Didier de Plaige

Mercredi 19 Novembre

novembre 19th, 2008 Posted in Novembre 2008

Gildas Bourdais estime nécessaire de revenir sur la critique, faite par Gérard Lebat - le fondateur des Repas ufologiques - de l’ancien astronaute Edgar Mitchell, dans son message passé le 15 novembre sur la liste Magonie.

"Je confirme d’abord une erreur de date que j’ai déjà signalée. Edgar Mitchell a commencé à s’exprimer publiquement sur les Ovnis et la question du secret, non pas en 1988, ni d’ailleurs en 1987 comme indiqué par erreur sur le site ufologie.net (c’est peut-être une faute de frappe), mais en 1997 et en 1998.

Gildas Bourdais

J’ai retrouvé les sources suivantes :

    - Un message de Bill Hamilton, directeur de Skywatch International (cité en 1999 par Richard Boylan en 1999) selon lequel Mitchell avait participé à une conférence à Phoenix le 12 octobre 1997, où il avait évoqué le secret sur les Ovnis et l’existence de recherches de "rétro-ingénierie". Le Dr Steven Greer, participant lui aussi à cette conférence (mais il n’en était pas l’organisateur), avait tenu le même discours.

    - Un article du journaliste américain Tom Rhodes, paru dans le Sunday Times du 11 octobre 1998. Cet article rapportait les propos semblables, tenus la veille par Edgar Mitchell lors d'une conférence dans le Connecticut. Elle avait déjà pas mal attiré l'attention à l'époque, et d’autres entretiens avaient été également publiés.

Steven Greer

Il semble qu'une confusion se soit produite chez certains, entre ces réunions et les actions entreprises ultérieurement par le Dr Steven Greer. Celui-ci a raconté son parcours dans son livre "Vérités cachées" (2008, éditions Nouvelle terre pour la version française. 2006 pour la version originale, intitulée "Hidden Truth Forbidden Knowledge").

Avant cela, Greer avait reproduit un entretien réalisé par le journaliste James Fox en mai 1998, avec son autorisation, dans son livre Disclosure en 2001 (version française : Révélations. Tome 1, Nouvelle Terre, 2004).

Il avait publié ce livre en urgence pour imprimer les témoignages de sa grande conférence "Disclosure" tenue au National Press Club de Washington le 9 mai 2001.

En fait, bien que Mitchell figure dans le livre, il avait décliné l’invitation de Greer de participer à cette conférence, peut-être pare qu’il avait des réserves sur les méthodes de Greer.

Autre épisode : dans son livre "Vérités cachées", Greer évoque une autre réunion qu’il avait tenue à Washington en 1997, un an avant son grand show public de 1998, pour informer des parlementaires, des responsables de la Maison Blanche et du Pentagone sur les Ovnis (voir pages 184 à 186). Il y avait invité Edgar Mitchell et celui-ci avait donné son accord, mais il s’était récusé au dernier moment. Selon Greer, il avait été dissuadé de le faire par un groupe qu’il fréquentait, participant justement des études très secrètes sur les Ovnis, et qui était très hostile aux actions de Greer.

Si celui-ci raconte la vérité, Mitchell a ainsi subi, en 1997, des pressions pour le faire taire ! Or cela ne l’a pas dissuadé de continuer à le faire, en 1998 et bien des fois ensuite.

L’occasion la plus récente a été un entretien sur la radio britannique Kerrang en juillet 2008, qu'on peut à présent écouter sur le web avec des sous-titres en français; ce qui a provoqué une certaine agitation dans le milieu des ufologues français plus ou moins sceptiques (plutôt plus que moins !).

Voilà rétablie la chronologie des interventions d'Edgar Mitchell sur les Ovnis (sauf erreur de ma part : si on en trouve une autre, merci de me la signaler). Mais voyons de plus près, brièvement, les critiques des sceptiques.

D’abord, le fait que Mitchell répète son opinion depuis une dizaine d’années ne me semble pas être un bon argument pour les mettre en doute, bien au contraire : il a maintenu son discours, sans faiblir, ce qui est à mettre à son actif.

Leonard Stringfield

La principale critique, semble-t-il, est que Mitchell ne cite aucun nom, aucune référence. C’est donc "du vent" ! Mais c’est toujours ainsi avec des témoins "de l’intérieur" qui sont tenus au secret et sont bien obligés de rester anonymes.

A titre d'exemple, au cours des années 70-80, l'enquêteur américain très respecté Leonard Stringfield avait pu recueillir de nombreux témoignages, qu'il avait publiés dans une série de brochures, mais en respectant strictement leur anonymat. C'est ainsi, à prendre ou à laisser.

Mais il faut bien comprendre une chose : depuis les années 80, le nombre de ces témoins ne cesse d’augmenter, et Mitchell est l’un des hommes courageux qui osent en parler, quitte à se faire dénigrer.

Mitchell est conscient, d’autre part, du risque de désinformation, qu’il a signalé. Il peut y avoir des provocateurs et des désinformateurs parmi eux. C’est une technique bien connue de protection des secrets, et pas seulement pour les Ovnis. Il faut donc garder du sang-froid, et du recul. Mais lorsqu'on arrive à des dizaines de témoignages, qui se recoupent, comme dans l'affaire de Roswell, on a alors un dossier qui devient très fort, surtout si certains se décident à s'exprimer publiquement, comme c'est le cas dans cette histoire.

Je relève une autre critique : Mitchell "est tombé dans le mysticisme", et le paranormal, en créant en 1971 son "Institut des sciences noétiques". Pour ma part, je ne vois pas en quoi le fait de s’intéresser à des dimensions d’ordre spirituel, ou aux phénomènes paranormaux, serait de nature à mettre en doute un témoignage.
Mitchell expose clairement sa démarche sur le site
noetic.org. Et, faut-il le rappeler, il a un bagage scientifique de haut niveau.

On lui reproche enfin de vendre des livres, des DVD et même des photos avec autographe sur son site. Mais ll faudrait savoir aussi comment il se débrouille pour financer son institut des sciences néotiques, qui est une association sans but lucratif. Peut-être cherche-t-il à gagner un peu d’argent pour une bonne cause ? Il faudrait aussi savoir celà, me semble-t-il, avant de lancer une telle critique. - Gildas Bourdais

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.