Didier de Plaige

Howard Hughes & l’épave d’Ovni

Auteur spécialisé dans le paranormal, Bill Knell est également conférencier et consultant. Cet article inédit tente de répondre à la question :

"Howard Hughes a-t-il vu une épave d'Ovni et ses Occupants ?"

"Je me suis longtemps posé cette question, et il se peut que nous ayons maintenant un début de réponse. Un ancien employé de Hughes Aircraft a témoigné dans ce sens. Ca se serait passé peu après le crash d'un vaisseau alien près de Roswell, Nouveau-Mexique, en 1947. Vous aurez peut-être raison de penser que ça ne constitue pas une preuve définitive, mais je me dois de vous rapporter ce que j'ai appris."

Bill Knell

Linda est une retraitée de l'enseignement. Elle m'a communiqué par email une impressionnante collection de diplômes et d'attestations. Je pense qu'elle est tout à fait authentique. Elle m'a aussi fait parvenir quelques photos et des documents qui confirment le fait que son père a pu travailler pour Howard Hughes. Elle a cependant requis l'anonymat, et je ne peux donc vous révéler où elle vit actuellement. Je l'ai encouragée à se décider de témoigner ouvertement, ce qu'elle fera peut-être un jour.

Linda m'a raconté que son père avait été impliqué dans les activités de la compagnie Hughes Aircraft dès 1942, mais son récit concerne l'année 1947. Cet été-là, Howard Hughes n'avait qu'une idée en tête, réussir le premier vol de son hydravion géant construit en bois, surnommé le "Spruce Goose".

Spruce Goose

Finalement le H-4 Hercules ne vola qu'une seule fois, le 2 novembre 1947. Il avait nécessité des efforts considérables.

Le père de Linda avait travaillé étroitement avec Hughes sur le projet Hercules, et il fut embauché plus tard par Hughes Aircraft. Les deux hommes s'étaient rencontrés grâce à un ami commun, peu après l'entrée en guerre des Etats-Unis.

D'après Linda, Hughes considérait son père comme un homme "qui a de la ressource". Il n'avait pas son pareil pour trouver toutes sortes de solutions face à un problème mécanique. Il avait aussi le genre de tempérament requis pour travailler avec l'excentrique milliardaire.

Hughes était face à un grand nombre de problèmes au cours de l'été 1947, dont une enquête du Sénat qui cherchait à savoir comment il avait utilisé les fonds pour les projets du Hercules et du XF-11.

Peu après son audition devant le Sénat en août, il était revenu en Californie sur le chantier du Hercules, et avait parlé à son père d'un projet important du gouvernement dans lequel il pourrait s'impliquer.

D'après Linda, Howard Hughes et son père n'avaient pas de liens d'amitié, et son père n'aurait surement pas été considéré comme faisant partie du cercle des proches, à supposer qu'il y en eut un.

Howard Hughes US Senate

Cependant il avait passé beaucoup de temps avec Hughes pour mener à bien le programme Hercules, et ils entretenaient de bonnes relations dès lors que son père se rendait particulièrement utile. Son père lui a raconté qu'un jour, alors qu'il s'entretenait avec des ingénieurs, Hughes l'avait convoqué dans un bureau inoccupé. Hughes avait cette attitude concentrée et sévère qu'on lui connaissait quand il avait un problème à résoudre ou qu'il envisageait un nouveau projet.

Howard Hughes

Howard avait laissé la porte du bureau ouverte. Mais le bruit à l'extérieur aurait empêché qu'on surprenne leur conversation. Il s'était assis sur un tabouret près de la fenêtre. Le père de Linda s'était approché pour l'écouter attentivement. Hughes avait horreur de se répéter et il haïssait les gens distraits. Hughes déclara à son père qu'il avait été contacté par un "haut-gradé de l'armée américaine" alors qu'il se trouvait à Washington, D.C.

Le milliardaire avait l'habitude des requêtes inhabituelles de la part des militaires. On savait qu'il était capable de garder un secret, et qu'il était à même de résoudre des problèmes compliqués. D'après le père de Linda, il s'agissait sans doute cette fois d'une situation extrêmement complexe, comme le gouvernement n'en avait jamais connu. Hughes lui dit qu'il s'était rendu sur une base militaire, au retour de sa séance au Congrès. Il ne précisa pas l'endroit, et ne révéla que peu de détails sur ce qui s'était passé.

Selon le père de Linda, Hughes n'était pas à l'aise pour parler de sa visite sur cette base. Il avait horreur des situations qu'il ne pouvait contrôler, et il laissait entendre que dans ce cas, tout était orchestré et contrôlé par les militaires.

Hughes était le seul civil présent à cette réunion. Il raconta qu'on lui avaient montré un nouveau type de machine volante. C'était pour l'essentiel des pièces éparses, et il était évident que ça résultait d'un crash, ou que l'objet avait été abattu. Hughes s'était dit que ça pouvait être un engin fabriqué par les Russes.

Ensuite Hughes s'était approché, et il avait remarqué que c'était un appareil hors du commun. Il n'avait pris en mains aucune des pièces, mais expliqua au père de Linda que c'était pour lui "la plus surprenante des choses que j'aie pu voir." Les officiers qui étaient sur place lui avaient dit qu'en effet cet engin était en morceaux, mais que le matériau était extrêmement résistant à la chaleur, au froid et à la pression. Ils avaient ajouté qu'il était pratiquement impossible de le percer, quoique le crash avait pu être provoqué par une implosion. Howard n'avait pas dit s'il y avait quoique ce soit d'écrit, et n'avait fourni aucun autre détail sur le matériau de l'engin.

Hughes avait dit au père de Linda que les militaires avaient également récupéré les cadavres de l'équipage de l'engin, et qu'ils étaient pratiquement intacts. Il avait été autorisé à les voir, et il avait évoqué des "nains" ou de "petits êtres diformes", qui portaient des combinaisons de vol sans coutures. Il n'avait donné aucun détail sur l'endroit où ils étaient conservés. Ensuite, il en était directement venu à l'aspect concret : "Ils attendent de moi que je découvre de quoi il s'agit, et je vous veux dans l'équipe". L'entretien s'était terminé de cette manière.

Quelques semaines plus tard, Hughes avait attiré le père de Linda à l'écart, et lui avait dit d'oublier la conversation qu'ils avaient eue. Il avait donné l'impression que ce programme représentait bien trop d'investissement et trop peu d'argent en retour.

Howard Hughes

Son père avait pensé plus vraisemblable que Hughes avait senti qu'on ne le laisserait pas mener sa barque, et qu'il n'avait pas souhaité de lancer dans une affaire qu'il n'aurait pas pu entièrement contrôler. A moins, peut-être, qu'il ait appris ou découvert autre chose qui l'aurait dissuadé de poursuivre.

Weekly World News

Howard Hughes est mort en 1976. C'est seulement plusieurs années après cette conversation dans le bureau, que le père de Linda a fait le rapprochement entre le crash dont il lui avait parlé et cette affaire de l'été 1947 où un Ovni aurait été abattu ou se serait écrasé.

Les histoires d'Ovnis et d'Aliens n'avaient jamais intéressé son père. Linda pensait qu'il avait du voir les gros titres dans l'un des magazines que lisait sa mère. Ca pourrait coller, parce que j'ai gardé des vieux numéros du National Enquirer et des suppléments télé des années 70, et je me souviens d'articles sur les aliens, des incidents avec les militaires, et des épaves d'Ovnis.

J'ai demandé à Linda si son père aurait pu plaisanter en lui racontant ce qui s'était passé avec Hughes. Elle m'avait répondu : "Oh, non, mon père n'était pas du genre à broder. Il avait assez d'histoires authentiques à raconter à propos de Hughes et d'autres personnages importants qu'il avait rencontrés au fil des années... Il n'avait pas besoin d'en rajouter... Je suis certaine qu'il m'a dit la stricte vérité."

J'ai également demandé à Linda de me préciser combien de fois elle et son père étaient revenus sur ce récit après qu'il en ait parlé la première fois. Elle m'a répondu : "Une ou deux fois seulement... Les Ovnis ne l'intéressaient pas... Il m'avait raconté ça en passant, parce qu'il se disait que ça pourrait me donner quelques frissons... Mais mon père n'avait rien à ajouter, et je pense que c'est la raison pour laquelle nous n'en avions plus parlé."

Malheureusement, son père est décédé il y a quelques années. Je doute qu'il ait réalisé l'impact que cette histoire avait pu avoir sur sa fille. Avant de l'entendre, Linda n'avait guère réfléchi sur le sujet des Ovnis. Par la suite, elle a manifesté de plus en plus d'intérêt pour la question, et elle m'a dit : "Mon père m'avait dit que les propos d'Howard collaient vraiment avec ce que racontent les magazines, quand ils parlent de crashs de vaisseaux de l'espace... et la description des cadavres évoquait assez bien celle de ces aliens... Je ne crois pas tout ce que racontent les politiques, mais je n'avais jamais rien entendu qui m'amène à douter de ce qu'ils disent à propos des Ovnis. Qu'est-ce qu'ils auraient à gagner en nous racontant des histoires ? C'est seulement après avoir entendu le récit de mon père que j'ai commencé à mettre en doute leurs démentis..."

Fate magazine
Donald Keyhoe

Linda m'a raconté comment elle avait été progressivement amenée à lire des articles sur les Ovnis dans la grande presse et les magazines. Son intérêt s'éveilla au point qu'elle commença à rechercher d'autres informations. Ce sont les propos du Colonel Jesse Marcel, après qu'il fut retraité, quand il s'exprima au sujet de Roswell et de la couverture des incidents Ovnis, qui stimulèrent sa recherche et elle s'intéressa aux récits de crashs et aux témoignages des militaires.

Elle me dit : "J'ai acheté un vieux livre de Donald Keyhoe, que j'avais trouvé en occasion, et je l'ai lu jusqu'à la dernière ligne. Ce livre m'a ouvert les yeux... Je pense maintenant qu'il y a bien autre chose dans ce domaine qu'on ne veut bien nous le dire."

J'ai demandé à Linda pourquoi elle avait attendu si longtemps avant de rapporter les propos de son père au sujet de Howard Hughes et de cet étrange engin. "Je suis une personne plutôt réservée... Je fais de mon mieux pour promouvoir l'éducation et pour encourager les étudiants à poursuivre leurs études. Pour qu'ils aillent le plus loin possible... Je ne veux pas devenir une icone pour les tenants d'une conspiration gouvernementale... Votre recherche de la vérité sur les Ovnis et les Aliens me paraît tout à fait authentique. Je pense que si des gens ont l'occasion de lire l'histoire de mon père, alors ils se décideront peut-être à se faire connaître et à partager leurs propres expériences et ce qu'ils savent en s'adressant à vous."

J'avais des tonnes d'autres questions à lui poser, mais il est évident qu'Howard Hughes n'avait confié au père de Linda qu'un tout petit aperçu de son expérience, quand il s'était trouvé face à un engin étrange et ses occupants. Il n'avait pu rapporter que les propos de Hughes. Nous n'en savons pas davantage, aussi je ne peux affirmer que c'est bien l'histoire d'un crash d'Ovni et de ses occupants. Je crois personnellement que le père de Linda a recueilli d'Howard Hughes des éléments concernant un étrange vaisseau et son équipage d'êtres de très petite taille, et qu'il a fait à sa fille un récit fidèle de ce qu'il a entendu, de la bouche même du principal témoin.

L'enquête autour de l'histoire de Linda a duré près d'une semaine. J'ai communiqué avec elle par téléphone à plusieurs reprises. Elle m'avait autorisé à enregistrer nos conversations, et j'ai soumis les bandes à un détecteur de stress que j'avais acheté quelques années auparavant.

Si ce matériel bon marché est efficace, il indique qu'elle n'a aucunement cherché à me tromper. J'ai une bonne expérience comme enquêteur et ufologue, et j'ai constaté avec satisfaction que Linda a réellement coopéré, chaque fois que j'avais de nouvelles questions. C'est presque toujours un signe très favorable.

Linda m'a adressé par email une telle quantité de documents que je suis certain d'avoir affaire à une personne authentique, et que son père était effectivement employé chez Hughes Aircraft. Il apparait qu'il a du travailler comme consultant sur des programmes spécifiques, avant d'être employé à plein temps.

Puisque Hughes ne lui a jamais expressément dit qu'il avait vu un vaisseau alien ni précisé que les cadavres étaient des corps d'aliens, c'est à nous de remplir les blancs mais avec les précautions d'usage.

Au moins, l'histoire de Linda démontre qu'il y a bon nombre de gens qui détiennent des informations importantes au sujet des Ovnis, mais ne souhaitent pas en parler par crainte des répercussions. C'est sans doute la faute des journaux d'information, qui semblent incapables d'approfondir quoique ce soit, sauf à nous rapporter que tel homme politique est allé à la messe, ou a fêté son anniversaire. On ne nous rapporte que les communiqués auto-satisfaits des autorités, les journaux sont remplis de commentaires déphasés, mais l'essentiel est passé sous silence. - Source

Compléments & Commentaires