Didier de Plaige

Eisenhower & les Aliens ?

Un auditeur est intervenu en direct sur Coast to Coast pour annoncer qu'il possède un film montrant le président Ike Eisenhower, et des Aliens sur des brancards.

George Noory concluait son émission avec Whitley Strieber le 3 février, en prenant des questions d'auditeurs. Bob était alors intervenu en direct par téléphone pour annoncer qu'il avait acquis 18 bobines de films 16mm qui montrent le président Dwight Eisenhower, Howard Hughes et des êtres venus d'ailleurs, allongés sur des brancards.

Le producteur Tom Danhaiser de C2C avait rapidement interrompu la conversation pour vérifier quelques détails avec le témoin, et s'arranger avec lui hors antenne pour obtenir de voir le film.

A ce stade, la crédibilité de l'auditeur Bob n'a pas encore été établie.

Juste avant de passer Bob à l'antenne, l'animateur George Noory annonce : "Nous prenons un appel de Fayetteville, en Caroline du Nord, bonsoir Bob..."

George Noory

3 février 2009 - L'intervention de Bob
à propos du film avec Eisenhower :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Ike Eisenhower

Bob déclare qu'il travaille avec l'armée et est affecté à la "surveillance des caméras satellites". En raison de l'origine de l'appel (Fayetteville), les chercheurs en ont déduit qu'il serait basé à Fort-Bragg. Là se trouvent plusieurs unités aériennes de l'armée U.S., notamment le XVIIIème Airborne Corps HQ, la 82ème Airborne Division, et l'USASOC (United States Army Special Operations Command).

Le 6 février, Noory
revient brièvement
sur l'histoire du film :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Le 1er mars George Noory s'entretient avec Larry Bryant, et l'informe que Bob se trouve actuellement en Europe. Ils attendent son retour aux Etats-Unis pour se faire remettre le film.

Si tout se passe bien, Norry a déclaré que le film serait placé sur le site web de la station. Bob a fait savoir qu'il était d'accord, "à condition que personne n'en tire un avantage financier".

1er mars 2009 - George Noory fait le point sur le film avec Eisenhower :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

1er mars 2009 - Larry Bryant et George Noory parlent de Bob, du film, et du processus de la Divulgation :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Le 17 mars 2009 - George Noory informe ses auditeurs que Bob sera de retour d'Europe et doit recontacter l'équipe à partir du 21 mars :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Larry Bryant a réalisé la transcription suivante de l'émission du 3 février.

Il s'est aussi chargé de lancer quelques requêtes FOIA (auprès de la Bibliothèque Eisenhower, la CIA, le National Technical Information Service - U. S. Department of Commerce & du GAO).

Bob - Hello, Mr. Noory. Je dois vous faire part d'une information exceptionnelle - vraiment exceptionnelle. Je suis dans l'armée, et je surveille des caméras satellites.

Ce que j'ai à vous dire concerne les Ovnis - oui, c'est très particulier : j'ai acquis 18 bobines de film, de type militaire, ça remonte aux années quarante, au début des années cinquante. Euh, j'en ai hérité.

- Noory : C'est du 16mm, noir et blanc ?

- Oui c'est du noir et blanc; j'ai eu [inaudible] sur la majorité d'entre elles. Il y a des insignes militaires sur les bobines, avec des aigles et ce genre de choses.

Larry Bryant

- Noory : avez-vous déjà visionné le contenu, Bob?

- J'en ai regardé une partie. Euh, ce que j'ai pu en voir m'a foutu la frousse de ma vie.

- Noory : Comment ça ? - Vous pouvez rapidement préciser ?

- Euh, il faudrait qu'on en parle hors antenne; ce n'est pas...

- Noory : Je vais donner votre numéro à Tom, si vous en êtes d'accord.

Howard Hughes

- Sur les bobines que j'ai visionnées - du moins dès la première - on voit le Président Eisenhower et, euh, le euh, ce type excentrique qui avait une compagnie d'aviation - comment s'appelait-il ? - c'est celui qui vivait en reclus..

- Whitley Strieber : Oh, Howard Hughes...

- Oui, Howard Hughes, il est dans un hangar, il cherche quelque chose, euh, des gens allongés sur des brancards (et ils ne venaient pas d'ici).

- Noory : Oh, bon sang; bon, écoutez...

- Je dois m'arrêter là, et...

Noory, met fin à la conversation : Bob, je vous mets en attente, nous allons prendre votre numéro et nous pourrons échanger davantage. Ca semble très impressionnant. Whitley, mon ami, on reste en contact.

- Strieber : Merci, George, comme toujours...

Informations complémentaires, rassemblées et transmises par le chercheur croate Giuliano Marinkovic :

- Le Jerry Pippin Show, reçoit Larry Bryant le 3 mars, à propos de Bob et du film avec Eisenhower :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

- Grant Cameron, invité de Mel Fabregas pour le Veritas Show revient sur la précédente histoire de rencontre, sur la base Air Force d'Edwards en février 1954, entre Eisenhower et des Aliens :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

"Les chercheurs intéressés ont échangé des dizaines d'emails, et formulé quelques hypothèses : Bob pourrait être occupé à surveiller des données météo mondiales pour les transports de marchandises, ou de troupes (peut-être le 18ème WEATHER SQ)." Ce document PDF évoque les raisons du possible voyage en Europe de Bob.

Compléments & Commentaires

Samedi 21 Mars

Kay Hagan

Larry Bryant a adressé cette lettre à un membre du Sénat américain :

A : Hon. Kay R. Hagan
U. S. Senate
Washington, DC 20510

De : Larry W. Bryant
3518 Martha Custis Drive
Alexandria, VA 22302

DATE : 21 mars 2009

L'un de nos concitoyens, du nom de "Bob", doit prochainement confier un film à l'animateur George Noory, qui anime une émission sur le réseau Coast to Coast, pour qu'il soit analysé et dupliqué.

Ainsi que Bob en parle dans la transcription ci-après de son appel téléphonique à l'antenne le 3 février 2009, ce film montrerait le Président Eisenhower et le pionnier de l'aviation Howard Hughes, en train d'examiner dans un hangar quelques artefacts d'Ovnis et des aliens, allongés sur des brancards.

La découverte de Bob pourrait constituer l'ultime preuve de la réalité des Ovnis/E.T., sur laquelle travaillent des chercheurs du monde entier depuis plus de 60 ans.

L'authentification du contenu de ce film amènerait alors à se poser diverses questions telles que :

Larry Bryant

(1) Quelles agences/responsables étaient au courant de cette rencontre de Ike avec des Aliens depuis le début ?

(2) Sous quelle autorité et pour quelle raison ces responsables ont-ils agi pour dissimuler le contenu du film ainsi que tous les rapports officiels concernant l'incident évoqué ?

(3) Si le film détenu par Bob n'est qu'une copie du film original, où (et pourquoi) la version originale serait-elle aujourd'hui cachée au public ?

(4) Qui était le propriétaire/conservateur original de la copie de Bob (et quelle était/ou est son ancienne responsabilité gouvernmentale) à l'époque où Bob est entré en sa possession ?

(5) Aujourd'hui, quelle entité fédérale aurait intérêt à conserver ce film - et quelle raison aurait-elle à le faire ?

(6) En tant que propriétaire actuel de ce film, à quel(s) responsable(s) du gouvernement Bob doit-il s'adresser pour protéger SES intérêts personnels ?

Si ces questions, ainsi que d'autres en rapport, devaient être posées publiquement lors d'une audition devant un comité du Sénat, elles devraient aider à déterminer ce que l'administration Eisenhower avait appris au sujet de la réalité Ovnis/E.T.

Non seulement ce comité peut exercer son pouvoir de citation à comparaître, pour obtenir des témoignages et des documents révélateurs de la part de témoins disponibles, mais il pourrait aussi être amené à découvrir des preuves corroborantes d'autres éventuels lanceurs d'alerte en plus de "l'auditeur Bob."

Larry Bryant

C'est pourquoi je vous prie de transmettre cette requête au président du comité sénatorial approprié, afin que son équipe invite "l'auditeur Bob" à leur communiquer sa preuve.

Afin d'aider à coordonner cette action essentielle dans l'intéret de Bob - et celui de toutes les personnes qui sont également concernées et susceptibles de déterminer la portée et l'impact de cette affaire au potentiel historique - je demande à l'équipe du comité de s'engager immédiatement à travailler en collaboration avec les membres de l'équipe de Mr. Noory chez C2C pour protéger et faire progresser à la fois les intérêts de Bob et ceux du public dans ce domaine.

Note : ni Bob ni la direction de C2C ne cherchent à tirer un quelconque profit de cette divulgation.

Je vous adresse par courrier simple une lettre signée similaire à cet email.

Je vous remercie de nous assister dans cette occasion (en attente) de parvenir à la vérité pleine et entière sur les Ovnis.

LARRY W. BRYANT
Directeur du Bureau de Washington, D. C., de l'organisation "Citizens Against UFO Secrecy"

http://ufoview.posterous.com

La lettre est suivie de la retranscription de l'intervention sur C2C.

Mercredi 25 Mars

En attendant que l'auditeur Bob se manifeste de nouveau auprès de la station C2C, ce texte de Art Bell permet de chercher dans quelles circonstances le Président Eisenhower a pu rencontrer des Aliens. Il fut le 34ème président des États-Unis, entre le 20 janvier 1953 et le 20 janvier 1961.

- La base d'Holloman sert de décor à plusieurs histoires : le producteur de documentaires Robert Emenegger a évoqué une rencontre qui aurait eu lieu le 25 avril 1964 (mais Eisenhower avait laissé la place à Kennedy).

- Il est également question d'un évènement assez semblable survenu en mai 1971, deux ans après le décès d'Eisenhower.

- Il existe au moins une autre possibilité de rencontre, sur la base de Muroc/Edwards, en février 1954.

Ce récit concerne le 10 février 1955. Il n'est pas fait mention de civières ni de la présence d'Howard Hugues.

Art Bell
Columbine

Depuis deux ans, le chercheur et animateur Art Bell consacre une partie de ses efforts à éclaircir dans quelles circonstances le Président Eisenhower s'était rendu en 1955 sur la base Air Force de Holloman, au Nouveau-Mexique (anciennement nommée Alamogordo).

"Le 9 février, Eisenhower avait annoncé qu'il allait passer quelques jours en Géorgie pour une partie de chasse. Il a quitté le lendemain à 13h la base d'Andrews, accompagné de cinq personnes.

Un groupe de journalistes des principaux réseaux le précédait dans un autre avion, parce que les relations internationales étaient alors assez tendues : les Russes traversaient un conflit de pouvoir, et la Chine communiste envisageait d'envahir Formose.

L'avion se posa sur la base Air Force de Spence. Ike et son entourage arrivèrent à Thomasville vers 16h30 le 10 février.

Il chassa la caille pendant une heure sur la propriété de George H. Humphrey - son Secrétaire au Trésor - puis se retira dans sa résidence de Milestone.

Moins de 24 heures plus tard, le Président se trouvait sur la base Air Force de Holloman.

Les journalistes ont perdu le contact avec lui pendant 36 heures. James Hagerty, porte-parole de la Maison Blanche, déclara à la presse que Ike et son secrétaire "se remettaient d'un rhume", et leur raconta que le Président jouait au bridge devant un feu de cheminée.

Milestone

"En fait", nous dit Art Bell, "Eisenhower avait quitté sa résidence avant le lever du jour, le lendemain de son arrivée, et s'était fait conduire sur la base de Spence pour redécoller vers Holloman."

L'article resitue le contexte géopolitique de l'époque : "Ike et ses conseillers avaient étudié la question, rassemblé des statistiques, et considéré tous les apects de la poursuite des essais nucléaires.

En tant que chef de la plus puissante nation, Ike était aussi considéré par beaucoup comme le gardien de l'arsenal nucléaire du monde libre.

La course aux armements avait commencé dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, et l'arme nucléaire était au coeur des stratégies. Les Etats-Unis à eux seuls, en 1955, avaient déjà conduit 189 tests nucléaires atmosphériques, souterrains, et sous-marins. Les Russes en étaient à 90 essais nucléaires depuis 1949, et avaient fait exploser leur première bombe à hydrogène en 1953."

Ensuite le narrateur imagine les derniers instants avant la rencontre historique : "Ike n'était pas certain que tout se déroulerait comme espéré, mais ses conseillers avaient fait de leur mieux pour le préparer. La puissance atomique serait évidemment au centre des discussions. Un assistant les avisa qu'ils allaient bientôt atterrir à Holloman. Ils bouclèrent leurs ceintures et attendirent."

La visite de Ike à Holloman a été révélée par un ancien pilote, surnommé l'Aviateur Kirtland, affecté à hôpital de la base.

A l'automne 2006, Art Campbell a reçu du témoin une lettre de sept pages, rapportant les grandes lignes de cette visite. L'avion présidentiel de l'époque, le Columbine III, s'était posé à Holloman le 11 février, vers 9h du matin. Selon ce qui était prévu, il s'était immobilisé au bout de la piste 13, après avoir fait un demi-tour.

Ike Eisenhower

"Il y avait environ 300 personnes, qui s'étaient rassemblées sur un côté de la base, pour voir l'Air Force One se poser. L'avion présidentiel s'était curieusement immobilisé à 800 mètres, seul dans cet endroit reculé, et les moteurs à l'arrêt. Pas de tapis rouge, ni d'orchestre, pas de parade d'honneur, seulement quelques meuglements de vaches au loin.

Artist view

"Les employés civils et les militaires reçurent l'ordre de retourner à leurs tâches, et la base reprit une activité normale. Néanmoins la question circulait : Ike est-il dans l'avion ? Que se passe-t-il ?

On avait notifié aux civils et militaires que tout devait se dérouler comme à l'habitude pendant la visite du Président.

Peu de temps après, un Ovni est venu se poser à cent mètres devant l'Air Force One. Un homme, que l'on présume être Eisenhower, est sorti de l'avion et s'est dirigé vers l'Ovni.

La rencontre a duré 45 minutes, puis le personnage est retourné vers l'avion. Un autre Ovni s'était maintenu dans les airs au-dessus de la piste pendant toute la durée de cet échange."

Les détails sont finalement peu nombreux. Ike avait été vu par des centaines de personnes. Le Président et le commandant de la base s'étaient adressés à un groupe de 225 militaires et d'employés civils, dans un hangar, et une seconde fois dans la salle de cinéma. L'ancien pilote avait fourni les noms de huit témoins, dont celui du Colonel Sharp. Art Campbell cherche depuis à en retrouver d'autres. Eisenhower avait quitté la base vers 16h30 ou 17h.

Art Bell pense qu'on avait exercé une forte pression sur les personnels militaires et civils, afin que la visite du Président reste strictement confidentielle.

"Ce fut très efficace, parce que personne ne soupçonna finalement qu'Eisenhower s'était absenté de Thomasville pendant 36 heures. Il est très probable que cette brève rencontre à Holloman ne fut pas la première."

L'enquêteur poursuit : "Mais il est fort possible que le Président Eisenhower avait rencontré des ETs l'année précédente sur la base de MUROC (devenue Edwards AFB). La presse avait mentionné en février 1954 le fait que "Ike avait disparu pendant quelques heures". Une agence avait même cafouillé au point d'annoncer sa mort. Finalement la polémique a tourné ensuite pendant des années sur le fait de savoir si le Président avait ou non visité son dentiste à Palm Springs pour faire réparer une couronne. C'est peut-être là qu'il aurait eu l'occasion de voir des corps d'aliens.

Art Bell ajoute : "Le chercheur canadien Grant Cameron, spécialiste de l'histoire des Présidents, en regard de la question Ovnis, m'avait raconté que Ike, l'année précédente à Muroc, était entouré de 250 personnes. On pense que cette fois Eisenhower avait tenu à fausser compagnie aux journalistes qui le croyaient toujours à Thomasville, parce que les autres nations, y compris les Russes et le bloc Communiste, devaient absolument ignorer cette rencontre." - Source

Compléments & Commentaires