Didier de Plaige

Samedi 20 Septembre

septembre 20th, 2008 Posted in Septembre 2008

Clark McClelland, le technicien de la NASA qui avait été licencié sans justifications précises en 1992, espèrait depuis longtemps quelques compensations financières pour publier son témoignage. Sa situation personnelle est inconfortable, puisqu'il est sans ressources depuis des années. Il a peut-être finalement conclu un arrangement avec un magazine...

Il vient lui-même d'annoncer : "La divulgation de ma propre expérience sera présentée dans le prochain numéro de Nexus, d'Octobre/Novembre 2008 ! Le second évènement sera relaté deux mois plus tard, dans le numéro suivant. Ce sera le récit du deuxième témoin, qui a vu lui aussi un grand Alien, en train d'embarquer dans la soute de la navette spatiale."

La réalité sur son départ forcé de la NASA n'est pas clairement établie. "Ils se sont souvenus que le Major Donald E. Keyhoe m'avait demandé de créer une branche du NICAP (National Investigations Committee on Aerial Phenomena) à Cape Canaveral. C'est probablement ce qui leur a déplu."

Son tuteur était à l'époque Dennis Bestwick. Concernant ce renvoi, celui-ci a simplement déclaré au journaliste de CNI News : "Je ne suis pas autorisé à commenter. Il travaillait bien, mais il y avait quelque chose de trouble dans son dossier, apparemment une affaire de dates qui ne collaient pas. En fait, on ne sait pas très bien ce qui s'est passé, mais McClelland a perdu son acréditation secret. Du coup, il a été démis de ses fonctions dans le cadre du programme de la navette." Source

Clark McClelland évoquera sans doute à nouveau pour Nexus ce que Werner Von Braun lui avait confié, à propos de sa visite à Roswell en juillet 1947 pour examiner l'épave récupérée : "Il m'a raconté que le vaisseau ne semblait pas fait de métal, au sens où nous l'entendons sur Terre. Sa consistance était plutôt biologique, comme la peau. Les corps des occupants avaient été temporairement installés sous une tente médicale. Ils étaient petits, plutôt frêles, des têtes assez grandes, avec de grands yeux. Leur peau était grisâtre, et de texture reptilienne. Von Braun m'a précisé que cette peau ressemblait à celle des serpents à sonnettes qu'il avait vu à plusieurs reprises à White Sands. Son examen des débris l'avait laissé perplexe : c'était comme de l'aluminium coloré, très fin, ce qui faisait penser à des emballages de chewing gum. Très léger, et extrêmement résistant. L'intérieur de l'engin était pratiquement dépourvu de tout équipement, comme si les créatures et le vaisseau formaient un ensemble."

John Lear n'est pas un critère de fiabilité, mais il a par ailleurs souligné l'intérêt de son témoignage : "Je connais bien Clark McClelland depuis une vingtaine d'années. Il en sait bien davantage qu'il n'en raconte..."

Compléments & Commentaires

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.