Didier de Plaige

Dimanche 14 Septembre

septembre 14th, 2008 Posted in Septembre 2008

Les initiatives privées vont-elles supplanter la NASA dans l'espace ? La compagnie Google a lancé sa compétition internationale il y a exactement un an : le Lunar X PRIZE offre 20 millions de dollars à la première équipe qui posera un robot sur la surface de la Lune; il devra parcourir 500 mètres, et renvoyer des images vers la Terre. Le financement des équipes candidates doit être à 90% privé.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 31 décembre 2010, et déjà une quinzaine de projets ont été validés. Le premier prix doit être attribué avant le 31 décembre 2012. Passé cette date, il sera seulement de 15 millions de dollars. L'équipe arrivée en second gagnera 5 millions. Cinq autres millions seront distribués sous forme de bonus. La date limite de la compétition est fixée au 31 décembre 2014.

Image de prévisualisation YouTube

Pour Peter H. Diamandis, PDG de la Fondation X PRIZE, il s'agit de "contribuer à développer de nouvelles technologies robotiques et de présence virtuelle, qui réduiront de façon spectaculaire le coût de l'exploration spatiale." Le projet Lune 2.0 ne consiste pas seulement à poser un robot sur notre satellite, mais à y établir les bases d'une présence permanente.
La question que se posent les ufologues est de savoir comment l'exploration spatiale privée pourra finalement contraindre les gouvernements et la NASA à renoncer aux opérations de couverture concernant les Ovnis.

L'information a fait réagir John Lear : "Personne ne s'aventurera dans l'espace, sans l'aval des militaires américains. Actuellement, il y a en orbite entre 8 et 12 plateformes disposant d'armements, qui sont manoeuvrées et entretenues par environ 5.000 astronautes (de l'US Army, la Navy, l'Air Force, la NASA), et l'ensemble est contrôlé par l'USScom (U.S. Special Operations Command).

Les missions de ravitaillement de l'ISS par la navette spatiale ne représentent qu'une diversion quant aux réelles missions, qui sont assurées de concert avec les Russes et d'autres.
On utilise pour celà des lanceurs comme les Delta, les Zenit 3SL, les Titans, et les Atlas. Il existe probablement d'autres véhicules hautement classifiés qui sont capables de la mise en orbite et du retour sur Terre. En plus du centre spatial Kennedy, il y a une vingtaine de stations de lancement à travers le monde, dont le Ronald Reagan Launch Complex sur l'atoll de Kwaljalein, ou Vandenberg, Patrick AFB, ou encore la base de
Wallops Island... Il est donc impossible que des civils ou des entreprises privées soient autorisés à réaliser ce qui est annoncé."

Une rumeur court les forums et se répand sur divers sites web, à propos d'un "message" censé provenir de la "Fédération galactique" : la source, apparemment australienne, prétend avoir appris par la pratique du 'channeling' qu'un Ovni géant doit se montrer "dans le sud de votre hémisphère nord" pendant trois jours. Il serait bon qu'on nous montre un seul exemple de channeling qui se soit avéré exact depuis dix ou vingt ans...
Après qu'il ne se soit rien passé le 14 octobre, les responsables de cette fausse nouvelle ne manqueront pas de prétexter : "C'est parce que vous n'avez pas contacté suffisamment de personnes". En fait, ça ne sera jamais de leur faute, mais de la notre. Comme l'observe un participant du forum Ovnis-USA : "A force de diffuser de fausses informations, leurs auteurs nous amènent à douter de tout."

L'intermédiaire se fait appeller Blossom Goodchild. Elle vient d'annoncer : "A mesure que la date approche, nous sommes de plus en plus fébriles. La 'Fédération de la Lumière' m'a fait savoir qu'elle était préoccupée de savoir si suffisamment de personnes auraient ce message à temps. Afin de le répandre encore plus rapidement, je vais participer à un contact en direct avec un Guide spirituel, et je pourrai vous transmettre ses guidances et aussi répondre à vos questions.
L'organisation de cette web-conférence a un coût, aussi il vous est demandé de vous inscrire dès maintenant en versant une réservation de 15 dollars.
"
Une première séance de 90 minutes aura lieu le 17 septembre.

En réalité, on sait qu'aujourd'hui l'organisation d'une video-conférence sur internet, ou un Skype-video, ne coûterait rien à ses organisateurs.

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.