Didier de Plaige

Ecussons Programmes secrets

Le New York Times dans sa rubrique "Sciences" a publié début avril un article élogieux sur les recherches du photographe Trevor Paglen. Son livre est titré "Je pourrais vous le dire, mais je ne devrais pas vous laisser en vie" (Melville House, éditeur).
L'auteur a découvert les codes symboliques des recherches militaires secrètes après avoir rassemblé et analysé 75 écussons.

"Des cranes, des chats noirs, une femme nue chevauchant un requin tueur, des faucheurs macabres. Des serpents. Des épées. Des symboles occultes. Un magicien tenant un baton qui lance des éclairs. Des Lunes.&nbsp ;D es étoiles. Un dragon tenant la Terre dans ses serres."
Trevor Paglen expose la réalité cachée derrière les programmes classifiés du Pentagone, qui dispense des milliards de dollars pour des armées furtives de combattants high-tech."
Celui-ci se réfère au 509ème Régiment bombardier basé à Roswell, Nouveau-Mexique.

Cet écusson montre un Alien avec de grands yeux, tenant un bombardier furtif devant sa bouche. "To Serve Man" - De l'Homme au Menu - est une référence directe à un épisode de 'Twilight Zone', dans lequel l'homme sert de plat de résistance. Il porte la devise faussement latine 'Gustatus Similis Pullus', ce qui est censé se traduire par "On dirait du Poulet".

Mr. Paglen précise que le titre de son ouvrage est la traduction d'une devise latine, choisie par l'Escadron 4 de Test aérien et d'Evaluation de la Navy, basé à Point Mugu, Californie. Cette unité est chargée de tester les avions de combat, les armes conventionnelles et les matériels de guerre électronique; elle est également en charge du développement des stratégies utilisant des armes sophistiquées en situation de combat.

Dans sa présentation, Mr Paglen explique : "Les militaires ont réalisé des insignes pour illustrer pratiquement chacune de leurs activités. Le plus étonnant est qu'il en existe aussi pour figurer des programmes, des unités et des actions qui sont officiellement secrets.
Dans certains cas, des contractants ont dessiné des écussons pour renforcer l'esprit de corps. D'autres sont créés de manière officieuse, en contrepoint des insignes officiels.
"

Pour Steven Aftergood, expert en sécurité auprès de la Fédération des Scientifiques Américains à Washington : "Ca change de l'approche traditionnelle du gouvernement secret. Ca montre que ces programmes secrets ont leur propre culture, leur vocabulaire, et même le sens de l'humour." Des responsables militaires et des experts ont confirmé que ces écussons sont authentiques, et que c'est un moyen reconnu de renforcer l'esprit d'équipe.

La chronique de cet ouvrage est aussi l'occasion pour le New York Times de s'intéresser à nouveau aux budgets secrets : "La caisse noire du Département de la Défense, qui échappe totalement aux regards du public, a pratiquement doublé pendant l'ère Bush, atteignant aujourd'hui 32 milliards de dollars. Ce chiffre dépasse les budgets cumulés de la FAA (Food and Drug Administration), de la National Science Foundation et de la NASA.

Ces milliards ont permis de développer un monde secret de sciences et technologies avancées où les commandements militaires ainsi que les contractants fédéraux repoussent les frontières de la technique guerrière. Par le passé, ces recherches ont permis de produire des avions futuristes, des armements performants et des satellites-espions, de même qu'elle a conduit à de véritables fiascos.

Les documents officiels ne livrent aucun détail. Cette année, par exemple, le Pentagone a admis que le Programme Elément 0603891c a reçu 196 millions de dollars, mais ne révèle strictement rien de ses objectifs. Des analystes indépendants pensent qu'il s'agit apparemment du développement d'armes spatiales.

Chaque année, le Center for Strategic and Budgetary Assessments, un groupe privé basé à Washington, publie des mises à jour sur les budgets classifiés du Pentagone. Pour ces observateurs, l'argent a commencé à affluer dès l'arrivée de Mr Bush, et ça s'est amplifié après les attaques du 11 Septembre."

Trevor Paglen, artiste et photographe, a obtenu son Ph.D. en géographie à l'Université de Californie (Berkeley). Il est parvenu à mettre en évidence certains aspects de ce monde secret. "Les 75 écussons qu'il a rassemblés révèlent un mélange culturel bizarre où des devises Latines et Grecques servent à légender des images de démons effrayants et de guerriers offensifs, avec des dragons lachant des bombes et des êtres farouches émettant des rayons laser."

"Oderint Dum Metuant" est inscrit sur un écusson d'un programme de l'Air Force, qui scrute les images de satellites-espions pour affiner le renseignement sur le champ de bataille. Selon Mr. Paglen, la devise a été empruntée à Caligula, l'Empereur romain du 1er siècle, réputé pour sa débauche. Elle signifie "Peu importe la haine, pourvu qu'ils aient peur de nous !"

"Des magiciens figurent sur plusieurs insignes. Un écusson figurant des éclairs provient d'une base secrète de l'Air Force située à Groom Lake, au nord-ouest de Las Vegas dans une vallée retirée. Mr. Paglen explique que 'Desert Prowler', avec ses Cinq étoiles groupées plus Une, est une référence voilée à la Zone 51, où le gouvernement teste des avions futuristes et, selon les ufologues, détiendrait des vaisseaux aliens."

"Ce livre ne donne pas seulement des indices sur la nature des programmes secrets, mais dévoile aussi un certain machisme parmi l'élite présumée du complexe militaro-industriel. Les écussons font souvent penser à des farces et attrapes qui se situeraient au niveau de la guerre des étoiles. Les moindres détails relevés sur les écussons ont un sens caché. Par exemple, le dragon est le symbole de l'imagerie infra-rouge sur les satellites de nouvelle génération KH-11." Le nombre d'éclairs, d'étoiles, etc.. peut nous renseigner sur le nombre d'unités opérationnelles, leurs localisations géographiques, ainsi que leurs objectifs. "Ces symboles sont un langage. En étudiant sa grammaire, on peut avoir un aperçu de ce monde secret."
Mr. Paglen poursuit sa collecte dans le domaine des activités militaires secrètes. "Ca représente une industrie gigantesque. Il est remarquable de voir se développer ces projets à l'échelle industrielle, sans même que nous sachions de quoi il retourne. C'est un incroyable exploit de l'ingénierie sociale."

Concernant les drones, deux ou trois déboulonneurs s'agitent sur le forum Open Minds, et causent un bruit de fond assez peu propice à la réflexion. Jusqu'à dix fois chaque jour TheShadow vient y trépigner d'impatience comme un enfant capricieux. Malgré ce harcèlement, la Drone Team doit poursuivre ses recherches de témoins sans donner d'autres indications. On avait vu il y a quelques mois comment un provocateur avait obtenu qu'un ingénieur de la compagnie Northrop-Grumman soit rappellé à l'ordre par ses supérieurs après qu'il ait apporté quelques informations sur le site web de Linda Moulton Howe. Il y a ce genre de pervers sur OMF, prêts à téléphoner aux voisins de Chad pour les perturber..
Heureusement, les détectives ne prennent pas le temps de lire ce qui se dit sur OMF, et l'enquête suit tranquillement son cours.