Didier de Plaige

Dimanche 5 Août 2007

août 5th, 2007 Posted in Aout 2007

Des questions assez stériles de copyright ont mobilisé tous les forums concernés par les drônes, tout au long de la journée précédente. Le forum Open Minds avait mis en ligne des T-shirts représentant quelques dessins de la planche du Langage, une manière de provoquer ou de narguer un éventuel faussaire. La question soulevée se ramenait à envisager la position des juges face à une création supposée aliène... Une première dans les affaires de justice, mais beaucoup de temps perdu.

Woofy vient d'arriver sur Open Minds et se présente : "Je m'appelle Dan. Je vis en Nouvelle Calédonie. Entre 1967 et 1971, j'étais stationné sur la base Air Force de Malmstrom, où un de mes amis a vu un Ovni au-dessus d'un de nos silos de missiles, qui avait déclenché l'alerte. Les gars de l'OSI ont fait un rapport mais je n'ai jamais pu mettre la main dessus. C'est depuis cette époque que je m'intéresse au sujet !" Le temps de s'installer, et il racontera son histoire.

Et les drones ? C'est le calme plat sur l'ensemble des forums. Dans les medias également, à part cette petite émission de désinformation déjà signalée sur une chaîne espagnole. Les observateurs se demandent pourquoi les grands canaux d'information n'ont même pas signalé le phénomène, alors que le mois dernier, le "mystérieux" dirigeable au-dessus de Salt Lake City avait fait la Une un peu partout. La semaine dernière, quelques points lumineux ont été filmés à Stratford-upon-Avon en Angleterre, et là encore plusieurs journaux ont rapporté ce non-évènement. Certains se répètent que les images de Californie sont en effet 'trop belles pour être vraies'.. Mais la technologie inédite des engins, qui suggère une rétro-conception à partir d'artefacts aliens, implique un éventuel mensonge des autorités américaines, qui serait d'une envergure sans précédent. Ce silence prudent des medias, comme l'absence de commentaires du Pentagone ou de la Sécurité Nationale, montre que personne ne souhaite affronter le problème, même pour lui tordre le cou.

Le calme n'est qu'apparent, puisque des gens comme JTP pour les Transformations de Fourier, ou 11August, poursuivent leurs travaux. Celui-ci nous dit : "Je pensais conclure définitivement avec cette histoire de cryptologie, mais j'ai découvert quelquechose de très étrange en essayant de trouver la longueur de la clé de codage (éventuelle) d'un possible cryptage polyalphabétique.
C'est très technique, mais je vais expliquer cela simplement :

Normalement, lorsqu'on cherche une clé (une succession de symboles servant à coder la phrase) par la méthode de Friedman, on recherche en fait un IC (Indice de Coïncidence), ressemblant à un langage connu (j'ai donné cet IC il y a quelques jours pour quelques langues).

La technique est la suivante : on calcule l'IC pour toutes les "chaînes" possibles de la phrase, une "chaîne" étant une phrase reconstituée en partant de l'originale, mais en alternant les symboles - lorsqu'on prend un symbole sur 2, on reconstitue deux chaines, avec un symbole sur 3, on reconstitue trois chaines, etc....

Donc, j'ai calculé l'IC pour toutes les chaînes, de 1 à 9, en me servant de la plus longue ligne de symboles de la "Compound Junction". Les limites "normales théoriques" sont les suivantes : 0.0384 pour un chiffrement aléatoire (des symboles pris totalement au hasard), et la limite "acceptable" pour considérer une chaîne intéressante est de 0.06.

Trouver la clé signifie qu'une des chaînes présente des IC calculées toutes semblables (pas égales, mais proches) à l'IC théorique d'une langue (0.0778 pour le français par exemple). Les autres chaines doivent présenter des IC inférieures, davantage proche de l'aléatoire.

Dans notre cas, les IC de presque toutes les chaines sont alternativement soit très hautes (0.1) soit très basses, ce qui, pour moi, est incompréhensible. Tout ce que je peux dire, c'est qu'il n'y a pas de hasard dans la construction des phrases de symboles.

J'ai sollicité, avec l'aide de Onthefence, une bonne dizaine de spécialistes mondiaux de la cryptographie, j'ai déjà une réponse positive d'un cryptographe belge."

Garuda s'interroge : "Isaac a essayé de nous expliquer que le sens des symboles dépend de leur contexte, alors ne serait-il pas normal qu'on se trouve dans une impasse en cherchant à craquer l'encodage polyalphabétique ?"

"Exactement !" lui répond 11August, "Ca nous permettra de conclure définitivement sur cette question de la cryptanalyse : soit Isaac a dit vrai, soit au contraire il y a quelque chose de ce côté, et dans ce cas... il aura voulu nous promener."

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.