Didier de Plaige

Lundi 8 Octobre 2007

octobre 8th, 2007 Posted in Octobre 2007

Les recherches de 11August et son équipe recueillent des encouragements sur le forum Ovnis-USA, où Voyageur attend beaucoup de ce test qui permettra de distinguer les vraies photos des photos truquées. "Toutefois, je m'interroge sur la validité du critère visuel "nombre de couleurs uniques" (ou "richesse de la palette de couleurs"), tel qu'évoqué dans le post d'Elevenaugust sur la "Détection des différences entre CGI et photos - Applications".

En effet, dans la mesure où il s'agit notamment de comparer des images de drones dont plusieurs représentent le même objet plutôt terne au niveau de l'éventail chromatique - telles que celle-ci à gauche - avec un ensemble de "véritables photographies" ayant chacune un thème et un objet différent, parfois richement coloré, telles que celle de droite, n'est-il pas normal d'obtenir une "palette de couleurs" moins riche dans le cas des drones ?" :

L'explication de 11August : "Le papier des trois chercheurs universitaires canadiens sur lequel je me suis basé pour faire cette étude spécifiait l'utilisation de 1.000 images réelles et de 1.000 CGI pour tester et valider leurs hypothèses de départ.
Dans leur étude, ils ont ainsi montré que les CGI contenaient en moyenne 25% de moins de couleurs que les photographies, statistiquement parlant.

Evidemment dans le lot, tu pourras toujours trouver des images réelles semblant contenir davantage de couleurs que les CGI (comme dans ton exemple apparemment) et vice-versa. Mais sur l'ensemble du lot, la tendance est vérifiée par les chercheurs.

De plus, dans la formule donnée, il ne s'agit pas du ratio de l'ensemble des couleurs différentes par l'ensemble des pixels, mais du ratio entre le nombre de couleurs uniques apparaissant plus de dix fois et le nombre de pixels apparaissant dans ces mêmes couleurs; ceci pour éliminer l'impact du bruit de l'image, qui fausse les données et peut jouer sur les résultats en faveur de l'un ou l'autre groupe.

Il ne s'agit pas non plus de comparer le nombre de teintes (hues) mais bien le nombre de couleurs uniques.

Pour vérifier la validité de l'hypothèse des chercheurs et entraîner le système, nous reprenons les mêmes bases de données d'images qu'eux, soit 1.000 images réelles et 1.000 images CGI, et nous comparons les résultats. C'est ce travail qui est en cours."

La définition des sources pourrait venir compliquer la collecte. Dans l'exemple de Voyageur, nous avons 72ppi à gauche et 100ppi à droite...

A la date du 4 août, j'évoquais Neal Krawetz, chercheur et consultant en sécurité informatique, pour sa prestation lors de la conférence BlackHat à Las Vegas sur le thème : "Analyse de photographies numériques et d'images video - détection des altérations et des modifications (améliorations)".

Il est l'auteur d'un programme qui révèle le niveau de compression d'une image et le dernier logiciel utilisé pour sa retouche. Ce logiciel permet également de connaître la marque et le type d'appareil, s'il s'agit d'un original.

Rappel : "Il est ainsi possible de déterminer quels sont les éléments qui ont été ajoutés ou modifiés. Le plus intéressant est que Neal Krawetz a illustré sa conférence avec des exemples empruntés à une actualité récente, des videos de leaders d'Al Qaïda; une campagne d'intoxication peut consister à changer le décor dans lequel évolue le personnage... - http://blog.wired.com/27bstroke6/2007/08/researchers-ana.html - Une agence de désinformation serait-elle en train de se faire la main sur un sujet Ovni ?"

Depuis, Peejaybee, sur OM, a établi le contact avec ce chercheur : "Bien qu'il refuse catégoriquement d'analyser des photos d'Ovni(s), il m'a quand même indiqué quelques pistes.

Les résultats ne permettent pas de conclure pour l'instant. J'ai constaté que je ne parviens pas à détecter des altérations connues avec cette technique, et quand je la teste sur d'autres images, j'ai pourtant des indications positives qui révèlent bien mes propres montages.

Par exemple, j'ai collé un drone sur une photo de mon petit jardin. Il en est ressorti que le drone, les arbres, et les autres éléments du décor, révélaient un indice d'erreur élevé que le Dr. Krawetz caractérise comme des altérations, bien que je n'aie ajouté que le drone.

J'aimerais approfondir cette technique quand j'aurai un peu de temps devant moi."

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.