Didier de Plaige

Vendredi 29 Mai

mai 29th, 2009 Posted in Mai 2009

Le chercheur Anthony Bragalia avait déjà montré les 11 mars et 14 avril combien il s'intéresse à Roswell, et avec quelle détermination il poursuit ses propres enquêtes. Nous avions vu qu'il bénéficie de la confiance des chercheurs Kevin Randle et Don Schmitt qui ont intégré ses découvertes en ajoutant un nouveau chapitre dans l'édition 2009 de leur ouvrage "Witness to Roswell".

Il vient de publier un nouvel article : "Les débris de Roswell étaient bien extraterrestres : Le laboratoire a été retrouvé, les scientifiques identifiés".

"Des documents récemment découverts révèlent que dans les mois qui ont suivi le crash supposé Ovni de Roswell, en 1947, un programme de recherches secret a été lancé pour examiner un matériau inconnu jusque là.

Crash Ufor blogspot

Le métal "à mémoire de forme", objet de cette étude, colle parfaitement avec les récits de plusieurs témoins du crash. Nous avons obtenu la preuve que - sous la supervision des militaires - ces études avaient été menées par un laboratoire sous contrat qui était le seul à disposer des capacités techniques nécessaires. Un scientifique de haut-niveau, employé à l'époque par ce laboratoire, nous a confié qu'on lui avait demandé d'étudier ce matériau.

L'information fournie par deux Généraux de l'U.S. Air Force vient renforcer cette découverte.

Ces documents montrent qu'après le crash, le gouvernement américain s'était intéressé de très près à un matériau exceptionnel connu aujourd'hui sous le nom de métal à mémoire de forme.

Battelle Memorial Institute

Cet alliage très particulier extrêmement léger pouvait être froissé ou déformé, et retrouver aussitôt sa forme originale.

Les découvertes métallurgiques dérivées de cette étude furent ensuite communiquées à d'autres agences gouvernementales (y compris la NASA), et l'armée les proposa sous contrat aux universités et à l'industrie.

Le laboratoire contracté par la Base Air Force de Wright Patterson pour conduire ces études était le Battelle Memorial Institute de Columbus, dans l'Ohio.

Plusieurs témoins ont rapporté que c'est vers la Base Air Force de WP que les débris de Roswell avaient été transférés après le crash.

Ces documents récemment découverts ont montré que les études menées par Battelle étaient placées sous la direction du Dr. Howard C. Cross. Vers la fin des années 40, H.C Cross était l'expert scientifique de Battelle pour la métallurgie 'exotique' et les recherches sur les alliages à partir du Titanium.

Curieusement - bien qu'il fut formé aux recherches en métallurgie - Cross est aussi devenu le "personnage-clé" chez Battelle lorsque l'Institut mena des études sur les Ovnis au début des années 50, pour le fameux Project Bluebook de l'U.S. Air Force.

Howard Cross est probablement l'auteur de la partie toujours manquante qui a pour référence le Rapport Numéro 13.

Il est également le signataire de cette lettre étrange adressée par Battelle à Wright Patterson, connue sous le nom de "Memorandum de Pentacle". Le rôle historique du Dr. Cross sera rappelé dans un prochain article.

Fondé en 1929, Battelle se consacre à la recherche, au développement et à la commercialisation d'innovations technologiques. Ils se sont spécialisé dans la science des matériaux et l'ingénierie, les sciences du vivant, de l'énergie, et la sécurité nationale. Battelle est un contractant de plusieurs Laboratoires Nationaux aux Etats-Unis, dont certaines installations parmi les plus sensibles, dont Oak Ridge, Lawrence Livermore et Brookhaven. Le siège de Battelle se trouve à proximité de Wright Patterson. L'Institut est toujours l'un des principaux contractants de la Défense nationale. Leurs capacités métallurgiques et techniques sont reconnues au niveau mondial.

Le Nitinol est la connexion directe entre les débris de Roswell et les recherches chez Battelle.

Le Nitinol est un alliage particulier de nickel et de titane, ou NiTi. Il présente exactement les mêmes propriétés et les caractéristiques physiques des matériaux décrits par les témoins du crash de Roswell. Il s'agit de métaux à mémoire de forme, qui se "souviennent" de leur forme initiale, et ils ont en commun d'être extrêmement légers. Il a été dit que ces débris avaient la même couleur, étaient particulièrement résistants et capables de supporter des températures extrêmes.

Nitinol

Aujourd'hui, le Nitinol est intégré dans toutes sortes de produits, allant des implants médicaux aux montures de lunettes flexibles. Il est produit sous des formes variées, en feuilles, en fils et en rouleaux.

La NASA poursuit des recherches pour mettre au point des "métaux intelligents" pouvant servir à réaliser des ailes pliantes ou mobiles, ou des auto-actuateurs et des coques de vaisseaux "auto-réparatrices". On pense que le métal découvert à Roswell provenait de l'enveloppe de l'engin.

Le premier alliage connu de Titanium et de Nickel signalé dans la littérature scientifique remonte à 1939, par deux européens. Toutefois, cet échantillon brut n'était qu'un sous-produit de la recherche, sans aucun rapport avec l'étude sur le Nitinol. Son potentiel comme "mémoire de forme" n'était pas le but de la recherche, et cette propriété n'avait pas été approfondie. Les scientifiques auraient été incapables à l'époque de purifier suffisamment le Titanium - et ils n'auraient pas su déterminer les niveaux d'énergie nécessaires pour réaliser cet effet de "morphing". - Source

LA SUITE des découvertes d'Anthony Bragalia

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.