Didier de Plaige

L’utilité de maintenir la pression

janvier 22nd, 2010 Posted in Janvier 2010

Cet article du Dr. David Clarke n'apporte pas de révélations particulières, mais il montre comment les pressions des ufologues et du public ont influencé la sphère politique en Grande-Bretagne. C'est un encouragement pour ceux qui s'interrogent sur l'utilité des pétitions et campagnes de mobilisation. Il est aussi démontré qu'un gouvernement est attentif aux mesures de déclassification prises par les autres pays.

Maître de conférences à l'Université de Sheffield, David Clarke a été choisi depuis 2008 par le MoD (Ministère de la Défense britannique) pour présenter chaque nouvelle vague de déclassification.

"En déposant une requête selon le FOIA, j'ai obtenu du MoD la copie d'un document de 5 pages daté de Septembre 2007, alors que Des Browne, Ministre de la Défense, avait approuvé le transfert des archives Onvis aux Archives Nationales de Grande-Bretagne.

Un haut responsable du Ministère de la Défense écrivait :

    "Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le MoD a été chargé d'enregistrer, et de temps à autre, de conduire des enquêtes sur les manifestations d'Ovnis. Contrairement à ce que pensent de nombreuses personnes, le MoD ne s'intéressait pas à la question de savoir si des formes de vie visitent le pays, mais il était seulement concerné par l'intégrité et la sécurité de l'espace aérien de la Grande-Bretagne."
David Clarke

L'auteur estime ensuite que même si ces dossiers ne contiennent rien de tangible concernant la défense du royaume, leur contenu "intéresse vivement un large groupe d'ufologues amateurs et professionnels dans le monde entier, qui avaient bombardé le Ministère de requêtes compliquées à traiter depuis la mise en place du Freedom of Information Act en 2005." Le 'Bureau Ovni' - fermé en Décembre 2009 - avait reçu 199 requêtes en 2005, 140 en 2006 et 120 en 2007.

Le traitement de ces requêtes était devenu "de plus en plus coûteux et prenait beaucoup de temps" d'autant que les réponses du MoD étaient ensuite souvent contestées par les chercheurs. En outre, "la diffusion d'information au compte-gouttes… entretient des hypothèses malvenues chez ceux qui croient que le MoD cherche à dissimuler certaines choses." Il fut décidé de rédiger cette note à l'attention du Ministre Des Browne :

    "…Le MoD ne dispose pas de preuves en faveur ou contraires à l'existence des aliens, et donc ces dossiers sont bien moins attractifs que les activistes dans le domaine des Ovnis aimeraient le croire."
Joe McGonagle La pression pour une déclassification complète des archives était montée en 2007. A cette époque, avec mes collègues Joe McGonagle et Gary Anthony, nous avions mené campagne pour convaincre le MoD que la seule option raisonnable était pour eux de s'engager à diffuser l'ensemble des dossiers.

Le document obtenu montre combien cette campagne a été efficace. Il fut rapporté au Secrétaire d'Etat que le DIS (Defence Intelligence Staff) s'était déjà engagé par écrit à examiner ses propres dossiers Ovnis en vue de publication, "en réponse à une requête FOI d'un chercheur universitaire" (moi-même).

Auparavant cette année-là, le CNES français avait décidé de commencer à publier ses dossiers Ovnis.

Cette annonce "avait amplifié les spéculations dans la presse et sur l'internet selon lesquelles nous [MoD] serions sur le point de faire de même."

Fin 2007, il était devenu évident que le MoD serait bientôt contraint de diffuser "virtuellement tous ses dossiers Ovnis", et pour des raisons de copyright il fut décidé que le meilleur canal pour cette divulgation serait le service des Archives Nationales, situées à Kew.

Le MoD fit savoir au Secrétaire d'Etat chargé de la Défense que l'opération de diffusion "présenterait l'avantage de répondre aux attentes du public", et cela également "allègerait la charge" sur les employés du Bureau Ovni, qui avaient sans doute d'autres choses plus urgentes à traiter.

Bien que le MoD ne puisse s'attendre à ce que le nombre de requêtes sur les Ovnis diminue lorsque la décision fut annoncée (en Mai 2008), il avait prévu d'invoquer l'exemption 22 au sujet du FOIA, qui permet aux autorités de s'opposer aux requêtes qui concerneraient des déclassifications prévues dans les 12 prochains mois : "Cela nous permettra de procéder de manière plus structurée."

160 dossiers Ovnis au total, qui dataient des années 70, furent inclus dans le programme de trois ans, dont 48 ont à ce jour été diffusés par les Archives Nationales. La plupart de ces dossiers avaient été rassemblés par le secrétariat de l'Etat-Major des Forces aériennes, et 27 autres proviennent des services de renseignement de la défense, mais sont le plus souvent des copies de documents accumulés par le 'Bureau Ovni'.

La Divulgation prévue comportera également un nombre considérable de requêtes FOI et les réponses qui avaient été apportées depuis 2005. Une vingtaine d'autres dossiers ont été ajoutés depuis que la décision a été prise.

UK sightings

Le coût total du programme se monte à 13.000 Livres pour la partie scanner et 3.000 pour l'achat de logiciels.

Quant au contenu des dossiers, le MoD a fait remarquer qu'il était très inhabituel de transférer des documents aux NA sans tenir compte de la règle des 30 ans. Toutefois, "la demande du public est très forte, et les dossiers ne renferment pas de données sensibles; on ne crée donc pas un précédent avec cette diffusion." Le haut responsable du MoD poursuit :

    "La plupart des dossiers sont peu protégés, mais ils contiennent des informations relatives à la défense aérienne, à des technologies défensives, évoquent des relations avec des puissances étrangères, et sont parfois semés d'annotations peu gratifiantes pour des témoins, rédigées par des employés ou des officiers de police, qui seront effacées en accord avec les principes du FOI. En particulier, les PQ [Questions au Parlement] vont nécessiter un travail de révision très conséquent avant que le transfert soit possible, parce qu'y figurent des notes rédigées à l'attention des Ministres, mais il n'y a aucune raison de principe qui pourrait empêcher leur diffusion."

Le document suggère finalement que le MoD continue à minimiser son intérêt pour les Ovnis après la publication du communiqué de presse, en Mai 2008.

UFO files

Sachant l'intérêt de la presse et du public dans ce domaine, le Ministre de la Défense fut averti : "les medias risquent de sur-impliquer le MoD dans ces affaires, c'est pourquoi nous devons veiller à faire passer notre propre message, et nous tenir prêts à affronter toutes sortes de questions.

Nous devons par ailleurs tenir compte du fait que des personnes pourraient être choquées d'avoir à payer pour consulter les dossiers sur le site des Archives Nationales."

Le téléchargement est donc resté gratuit pendant 30 jours.

Des Browne approuva le projet le 25 Septembre 2007, et la suite de l'histoire est bien connue.

Puisque ces documents "sont réputés être d'intérêt public", le MoD a pour projet de faire figurer dans leur règlement FOI une version complète du protocole concernant la divulgation." - Source

Compléments & Commentaires

Voir aussi : la Déclassification britannique.

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.