Didier de Plaige

Anomalies – Lune & Mars

Après son report en octobre 2008, le Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) devrait être lancé par la NASA à partir du 2 juin prochain.

"Il s'agit de cartographier la surface de la Lune à un niveau de précision encore jamais atteint, d'étudier son environnement radiatif, et de chercher la présence éventuelle de glace, pour préparer les futures missions humaines à partir de 2020." Source

Placé en orbite à seulement 30 à 50 km de la surface, le LRO doit assurer une mission d'un an, avec une éventuelle prolongation sur 5 ans. Dans ce cas, il pourra servir de relais de communications pour d'autres missions, comme le guidage d'un futur véhicule de surface.

LRO

C'est l'occasion de faire connaissance avec Joseph P. Skipper. Depuis l'année 2000, il présente ses recherches d'anomalies lunaires et martiennes sur son site web MarsAnomalyResearch : "Il était devenu évident pour moi que les explications fournies après les échecs de diverses missions vers Mars n'étaient pas crédibles. En fait, il est possible que ces missions n'aient pas échoué mais qu'on ait préféré le laisser croire pour garder leurs constatations secrètes." - Cliquer les images = zoom

Star City

Pour la planète Mars, Joseph Skipper s'est référé entre autres aux données fournies par Mars Global Surveyor :

"Cette curieuse formation de Syrtis Major Planum a été surnommée la "Star City". C'est une structure complexe qui montre, pour certains, les murs d'une construction artificielle." - Source

Ses images de la Lune proviennent en grande partie de la mission Clémentine, lancée en 1994, un projet commun entre le Département de la Défense et la NASA. L'altitude de prises de vue était alors de 400 kms.

Son Rapport N°153, du 7 décembre 2008, montre plusieurs images très floutées; d'autres pensent qu'il s'agirait simplement de défauts optiques à la prise de vues ou au traitement.

Il vient de publier sur OMF quelques réflexions au sujet du Lunar Reconnaissance Orbiter :

"Ses objectifs sont très différents des autres missions lunaires. Par le passé il s'agissait de démontrer que nous pouvions aller sur la Lune, puis de réaliser quelques expériences, et observer sa surface, y compris la face cachée.

Cette fois il est question de repérer très précisément des emplacements pour y établir des bases permanentes. Elles devraient servir de relais pour l'exploration humaine de Mars.

Grâce au LROC (Lunar Reconnaissance Orbiter Camera), les techniciens pourront prendre des images en noir et blanc avec une résolution de 1m par pixel. Cet appareil permettra également de faire des photos en couleurs et dans l'ultraviolet.

Clementine 2 Towers

On peut se demander si toutes ces images seront rendues publiques. Ce serait intéressant d'apercevoir ce qui se trouve aux endroits qui ont été floutés sur les clichés de Clementine, en particulier ces tours qui semblent s'élever sur l'horizon. Nous devrions en voir tous les détails avec une grande précision.

Clementine group

En d'autres termes, si la sonde en orbite est à même d'accomplir sa tâche, et en supposant qu'il n'y a plus personne là-haut pour l'en empêcher, nous aurions une idée assez précise de la technologie utilisée.

Mais je doute que les responsables de la mission aient envie de publier un tel constat.

Nous ne pouvons prétendre que la Lune nous appartient. Les opérations de floutage démontrent qu'elle a été occupée depuis très longtemps par d'autres intelligences. La construction de telles structures sur la Lune montre aussi que ses occupants ont les moyens de faire respecter leur besoin de discrétion.

Leur faible niveau d'interférence avec nous laisse cependant penser qu'ils pourraient peut-être tolérer de nous voir progresser sur leur terrain, dans une relation pacifique et jusqu'à un certain point.

Je pense aussi que cette mission peut consister à acquérir des connaissances sur ces technologies aliènes, mais que la transmission de données en direct pourrait aussi devoir échouer sans préavis. Nous verrons jusqu'à quel point les occupants pourront tolérer de voir cette sonde traverser le ciel à 50kms au-dessus de leurs têtes, et s'ils considèrent ou non que ses applications militaires puissent à terme représenter une menace pour eux.

Ce n'est pas la première fois qu'on nous promet des images en couleurs, pour finalement ne nous donner que du noir et blanc ou des couleurs dégradées.

Je suis prêt à parier que si la mission parvient à son terme, les seules images qui seront diffusées ne représenteront que des structures artificiellement composées, qui ont peut-être été déjà préparées.

Je reconnais manquer d'informations plus précises, mais cette mission me semble se jouer comme un lancer de dés.
S'il y a bien des occupants sur la Lune, il est possible qu'ils n'apprécient pas d'être scrutés d'aussi près.

Clementine Big Tower

Je ne pense pas qu'ils pourraient réagir de manière offensive, mais ils pourraient déclencher ici sur Terre une soudaine prise de conscience de leur présence, pour contrer la politique du secret imposée par nos dirigeants.

Clementine Horizontal object

Ceux-ci ont certainement du envisager cette possibilité, mais ont-ils bien calculé les risques encourus ?

Si le contact s'établissait à grande échelle, on doit prendre en compte que les populations sont très peu préparées, et constater que la manipulation psychologique assurée depuis toujours par les principaux medias pourrait générer une situation émotionnelle assez intense au moment du réveil.

D'un autre côté, les autorités savent peut-être par avance que les occupants seraient disposés à leur permettre l'installation de bases temporaires dans les régions polaires un peu moins peuplées ? Il me semble qu'on est en train de jouer avec le feu.

Naturellement, si vous faites partie de ceux qui n'ont pas encore pris connaissance de ces énormes structures révélées par la mission Clementine, et réalisé ce que celà implique, vous aurez certainement un autre point de vue."

Compléments & Commentaires