Didier de Plaige

Vendredi 21 Décembre

décembre 21st, 2007 Posted in Décembre 2007

Appel International au Gouvernement américain - 12 novembre 2007
Par l'entremise de la Coalition pour la Liberté d'Information

Préambule :
Les signataires, ayant été formés et employés au service du gouvernement, de l'aviation, ou de l'armée, s'accordent sur cette déclaration, fruit de nos expériences et objectifs communs. Au cours de nos activités professionnelles, chacun de nous a été le témoin d'un incident impliquant un objet volant non identifié, ou a dirigé une enquête officielle sur des cas d'ovnis, relevant de la sécurité aérienne, la sécurité nationale, ou pour le progrès de la science.

Nous utilisons le terme 'Ovni' pour caractériser tout phénomène aérien qui ne peut être identifié ou expliqué; cette définition est celle qui a été utilisée par l'armée de l'air américaine dans les années 50.Nous ne prétendons rien quant à la nature ou à l'origine de ces objets.

Alors que la plupart des observations d'ovnis peuvent s'expliquer par des erreurs d'appréciation concernant des objets connus, ou des phénomènes naturels, les gouvernements qui les ont étudié - dont certains ont employé des signataires - ont régulièrement constaté qu'un faible pourcentage d'observations défie les explications conventionnelles.

Les rapports de ces évènements ont souvent impliqué des témoins crédibles tels que des officiers de police, du personnel militaire, des pilotes, des aiguilleurs du ciel, et constituent une documentation officielle bien étayée.

Par conséquent :
Nous penons que, pour des raisons de sécurité nationale, ainsi que de sécurité aérienne, tous les pays devraient faire un effort pour identifier tous les objets dans leur espace aérien. Depuis les attaques du 11 septembre, il n'est plus concevable d'ignorer les echos radars pour lesquels aucune donnée de transpondeur n'est disponible, et qui ne peuvent être relatifs aux performances des avions et helicoptères volant actuellement.

Alors que les radars de l'aviation civile et des aiguilleurs du ciel se réfèrent principalement aux radars secondaires, les radars de la défense aérienne militaire devraient être capable de détecter et tracer n'importe quel objet dans les airs, même s'il est immobile, ou qu'il se déplace très lentement ou très rapidement.

A cet égard, nous nous référons à l'incident de l'aéroport international de O'Hare, lorsqu'en novembre 2006, un disque métallique a été observé en suspension au dessus du terminal de United Airlines pendant plusieurs minutes. Du fait qu'il n'était pas détecté au radar, l'Administration Fédérale de l'Aviation (FAA) n'a pas enquêté. La FAA n'a pas non plus considéré les rapports corroborants des pilotes d'United Airlines, et des autres employés, préférant ranger cette observation parmi les « phénomènes météo ».

Nous suggérons que la dévalorisation du terme « Ovni » et des rapports de témoins de base pourrait conduire les autorités à rejeter des observations qui concernent des avions non conventionnels, ou bien des engins volants sans pilotes, qui pourraient être engagés dans des activités d'espionnage ou de terrorisme, et ce particulièrement quand les retours radars ne sont pas disponibles.

Cependant, des observations importantes ont également été ignorées alors que les radars n'étaient pas en cause. Bien que des centaines de citoyens aient vu un objet triangulaire immense qui volait au dessus de l'Arizona en 1997, le gouvernement américain a ignoré les requêtes des autorités de l'Arizona, et n'a jamais donné au public une réponse satisfaisante quant à l'invasion de l'espace aérien national par un objet volant étrange et inconnu. Nous pensons qu'une telle indifférence représente non seulement une opportunité manquée, mais aussi un risque potentiel.

Nous soutenons qu'un public motivé et concerné a le droit d'être informé des faits sur des incidents d'ovnis qui sont bien documentés, et corroborés par de multiples témoignages. De plus, la science manque potentiellement des connaissances majeures qui pourraient être acquises par l'étude de ces incidents impliquant des objets qui démontrent des capacités peu communes en termes de vitesse, de manoeuvres, ou sont dotés d'autres caractéristiques qui défient notre paradigme scientifique actuel.

Appel à l'Action :
Les signataires demandent aux Etats-Unis de coopérer avec les gouvernements qui, en reconnaissant la réalité des objets volants non identifiés, ainsi que l'inquiètude légitime pour la sécurité aérienne, ont déjà mis en place leurs propres structures d'enquête. A la suite de son projet Blue Book, à présent enterré, nous proposons que l'Armée de l'Air Américaine reprenne ses efforts de recherche, ou bien que l'Administration Nationale de l'Aéronautique et de l'Espace (NASA) amorce ce travail de recherche, afin de faire face aux préoccupations internationales énoncées ici, de rassurer le public, et d'enrichir le domaine des connaissances scientifiques.

Nous lançons un appel aux Etats-Unis d'Amérique pour qu'ils s'engagent avec nous, et avec les responsables actuellement actifs dans le monde entier, afin de résoudre ce problème dans un dialogue continu, à commencer par cette rencontre de quelques uns des signataires ci-dessous, à Washington, DC, en ce jour du 12 novembre 2007.

Les Signataires :

Vasily Alexeyev - Général en Chef de l'Armée de l'Air de Russie, Centre des communications spatiales. Russie.

Ricardo Bermudez - Général de Brigade aérienne (retraité) ancien président du CEFAA, Chili.

Ray Bowyer - Commandant de Bord. Services aériens d'Aurigny. Iles de la Manche.

Wilfred de Brouwer - Général en Chef adjoint des Opérations et Planifications. Retraité de l'Armée de l'Air de Belgique.

John Callahan - Chef de la Division des Incidents, Evaluations et Investigations. Armée de l'Air (retraité).

Don C. Donderi, Ph.D - Chercheur contractant à l'Université McGill, Défense Nationale. Canada.

Julio César Chamarro Flores - Commandant de l'Armée de l'Air du Pérou (retraité). Fondateur de l'OIFAA, en 2001.

Rodrigo Bravo Garrido - Officier de l'Armée Chilienne, pilote, membre du CEFAA.

Richard F. Haines, Ph.D - Chercheur scientifique de la NASA (retraité).

Charles Halt - Colonel de l'Armée de l'Air Américaine (retraité). Ancien Directeur de la Direction des Inspections, DOD I.G.

Parviz Jafari - Général de l' Armée de l'Air d'Iran (retraité).

Denis Letty - Général en Chef de l'Armée de l'Air Française (retraité). Président du COMETA.

Oscar Santa Maria - Commandant, pilote de combat, Armée de l'Air du Pérou (retraité).

Anthony Choy Montes - Avocat, chercheur OIFAA, Armée de l'Air du Pérou, 2001-2003.

James Penniston - Tsgt de l'Armée de l'Air des Etats-Unis (retraité).

Nick Pope - Ministère de la Défense, Grande-Bretagne, 1985-2006.

Jean-Claude Ribes - Astronome, Centre National de la Recherche Scientifique, France, 1963-1998.

Yves Sillard - Membre du Comité de Direction du GEIPAN, France.

Fife Symington III - Gouverneur de l'Arizona 1991-1997.

Contact : Leslie Kean - (traduction : Diouf, pour le forum Ovnis-usa)

On remarque dans la liste des Signataires, Denis Letty - Général en Chef de l'Armée de l'Air Française (retraité) - Président du COMETA, qui n'était pas présent à Washington le 12 novembre, et l'absence de Claude Poher et du Commandant Jean-Charles Duboc qui, eux, faisaient partie des orateurs...

Dans un entretien privé avec Shirley P. pour évoquer plus spécifiquement le mouvement du Drône qu'elle a vu dans le Parc Sequoïa, OnTheFence a obtenu ces précisions :

1. Il est toujours resté horizontal, je ne l'ai pas vu osciller, même quand il a changé de direction,

2. Le bras le plus long est toujours resté à l'ARRIERE pendant le déplacement, il n'était JAMAIS à l'avant,

3. Le déplacement était toujours fluide, non pas saccadé, comme un autre témoin l'avait rapporté. Même quand il a changé de direction,

4. Il n'a pas 'sauté' d'un endroit à l'autre, mais il se déplaçait très régulièrement. J'ajoute que je n'ai pas perçu de "double" image, comme un hologramme. Il avait l'air TRES consistent. Je n'ai entendu aucun bruit, mais bien sûr il était plus éloigné que sur les photos des autres témoins.

Onthefence : "Quand une voiture se met en route, elle accélère progressivement... Est-ce que le drône a semblé accélérer, ou est-il passé instantanément à une allure rapide ?"

Shirley : "Autant que je me souvienne, il a ralenti très doucement, puis il est reparti en arrière, ensuite il a changé de direction et il a continué à la même vitesse qu'il avait avant de s'arrêter. Je ne peux pas me souvenir s'il y avait une forme d'accélération."

OnTheFence laisse ensuite entendre qu'il va maintenant produire une video d'animation assez réaliste.

La Divulgation viendra-t-elle du Japon ? "A titre personnel je suis absolument persuadé que les Ovnis existent !" C'est ce qu'avait affirmé avant-hier Nobutaka Machimura, le porte-parole du gouvernement japonais. Il commentait une résolution qui venait d'être adoptée en Conseil des Ministres, selon laquelle "rien ne confirme l'existence d'Objets volants non-identifiés qui viendraient de l'espace", en réponse à la question du Sénateur Ryuji Yamane qui demandait l'ouverture d'une enquête, suite à la multiplication des rapports d'Ovnis.

"Le Gouvernement n'a qu'une réponse stéréotypée à offrir" avait ajouté Machimura.

Aujourd'hui, c'est le Ministre de la Défense, Shigeru Ishiba, qui reconnaît que l'existence des Ovnis est plausible. Le problème est que l'armée japonaise n'est autorisée à réagir, selon la Constitution pacifiste du Japon, que face à une agression étrangère.

"Il n'y a rien qui permet de nier l'existence des Ovnis et d'une forme de vie qui les contrôle. Il nous faut un cadre légal en cas d'invasion extraterrestre" a poursuivi le Ministre de la Défense.

Selon Kyodo News, Ishiba a déclaré qu'"il serait difficile de déterminer sur quelles bases légales les forces d'Auto-Défense pourraient être mobilisées si un Ovni devait violer l'espace aérien japonais mais n'était pas hostile :

Cette mobilisation serait-elle considérée comme un acte défensif ? Qu'en serait-il si leur message était 'Soyons amis avec tous les peuples de la Terre'... Et que se passerait-il si nous ne parvenons pas à comprendre ce qu'ils disent ?"
source : UFO-UpDates

Le commentaire de Headek sur le forum Ovnis-USA : "Cette réforme de la constitution japonaise est en pourparlers depuis le début de l'année 2007. Elle rencontre une forte opposition. Il se pourrait, d'ici a 3 ans, que le Japon modifie ou abolisse sa constitution dans un but d'auto-défense.. Si c'était le cas, il faudra donc encore attendre un peu... à moins que d'ici là, Kaguya nous dévoile quelques secrets."

Sur le même forum, Flatron émet cette hypothèse : "Je crois que les choses s'éclaircissent sur les intentions de la création d'une couverture anti-missile au dessus du Japon. Une nouvelle menace venue de l'espace telle un nouveau Pearl Harbor (encore un..) serait bien utile pour convaincre les derniers pacifistes qu'une menace bien réelle pèse sur le Japon."

Enfin, Cosmos a retrouvé cette citation de Toshiki Kaifu, Premier Ministre Japonais en 1990, qui écrivait au major Shiotani à propos d'un symposium sur l'Espace et les Ovnis :

"Premièrement, j'ai déclaré à un magazine en janvier dernier que, étant un pays peu avancé par rapport au problème OVNI, le Japon devait voir ce qui devait être fait à propos de la question des OVNI, et que nous devions passer plus de temps sur ce sujet. De plus, j'ai indiqué que quelqu'un devait solutionner le problème OVNI en ayant un grand recul dans le même temps.

Deuxièmement, je pense que nous sommes à un moment raisonnable pour considérer le problème OVNI avec sérieux et le considérer comme réel... J'espère que ce Symposium contribuera à la paix sur Terre telle qu'on la voit de l'espace, et entamera un premier pas vers une coopération internationale dans le domaine des OVNI."

Cosmos conclut : "J'ai plutôt tendance à interpréter ces déclarations comme des préparatifs à caractère géostratégique. La Chine émergeante n'est pas loin et le Japon est l'allié des USA. On peut se demander si une telle coopération a eu lieu. Avec qui ? Et si 17 ans plus tard, cette déclaration n'en est pas le résultat ?"

A noter également que depuis quelques semaines, le Japon n'est plus tributaire de la NASA, et reçoit ses propres images en haute définition de la surface lunaire... Le rapprochement est facile, mais n'est-il pas en train de se passer ce que beaucoup avaient imaginé quand les japonais ont lancé leur propre sonde en septembre dernier ? Les récentes déclarations des Ministres japonais ne sont-elles pas un signal publiquement adressé aux Etats-Unis par le Japon, signifiant : "Nous avons vu ce que vous savez.."

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.