Didier de Plaige

La Royal Society britannique valide l’Exopolitique

janvier 15th, 2011 Posted in Janvier 2011

"Des scientifiques estiment que la Terre doit se préparer à une rencontre rapprochée avec des aliens. Rien ne permet de penser qu'ils seraient amicaux." Un article de Alok Jha, correspondant scientifique du Guardian, consacré un an plus tard à la synthèse de la conférence "La Détection de La Vie Extraterrestre et Ses Conséquences Pour La Science et La Société" - qui s'était tenue à la Royal Society, dans le centre de Londres, les 25 et 26 janvier 2010. La Royal Society avait organisé une seconde conférence à Londres les 5 et 6 octobre 2010.

Royal Society

"Des scientifiques préconisent que les gouvernements de la planète préparent un plan d'action coordonnée dans le cas où la Terre serait contactée par des aliens. Ils pensent que cette responsabilité devrait être confiée à un département des Nations-Unies qui serait en charge des "affaires supra-terrestres". Elle devrait établir une conduite en regard des extraterrestres, s'ils devaient se manifester.

Ces commentaires sont tirés du magazine 'Philosophical Transactions of the Royal Society A', consacré à la vie extraterrestre et publié par anticipation sur le web à la date du 13 février prochain.

On peut y lire avec intérêt l'intégralité des contributions des participants.

Des scientifiques de premier plan examinent tous les aspects de la recherche de la vie extraterrestre, depuis l'astronomie, la biologie, jusqu'aux conséquences politiques et religieuses qui devraient résulter d'un contact avec des intelligences d'autres mondes.

Document Pdf à télécharger : "The Detection of extra-terrestrial life and the Consequences for Science & Society".

Philosopical Transactions A

Le professeur John Zarnecki de l'Open University et le Dr Martin Dominik de l'Université de St Andrews, ouvrent ainsi le débat : "Verrons-nous se mettre en place un processus adéquat, basé sur des avis d'experts, qui soit le fait de véritables scientifiques vraiment responsables ? Il est à craindre que, comme souvent, les intérêts de pouvoir et l'opportunisme prennent le dessus. Il suffirait, pour pallier à ce défaut de coordination, d'instaurer une structure de gestion globale, assurée par une institution internationale qui soit politiquement légitime."

Ils s'accordent à dire que l'ONU dispose déjà d'un dispositif pouvant servir de cadre, avec son 'Comité pour l'utilisation pacifique de l'espace extra-atmosphérique' (Copuos) - présidé par l'astrophysicienne malaysienne, Mme Mazlan Othman. (*) [La 54ème session de l'organisation se tiendra à Vienne du 1er au 10 Juin 2011.]

Simon Conway Morris

Selon ces scientifiques, les Etats-membres du Copuos devraient s'intéresser aux "affaires supra-terrestres", et établir des structures similaires à celles qui s'occupent des objets s'approchant de la Terre, tels que les astéroïdes, du moins ceux qui pourraient présenter un danger de collision avec notre planète.

Pour Simon Conway Morris, professeur de palaéobiologie évolutive à l'Université de Cambridge, tous ceux qui se trouvent concernés par le contact alien devraient s'attendre au pire.

Il a notamment déclaré : "L'évolution sur des mondes aliens doit bien être Darwinienne par nature." Morris pense que la vie ailleurs dans l'univers devrait donc probablement présenter d'importantes similitudes avec la vie sur Terre - particulièrement si cette vie émerge sur des planètes semblables à la nôtre avec des molécules biologiques similaires.

Cela signifie que les E.T. peuvent nous ressembler, avec tous nos défauts, nos tendances à la violence et à l'exploitation.

Dans ce numéro spécial de la revue, Morris explique : "Pourquoi devrions-nous nous "attendre au pire" ? Essentiellement parce que si des aliens intelligents existent, ils pourraient nous ressembler. Notre propre histoire étant loin d'être glorieuse, ceci devrait nous faire réfléchir."

Ted Peters, professeur de théologie systématique au Pacific Lutheran Theological Seminar de Californie, s'est intéressé à ce qu'il pourrait advenir des religions mondiales, dans l'éventualité d'un contact extraterrestre. Il est couramment admis que les religions s'effondreraient dès lors que l'existence d'une intelligence extraterrestre (ETI) serait confirmée.

"Parce que nos traditions religieuses ont établi leurs croyances fondamentales dans une optique d'un monde ancien à présent dépassé, serait-il choquant qu'un nouveau savoir remplace nos dogmes pré-modernes ? Les croyants seraient-ils à ce point géocentriques qu'un contact alien pourrait sérieusement déstabiliser l'importance que nous nous accordons ?

Nos religions traditionnelles placent les êtres humains au sommet de la hiérarchie de la vie, mais la confrontation avec des êtres plus intelligents nous ferait-elle déchoir de ce piédestal ? Si nous sommes créés à l'image de Dieu, comme l'enseignent les traditions bibliques, saurions-nous partager ce statut divin avec nos nouveaux voisins ?"

Ted Peters

Cependant, la conclusion de Ted Peters est que la fidélité envers les principales religions de la Terre en sortirait intacte : "Les théologiens ne se retrouveraient pas au chômage. En fait, ils pourraient même profiter de ce nouveau défi pour reformuler les engagements classiques des religions, à la lumière d'une nouvelle et plus vaste vision de la création divine.

Les théologiens traditionnels doivent donc devenir des astrothéologiens... Je n'ai aucun doute sur le fait que le contact avec une intelligence extraterrestre permettra d'élargir la vision religieuse actuelle, selon laquelle toute la Création - à savoir les 13,7 milliards d'années de cet univers empli de créatures d'origine divine - est le don d'un Dieu aimant et bon." - Source

Parmi les réactions enthousiastes des participants sur la Liste UfoUpdates : "Félicitations à la Royal Society pour son numéro de Février 2011. Il s'agit bien d'une publication de LA Royal Society."

(*) En octobre 2010, Mme Othman n'avait pas rejeté cette éventuelle responsabilité, en déclarant à la presse que si des signaux radio extraterrestres étaient confirmés "nous devrions avoir préparé une réponse coordonnée qui prenne en considération toutes les questions sensibles liées au sujet." Elle démentit avoir été déjà sollicitée, mais reconnut que sa fonction et son bureau aux Nations-Unies seraient en effet tout à fait adéquats.

Natacha, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.