Didier de Plaige

Déclassification au Brésil

Samedi 18 Avril 2009

Un article publié par AllNewsWeb montre que la Divulgation ne sera pas forcément le fait d'une initiative américaine : "Un évènement historique pour la divulgation : le Brésil publie des archives sur les Ovnis"

"C'est un évènement majeur pour la communauté ufologique mondiale : les ufologues brésiliens ont obtenu la déclassification de documents top-secrets.

La CBU (Commission des Ufologues brésiliens), avec à sa tête A. J. Gevaerd, éditeur de UFO Magazine, se battait depuis plus d'un an pour obtenir ces dossiers, par le moyen de requêtes sur la liberté de l'information, et vient d'obtenir gain de cause.

Gevaert+Brigadier Ribeiro

Le Gouvernement avait déjà diffusé plusieurs lots de dossiers confidentiels sur le sujet, mais cette fois il s'agit d'archives d'un autre niveau, qui étaient jusqu'ici hautement classifiées. On y trouve par exemple des rapports sur la fameuse affaire dite de "La nuit des Ovnis", qui a été souvent comparée en importance à l'incident de Roswell : cette nuit de Mai 1986, vingt Ovnis furent suivis au radar et six avions de l'armée leur avaient donné la chasse. Les détails de cet incident spécifique se trouvent sur le site web du CBU

Otavio Moreira Lima

A l'époque ministre de l'Aviation, le Brigadier Général Otavio Moreira Lima, avait confirmé les faits et par la suite il révéla le fond de sa pensée en déclarant que selon lui l'humanité établirait prochainement le contact avec des extraterrestres.

Le ministre ajouta que les autorités Brésiliennes avaient le droit de révéler au peuple la réalité de l'existence des aliens, en se passant au besoin de la permission des Américains.
Puis il avait conclu par cette remarque intéressante : si beaucoup de gens sont prêts à accepter l'idée de la présence aliène, il y en a encore un grand nombre qui ne sont pas préparés à recevoir ce genre d'information..

Vendredi dernier le CBU a réuni son congrès à Brasilia, la capitale, et ses représentants ont à nouveau rencontré des responsables de l'Air Force. Les Ufologues ont déclaré qu'ils avaient pu voir et examiner les dossiers top-secrets qui leur avaient été présentés, y compris ceux qui concernaient l'incident de 1986, mais pas d'en faire des copies.


De gauche à droite : A. J. Gevaerd, Marco Petit, un responsable militaire de la Comdabra, Rafael Cury, Roberto Beck, Fernando Ramalho & Claudeir Covo, en 2005, dans une salle de réunion du Commandement de la Défense aérienne.

L'an dernier ils avaient déjà obtenu l'accès aux dossiers qui concernent l'Opération Prato. C'est une enquête militaire assez poussée sur des incidents qui se sont produits en Amazonie. Les villageois auraient été attaqués et blessés par des Ovnis et s'étaient organisés pour assurer des veilles nocturnes dans l'éventualité d'avoir à se protéger.

Vingt ans après ces évènements, Uyrange Nogueira - le Capitaine en charge de l'opération - avait été interviewé par un ufologue et il a reconnu avoir lui-même vu des Ovnis. Il pensait que des aliens étaient effectivement impliqués. Trois semaines plus tard, il a été retrouvé mort, pendu avec sa ceinture. (Les détails sont exposés sur le site web).

A présent les Ufologues travaillent à mettre au point une sorte de protocole avec l'Air Force, qui leur garantirait un accès permanent à ces dossiers, et leur permettrait de pouvoir les étudier.

Une collaboration est devenue possible avec les militaires, parce que tout le monde souhaite mieux comprendre le phénomène Ovni.

Pour Rafael Cury, l'un des principaux responsables du CBU : "Avec l'ouverture du Comando de Defesa Aérea Brasileira, l'ufologie brésilienne est entrée dans une nouvelle ère".

En effet. Quand les forces armées et le gouvernement acceptent de communiquer leurs dossiers à des membres d'une association ufologique, et reconnaissent ne pas bien comprendre la nature de ces engins, qu'en outre ils se montrent heureux de coopérer pour tenter de progresser, on peut se dire que la divulgation n'a jamais été aussi proche. Les Ufologues du monde entier vont certainement se montrer très optimistes en réalisant ce qui vient de se passer." - Source

Voir également ci-dessous l'interview du Brigadier José Carlos Pereira, accordée à UFO Magazine le 30 Avril 2008.

Compléments & Commentaires

Mercredi 30 Avril 2008

L'éditeur brésilien A.G. Gevaert avait révélé il y a quelques semaines, qu'il préparait une interview conséquente avec l'un des principaux généraux de l'Air Force brésilienne, le Brigadier José Carlos Pereira.
Pour mémoire, c'est lui qui avait déclaré le Jeudi 20 Mars (*) : "TOUS les secrets Ovnis doivent maintenant être révélés" et demandé que son pays procède comme la Grande-Bretagne à la publication de ses dossiers Ovnis.

    (*) "On a longtemps pensé que Pereira avait la haute main sur le coffre où les secrets Ovnis brésiliens sont conservés. Selon lui, l'Opération Soucoupe, la version brésilienne de l'Opération Blue Book aux Etats-Unis, a rassemblé 2.000 pages de documents et plus de 500 photos de manifestations en Amazonie, de même que 16 heures de films.
    Toujours d'après Pereira, tout ce matériel est maintenant gardé à Brasilia, la capitale du pays.
    "

UFO Magazine

A.G. Gevaert : "Le Brigadier José Carlos Pereira est unanimement considéré par les ufologues brésiliens comme un responsable de haut-rang, qui détient des preuves incontestables sur l'existence des Ovnis, et leur origine extraterrestre. Jusque très récemment, il avait refusé de dévoiler ce que les milieux militaires savent à ce sujet. C'est pourquoi le CBU (Comité Brésilien des Ufologues) ne pouvait être assuré de son consentement en lui proposant une interview." Cette tentative s'inscrivait dans le cadre de la seconde phase de la campagne lancée au Brésil : "OVNIs : Liberté de l'Information Maintenant".

Brigadier Jose Pereira

"A notre grande surprise, cependant, le Brigadier José Carlos Pereira a accepté l'invitation et accordé à UFO Magazine l'interview demandée. Il nous révèle la vérité sur le phénomène Ovni au Brésil. La rencontre a eu lieu le 8 mars à Brasilia. Ce fut l'occasion de connaître en détails ce qu'il pense des différents aspects du phénomène Ovni; il a été question de l'Air Force, de la sécurité nationale, et de l'attitude des militaires brésiliens dans ce domaine."
En acceptant l'invitation, Pereira nous avait déclaré : "J'ai toujours respecté les efforts de ce magazine, et je souhaite contribuer au mouvement que vous avez lancé, qui réclame la liberté de l'information sur les Ovnis au Brésil".

Le Brigadier José Carlos Pereira avait rejoint l'Air Force brésilienne en Mars 1958 et a pris sa retraite en Juillet 2005. Il a gravi tous les échelons au sein de l'Air Force, jusqu'à parvenir au grade le plus élevé de la hiérarchie militaire. Il est devenu l'un des meilleurs spécialistes au Brésil pour les affaires stratégiques concernant l'espace. Pereira a également été pilote de jet, et d'avions de transport.

L'éditeur de UFO Magazine conclut : "Les ufologues brésiliens considèrent que les déclarations de Pereira auront un impact important dans le cadre de la campagne "OVNIs : Liberté de l'Information Maintenant". Jamais auparavant un militaire de ce niveau ne s'était exprimé aussi librement sur le sujet." L'interview se trouve ici, en anglais.

Les ufologues brésiliens préparaient le terrain depuis au moins 2005. Cet extrait d'un article publié à l'époque montre comment l'Air Force avait accueilli la proposition de collaboration :

"Deux rencontres ont eu lieu vendredi 20 mai 2005, entre les ufologues civils et les militaires.

La première réunion s'est tenue au quartier-général du Centre Intégré de la Défense aérienne et du Contrôle du Trafic aérien (Cindacta), un endroit très protégé. Pendant deux heures, les chercheurs ont entendu des exposés sur les procédures mises en place par le Cindacta, et ils ont eu l'occasion de visiter les salles de contrôle. Il leur a été expliqué comment les personnels de l'Air Force procédaient pour détecter les Ovnis.

La seconde réunion, très importante, a eu lieu juste après, au siège même du Commandement de la Défense aérienne du Brésil (Comando de Defesa Aerea Brasileiro, ou Comdabra), où se trouvent des installations particulièrement sensibles, et qui contrôle l'ensemble des systèmes de défense du pays, de même que les régions environnantes sur l'Océan Atlantique et l'Amérique latine. Les ufologues ont eu droit à un briefing complet sur les principaux aspects de la défense aérienne du pays.

Le commandant du centre, le Brigadier Atheneu Azambuja, a expliqué aux chercheurs que les forces armées brésiliennes sont réellement préoccupées par le phénomène Ovni. Azambuja leur a confié les détails des procédures du Comdabra, et il a reconnu ouvertement que le Brésil avait systématiquement détecté et enregistré les vols d'Ovnis - caractérisés par l'expression "Traffic H" - depuis 1954. Ce n'était pas une surprise pour les enquêteurs du CBU, mais ils ont beaucoup appris sur les méthodes de traçage." - Source

Dimanche 7 Juin 2009

L'éditeur brésilien de la revue UFO Magazine publie cette annonce sur la liste UFO UpDates, le 5 juin :
"La Divulgation Ovni se poursuit au Brésil".

A. J. Gevaerd commente : "Je vous avais annoncé le 4 mai que le Gouvernement brésilien avait divulgué plus de 600 nouvelles pages de documents classifiés. On y trouve des rapports et des enquêtes militaires sur les Ovnis, couvrant la période de 1970 de 1979, avec pour la première fois des photos et des films.

Le contenu a été examiné et se révèle très intéressant. Il montre également la stratégie des autorités brésiliennes à l'époque pour dissimuler les affaires d'Ovnis, qu'ils qualifiaient ouvertement de "sources externes", pour signifier non-terrestres.

L'intérêt ne réside pas seulement dans les affaires qui sont exposées, mais les techniques d'enquête des militaires retiendront également l'attention.

Je pense que le plus intéressant de cette déclassification au Brésil, ce sont les 195 nouvelles pages de documents traitant de l'Operation Saucer, que l'Air Force brésilienne avait menée en Amazonie de Septembre à Décembre 1977."

Bresil 1952 détail

"C'est certainement l'initiative officielle la plus connue au monde, où l'armée a été impliquée. Plus de 1.400 pages de documents ont été déclassifiés grâce aux efforts du CBU (Brazilian UFO Researchers Committee), et de leur campagne "UFOs : Freedom of Information Now", commencée en 2004 et coordonnée par la revue brésilienne UFO Magazine. Ce qui vient d'être déclassifié représente la plus importante divulgation réalisée au Brésil."

Pepe Martinez

Les fichiers Pdf représentent 12 enveloppes et peuvent être téléchargés ICI. Un sommaire de chaque enveloppe est disponible. A. J. Gevaerd recommande de prêter surtout attention à ce fichier : Folder 10 - 1978, téléchargeable ICI avec les 195 pages de l'Operation Saucer. Il nécessiterait cependant une traduction. L'ensemble représente quand même 772 Mo.

L'éditeur et chercheur conclut : "Les ufologues brésiliens sont très enthousiastes. Celà démontre que nos efforts ont été récompensés, et l'ensemble de la communauté pourra en bénéficier."

Autres accès aux téléchargements, sur le site web de UFO Magazine :

http://www.ufo.com.br/public/abertura_1

http://www.ufo.com.br/public/brasil

Compléments & Commentaires

Mercredi 22 Juillet 2009

Un email du chercheur brésilien A.J. Gevaert le 21 juillet 09 apporte quelques nouvelles intéressantes :

"Nous avons le plaisir de vous informer que la Divulgation au Brésil se passe encore mieux que nous l'espérions."

"Il y avait eu jusqu'à présent une diffusion limitée de documents l'an dernier, puis une autre plus importante le 4 mai dernier.

Notre association, le CBU (Committee of UFO Researchers), qui anime la campagne en faveur de la divulgation, a été officiellement informée que le gouvernement a décidé de divulguer tous les documents accumulés pendant les années 80, qui étaient gardés secrets depuis cette époque.

Cette diffusion doit se faire dans le cadre des Archives Nationales d'ici une dizaine de jours.

Le gouvernement brésilien a déjà diffusé une masse considérable de documents autrefois secrets, et il procède par tranches de dix ans.

Istoe

Les années 60 et 70 sont déjà disponibles, en particulier depuis le 4 mai, avec 195 pages et environ 180 photos de l'Operation Saucer (en ajoutant celà aux archives qui avaient déjà fuitées, nous arrivons à un total de plus de 500 pages sur 2.000 pages attendues).

Istoe

Cette Operation Saucer avait été conduite en Amazonie par l'Air Force brésilienne de Septembre à Décember 1977. C'est certainement dans le monde la plus grande initiative officielle des militaires pour enquêter sur des Ovnis, du moins pour ce que nous en savons.

A ce stade, plus de 1.400 pages de documents Ovnis concernant le Brésil, qui étaient autrefois classifiés, ont été diffusées grâce aux efforts du CBU et sa campagne "UFOs: Freedom of Information Now", entreprise en 2004 et orchestrée dans ce pays par UFO Magazine.
Jusqu'ici c'était la plus importante vague de déclassification, mais celle qui s'annonce pour le mois d'août prochain devrait être encore plus importante.

Le week-end dernier, la divulgation Ovnis au Brésil a enfin pu toucher le grand public, parce que ISTOÉ, le second magazine en termes de diffusion, a fait sa couverture et publié un article de 8 pages, sur cet évènement. Aucun autre support n'avait jusqu'ici accordé autant d'importance à ce sujet.
Les réactions sont très positives, et cet article a été repris par des centaines de journaux locaux et de sites web.

L'article est téléchargeable au format PDF ICI :
http://www.ovnis-usa.com/DIVERS/Istoe_18_07_09.pdf

Afin de traiter les documents déjà diffusés le mois dernier, j'ai formé un groupe de 30 traducteurs volontaires, et nous aurons d'ici deux semaines près de 500 pages disponibles en anglais (suite aux diffusions officielles et aux fuites précédentes).

Ca demande beaucoup de travail, mais tout le reste sera également traité."

Les précédents fichiers Pdf représentent 12 enveloppes et peuvent être téléchargés ICI :
http://www.ufo.com.br/public/abertura_2

Compléments & Commentaires

Istoe

Vendredi 2 octobre 2009

A. J. Gevaerd, éditeur de la revue brésilienne UFO Magazine, présente cette mise à jour sur la divulgation progressive au Brésil : "Le gouvernement brésilien vient de déclassifier une nouvelle série de documents Ovnis de ses archives secrètes.

Il s'agit maintenant des années 80. Des documents très importants concernant les années 50, 60 et 70 avaient déjà été rendus publics. C'est la troisième vague depuis le début de l'année 2009. Nous en sommes maintenant à plus de 4.000 pages.

Cette divulgation récente livre en complément des dizaines de rapports d'Ovnis du 19 mai 1986, considéré officiellement comme "la Nuit des Ovnis", lorsque 21 objets sphériques, d'environ 100 mètres de diamètre - selon les sources militaires - avaient été détectés par les radars et signalés par des pilotes civils.

SIONI 034

Le trafic aérien étant perturbé au-dessus des principaux aéroports du pays, comme Sao Paulo et Rio de Janeiro, plusieurs Mirage et des F5 furent lancés à leur poursuite.

Le lendemain matin de cette 'invasion', le brigadier-général Octavio Moreira Lima, ministre de l'Air Force, s'était exprimé publiquement sur le réseau de la télévision nationale, en expliquant sans détours ce qui s'était passé. Les pilotes ayant pris part à la poursuite s'étaient également exprimés, ainsi que leurs commandants, racontant que ces incidents avaient duré plusieurs heures.

Nous avons eu plusieurs déclassifications depuis 2007. Elles sont à mettre au crédit de la campagne "UFOs : Freedom Of Information Now", qui est animée depuis 2004 par le CBU (Brazilian Committee of UFO Researchers). Ce sont 2.200 nouvelles pages de documents Ovnis qui viennent d'être remises au CBU et simultanément versées aux Archives Nationales brésiliennes.

SIOANI 063

Fin Juillet, des centaines de documents du SOANI (Brazilian Air Forces official System for the Investigation of Unidentified Aerial Phenomenon) avaient montré comment les autorités militaires s'étaient occupées du Phénomène Ovni dans les années 60 et 70.

Le SIOANI n'est pas une agence top secret, et des chercheurs civils ont également participé à ses travaux. De ce fait, sa structure et son fonctionnement démontrent que le Brésil est le premier pays au monde qui reconnaît publiquement la réalité du Phénomène Ovni.

Il est aussi le premier à reconnaître officiellement qu'il mène de telles enquêtes.

Aviez-vous déjà vu des dessins en couleurs de soucoupes, réalisés par des témoins, qui ont fait l'objet d'enquêtes par des militaires ? Ceux qui sont présentés sur cette page font partie d'une série de croquis récemment divulgués, qui concernent des observations au Brésil dans les années 60 et 70, et ils figuraient dans les dossiers du SIOANI. Nous attendons des quantités d'autres documents.

Le site web de la revue brésilienne UFO Magazine présente déjà des milliers de pages, accessibles en téléchargement, dont 1.200 pages de documents, 200 photos concernant les études du SIOANI dont l'Operation Saucer, qui avait été menée en Amazonie en 1977, ainsi que des dossiers remis au CBU par d'autres sources militaires." - Source

Autres documents téléchargeables :
http://www.ufo.com.br/documentos/sioani/Novos_documentos
http://www.ufo.com.br/documentos/sioani/>
http://www.ufo.com.br/documentos/prato/
http://www.ufo.com.br/documentos/extra/
http://www.ufo.com.br/documentos/geral/

Documents traduits
Compléments & Commentaires