Didier de Plaige

RichPlanet enquête sur les mutilations animales

novembre 28th, 2009 Posted in Novembre 2009

Richard D. Hall s'est intéressé pour RichPlanet au sujet controversé des mutilations animales. Le sujet est parfois associé au phénomène alien. Son documentaire "Silent Killers" peut choquer des personnes sensibles.

Un groupe s'est formé pour enquêter dans la campagne anglaise : "The Animal Pathology Field Unit", composé de chercheurs comme David Cayton, Phil Hoyle et Mike Freebury.

A l'origine, l'un des fondateurs avait placé une annonce dans un journal spécialisé, The Farmers Guardian, pour recueillir les témoignages des agriculteurs. Les cas les plus anciens remontent à 1954. Certains animaux sont entièrement vidés de leur sang, ce qui nécessiterait une intervention extérieure. Des trous sont pratiqués dans le crâne, pour vider la matière grise.

Richard Hall
Richplanet Map

La cartographie des incidents a permis d'identifier des régions précises, et de remarquer que les fermes isolées sont le plus souvent touchées. Le groupe a soigneusement documenté les attaques des prédateurs habituels, qui n'ont rien de commun avec le phénomène observé, où l'on constate des interventions méthodiques et chirurgicales. Il n'y a par exemple aucune trace de sang au sol.

Dans la région de Bristol, les soupçons se sont portés sur une centrale nucléaire voisine : on a imaginé les techniciens effectuant des prélèvements pour évaluer la radioactivité ambiante. Mais la méthode serait étonnamment peu discrète. En outre, les examens en laboratoire n'ont pas permis d'établir comment les animaux avaient été tués.

Autre exemple, le chercheur David Cayton a constaté, à côté de trois cadavres de moutons, qu'un survivant présentait de petits trous symétriques entre le coin des yeux et les oreilles, sans que l'os du crâne soit entamé : "C'est comme si on lui avait appliqué une sorte de pince pour l'immobiliser." Il remarque que les orifices observés sur les cadavres ont chaque fois la même profondeur.

Mais les animaux de ferme ne sont pas les seules victimes; des exemples sont donnés avec des renards, des hérissons, et même des phoques.

Richard D. Hall a recueilli les avis de l'américaine Linda Moulton Howe, du Nouveau-Mexique. En 1979, un shérif du Colorado lui avait confié : "Je suis persuadé que nous avons affaire à un phénomène extraterrestre." Le Lieutenant-Colonel Philip Corso lui avait de son côté confirmé que des documents dans ce sens circulaient au Pentagone depuis 1951.

Les chercheurs anglais ont consulté des policiers spécialisés dans les affaires de cultes satanistes : non seulement ils ne procèdent pas de cette manière, puisque leurs rituels ont lieu dans des cours d'eau, mais il n'y a pas d'empreintes autour des animaux morts.

Le professeur Donald Kelly, de l'université de Liverpool, consulté sur le sujet, a seulement reconnu que plusieurs cas ne pouvaient être expliqués par des attaques de prédateurs habituels. Par ailleurs, "Aucun des vétérinaires que nous avons approchés n'a pu reproduire les extractions d'organes qui ont été constatées."

Le groupe estime qu'une opération menée sous couverture gouvernementale n'aurait pas de sens, dans la mesure où il leur suffirait d'acheter des animaux pour conduire des recherches plus discrètes. "En outre, ils ne laisseraient pas les carcasses sur place..."

Richard Hall

Contactée à plusieurs reprises par le réalisateur, la Defra (Dept for Environment Food & Rural Affairs) ne s'est finalement pas exprimée sur le sujet.

Toutefois les services gouvernementaux se sont intéressés aux résultats des autopsies pratiquées à titre privé, au point d'espionner les échanges téléphoniques entre les personnes concernées.

En 2001, deux hommes du ministère de l'agriculture avaient profité de l'absence d'un fermier du Northamptonshire pour venir récupérer chez lui deux carcasses de moutons. Un interlocuteur du ministère avait ensuite proposé un dédommagement pour obtenir le retrait de la plainte déposée par l'agriculteur.

Déjà en 1998, le ministère de l'agriculture et de la pêche s'était débarrassé de ces affaires en affirmant qu'elles relevaient uniquement des services de police locaux. En Grande-Bretagne comme aux Etats-Unis, des traces en forme de cercles ont été souvent relevées autour des emplacements où furent retrouvés des animaux mutilés : "les contours semblent avoir été soumis à des températures extrêmes, le sol est comme vitrifié, et ces marques peuvent persister pendant plusieurs années."

Quelques témoins rapportent avoir vu des faisceaux lumineux qui se déplacent à des vitesses prodigieuses et semblent guidés de manière intelligente. En d'autres cas, des hélicoptères ont été repérés au-dessus des propriétés.

Mais il s'agit aussi parfois d'objets ou de sphères lumineuses qui se maintiennent à l'état stationnaire pendant une heure.

Le réalisateur Richard D. Hall conclut : "Le gouvernement britannique en sait davantage qu'il ne veut bien le reconnaître." - Source

Compléments & Commentaires

Richplanet DropShape
Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.