, Robert Morningstar, Steven Bassett... Ces personnalités se manifestent régulièrement par des congrès, des conférences annuelles, des pétitions, ou s'expriment sur des blogs et des chaînes de radio. Ils montent en ce moment même une opération annuelle pour consacrer le 8 août comme la "Journée de la Divulgation". Mais il apparait qu'en amont de ces activistes de terrain, il y a quelques penseurs et théoriciens qui ont déjà une longue histoire dans les couloirs du pouvoir américain. Alfred Webre lui-même a été l'un des conseillers du Président Carter. On va maintenant découvrir les documents préparés de longue date par le Commandant de la Navy C.B. Scott Jones.

C'est Ed Komarek qui s'est chargé de relayer cette information : "Le Commandant de la Navy C.B. Scott Jones, aujourd'hui retraité, a diffusé un document destiné aux décideurs politiques ainsi qu'au public, en vue de planifier la préparation face à la crise qui s'amplifie actuellement, concernant la divulgation de la présence E.T. Le "Plan C" est un document de travail, qui pourra être modifié selon les contributions qu'il suscitera."

Le Plan C s'inscrit dans l'initiative conduite par P.E.A.C.E. Inc. C'est un projet interactif qui vient renforcer la divulgation anticipée des relations historiques de la Terre avec un certain nombre de cultures exotiques.

Cet exposé du Plan C est extrait d'un article publié le 11 juin 2006, lors de la conférence "Extraterrestrial Civilization and World Peace", à Hawaï, organisée par l'Institut Exopolitique. Il a été mis à jour en Avril 2008, et présenté de nouveau à la 4ème X-Conférence. Cette nouvelle mouture est titrée : "Divulgation pour la Terre".

Historique du Plan C
Ce plan est en grande partie une mise à jour du Plan B, qui devait faire partie de l'Initiative Rockefeller sous l'administration Clinton. Le Plan B avait été suggéré par Mr. Laurance Rockefeller, dès notre première réunion avec le conseiller scientifique de Clinton, Jack H. Gibbons (le 14 avril 1993), lorsque celui-ci avait d'abord prétendu qu'il ne connaissait rien du phénomène Ovnis/E.T., et qu'il était encore moins informé de la politique du gouvernement dans ce domaine. Cette déclaration nous avait surpris. Ca pouvait signifier que certains avaient voulu éviter que ce sujet soit débattu.

Laurence Rockefeller

Mr. Rockefeller avait alors déclaré avec agacement : "J'ai envisagé d'acheter des pleines pages d'annonces dans tous les principaux journaux de la planète, pour encourager le public à faire pression sur le gouvernement sur cette question." Cette phrase avait suffi à faire que Gibbons change d'attitude, et réponde que ce ne serait pas nécessaire, parce qu'il serait heureux de coopérer avec nous. Je connaissais Gibbons depuis sept ans, et j'étais étonné de son comportement, parce que j'avais toujours eu beaucoup d'estime pour lui. La réunion s'est poursuivie sur un ton plus serein, et avant de nous quitter, Gibbons m'a fait savoir qu'il comptait sur l'aide que je lui avais offerte.

Nous avions eu la clé de ce mystère un peu plus tard dans l'après-midi, lorsque j'ai reçu un appel téléphonique de Ron Pandolfi, l'officier du "Weird Desk" (département des affaires étranges) de la CIA.

Ron voulait savoir comment s'était passée la réunion de l'après-midi avec Gibbons. Je lui ai répondu qu'il n'y avait pas eu de réunion dans l'après-midi. Après un court silence, il a demandé si la réunion avait été annulée. J'ai alors expliqué qu'elle avait été en fait avancée, pour se tenir dans la matinée. Il s'est écoulé un moment de silence un peu plus long, puis il a demandé : "Comment ça s'est passé ?" J'ai répondu que Gibbons avait été embarrassé parce qu'il n'y avait personne lors de cette rencontre pour soutenir sa position. Il a dit : "Mon Dieu, on a fait partir son briefing seulement ce matin. Nous n'étions pas informés de ce changement." Du fait que ça n'était pas directement géré par la CIA, et qu'un conflit politique pouvait en résulter, ils ne tenaient pas à y être associés. Mais parce que Gibbons leur avait demandé une assistance, l'agence avait du se mouiller et répondre à son appel.

Leur comportement avec été inepte dans ces circonstances, et ça reflètait bien l'attitude de la CIA envers l'administration Clinton. Vingt-quatre heures avant la réunion prévue, Pandolfi avait appellé Bruce Maccabee pour lui demander de préparer un briefing. Il faut reconnaître le mérite de Maccabee d'avoir travaillé toute la nuit pour leur composer ce briefing, où il évoquait toutes les meilleurs observations d'Ovnis aux Etats-Unis. On ne lui avait donné aucun directive, mais il avait été conscient de l'importance de cette réunion, et il avait décidé que la meilleure chose à faire était de fournir à Gibbons toute l'information disponible sur des observations attestées par les témoins les plus crédibles.

Après cette réunion dans la matinée, et alors que nous quittions le bureau où elle s'était tenue, Mr. Rockefeller s'est tourné vers moi et m'a demandé : "Est-ce que c'est de lui que vous m'aviez parlé comme d'une personne très intelligente et fin diplomate ?" J'ai alors raconté à Mr. Rockefeller ce qui s'était passé, et nous avons compris tous les deux que nous devions très peu attendre du côté de Clinton, qui serait certainement assez peu en mesure de réaliser ce que nous attendions. Non seulement Clinton était tenu à l'écart de tous les programmes relatifs aux Ovnis/E.T., mais il ignorait tout des protocoles qui les concernaient.

.

Le Plan C

Réalité : Il est évident que l'immense majorité des milliards de terriens ignore tout de l'exopolitique. Ce n'est pas tant de leur part un manque d'intérêt pour le sujet, mais simplement, et c'est un triste constat, parce qu'ils doivent mobiliser toutes leurs ressources physiques et intellectuelles pour parvenir à survivre. Ils devraient commencer à percevoir un changement lorsque la divulgation sera en marche, soit grâce à des stratégies habillement conduites, ou par accident, ou encore à cause d'une quelconque maladresse de la part de nos bureaucraties.

Il y a énormément de gens, dans de nombreux pays, qui sont acclimatés à l'évidence qui sous-tend les fondements du Plan C : ils pressentent profondément que nous avons, depuis l'aube de l'humanité, été découverts, observés, approchés, contactés, examinés, étudiés, et enseignés par diverses races aliènes. Nous préférons désigner ces voyageurs spatio-temporels sous le nom des Autres Visiteurs.

Le Plan C n'est pas un exercice intellectuel qui consisterait à accroître nos connaissances et échanger des opinions. De nombreuses institutions ont depuis bien trop longtemps, de manière délibérée ou innocente, échoué en ne parvenant pas à honorer notre rôle naturel dans l'univers. Que nous soyons ou non reconnus et honorés, nous avons toujours été influencés et défiés par cette réalité plus vaste. Nous allons mobiliser la population mondiale, et faire entendre la voix de ces individus par l'exopolitique.

L'objectif du Plan C est de solliciter et rassembler les esprits éclairés et les mieux informés dans le monde entier, afin qu'ils mettent à contribution leurs talents et leur savoir, pour définir comment nous devons nous représenter en tant qu'espèce, au mieux de nos intérêts, et dans une interaction intelligente avec les Autres Visiteurs, qui sont d'espèces très différentes. C'est un plan d'action que nous aurions du entreprendre depuis longtemps. Les gouvernements ou les Nations-Unies n'ont spécifiquement aucun rôle à jouer. Certains gouvernements ont réellement besoin d'aide pour parvenir à sortir du fossé qu'ils ont creusé à l'encontre de la divulgation.

La Première Phase établira la fondation du Plan C. Nous devons former un corpus de données intellectuelles provenant d'individus, d'universités, et des laboratoires d'idées qui formulera, selon leur région et leurs cultures d'origine, une série de questions basées sur les prémisses suivantes :

Les conséquences des rencontres avec des cultures cosmiques seront extrêmement profondes. Chaque segment de notre civilisation s'en trouvera affecté. La religion, la politique, les sciences, la technologie, la santé, l'agriculture, l'éducation... l'ensemble du spectre de la vie sera confronté par la connaissance indéniable d'une réalité plus vaste. Ce qui surpasse ce défi, ce sont les opportunités pour la Terre et ses créatures.

Scott Jones

Les esprits avertis ne manqueront pas de considérer positivement ce projet parce qu'il vaut la peine d'être entrepris en raison de l'impact qu'il aura sur les différentes cultures, et des réponses attendues en retour de ces autres cultures.

La communauté académique a pratiquement négligé ce sujet. Il n'a bénéficié d'aucune subvention émanant directement du gouvernement qui aurait pu stimuler les chercheurs. C'est ce qui a pu au mieux le rendre suspect, et certains pourront l'avoir considéré comme une voie de garage. La conséquence qui en résulte, c'est que les esprits les plus brillants dans la plupart des pays ne se sont pas engagés dans cette voie qui constitue pourtant l'un des plus importants achèvements qu'on puisse imaginer. C'est pourquoi la situation est devenue préoccupante.

Il existe, cependant, une forme reconnue de l'exopolitique, dans laquelle s'activent actuellement de vastes entités et aussi des individus. Cette communauté s'intéresse à toute l'étendue des disciplines académiques classiques, et travaille à repousser ou contourner l'embargo sur la vérité au sujet de l'exopolitique. Une fondation contributive basée sur la vérité se met en place.

La Première Phase va devoir faire face à trois situations distinctes. Considérons d'abord l'Impact à Venir. C'est la situation actuelle du monde. Il n'y a encore eu aucune annonce officielle ni contact public. Nous ne nous intéressons pas à savoir si un contact s'est déjà produit, mais que pour une quelconque raison il ait été tenu secret. La seconde situation est le Premier Impact. Ceci se produira lorsque la divulgation sera officiellement prononcée, ou que la preuve deviendra si évidente et profuse que le contact sera reconnu même en l'absence d'une annonce officielle. La troisième situation est la période Post Divulgation/l'Impact du Contact. Elle couvre l'année qui suit la Divulgation/le Contact, et au-delà.

Concernant toutes les situations de la Première Phase, nous établissions les prémisses suivantes :
Les rencontres se produisent dans des conditions de cordialité et de respect mutuel.
Les Questions et les problèmes auxquels nous avons à faire face incluent :
Quel sera l'impact de ces rencontres sur la/les culture(s), qui nous concerne en priorité ?
Quels segments de notre/nos culture(s) considérés comme essentiels seront le plus affectés ?
En quoi cet impact sera-t-il différent de l'impact sur les autres cultures ?
Comment notre culture fondamentale pourra-t-elle assumer les conséquences de ces rencontres ?
Est-ce que votre/vos culture(s) avaient anticipé de telles rencontres ?
Plus globalement, comment notre réponse devra-t-elle être organisée ?
On aborde les notions de cultures primitives et cultures cosmiques hautement développées. Pour envisager de résoudre ce dilemme, on doit se demander où se situe la Terre dans ce continuum ?

La Seconde Phase, le matériel de la Première Phase sera collecté, compilé, traduit et largement diffusé autour du monde dans de nombreuses langues.

La Troisième Phase supposera des campagnes internationales de sondages afin d'évaluer la réponse publique après la diffusion du matériel de la Phase Deux. Les sondages utiliseront largement l'Internet, mais s'adresseront aussi à des échantillons qui se trouvent dans des régions encore mal couvertes par le Web. A partir de cette Phase, un Manifeste des Attentes Publiques sera preparé. Il sera présenté au Président des Etats-Unis, à tous les autres Chefs d'Etats, ainsi qu'à d'autres personnes.

La Quatrième Phase consistera à réclamer des réponses écrites de la part des Chefs d'Etats, des leaders des partis d'opposition, des parlementaires, des juristes, des chefs religieux, des académiciens, des Pdgs de milliers de compagnies privées les plus puissantes, et des retraités de l'armée et du renseignement. Ils devront se prononcer sur le matériel de la Première Phase, et la réponse publique de la Phase Trois.

La Cinquième Phase sera un rapport final sur les découvertes, les déclarations et les commentaires sur le Plan C.

La Sixième Phase sera déterminée par les Autres Visiteurs.

La durée nécessaire pour réaliser les phases un à six est estimée à deux ans. C'est probablement une vue optimiste.

.

Organisation du Plan C

P.E.A.C.E. Inc aura la responsabilité de lever les fonds nécessaires pour implémenter le Plan C, et il l'organisera avec le savoir-faire et l'assistance de la communauté Exopolitique dans son ensemble.
Le coût estimé de l'implémentation du Plan C est de cinq millions de dollars. .

Responsables par Pays
Nous recrutons des responsables pour assurer l'implémentation du Plan C dans chacun des pays ciblés. Les candidats peuvent être des individus, des organisations ayant des connaissances de terrain, ou des universités, pourvu qu'ils/elles soient prêt(e)s à apprendre et servir dans le cadre de cette tâche. Les managers doivent être respectés dans leur propre pays. Une expérience dans les domaines de la paix et la justice, et la résolution de conflits, sera un bonus apprécié.

Commentaires et Observations
Nous avons l'intention de recruter des universités dans les pays suivants : Australie, Brésil, Canada, Chine, Egypte, France, Allemagne, Inde, Israël, Italie, Japon, Mexique, Norvège, Quatar, Russie, Singapour, Afrique du Sud, Corée du Sud, Turquie, Grande-Bretagne et Etats-Unis.

Une liste plus restreinte serait la suivante : Brésil, Chine, France, Inde, Japon, Mexique, Russie, Afrique du Sud, Grande-Bretagne et Etats-Unis.

Commentaires sur les Collèges et les Universités
Les prémisses du Plan C seront sans doute un choc pour la mentalité académique. C'est la conséquence évidente du succès du programme de désinformation aux Etats-Unis, et pour l'essentiel, de la volonté des autres pays de s'aligner sur eux. Comment sommes-nous aussi rapidement et efficacement parvenus à accélérer ce mouvement, de telle sorte qu'à présent nombreux sont ceux qui voudraient nous rejoindre ? Les esprits sont ainsi disposés dans le système académique que le réel doit nécessairement relever de leurs compétences.

Le choc causé par cet appel à participer à ce plan pourra peut-être attirer l'attention de quelques écoles, et certains enseignants auront-ils finalement envie d'exposer sérieusement les prémisses de ce Plan C.

Ils pourront alors souhaiter établir un dialogue équitable.

Toutefois, nous ne devons pas sous-estimer le pouvoir du mensonge qui a été répandu depuis si longtemps, avec le succès que l'on sait, au point que beaucoup en sont venus à accepter ce mensonge comme étant la vérité.

De plus, aux niveaux conscient et inconscient, il demeure la peur de ce qu'on pourrait découvrir derrière les étoiles.

http://www.ovnis-usa.com/VIDEOS/Scott_Jones_PlanC.flv

Cependant, tout le monde devra bien s'en rendre compte, parfois amèrement, c'est qu'au moment où surviendra la divulgation - tout va changer. Nous allons souligner les évènements d'importance globale qui pourraient n'avoir pas retenu leur attention. Des pays tels que le Mexique, la France, le Brésil, la Belgique et d'autres ont déjà reconnu les défis et les opportunités qu'offre l'exopolitique. Nous pouvons préciser la situation dans laquelle se trouve le gouvernement américain. Il est particulièrement difficile de renverser une politique trompeuse qui a sévi pendant soixante années, et en outre essaya de faire l'impasse sur le nécessaire processus de la divulgation, mais c'est indispensable pour le futur des espèces. Il n'y aura pas de retour en arrière possible, et les meilleures universités devraient apprécier l'avantage de s'engager dès maintenant et d'apporter leur contribution, parce qu'elles y trouveront tôt ou tard leur intérêt.

Nous demanderons à la Communauté Exopolitique de préparer un document de réflexion très élaboré, aussi objectif que possible, qui exposera les raisons d'anticiper la divulgation. Il sera transmis aux collèges et universités qui participeront.

Nous présumons qu'il existe déjà un plan gouvernemental visant à informer le public de ce qu'il soit savoir concernant les évènements à venir. Notre projet est de mobiliser les collèges et universités avant que le gouvernement publie sa résolution. Si notre tableau de marche est correct, les collèges et universités seront alors en position de commenter ce que le gouvernement annoncera au public.

Nous espérons profondément, et devons nous assurer, que la tenue et la qualité du matériel que le gouvernement mettra sur la table en ouverture du processus de la divulgation, aura une autre qualité que les explications désinformantes fournies par l'Air Force au sujet de Roswell et autres incidents. Nous nous attendons à recevoir des précisions élaborées, qui devront être diffusées à l'ensemble de la presse, et notre panel universitaire sera qualifié pour en juger. Le matériel que nous diffuserons à l'appui du Plan C doit être suffisamment bien conçu pour permettre d'apprécier ce que le gouvernement nous donnera à considérer.

Prévoir la Stratégie du Gouvernement pour la Divulgation

Le message qui nous sera transmis sera surement porteur d'espoir et d'opportunités, il semblera sincère. C'est certainement le résultat que souhaitent les arbitres du statu quo. Certains d'entre nous travailleront pour un statu quo beaucoup plus généreux et plus équitable, mais aucun d'entre nous ne peut prévoir avec certitude les conséquences immédiates, à court terme, et à long terme de la divulgation.

A travers l'histoire, les cultures indigènes ont vécu des évènements traumatiques, et la divulgation pourrait l'être également pour nous. Très peu de ces cultures ont survécu, principalement parce qu'elles n'avaient pas d'intérêts à survivre. Ceci bien sûr soulève la question de l'intention. Quelles sont les intentions des Autres Visiteurs, et quelles sont les intentions de notre gouvernement dans ce drame ?

Nous n'avons pas les réponses, mais il est nécessaire de former quelques suppositions pour développer des stratégies de survie et profiter de chaque opportunité.

Les premières questions concernent le choix du moment : Pourquoi faire intervenir maintenant la divulgation ? La deuxième génération des Contrôleurs Terrestres aurait-elle perdu patience, serait-elle devenue sénile, pourrait-elle s'être éprise de religion ? Y a t-il une raison sérieuse de s'inquiéter que la menace terroriste échappe à tout contrôle, et doive être supplantée par une menace potentielle plus terrifiante ?

Ce ne serait pas contradictoire de présenter la divulgation en termes d'espoir et d'opportunités, avec l'intention par la suite de souligner son côté menaçant. C'est une stratégie bien établie. Cependant, il y a quelques aspects pratiques à considérer. Le premier est la mise en place du World Wide Web et d'Internet. L'accès du public à des communications mondiales quasi instantanées, peu coûteuses, a fait qu'il est beaucoup plus difficile de garder des secrets.

La banalisation du téléphone portable, avec sa caméra intégrée, a submergé la capacité du monde du contre espionnage à contrôler la diffusion de photographies qui établissent la réalité des Autres Visiteurs. Il est aussi à noter que divers médias télévisés se sont désolidarisés du boycott de la vérité. Les huit années de l'administration Bush ont causé une perte de respect envers les Etats-Unis dans le rôle de Contrôleur Mondial. D'autres pays sont mieux préparés pour la divulgation et l'ont démontré par quelques mesures significatives. Autre facteur important : plusieurs pays ont maintenant la capacité d'observer la face cachée de la Lune, et peuvent partager leurs découvertes sans dépendre des Etats-Unis et de la Russie.

Cette discussion a pris un tournant décisif, en passant de la notion d'espoir et d'opportunités évoquée dans notre introduction, à celle de menaces et de crainte. Cependant, au cours de ces soixante dernières années, l'histoire énigmatique des Ovnis et ETs a suivi un cours assez étrange. On y trouve tout à la fois de la crainte, réelle et aussi induite, des mensonges, de la désinformation, des attentes, et des spéculations parfois audacieuses ou raisonnées. Il ne serait pas surprenant que les espoirs et les craintes soient également validés lorsque la vérité commencera à émerger. Les esprits les plus fertiles n'auraient certainement pu imaginer une situation plus complexe.

Il est notable que nous puissions discuter d'exopolitique en sachant que les Autres Visiteurs n'ont jamais attaqué la Terre et l'humanité. Il y a cependant des références troublantes : dans les plus anciens textes de la littérature Védique (le Rig Veda, le Mahabharata, l'Arthasastra de Kautilya et d'autres), on trouve des récits de science-fiction ou de conflits réels entre des êtres qui manient des armes de destruction massive. Ils mentionnent des ''chars'' volants, ainsi qu'ils sont nommés, et racontent qu'ils sont aussi rapides que la pensée. On est au-delà de la vitesse de la lumière fixée comme limite par Einstein. Le summum de l'arrogance intellectuelle est de négliger les transmissions orales, de penser que les cultures anciennes étaient dénuées de toute technologie, de juger que les textes anciens ne recèlent aucun aperçu de notre futur. Plus important encore, cette arrogance consiste à négliger la connaissance que renferment les tablettes sumériennes.

Si nous n'avons-nous pas été attaqués, c'est peut-être que, sauf pour sa beauté, il n'y a vraiment rien sur Terre qu'ils ne possèdent déjà, ou pourraient créer au moyen de nanotechnologies élémentaires. Il se pourrait qu'ils s'intéressent à nous en raison de nos attributs extraordinairement violents et avides. C'est peut-être chose rare dans leur entourage. Dans ce cas, ils voudraient peut-être nous adresser un message quant à cette violence et autres comportements irrationnels qui nous coûtent plus que nous ne le réalisons. Le savoir des cultures qui ont survécu à leur phase d'adolescence ne sera partagé qu'avec celles qui démontreront leur capacité de parvenir à maturité.

La dichotomie basique entre les forces Noire/Blanche a son avantage. Si nous pensons avoir certaines connaisances, et pouvons en déduire quelques faits, il y a beaucoup plus de choses que nous ignorons.

Un ami potentiel ne devrait pas se préoccuper de nous voir adopter un position de défense prudente. C'est une attitude compréhensible. L'Univers est peuplé de nombreuses espèces, dont certaines ont démontré leurs capacités à nous rendre visite. Si l'une d'entre elles avait l'intention de nous traiter comme nous le faisons entre nous, une défense sera nécessaire.

Voici quelques possibilités sur le moment propice pour la divulgation :

* Tel pays a placé une arme nucléaire en orbite, ou s'apprête à le faire. Les Autres Visiteurs estiment que la ligne a été franchie, et somment les Etats-Unis d'entamer la divulgation.

* Les Contrôleurs Terrestres ont décidé d'élever le niveau de la menace mondiale car ils ne peuvent plus gérer le scénario actuel de la menace terroriste.

* L'évolution de la conscience sur Terre a atteint le niveau requis pour que la divulgation soit acceptable.

* Les Autres Visiteurs ont simplement estimé que le moment était venu, et ils ont provoqué une réaction terrestre en augmentant le nombre de leurs manifestations.

L'une des tâches les plus délicates de la collecte, dans le monde du renseignement, est de déterminer les ''intentions''. Certains hommes politiques ne craignent pas de mettre intentions et capacités sur le même plan. Mais ce ne sont que des commodités sans aucun lien logique. Les capacités technologiques extraordinaires démontrées par les Autres Visiteurs ne laissent pas prévoir d'intentions bénignes ou agressives.

Il est bien plus facile de discuter des intentions du gouvernement américain en ce qui concerne la divulgation. En premier lieu, son but est de se maintenir en place suite à l'évènement, en le contrôlant autant que possible, puis de tirer profit des occasions à mesure qu'elles surviennent. C'est ce que nous devrions attendre de la part de notre gouvernement. Cependant, quelques problèmes résulteront de cette attitude, qui proviennent d'une accumulation de mensonges et de désinformation pendant 60 ans, et que la divulgation devrait exposer.

Une déclaration du gouvernement sur la divulgation pourrait sans doute au mieux se traduire ainsi. La déclaration serait faite par le président qui :

* explique en détails pourquoi le public a été soumis à un programme de désinformation massive,
* identifie les agences et personnes impliquées dans notre pays,
* identifie tous les pays impliqués et les rôles qu'ils ont joué,
* identifie clairement les points positifs acquis durant cette période, qui pouvait justifier une telle tromperie,
* présente des excuses sans réserves au pays et au monde,
* expose les nouvelles mesures qui empêcheront que celà se reproduise,
* expose clairement ce que la divulgation doit nous apporter,
* déclare que nous serons vigilants dans toutes les étapes du processus, et
* annonce que les Autres Visiteurs sont disposés à apparaitre aussitôt que les peuples les y inviteront.

C'est peut-être trop attendre d'une première annonce, et sans doute au-delà de ce que le public pourrait assimiler en une seule fois. Cette annonce devra être rapidement suivie d'autres communiqués, de la part des hauts responsables militaires, du renseignement, et des autorités civiles.

Ce sera une période de confusion et de crainte, avec l'inévitable chorus de commentaires comme : "Je vous l'avais dit.." ou "Bande de menteurs !", qui ajouteront au trouble. Cette phase suppose que la vérité s'exprime dans le calme, et que le public soit éduqué pour permettre l'assimilation par le dialogue.

Cette phase d'assimilation risque d'être longue, mais nous saurons qu'elle a pris fin quand les populations commenceront à demander : "Alors, où sont les Autres Visiteurs ?".

La divulgation et le contact manifeste sont deux problèmes importants à considérer séparément. Le contact survient après l'assimilation de la divulgation. A cause du potentiel élevé de surcharge émotive, il ne serait pas avisé d'inviter les Autres Visiteurs à être présents au moment de l'annonce, même ceux qui auraient une apparence facilement assimilable.

Cependant, il serait important que le président délivre un message des visiteurs, qui réponde aux questions évidentes dont les plus importantes :

* Qui sont-ils, d'où viennent-ils, depuis combien de temps sont-ils dans les parages de la Terre ?
* Pourquoi la divulgation intervient-elle maintenant ?
* Qu'attendent-ils eux-mêmes de la divulgation ?
* Qu'ont-ils à partager avec la Terre?
* Quand la 10ème planète arrivera-t-elle et quelles en seront les conséquences pour la Terre ?
* Quand seront-ils disposés à se manifester pleinement, et sous quelles conditions ?
* Réalisez-vous que cette venue nous rassemble ?

Cette dernière question, au sujet de la famille rassemblée, devrait inciter les religions organisées - qui ont anticipé ce moment depuis de nombreuses années - à préciser leur position quant au sens de cet évènement. Nous savons que le Vatican est prêt pour cet événement, et sa prise de position publique suggère qu'il considère la divulgation prochaine.

Revanche, Justice et réconciliation

Certaines personnes pourront très difficilement supporter d'avoir été ainsi trompées. En même temps se poseront de très sérieuses questions constitutionnelles. Le choc émotionnel, la réalisation de l'importance des occasions perdues ou retardées, pourront alimenter la colère de citoyens qui seront animés d'un esprit de vengeance – qu'ils souhaitent agir légalement ou non – envers les responsables du secret, et ses conséquences. Les plus modérés feront appel à la justice.

Il sera nécessaire de reconnaitre le fait que des milliers de citoyens ont eu des relations non consenties avec certains des Autres Visiteurs. Ces contacts ont pu avoir pour but de mener des recherches médicales et génétiques, que les Autres Visiteurs pouvaient considérer comme importantes. Ces citoyens et leurs familles méritent que justice leur soit rendue. Les Autres Visiteurs devraient alors se charger de cette situation, en leur procurant des avantages sur le plan de leur santé physiologique et psychologique. Cette assistance est à attendre d'une race d'Autres Visiteurs qui n'a pas été impliquée dans ces relations imposées.

Le problème le plus important est qu'un désir de vengeance non assouvi, même lorsqu'il est reconnu légitime, peut sérieusement perturber et fausser le processus de la divulgation. Ceci fera le jeu de ceux qui savent toujours récupérer les situations émotionnelles en période d'incertitude et de chaos.

Une stratégie concrète pour parer à cette éventualité serait que le Président déclare, dés la première annonce de la Divulgation, qu'il annule tous les serments prononcés au nom de la sécurité par ceux qui étaient impliqués dans les programmes concernant les E.Ts et qui ont pratiqué des actions de couverture. Ces personnes pourront alors témoigner sous serment devant le Congrès dans le cadre des enquêtes et décisions qu'il jugera nécessaires. En outre, ils obtiendront l'immunité pour les actions qui leur avaient été ordonnées, concernant les programmes E.Ts et leur dissimulation. L'Afrique du Sud a élaboré des modèles viables, pour la mise en place de commissions de vérité et de réconciliation, qui peuvent être adaptés aux circonstances.

Après ces longs commentaires, le lecteur peut avoir perdu la vue d'ensemble du Plan C. Il est conçu pour répondre à trois objectifs principaux :

1- Préparer le public mondial pour la divulgation,

2 - Influencer la stratégie de la divulgation par les Contrôleurs terrestres, afin de parvenir au meilleur résultat pour chacun,

3 - Envoyer un message aux Autres Visiteurs, leur montrant que nous sommes concernés, déterminés et attentifs, et que nous essayons activement de nous préparer pour la divulgation et sa mise en application. Leur montrer ce que nous attendons d'eux, à savoir qu'ils respectent la complexité des problèmes que nous essayons d'aborder. Le fait qu'ils se manifestent par un symbole fort, comme un lâcher de colombes de la paix, serait peut-être un geste utile, mais ça ne suffirait pas à apaiser les craintes naturelles que la plupart des humains auront à gérer. Nous aurons besoin de beaucoup de temps, après que la Divulgation soit prononcée, pour instruire la population et lui permettre d'intégrer une réalité plus vaste dans leur vie.

Les attentes

Il est facile de jouer aux "attentes et promesses". Une stratégie dangereuse pour les Contrôleurs terrestres serait de placer la barre trop haut quant aux promesses et dons fabuleux qui seraient attendus de la post-divulgation. Il y a peu de doute que les Autres Visiteurs pourraient "résoudre" les problèmes énergétique, alimentaire et sanitaire mondiaux, en partageant des technologies qui nous sont encore inconnues. Mais cela ne se produira pas, pour des raisons évidentes. La première est que nous n’avons rien fait pour mériter un tel surcroit de connaissances et le plus important serait le risque qu'un tel don bouleverse le système économique et politique mondial.

Le Plan C : Divulgation pour la Terre suppose la mise en oeuvre d'un projet spécial. Il sera introduit pendant la Phase 3 du Plan C. Il s'agira d'un sondage international, et avec un peu de chance nous aurons une réponse des Autres Visiteurs en Phase 6.

Une question du sondage sera : Croyez-vous qu’il existe des connaissances adéquates sur Terre pour résoudre effectivement les crises énergétique, alimentaire, sanitaire actuelles ? Les questions suivantes donneront à ceux qui y répondent des opportunités de prendre la responsabilité de la triste et dangereuse situation sur Terre. Le projet de Divulgation sur Terre posera les fondations pour une stratégie d’Oasis global qui aura pour but de fournir à chaque pays une ou plusieurs Oasis. Dans l’Oasis, une assemblée d’esprits hautement créatifs s’occuperont des problèmes énergétiques, alimentaires et sanitaires. Une liste de solutions possibles sera dressée dans chaque domaine et on demandera aux Autres Visiteurs d’établir des priorités pour chacune, la plus haute étant donnée à l’approche la plus prometteuse.

La Divulgation pour la Terre ne sera pas acceptée de bon gré par les structures du pouvoir économique et politique. Nous verrons rapidement et avec précision si les groupes dominants parmi les Autres Visiteurs sont réellement intéressés à la survie de la Terre. La preuve viendra de leur volonté à identifier les recherches prioritaires et d’assurer ensuite que les fruits des recherches seront partagés ouvertement avec tous les peuples du monde.

Il est évident que P.E.A.C.E. Inc reconnait la nécessité d'une transformation sur Terre, et tente de l'initier. La transformation que nous recherchons est d'ordre spirituel, et elle est basée sur l’amour et la compassion, ainsi que le respect pour toutes les formes de vies. Honnêtement, nous avons peu d'espoir que les religions organisées soient capables de fournir une contribution positive à cette entreprise. Le rapport très sombre des religions à la guerre et à la violence est bien connu. C'est la conséquence de leur prétention à bénéficier des faveurs spéciales de Dieu, et d'être les gardiens d’une voie exclusive vers le salut. Toute religion révélée est vouée à se rénover par l'humilité ou à flétrir, surtout si les Autres Visiteurs apportent des éléments renversants sur les origines de l’humanité et ouvrent une brêche inattendue sur la nature de Dieu.

Dans l’analogie de l’Oasis, le concept de délivrance par soi-même ne pourrait pas être réalisé sans la force majeure de protection des Autres Visiteurs.

Le concept de projet de Divulgation pour la Terre est un projet en cours, et ne sera possible que si les Autres Visiteurs décident de le soutenir. Le gouvernement secret, qui n’est pas si secret que ça, survivra facilement à un programme réussi de Divulgation pour la Terre. Il finira par le gérer, car cela implique une très grande marge de profit. Cependant il y a là une opportunité de changer de manière importante l'épouvantable statu quo global.

Dans le monde, l'ensemble des combinaisons de gènes ne produit qu'un petit nombre de génies. Dans les pays avec un taux élevé de mortalité infantile, ce cadre vital est ponctionné par quelque chose que l’on pourrait prévenir aussi facilement que la dyssenterie. Il est de l’intérêt vital du monde d’assurer la survie des plus brillants.

Est-ce que les Autres Visiteurs encourageront la Divulgation sur Terre? Ils peuvent lui donner une chance car elle contient les graines pour maximiser les potentiels de l'humain. Son épanouissement augmente les chances que des solutions non-violentes aux problèmes deviennent plus visibles et crédibles.

Revisiter le Rapport de L'Institut Brookings de 1960

Du fait que ce Rapport avait déclaré : "Puisque la vie intelligente pourrait être découverte à tout moment… et que les conséquences d'une telle découverte sont à ce jour imprévisibles", les auteurs recommandèrent deux domaines d’études : "Poursuivre les études pour déterminer la compréhension émotionnelle et intellectuelle et les attitudes (et leurs altérations successives potentielles) concernant la possibilité et les conséquences de la découverte d’une vie intelligente extraterrestre", et "poursuivre les études historiques et empiriques sur le comportement des personnes et de leurs chefs, lorsqu’ils sont confrontés à des événements et des pressions sociales inhabituels et dramatiques."

C'est dans les notes en bas de page, correspondant à ces recommandations, qu'on trouve le commentaire le plus cité du Rapport Brookings : "On a émis l’hypothèse que parmi tous les groupes, les scientifiques et les ingénieurs pourraient être les plus dévastés par la découverte de créatures relativement supérieures, puisque ces professions sont le plus clairement associées avec la maîtrise de la nature plutôt que la compréhension et l’expression humaine." Je suspecte que cette analyse serait maintenant reconsidérée, en raison des évènements que nous avons subi, comme les incendies, les inondations, les tremblements de terre, les ouragans, les typhons et le réchauffement planétaire. Il existe encore surement des scientifiques et ingénieurs parés de leurs atours magistraux, mais la plupart ont de la poussière sur les genoux à force d’honorer la réalité sans âge de la nature. Accordez-leur 100.000 ans de plus pour résoudre les problèmes et les choses pourraient changer un petit peu.

Est-ce que la NASA ou d'autres organisations ont intégré cette recommandation de continuer à étudier le problème ? On ne trouve rien dans le domaine public qui permette de répondre à cette question. Cependant, c’était une recommandation si raisonnable que je suspecte fortement qu’il existe au moins des rapports bi-annuels, classifiés de manière appropriée, et divers documents dont on trouvera l’utilisation quand le flot de la divulgation aura atteint sa pleine force.

De façon significative, la violence sur Terre semble menacer les Autres Visiteurs. Ils pourraient clairement arrêter le jeu si cela était leur intention. Tant que l’illusion d’être seul dans le cosmos est entretenue, les Contrôleurs terrestres peuvent éviter de modifier leur schéma de contrôle économique et politique.
Lorsque la divulgation sera effective, un nouveau jeu émergera avec différentes visions en compétition.
Avec un bon plan, beaucoup de travail, de la chance, et le renfort des Autres Visiteurs, il peut y avoir une opportunité d'un changement de conscience, qui honore la paix et la justice.

C.B. Scott Jones, Ph. D.
Président de P.E.A.C.E. Inc.
24 Juin 2008

Discussion

Références utiles : Lettre ouverte à Hillary Clinton - L'Initiative Rockefeller