Didier de Plaige

Un regard neutre sur Roswell – partie 2

avril 20th, 2010 Posted in Avril 2010

Hier, nous avons publié un premier article concernant l'approche neutre qu'a voulu Kevin Randle à propos de l'affaire de Roswell. Malgré cette "réserve" il y eut énormément de commentaires qui ont suivi son article et Kevin Randle a estimé qu’il lui fallait à nouveau intervenir pour clarifier certains points. Voici ce qu’il en pense :

"Alors que le débat fait rage depuis ma précédente annonce et que nous en sommes à plus de 300 commentaires sur le sujet, il y a eu une discussion dans tout ce débat qui démontre un point d'origine nécessitant un éclaircissement .

J'avais suggéré que nous examinions les preuves d’une façon neutre.

Au lieu de cela, dans certains cas, c’est devenu un rejet des preuves à cause de la conviction que de telles choses ne pourraient pas se produire.

Maggie & Mack Brazel en 1951

Maggie & Mack Brazel en 1951

Certains sceptiques ont rejeté l'idée que Mack Brazel avait été retenu par les autorités militaires pendant près d’une semaine. Christopher Allan écrit, par exemple :

Karl Pflock

Karl Pflock

"Karl Pflock en vint à la question de Brazel dans son livre, p.169-171. Il a conclu qu'il semblait très douteux qu’une telle incarcération ait lieu. Mais Easel insistera pour dire que ce fut le cas. Ciel, pourquoi ont-ils eu besoin de le retenir une semaine entière ?"

"S’ils étaient déterminés à le faire taire, ils auraient pu le faire en 2 heures en lui faisant signer, dès le 8 Juillet, un serment pour qu'il garde le secret. Cela suppose que l'affaire était déjà classée Top Secret. Dans ce cas, il n'aurait pas été autorisé à donner son interview au "Roswell Daily Record" plus tard ce jour-là."

Mais Karl Pflock n'est pas l’autorité absolue en la matière car, en fait, il a rejeté certaines données simplement parce qu'elles n'étaient pas à son goût. Qu'il soit en accord avec l'attitude des sceptiques ne fait aucun doute. Examinons quelques-uns des faits.

Karl a souligné que je n'avais pas enregistré la conversation avec Easley, ce qui est la vérité. Mais j'ai mes notes écrites à l'époque, ce qui signifie que je parlais bien à Easley. Il déclare, à propos de Brazel (citant mes notes reproduites ci-dessous), "l'a emmené à la base ... lui a parlé pendant plusieurs jours ... pas impliqué là dedans (Easley disant qu'il n'était pas présent lors de l'interrogatoire). Brazel à la maison des invités."

C’était, bien sûr, le policier supérieur, le "top cop" de la base de Roswell et il n'avait jamais été interrogé par qui que ce soit jusqu'à ce que je lui parle. Il a été prudent dans ce tout ce qu'il a raconté parce que, comme il me l'a dit à plusieurs reprises : "Je suis tenu au serment de garder le secret." (Qui sera un argument pour plus tard et j'en possède l'enregistrement.)

Major Edwin Easley

Major Edwin Easley

J'ajoute en passant que Pflock m’a traité de menteur à propos de ce témoignage. Certes, je souhaiterais sincèrement l'avoir sur bande, mais cela ne change rien au fait que Easley m’a dit que j'avais été le premier et, autant que je sache, le seul chercheur, à lui avoir parlé... Karl ne peut rien présenter pour réfuter ce témoignage hormis le fait de dire que celui-ci n'était pas sur la bande... tout comme certaines des interviews qu’il a réalisées mais dont il raconte qu'il les a rapportées avec précision.

Note sur Easley

Note sur Easley

Nous devrions alors rejeter ce que dit Bill Brazel qui, après avoir lu les histoires de son père dans les journaux, est allé à son ranch pour l'aider. Mack fut de retour deux ou trois jours après que Bill soit arrivé sur place.

Ce témoignage provient de Brazel en 1989 au cours de mon premier entretien avec lui.

De même nous devrions rejeter Marian Strickland qui a raconté sur une bande vidéo (enregistrement fait en 1990) que Mack était assis dans sa cuisine et se plaignait d'avoir été retenu à Roswell. Lyman Strickland a également raconté cela, mais pas à moi. Il était mort avant que je ne vienne à Roswell.

Ensuite, nous rejetons ce que Loretta Proctor nous dit à propos de Brazel qui se rendait à Roswell...

Ainsi que le témoignage de plusieurs autres personnes qui l'ont vu en ville, y compris Floyd Proctor ou même Walt Whitmore, Jr., qui dit avoir vu Brazel dans la maison de son père, sans oublier de dire qu’il s’est aussi rendu au bureau du journal local le 8 juillet pour y donner son interview. Cela, je le souligne encore une fois, montre que Brazel était bien à Roswell après sa visite initiale.

Floyd Proctor raconta à Bill Moore, cela est rapporté tel quel dans "L'Incident de Roswell", avoir vu Brazel escorté par des militaires dans le centre ville de Roswell.

Floyd & Loretta Proctor

Floyd & Loretta Proctor

Maintenant, étant donné ce que Bill Moore décrit dans son livre comme étant "un méli-mélo scandaleux de faits et de fictions" et étant donné que nous l’avons vu manipuler les témoignages pour les adapter à sa vision des événements, les sceptiques seraient bien en droit de rejeter les déclarations attribuées à Floyd Proctor. Et si Proctor était le seul à soutenir cela, je les rejetterai également.

Roswell Daily Record du 9 Juillet

Roswell Daily Record du 9 Juillet

Toutefois, je sais que certains des témoignages rapportés dans "The Roswell Incident" sont exacts parce que les témoins m'ont raconté la même chose.

De plus Loretta m’a confirmé ce qu’a dit son mari. Alors nous pouvons suggérer que ce témoignage est exact, si nous le voulons.

Nous pourrions attribuer moins de poids à celui-ci que ceux donnés par d'autres témoins ou rapportés par d'autres écrivains, mais il a quand même une certaine valeur dans la compréhension globale de l'affaire Roswell.

Nous n'acceptons pas non plus le témoignage des amis de Brazel, Leonard Porter et Bill Jenkins, qui ont raconté que Brazel était sous escorte militaire.

Et nous rejetons l'histoire racontée par Frank Joyce au sujet de la visite que lui rendit Brazel à la radio KGFL de Roswell après qu'il soit allé au bureau du journal local. Brazel raconta à Joyce qu'on lui avait ordonné de raconter une nouvelle fable ou cela irait très mal pour lui. Nous rejetons tout cela parce que l’histoire de Joyce aurait pris trop d’ampleur au fil des ans ...

Toutefois, lors de ma première entrevue avec Joyce, il m'a précisé qu'il y avait des choses qu'il savait et qu'il n'avait jamais dites à personne. En fait, il m'a montré une lettre oblitérée par la poste, qu'il s’était envoyée, afin qu'il puisse vérifier qu'il n'avait "rien oublié", et n'avait pas embelli son récit par la suite pour son propre compte... Mais rejetons cela de toute façon.

Franck Joyce

Franck Joyce
KGFL radio

KGFL radio

Nous acceptons ce que Bessie, la fille de Mack Brazel, nous raconte, malgré le fait qu'elle dise avoir accompagné son père à Roswell lors de son premier trajet mais ne se souvient pas si l'armée escortait son père (ce qui est assez bien documenté)...

Ce que je veux dire, c'est que même Cavitt a admis qu'il était allé au ranch, ce qui est, bien sûr, en contradiction directe avec ce qu’elle dit. Elle a dit aussi que son père n’était pas retourné à Roswell, même si cela est également bien documenté. Elle raconte qu'aucun militaire n’était venu dans le ranch.

Elle a également dit qu'elle savait que ce n’était qu’un ballon quand ils ont réuni tout les débris, ne laissant rien dans le champ que Cavitt et Marcel auraient pu voir.

Il me semble que si une jeune fille de 14 ans pouvait identifier tout ceci comme un ballon, alors pourquoi Jesse Marcel, un adulte ayant une intelligence aiguisée, n’a pas reconnu cela dès le premier coup d’œil... mais je m'écarte du sujet.

Cela signifie donc que nous rejetons toutes les preuves provenant de plusieurs sources différentes, y compris des documents et des témoignages qui ne cadrent pas avec notre propre point de vue et nous acceptons les déclarations d'une seule source, même lorsque celle-ci est contredite par des documents, et c’est le cas.

Sans oublier que Bessie Brazel a répudié son témoignage. Elle raconte qu’elle a mélangé les évènements de 1947 avec quelque chose qui s'est passé quelques années plus tard.

Ainsi, en dépit de ses hésitations, son histoire suggérant que c'était un simple ballon et rien d’autre, est considérée comme la seule vérité par certains, par conséquent tous les autres ont tord.

Ramey & DuBose montrent les debris

Ramey & DuBose montrent les debris
Telex de Roswell

Telex de Roswell
Cliquez pour agrandir

Et maintenant quand j'entends à nouveau comment Karl Pflock réfute l'idée que Brazel se soit rendu à Roswell... Les preuves nous montrent qu'il y est allé. Point barre.

Le temps qu'il y a passé est basé sur une estimation de ce que Bill nous dit.

Il est arrivé au ranch deux ou trois jours après que son père soit parti et celui-ci n’est revenu que deux ou trois jours plus tard. C'est donc entre quatre à six ou sept jours si l'on se base sur les dires de l’homme qui devrait être au courant.

Ces points précis seraient des faits et non, ils ne mènent pas aux extraterrestres, mais suggèrent que quelque chose s’est passé et ce quelque chose sortait de l'ordinaire. Ce qui est débattu ici montre que les sceptiques ont complètement tort sur ce point. Il va être intéressant de voir s’ils vont tenter de retourner cela en leur faveur d'une manière ou d’une autre. Source

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.