Didier de Plaige

Anniversaire de la mort de Philip Corso

juillet 20th, 2010 Posted in Juillet 2010

Maurizio Baiata, enquêteur ufologique italien, a bien connu Philip Corso. "Le Colonel Corso, auteur du livre : "The Day After Roswell", est décédé il y a 12 ans, en juillet. Il était 20 heures à Rome le soir du 17 juillet 1998 lorsque je reçus un coup de téléphone affollé de la part de mon amie et collègue journaliste Paola Harris. Elle appelait de Boulder, Colorado. Paola venait d’être informée de la mort du Colonel Philip J. Corso.

J'étais sous le choc et ne savais que lui dire pour la réconforter. Le matin suivant je pus joindre Philip Corso Junior qui confirma la triste nouvelle. C'était la première fois que je lui parlais et très gentiment, il me détailla les derniers moments de son père.

Le Colonel Philip J. Corso avait eu une crise cardiaque le matin du 9 juin 1998, il était dans sa maison de Port St. Lucie, en Floride, entouré de sa famille proche.

Philip Corso

Ils décidèrent de l'emmener au meilleur hopital de la région, le Jupiter Medical Center, situé à moins de 75 km de Port Ste Lucie. Selon le personnel hospitalier le colonel était dans un état critique à son arrivée et pensait qu'il n’y avait pas espoir qu'il survive à une telle attaque cardiaque. Philip Jr. fut informé qu’il n'y avait rien que la famille puisse faire et qu'il était préférable de rentrer si bien que du fond de leur coeur ils firent leurs adieux au vieil homme et rentrèrent.

Mais ce même après-midi l'hopital a appelé pour annoncer à la famille qu'un revirement inattendu et miraculeux s'était produit! Les médecins ne pouvaient se l'expliquer, une infirmière avait trouvé Corso assis dans son lit. Il se sentait parfaitement bien et voulait sortir immédiatement mais ils l’ont gardé 3 jours avant de le laisser retourner chez lui à Port Ste Lucie. La famille étonnée était admirative de son rétablissement spectaculaire.

Philip Corso Jr

Philip Jr. raconta : "J’ai passé le plus de temps possible avec mon père. Pendant quelques jours nous l’avons isolé de tout contact avec l’extérieur, même par téléphone." Il n’était pas d’accord, affirmait qu'il se sentait bien et voulait se remettre au travail. Philip. Jr poursuit : "Nous l'avons installé devant ses notes non publiées, et ses piles de documents et il y avait tellement de choses intéressantes dans tout ça. En fait les 3 dernières semaines ont été les plus productives. Mon père en avait beaucoup plus à dire."

Mais le jour fatal, le mercredi 15 juillet arriva. Le Colonel Corso s'était levé tôt, heureux et se sentant bien. Puis, vers 9 heures du matin ses petits enfants l'ont entendu se plaindre. Une seconde crise cardiaque. Il fut hospitalisé à Palm Beach et son état empira.

Le soir du 16 juillet les médecins décidèrent de le faire transférer au Jupiter Medical Center et il mourut pendant le trajet. Aucun membre de sa famille n'était avec lui dans l'ambulance. Les funérailles eurent lieu le 22 juillet 1998 au cimetière militaire proche d'Orlando en Floride. En tant que vétéran il eut droit aux honneurs militaires.

Corso à Rome en 1997 (photo : Paola Harris)

Après sa mort son fils Philip.Jr, selon la volonté de son père, fit en sorte que tous les manuscrits et informations ufologiques furent accessibles aux chercheurs ainsi qu'au public, en temps voulu. C'est ce qui l'avait maintenu en vie : "Maintenant le fardeau de cette responsabilité repose sur mes épaules. Mon père m'a parlé de ses implications dans le dossier Roswell seulement après la mort du Général Trudeau. Jusqu'à ce moment il n'en avait rien dit à personne. Puis il a commencé à nous parler et il voulait que toute la famille soit au courant, les enfants aussi. Mon père nous a laissés en disant que quelqu’un devrait s'occuper de ses notes, vous êtes l'un d'eux en Italie."

Ma dernière conversation avec le Colonel Corso, au téléphone, eut lieu pendant qu'il se rétablissait chez lui de son premier infarctus. Sa voix était aussi claire que du cristal : "Maurizio,vous devez travailler à faire sortir la vérité. Nous avons besoin d’une nouvelle science, rien n’est plus important que ça. Essayez de faire au mieux."

Je l'ai questionné sur son rétablissement spectaculaire. Corso répondit : "Mon rétablissement ? J’étais dans mon lit d'hopital, je savais que je pouvais mourir d'un moment à l'autre. Dans mon esprit j'étais vif et alerte et tout d'un coup j'ai senti la pression d'une main sur ma poitrine et une voix me disait : 'N’ayez crainte, tout va bien maintenant. Nous avons remplacé votre coeur, il va bien marcher à nouveau.' Voilà Maurizio, je resterai avec vous plus longtemps, c’est promis.' Et ce ne fut pas le cas."

The Day after Roswell

Lorsque "The Day After Roswell" fut publié, les membres les plus conservateurs de la communauté ufologique américaine ont attaqué Corso. Des chercheurs tels que Pflock, Friedman, Hopkins, Jeffries et Randle, ont critiqué un bon nombre des affirmations de Corso et il est mort trop tôt pour leur répondre. Cependant lors de notre dernière conversation téléphonique le Colonel a mentionné deux généraux qui connaissaient le dossier Roswell en dehors du Général Trudeau. En 1998 l'un d'eux était toujours en vie et aurait pu témoigner. Mais il occupait toujours un poste prestigieux dans la société Martin Marietta, une grande compagnie de l'industrie aérospatiale américaine.

Dessin de Philip Corso

Selon le Colonel Corso : "Nous étions d’accord pour ne pas parler tant que notre conscience ne nous ait pas ordonné de le faire. Mon moment est arrivé lorsque Trudeau est mort. Il y a encore beaucoup à dire et à faire pour le bien des générations futures."
Maurizio Baiata -
Source

Diouf, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.