Didier de Plaige

Vendredi 11 Avril

avril 11th, 2008 Posted in Avril 2008

Le 20 Mars 2008, les Etats-Unis sont entrés en guerre contre l'Iran..
"Le FinCEN (Réseau Financier de Répression des Crimes) a ce jour-là dénoncé plusieurs banques iraniennes, coupables selon lui de "blanchiment illégal dans le cadre d'activités terroristes".
Les institutions financières mondiales sont avisées par le Département du Trésor américain qu'elles ne doivent plus traiter avec le système bancaire de ce pays : le FinCEN rappelle à la communauté financière mondiale que la Résolution 1803 du Conseil de Sécurité de l'ONU (votée le 3 mars 2008) "appelle tous les Etats-membres à exercer leur vigilance sur les activités des institutions financières agissant sur leurs territoires, à savoir les banques domiciliées en Iran, ainsi que leurs branches et succursales à l'étranger."

"Les observateurs savent que le rôle de la FinCEN est aussi important que celui du Central Command (Centcom) dans la gestion des guerres en Afghanistan et en Irak". La suite de l'article de John McGlynn, analyste financier et économique, basé à Tokyo.

Le sujet n'a jamais vraiment été délaissé; il totalise déjà 20.000 vus sur Open Minds : Michael Salla relance le débat sur les réunions à l'ONU : "Le 30 mars, sur Coast to Coast, Steven Greer a déclaré que le Ministre de la Défense d'une nation importante du G8 lui avait confirmé que les réunions aux Nations-Unies, qui avaient évoqué la question Ovni, s'étaient tenues du 12 au 14 Février. D'après la Source B, Greer a travaillé avec le Ministre de la Défense français pour amener un véhicule E.T. à se poser, et annoncer au monde que le contact extraterrestre était établi."

"Par conséquent la France est cette nation du G8, et le Ministre de la Défense auquel il fait allusion doit être Hervé Morin (actuellement en poste).

Il a laissé entendre que l'Ambassadeur français avait participé aux réunions. Ca devait donc être le Représentant permanent de la France au siège des Nations-Unies (à New-York), c'est-à-dire Jean-Maurice Ripert.

C'est pourquoi je vous recommande de prendre contact avec le bureau de Hervé Morin, et la mission permanente de la France à New-York, pour vérifier cette information, et savoir si Ripert était présent aux réunions du 12 au 14 février. Je pense que c'est une bonne stratégie de poursuivre différentes pistes dans cette enquête, et de s'armer de patience."

Michael Salla conclut ainsi : "La Divulgation 'contrôlée' des rencontres à l'ONU me semble constituer la première étape d'un processus coordonné qui comporte sa propre dynamique interne. L'envoi de courriers à des responsables publics, pour les interroger sur ce qui se passe, voire de confirmer ces évènements, etc., peut faire avancer les choses."

Pourquoi le Dr Steven Greer pourrait-il prétendre amener un véhicule E.T. à se manifester ? "Le CSETI - qu'il a fondé en 1990 - a établi des protocoles de communication qui utilisent le son, la lumière et l'intention (la conscience). L'intention est le premier mode utilisé par les équipes de recherche qualifiées, pour établir un contact avec les Intelligences Extraterrestres." Autrement dit, Steven Greer affirme qu'il a proposé ses services à un Ministère de la Défense d'un pays du G8, et Michael Salla pense qu'il doit s'agir de la France.

    Les frères Clay & Shawn Pickering ont fait leur apparition sur le forum Open Minds : "Nous sommes heureux de vous rejoindre ici parce que vous témoignez d'une bonne ouverture d'esprit. Nous avons noté une question sur le nombre de pays représentés. Je vais la poser à la Source A. D'après ce que nous avons compris, les délégués de la plupat des pays occidentaux étaient présents y compris de la Russie. La Chine aurait été absente. Je dois me le faire confirmer. Tous les participants étaient en civil, sauf les Russes, en uniformes militaires. Notre Source A n'a jamais dit si elle connaissait le français Gilles Lorant. Je ne crois pas qu'elle l'ait rencontré. La Source A n'a jamais rien dit de possibles réunions les 13 et 14 février. Elle n'a confirmé que celle du 12."

La détection de la nature des images pose maintenant un problème dans les cours de justice : une affaire de pédophile jugée en 2002 était remontée en appel devant la Cour Suprême des Etats-Unis. Celle-ci avait statué qu'il n'était pas illégal de détenir des images réalisées sous CGI.

Mais comment démontrer à 100% de certitude que le présumé coupable avait collectionné des photographies et non des créations numériques ?

Le FBI s'était adressé à l'expert Hany Farid, professeur de science informatique à l'Université de Dartmouth, qui est l'auteur d'un programme censé permettre de faire la différence.

Or les avocats de la défense ont établi que ce logiciel avait un taux d'erreur de 30% : il classait une fois sur trois des photographies parmi les CGI. La défense a démontré qu'il était impossible de déterminer de manière certaine ce qui relevait du réel et du virtuel.
Source

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.