Didier de Plaige

Obama enterre le projet de retour sur la Lune

février 8th, 2010 Posted in Fevrier 2010

Le programme Constellation, qui devait être celui du "retour sur la Lune" en 2020, est annulé. Barack Obama vient de le confirmer. Trop coûteux et même si 9 milliards de dollars ont déjà été dépensés, le projet lancé par George W. Bush n'ira pas plus loin. La Nasa devra plancher sur des missions habitées vers des satellites de Mars. Quant à l'accès à l'espace après la mise à la retraite des navettes, il sera confié à des entreprises privées.

NASA logo

La commission d'experts présidée par Norman Augustine, créée par le président Obama, jugeait dans les conclusions de son rapport fin 2009 que les objectifs de Constellation étaient irréalistes en raison notamment de l'insuffisance de son budget. Selon la commission, trois milliards de dollars de plus par an seraient nécessaires.

L'enveloppe totale de la Nasa se monte à 18,7 milliards en 2010, dont quelque dix milliards sont consacrés aux vols habités (navette et développement de Constellation).

"Nous devons investir dans des technologies spatiales fondamentalement nouvelles et dans de nouvelles façons de faire les choses si nous voulons développer un programme d'exploration spatiale vraiment viable sur le long terme", a déclaré Charlie Bolden, le directeur de l'agence spatiale américaine.

Charlie Bolden a également souligné que "des décennies de sous-investissement dans le développement de technologies spatiales" avaient entraîné un sérieux déficit technologique.

Interrogé par la presse sur le fait de savoir si la NASA avait décidé de destinations au-delà de l'orbite terrestre vers lesquelles l'agence spatiale voulait envoyer des astronautes et quand elle comptait le faire, M. Bolden a admis que ces questions restaient ouvertes.

Charlie Bolden

"Ces décisions ne seront pas prises dans les prochaines semaines mais avant un an", a-t-il promis. Le gouvernement va proposer d'augmenter le budget de la Nasa de 5,9 milliards de dollars sur cinq ans pour en partie encourager le développement d'un secteur commercial capable d'assurer le transport orbital de personnes et de fret vers l'ISS. L'administration Obama souhaite réduire dès que possible la dépendance des vaisseaux russes Soyouz pour transporter les astronautes américains vers l'ISS après la mise à la retraite des navettes.

Barack Obama
Objectif Obama

La décision de Barack Obama risque de provoquer une levée de boucliers au Congrès où les élus de Floride, et d'autres États dépendants de la Navette et de Constellation, vont voir d'un très mauvais oeil l'abandon du programme lunaire, qui assurait de nombreux emplois dans leur circonscription.

Certains en profitent : cette annonce du président Obama à peine officialisée, ceux qu'on présente déjà comme partenaires incontournables de l'agence s'avancent en rangs serrés. A la fois par l'intermédiaire des groupements auxquels ils participent - The Next Step in Space Coalition ou la Commercial Spaceflight Federation, et aussi en nom propre.

Dans les starting-blocks, une nouvelle génération de pionniers comme Space Adventures, Bigelow Aerospace, la X PRIZE Foundation ou Elon Musk, dirigeant de la startup SpaceX, ou encore Orbital Science. Mais aussi des poids-lourds bien établis : United Launch Alliance (ULA), joint-venture réunissant Boeing et Lockheed Martin, deux mastodontes forts de moult références, dont les fusées Delta IV et Atlas V.

Dans un premier temps, l'objectif sera d'assurer la desserte de l'ISS après le retrait des navettes prévu à la fin de l'année et de limiter la période pendant laquelle la NASA dépendra uniquement des fusées russes Soyouz pour envoyer ses astronautes vers l'orbite basse. Ou de la fusée Ariane et de son ATV pour l'approvisionnement de l'ISS en vivres et en matériel. Reste à savoir si, le moment venu, les États-Unis reprendront, seuls ou dans le cadre d'un partenariat global, leur projet de conquête lunaire ou martienne. "Une fois que l'on a cassé une dynamique, vu les coûts, ce sera très difficile de redémarrer", estime Jacques Villain. D'autant que l'humanité préférera peut-être investir ces sommes dans l'environnement, le climat ou le social.

dificultnspa, pour Ovnis-USA

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.