Didier de Plaige

Un ancien médecin de l’US Air Force confirme la rencontre Eisenhower – ETs

mars 11th, 2010 Posted in Mars 2010

Héros de la Seconde Guerre Mondiale alors qu'il était Général commandant en chef des forces alliées en Europe, Dwight David Eisenhower, surnommé "Ike", fut le 34ème président des Etats Unis de 1953 à 1961.

Alors qu'il avait annoncé le 9 février 1955 partir pour la Géorgie pour quelques jours, Dwight D. Eisenhower, à bord d'Air Force One, atterrit le 11 février sur la base Air Force de Holloman au Nouveau-Mexique, sans la kyrielle de journalistes et de conseillers qui l'accompagnaient habituellement.

Cette visite secrète, déjà abordée ici le 25 mars 2009, est confirmée par un nouveau témoin, Bill Kirklin, qui s'est confié à la journaliste exopolitique Paola Harris en marge de la X-Conférence de Steve Bassett, en avril 2009 à Washington D.C.

Voici les commentaires de Paola Harris :

Eisenhower

"Bill Kirklin réalise maintenant, après de nombreuses années, que ce qu’il entendit en 1955 lorsqu’il était médecin sur la base Air Force Holloman, pourrait bien être vrai. Il pense que le président Dwight D. Eisenhower y a rencontré des extraterrestres lors d’une réunion secrète.

C’est pourquoi il a accepté l’interview proposée. Kirklin était présent sur la base ce jour-là et quoiqu’il n’ait rien vu, certains de ses collègues furent plus chanceux. Ce dont il est sûr, c'est qu'Eisenhower est venu sur la base en 1955. Il se souvient des circonstances inhabituelles parce que normalement, il y avait une parade pour l’arrivée du président alors que cette fois, la parade fut annulée la veille.

Kirklin se souvient également avoir assisté à une conversation étrange entre deux officiers au cours d’une pause café :

Officier1 : "Je suis l’Officier de Garde pour la journée. Air Force One vient d’arriver."

Bill Kirklin : "Que se passe-t-il ?"

Officier1 : "Il s'est posé, a tourné et s'est arrêté." Après une pause, l'officier ajouta : "On nous a dit de désactiver le radar."

Bill Kirklin : "Pourquoi devait-on désactiver le radar ?"

Officier1 : "Je ne sais pas, nous avons juste obéi."

Officier2 : "J’ai entendu dire que celui qui avait été descendu près de Roswell l’avait été à cause des radars." (On suppose que l’officier parlait du prétendu crash d'un OVNI près de Roswell).

Harris et Kirklin

Plus tard dans la matinée, Bill Kirklin s’aperçut que son officier supérieur, Dorsey Moore, était manquant à ses obligations. Moore avait sa propre histoire à raconter : Lui et son épouse avaient observé dans la matinée un grand disque de métal en position stationnaire au dessus de la piste d'envol. Moore disait qu’il faisait 6 à 10 mètres de large. Ils l’avaient vu en allant à l’économat, le disque était toujours là lorsqu’ils étaient revenus.

Moore dit à Kirklin qu’il devrait aller y jeter un œil. Kirklin demanda la permission de quitter l’hôpital mais il ne l’obtint pas et ne put aller voir le disque. Plus tard dans la journée, Kirklin a été questionné par un sous-lieutenant pour savoir s’il avait pu voir ou non quelque chose sur la piste d'envol ce jour-là. Kirklin lui a déclaré qu'il n'avait rien vu, mais lui a raconté ce qu'il avait entendu.

Après son travail, Kirklin chercha à nouveau Moore car il avait disparu pour la deuxième fois de la journée. Kirklin a demandé à Moore où il était allé dans la journée et Moore lui répondit qu’il avait assisté à une réunion. Il en apprendra davantage sur cette réunion un peu plus tard.

Après le diner, Kirklin ferma l’hôpital et entendit un docteur et un lieutenant en pleine discussion. Le lieutenant racontait qu’il y avait eu plusieurs réunions dans le théâtre de la base avec plus de 250 hommes, chacune présidée par le commandant de la base et le "Commander-in-Chief". Kirklin demanda s’il devait comprendre que c’était le président mais le lieutenant ne faisait que répéter "Commander-in-Chief".

Malgré les questions de Kirklin, le lieutenant restait très vague quant au sujet des réunions, il disait que les conversations étaient "classifiées". "Confidentielles ?’" demanda Kirklin. "Plus que ça’’ répondit le lieutenant. "Secret ?" insista Kirklin. Le lieutenant répéta "Plus que ça", et qu'il fallait qu'il se mêle de ses oignons.

De retour dans sa chambre en fin de soirée, Kirklin observa Air Force One quitter la base. Il a pu observer qu’il partait et au moins témoigner que le président avait bien visité la base."

Kirklin raconta à Paola Harris qu’il n’avait pas vraiment réfléchi à ces évènements depuis, et c’est en écoutant Robert Dean à la radio parlant de cette mystérieuse visite à la base Holloman par Air Force One qu'il s’est exclamé : "Mais j’y étais !"

Depuis lors Kirklin en a parlé avec des anciens collègues qui ont également travaillé à Holloman. Il a toutefois dit à Harris qu'il ne croyait pas qu'aucun de ces gars-là pourrait en parler, parce qu'ils avaient prêté serment et ils le prenaient très au sérieux."

Paola Harris lui a demandé s’il avait peur d’en parler. Kirklin estime que s'il avait parlé il y a environ trente ans, il serait déjà mort, mais il se sent en sécurité aujourd'hui en raison des nombreux autres témoins qui se sont manifestés. Par exemple, le projet Divulgation de Steven Greer, qui a permis à d’anciens militaires de témoigner de leurs expériences d'Ovnis, l'a aidé à se sentir plus en sécurité.

Alejandro Rojas - Source

Holloman AFB artist conception

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.