Didier de Plaige

Jeudi 27 Août

août 27th, 2009 Posted in Aout 2009

David Clarke, maître de conférences à l'Université de Sheffield, a été choisi par le Ministère de la Défense britannique pour présenter à la presse et "commenter" les vagues successives de déclassification des dossiers Ovnis.

Comme on l'a vu depuis le 18 Août, le rapprochement qu'il avait esquissé sur les sorties de films et de séries TV avec des aliens, et l'augmentation des témoignages, a servi de prêt-à-penser à une bonne partie des chroniqueurs.

Mais Billy Cox récuse cet argument dans un article pour DeVoid : "Le mythe rassurant du rôle de Hollywood".

"La déclassification récente par le MoD de 4.000 dossiers Ovnis, portant sur les années 1981 à 96, a poussé des agences comme Reuters a caractériser ce qu'ils ont nommé "l'Effet Will Smith."

David Clarke

Tout celà parce que, selon le consultant Ovni des Archives Nationales, il serait possible d'établir une corrélation et les observations et les productions d'Hollywood - des films de science-fiction tels que "Independence Day" et "Men in Black". Oh! et aussi - les "X-Files" de la Fox.

Il avait suffit que David Clarke déclare : "L'explication la plus plausible des pics de rapports en 1996 et 1997 serait que le public a été davantage sensibilisé par les Ovnis et les aliens. Ce sont les années où la culture populaire avait été saturée d'images sur le phénomène." La plupart des journalistes avaient alors trouvé leur angle d'attaque pour rédiger leurs articles.

Paul Meehan

Le mardi suivant, John Roberts articula sa chronique sur CNN de la manière suivante : "Ces documents du MoD nous montrent en particulier que les observations d'Ovnis semblent culminer dans les époques où les cinémas projettent des films de science-fiction. serait-ce une coïncidence ?"

Et Roberts conclut à l'époque : "Avec la sortie du film 'District 9', il devrait donc y avoir davantage de témoignages dans les jours prochains."

Oui, bien sûr. Je ne dis pas le contraire. Mais Hollywood ne justifie pas tout.

Dans les années 90, l'auteur Paul Meehan s'était sacrifié pour visionner des centaines de films sur les aliens venus de l'espace - certains même remontaient à 1920 - pour documenter son ouvrage qui paraitra en 1998 : "Les films de Soucoupes volantes : Une Histoire ufologique du Cinéma".

Il reconnait que ce média a bien la capacité d'implanter quelques idées dans la tête des spectateurs, mais il soutient que les statistiques ne démontrent pas le rôle du cinéma dans l'augmentation des rapports d'observations. Du moins, pas aux Etats-Unis.

Meehan nous explique : "Certaines des plus grandes vagues d'Ovnis se sont produites en 1952, 1957, et 1966-67, et très peu de films concernant les soucoupes étaient sortis ces années-là."

Son marathon documentaire l'avait même conduit à contempler d'obscurs navets tels que : "Hercule contre les Sélénites", "Le Cerveau maléfique venu des Espaces lointains", ou encore : "The Earth Dies Screaming".

Meehan attire également notre attention sur le livre "Looking For Aliens", paru en 1991, dont les auteurs sont Peter Hough et Jenny Randles; cette dernière est une ufologue britannique réputée.

Elle avait par ailleurs aidé la Columbia à promouvoir la sortie du film "Rencontres Rapprochées du IIIème Type" lors d'une campagne utilisant The Daily Mail.

Ses études sur les réactions du public mettent définitivement un terme à l'hypothèse selon laquelle Hollywood pourrait être un catalyseur de rapports d'Ovnis :

Hercules

"Nous avons analysé l'impact spectaculaire de ce film sur la société, mais clairement démontré qu'il n'avait pas entrainé des vagues de nouveaux rapports, contrairement à ce que les ultra-sceptiques avaient bruyamment prédit.

En revanche, il avait encouragé d'anciens témoins à se révéler, parce qu'ils avaient craint le ridicule à l'époque de leurs observations."

Il est évident que les 609 rapports déposés en 1996 pendant la diffusion en Angleterre de "Independence Day" contrastent avec les 117 de 1995. De même les 425 rapports de l'année "Men In Black" (1997) n'ont rien de commun avec les 193 de 1998.

Mais en se reprenant le constat de Randle sur "Rencontres Rapprochées", Meehan s'interroge sur le nombre des rapports effectués en 1996 qui en fait concernaient des observations antérieures.

Il note également : "Independence Day est sorti le 9 août en Angleterre, donc il faudrait comparer les chiffres de Janvier à Août, et de Août à Décembre, avant de prétendre établir une corrélation avec la sortie du film".

De plus, Meehan ajoute : "pour que la théorie de Clarke soit recevable, il faudrait que la même comparaison soit effectuée aux Etats-Unis. Malheureusement, l'US Air Force avait officiellement mis fin en 1969 à ses études sur les Ovnis." Il conclut : "Même si un pic d'observations était finalement constaté en 1996, il est particulièrement facile d'utiliser Hollywood pour discréditer le phénomène."

"C'est un mythe rassurant", pour Meehan. "C'est comme si on nous disait : Dieu merci, nous avons trouvé une explication pour cette année-là, c'est à cause du cinéma; circulez, il n'y a plus rien à voir. Vous n'avez pas à vous préoccuper du reste." - Source

Compléments & Commentaires

L'opinion d'un lecteur, publiée à la suite de l'article de Billy Cox, justifie l'attitude de David Clarke : "Le problème est qu'il porte un regard beaucoup plus profond sur le sujet, mais il devait lancer cette petite phrase parce qu'il sait que les medias attendent qu'il leur offre une position de repli, afin que leurs lecteurs n'en perdent quand même pas le sommeil."

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.