Didier de Plaige

La comète de la Toungounska

juin 28th, 2009 Posted in Juin 2009

L'évènement de la Toungounska en 1908 n'avait pas été causé par un astéroïde de matière noire, ni une explosion nucléaire, et ce n'était pas pas non plus un crash de soucoupe volante...

"Les lancements des navettes spatiales ont permis de comprendre l'origine de l'explosion dite de la Toungouska en 1908. Elle a été causée par une Comète."

ScienceDaily (25 juin 2009) - Selon une recherche conduite à l'Université Cornell, la mystérieuse explosion dévastant la forêt sibérienne le 30 juin 1908 sur un rayon de 20 kilomètres, avait été certainement causée par l'entrée d'une comète dans l'atmosphère terrestre.

On doit cette conclusion à l'observation d'un facteur inattendu : le panache des navettes spatiales lancées un siècle plus tard.

La recherche publée par la revue Geophysical Research Letters, rapproche les deux évènements en montrant ce qui s'est passé dans chaque cas le jour suivant : des nuages nacrés, visibles de nuit, qui sont constitués de particules de glace et ne se forment qu'à très hautes altitudes et à des températures extrêmement basses.

William K. Hartmann

Pour Michael Kelley, Professeur de Mécanique à Cornell qui a dirigé l'équipe de recherches : "C'est comme si nous venions de résoudre une affaire judiciaire qui datait d'un siècle. La preuve est maintenant bien établie qu'une comète a frappé la Terre en 1908." Les hypothèses antérieures évoquaient des comètes ou des météroïdes.

Les chercheurs soutiennent que les immenses quantités de vapeur d'eau répandues dans l'atmosphère par le noyau glacé de la comète furent capturés par des tourbillons, dotés d'une grande énergie, par un processus qu'on nomme des turbulences à deux dimensions.

Toungounska

C'est ce qui explique pourquoi des nuages nacrés se sont formés un jour plus tard à plusieurs milliers de kilomètres.

Les nuages nacrés se forment naturellement dans la stratosphère à une altitude située entre 15.000 et 25.000m au-dessus des régions polaires, pendant l'été, quand elle est à une température inférieure à -78 °C.

"En raison de leur altitude et de la courbure de la terre, ces nuages reçoivent la lumière du soleil alors qu'il est sous de l'horizon à l'aube et au crépuscule, et réfléchissent la lumière vers le sol." - Source

Pour les chercheurs, le panache des propulseurs de la Navette Spatiale ressemble à ce qu'on observe pendant l'entrée d'une comète.

Un seul vol de la navette injecte 300 tonnes de vapeur d'eau dans la thermosphère terrestre (située entre 85 et 600 km d'altitude), et on a constaté que les particules d'eau se déplacent jusque dans les régions de l'Arctique et l'Antarctique, où elles forment des nuages en se positionnant dans la mésosphère.

Kelley et ses collaborateurs avaient constaté le phénomène des nuages noctilucent plusieurs jours après le lancement d'Endeavour (STS-118), le 8 août 2007. Des formations nuageuses similaires avaient été observées après des lancements en 1997 et 2003.

Après l'explosion de 1908, le ciel nocturne s'est illuminé brillamment pendant plusieurs jours au-dessus de l'Europe, et en particulier de la Grande-Bretagne - à près de 5.000 kms.

Nuages nacrés

Kelley raconte qu'il avait été intrigué par les rapports des témoins oculaires après l'évènement, et conclut que la formation de nuages nacrés pouvait expliquer ce phénomène. La comète aurait commencé à se fractionner à peu près à la même altitude que l'émanation du panache de la navette spatiale après son lancement. Dans les deux cas, de la vapeur d'eau se trouve répandue dans l'atmosphère.

Les scientifiques ont essayé de comprendre comment cette vapeur d'eau pouvait se déplacer à si grande distance sans se disperser, contrairement aux prédictions de la physique conventionnelle.

Lake_Cheko

Kelley a expliqué : "Ce transfert à des dizaines de milliers de kilomètres en très peu de temps n'est conforme à aucun modèle. C'est totalement nouveau, et ça représente un phénomène physique inattendu."

Les chercheurs soutiennent que ce comportement "nouveau", est du à des tourbillons contre-rotatifs qui sont animés d'une énergie extrême. Lorsque la vapeur d'eau est prise dans ces tourbillons, l'eau se déplace très rapidement - à près de 100m/s.

Charlie Seyler, professeur de l'Université de Cornell et co-auteur de l'article a expliqué que les scientifiques s'efforcent depuis longtemps d'étudier le comportement des vents dans ces régions supérieures de l'atmosphère.

Mais ce n'est pas facile avec des moyens traditionnels comme des fusées, des ballons ou les satellites.

Seyler a ajouté : "Nos recherches montrent que nous connaissons encore mal la région intermédiaire entre la mésosphère et la thermosphère".

La thermosphère est la couche de l'atmosphère qui se trouve au-dessus de la mésosphère, comme le montre une image de Grandpas.

Le physicien Miguel Larsen, Ph.D. a également co-signé cet article. - Source

Grandpas

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.