Didier de Plaige

Mercredi 19 Août

août 19th, 2009 Posted in Aout 2009

Le journaliste Billy Cox a suivi depuis le début les recherches de Anthony Bragalia, en particulier sur le rôle de l'Institut Battelle et sa connexion avec l'incident de Roswell. Il avait lui-même participé à ses efforts, en lançant une requête FOIA. Ce qui lui permet aujourd'hui de titrer sur HeraldTribune.com : "Les documents de l'USAF ont été retrouvés".

"Grâce à notre requête FOIA, l'US Air Force a finalement réussi à localiser et a diffusé divers papiers qui avaient été longtemps introuvables. Ils concernent nos enquêtes sur les propriétés des alliages de titane avec d'autres métaux. On y trouve au moins une note inattendue. Mais il reste à la déchiffrer.

Billy Cox

Il y a encore quatre mois, aucun archiviste n'avait pu parvenir à mettre la main sur ces articles - rédigés par l'Institut Battelle dans le cadre d'un contrat avec la base Air Force de Wright-Patterson en 1949 et estampillés pour diffusion "Restreinte". Titré "Second Rapport d'Etape du Contrat AF33 (038)-3736", le dossier d'une soixantaine de pages qui nous a été transmis avait évidemment été mis en sommeil à Fort Belvoir, en Virginie, au DTIC (Centre d'Information Technique de la Défense).

Witness To Roswell

Le DITC reconnait qu'environ 30% des documents ont pu être détériorés au cours des 50 dernières années.

Bien entendu, un "Second Rapport d'Etape" implique l'existence d'un Premier rapport. Nous espérons qu'une nouvelle requête FOIA résoudra ce petit mystère.

C'est le chercheur Tony Bragalia qui au printemps dernier avait signalé que ces documents étaient introuvables.

Ses travaux ont été remarqués par Thomas Carey et Donald Schmitt, qui lui ont offert de les intégrer dans la nouvelle édition de leur livre "Witness To Roswell", une rétrospective peu réjouissante et qui porte à réfléchir sur les tactiques d'intimidation employées contre ceux qui ont participé aux opérations de récupération.

Bragalia avait relevé les remarques exprimées par le général retraité de l'USAF Arthur Exon, aujourd'hui décédé, dans son livre publié en 1991, "UFO Crash at Roswell".

En 1947, Exon était un jeune officier sur la base AF de WP, lorsque les équipes militaires de nettoyage y avaient dit-on rapatrié les débris s'un vaisseau spatial. Il devint le commandant de la base en 1964.

Exon n'avait jamais vu ces matériaux, mais il avait déclaré que des éléments - dont une partie lui avaient été décrite comme de la feuille d'aluminium qui reprenait sa forme plane originelle après avoir été chiffonnée - étaient effectivement parvenus à Wright-Patterson.

Il écrivait : "C'était du titane et d'autres métaux qui leur étaient familiers, mais le mode de fabrication n'était pas le même."

Général Arthur Exon

Bragalia souhaitait documenter une possible connexion entre le Nitinol - un surprenant alliage à mémoire de forme fait de nickel et de titane, officiellement produit il y a un demi-siècle par le Naval Ordnance Laboratory - et l'incident de Roswell. Ce serait une grande avancée, compte-tenu des liens entre les métaux à mémoire de forme et les futures technologies de la NASA.

Jesse Marcel symbols

Bragalia a entre autres découvert le nom de E.J. Center, qui faisait des recherches comme chimiste chez Battelle entre 1939 et 1957; il est mort en 1991.

L'année suivante, le Dr. Irena Scott, ancienne employée de Battelle, apprit par un ami commun que Center, en 1960, avait déclaré qu'on lui avait demandé d'évaluer "un métal exceptionnel". Center avait compris qu'il s'agissait de débris de Roswell, parce que des échantillons comportaient signes incompréhensibles embossés dans la matière.

Center n'en avait apparement pas dit davantage, et on pourait écarter cette anecdote parce qu'elle était seulement verbale.

Mais il est intéressant de constater que Center avait contribué à la rédaction d'une sous-section du "Second Rapport d'Etape", sous le titre : "Méthodes Analytiques pour les Alliages à base de Titane". Son nom n'apparait pas dans les références indexées des papiers jusqu'ici introuvables.

Peut-être n'est-ce qu'une coïncidence, et finalement peu surprenant, qu'un spécialiste dans ce domaine ait pu faire partie d'une équipe qui menait des recherches dans ces technologies de pointe. De toutes manières, ce qui ressort clairement du "Rapport d'Etape", c'est que deux ans après Roswell, les scientifiques de Battelle mobilisaient tous leurs efforts pour exploiter l'élasticité de nouveaux alliages.

Nitinol

L'analyse de Bragalia concernant ces derniers développements vaut la peine d'être examinée. Ca ne résoudra pas tout, et certains pourront présenter des objections sur la nécessité de poursuivre dans une voie aussi étroite. Mais c'est tout l'intérêt d'ouvrir un tel débat." - Source

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.