Didier de Plaige

Une rencontre inattendue

juillet 29th, 2009 Posted in Juillet 2009

Mercredi 29 Juillet 2009

Des rencontres inattendues ont souvent lieu en marge d'un Sommet comme celui de Barcelone. Lundi par exemple, alors que pratiquement tous les participants avaient quitté l'hôtel, j'étais installé à une table du salon, en train de classer des photos sur mon PC. Un homme s'est approché en souriant, constatant à mon badge que nous étions les rares "survivants" du congrès; il avait comme moi quelques heures devant lui avant de prendre son avion. La conversation s'est engagée avec John Rao sur sa passion pour l'ufologie, la recherche scientifique, et ses projets personnels. Je note que le milliardaire Robert Bigelow avait promis d'apporter son aide financière au Mufon, en mars dernier... Il rectifie ce premier point : "He was given the money !" (une des agences US lui a donné les fonds pour qu'il les verse au Mufon). Il ajoute : "Bigelow et ses commanditaires ne s'intéressent à recueillir que les éléments concernant des rencontres rapprochées du IIIème Type. Ca permet aux autorités de continuer à gérer le phénomène..."

Wendelle Stevens

Il a déjà racheté l'ensemble du fonds d'archives de Wendelle Stevens, l'ancien Colonel de l'US Air Force : "On a du mal à se représenter la quantité de documents qu'il a amassés depuis 1951... Rien que les étagères pour les entreposer nous ont coûté 10.000 dollars ! Le fonds Stevens est maintenant sous haute sécurité dans nos locaux."

John Rao a également financé les études scientifiques des implants récupérés sur des patients par le Dr Roger Leir. Son équipe étudie toujours une empreinte de quatre doigts d'enfant découverte sur le mur de sa maison par un récent contacté : "Elle apparaît sous une lumière noire à 320nm, exclusivement. Nous l'avons découverte parce que nos équipements de recherches médicales permettent de balayer cette gamme de fréquences."

Son nouvel objectif est de créer un programme de télévision de haut niveau, à partir de son siège à Tempe, dans l'Arizona : "Nous avons construit les studios de notre future compagnie, 'Open Minds Production', les équipements sont en place, et nous nous sommes assurés la collaboration d'enquêteurs comme Paola Harris, Wendelle Stevens, ou de Robert Dean, qui habite juste à côté." Nous évoquons ensuite la possibilité d'un rapprochement avec le Forum Open Minds.

Mais le plus extraordinaire est la collection d'artefacts aliens de John Rao, qui devrait passionner les chercheurs lorsqu'elle sera exposée d'ici quelques mois : "Nous avons rassemblé à ce stade quatre sphères étranges, de différents diamètres, allant de 30 à environ 60 centimètres. Elles sont en ce moment soumises à des tests - on ne peut ni les percer, ni les fondre au chalumeau. L'une d'elles, parce qu'elle est en partie endommagée, montre que ces objets renferment des cavités, comme des poches d'air." Il m'a montré une photo de l'une des sphères sur son Iphone. "Nous avons également un morceau d'une sorte de miroir, légèrement convexe, qui permet cependant de voir à travers."

John Rao est déterminé à faire émerger la vérité, sur le terrain scientifique, et il a effectivement les moyens de ses ambitions : il est le fondateur et directeur de Secure Medical Inc. depuis 1999, une compagnie qui développe de nouvelles technologies liées à la santé : "Dans le domaine médical, Mr. Rao est un entrepreneur accompli, et un ardent défenseur des droits du patient. Il travaille avec l'Association américaine de Télémédicine, et possède plusieurs brevets sur les bornes de santé, ou la signature des médicaments." - Source

Son chiffre d'affaires l'an dernier sur la seule vente de produits par internet représente 54 millions de dollars. Parmi ses autres projets en cours l'implantation de bornes (kiosks) de prescriptions de 'médicaments de confort' et un service de consultations médicales à distance, de type Skype.

Il a inventé un procédé de nano-signature (nano glyph) des médicaments, qui permet de détecter les contrefaçons. Après cinq années de recherches et de mise au point, ces "nano-tubes" presque invisibles, introduits dans la pate au moment de la fabrication des cachets, peuvent stocker l'équivalent de 64 fois la quantité d'information d'un classique code-barres : ça permet la traçabilité de n'importe quelle pillule, en inscrivant sa date de fabrication et de péremption, son laboratoire d'origine, etc... Pour tester la provenance d'un cachet, il suffit de le broyer et d'analyser les poussières par télémétrie.

NanoTubes

L'information nécessaire étant reproduite en boucle sur chaque grain, le lecteur parvient à récupérer les données, même à partir de fragments. L'industrie pharmaceutique devrait l'adopter sans problème. Chacun des cachets consommés dans le monde devrait bientôt incorporer le système d'authentification inventé par John Rao.

Compléments & Commentaires

La divulgation peut venir de telles initiatives : l'enrichissement personnel si bien encouragé aux Etats-Unis, fait apparaître des individus incontrôlables, capables d'exposer des preuves tangibles, parce qu'ils disposent de leurs propres enquêteurs, leurs propres laboratoires d'analyse, et de medias indépendants.

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.