Didier de Plaige

Samedi 28 Juillet

juillet 28th, 2007 Posted in Juillet 2007

Une seule des douze images de Big Basin a pour l'instant été diffusée, le 19 juillet. Une relecture des évènements de ces dernières semaines montre que la théorie d'une création sous CGI est en net recul un peu partout, même sur ATS. A ce stade, une seule expérience scientifique a été conduite : la Transformation de Fourier, réalisée par JTP. Ses conclusions, présentées en toute modestie, permettent de penser qu'il s'agit de photographies. Un seul participant, sur OM, soutien qu'il peut s'agir d'une maquette en balsa, de moins d'un mètre d'envergure, élevée dans les airs par une grue ou des ballons.

Ce n'est qu'un détail pour l'instant, mais VonStern a émis sur UfoCaseBook l'idée que les composants du dispositif à antigravité pourraient être en céramique..

Kookypeanut est venu se mêler au débat - ou ce qu'il en reste - sur les logiciels de dessin. Pour lui, PostScript qui existe depuis 1984 aurait très bien pu convenir pour réaliser les planches, au prix de quelques efforts. Il adresse en outre ses encouragements à 11August : "C'est lui qui effectue un travail vraiment productif, avec sa transcription des symbôles, en révèlant une possible structure dans leurs agencements."

C'est seulement aujourd'hui que Linda Moulton Howe publie deux emails reçus de Isaac... il y a un mois. Elle s'en explique : "J'ai attendu parce que Isaac m'avait laissée entendre qu'il accepterait une interview par téléphone. Mais ça ne s'est pas produit, alors voici ces deux emails, où il répond à diverses questions". Elle titre : "Clarifications et Commentaires par Isaac" :

    De : Isaac
    Sujet : Re: "Drônes"
    Date : 27 Juin 2007 Reçu à 13h34, Albuquerque, New Mexico
    A : earthfiles@earthfiles.com

    Isaac : "Je tiens à clarifier certains points, et répondre aux questions soulevées après ma publication :

    1) Je ne suis pas responsable des passages censurés du rapport. J'ai fait la plupart des copies à partir de documents qui étaient déjà archivés, c'est pourquoi ils avaient déjà été en partie noircis. Je souhaite partager cette information, pas la dissimuler, mais si je ressentais personnellement qu'un sujet était trop sensible, je le censurerais et m'en expliquerais.

    2) Je ne comprends pas pourquoi certains voudraient que les diagrammes soient "formatés en 8.5 x 11"... Comme je l'ai précisé dans ma lettre, il s'agit de reproductions, pas d'originaux. Une équipe d'artistes et de techniciens a laborieusement recopié le diagramme à partir de la source originale; c'était un panneau légèrement courbé un peu comme sur l'engin de Big Basin, qui devait se trouver à l'intérieur du vaisseau, pas à l'extérieur. La recopie nous a pris environ un mois.

    Notre logiciel , comparé à ce qui se fait aujourd'hui, était assez primitif, mais c'était toujours mieux que du papier et des crayons. Ca nous a beaucoup aidés, même si ça a pris beaucoup de temps. Je dois vous dire qu'"ils" ne nous avaient pas simplifié les choses. L'une des raisons pour lesquelles nous avions choisi de reproduire ce diagramme en particulier était que, contrairement à bien d'autres schémas dont nous disposions, celui-ci était sur une surface parmi les plus plates.

    Du fait que la géométrie des formes est extrêmement importante, il a fallu corriger la courbure de la surface sur laquelle le diagramme était imprimé, afin de le représenter à plat. Il y a plusieurs manières d'y parvenir, soit par des calculs mathématiques, soit en mesurant précisément les dessins afin de les reporter sur une surface plane. Dans les deux cas, ça nous a rendu la tâche beaucoup plus complexe, et nous nous en sommes passés aussi souvent que possible. Nous n'avions besoin que d'un ou deux diagrammes convenablement recopiés, pour servir d'exemples dans le cadre de notre travail de décodage et de reproduction. Donc par chance nous n'avons pas eu à le faire trop souvent. Nous avons également tenté de 'scanner' les diagrammes, en ayant recours à un processus quasi-automatisé qui devait prendre en compte les facteurs de courbure, mais pendant mes années de service nous avions peu progressé dans ce domaine.

    3) Concernant la qualité des documents, je pense que les critiques ont pensé que le document CARET avait été composé à la machine. Ce n'est pas le cas. Je ne suis pas un expert en graphisme, ou en design, mais le fait d'être en contact étroit avec de nombreuses personnes qui travaillaient par exemple chez XPARC, ça vous donne une certaine maîtrise. Le plus important à noter est que des systèmes de traitement de textes étaient en développement depuis bon nombre d'années avant que CARET voit le jour, la plupart étant issus de Xerox Alto (en 1973), dont XPARC était à l'origine.

    En fait, je me souviens avoir entendu un jour quelqu'un dans l'équipe primitive de Alto, dire que Boeing (je crois) avait utilisé Alto pour composer et imprimer la documentation de l'un de ses avions (ou quelquechose de ce genre, ça remonte à des années). On plaisantait en disant que la documentation était si abondante qu'elle aurait pratiquement rempli l'avion. J'ajoute que l'impresion laser existait déjà depuis plusieurs années (même si c'était encore très onéreux), et qu'elle avait été mise au point au sein de XPARC (plus ou moins). D'autres systèmes, tels que PERQ et Lilith, sont également apparus vers la fin des années 70, et bien qu'ils n'aient pas été largement commercialisés, il n'était pas rare de les voir utilisés par de grandes compagnies et [surtout] des universités, qui en faisaient un usage intensif.

    Ces systèmes ont également inspiré le Lisa d'Apple Lisa et le Macintosh, auxquels ont doit la popularité des traitements de textes dans le grand public à la fin des années 80 et au début des années 90. En 1984, il y avait déjà plusieurs logiciels disponibles pour produire ce genre de documents, elles coûtaient HORRIBLEMENT cher, donc elles n'étaient pas très répandues. Bien sûr ça n'était pas aussi facile qu'aujourd'hui, mais nous avions déjà de bons outils. Il y avait moins d'options, et c'était beaucoup plus lent. Ce que j'essaye d'expliquer, c'est que si vous êtiez au sein d'un organisation suffisamment motivée, et qui disposait des financements et des appuis nécessaires, rien ne pouvait s'opposer à réaliser des tâches assez complexes ou peu courantes, comme ce qui était requis pour notre travail.

    J'ai eu peu de contacts avec les auteurs de la partie technique, mais je sais qu'ils utilisaient cette technologie pour le traitement de textes et l'impression. CARET devait produire des quantités de documents très détaillés, correctement mis en forme, et susceptibles d'être modifiés au fil des nombreuses mises à jour, et nous n'aurions pas pu utiliser la technique traditionnelle de mise page ni de frappe de textes. Le milieu des années 80 a représenté une époque de transition dans ces domaines, et les gens devraient comprendre que nous disposions de ce qui se faisait de mieux.

    Une des choses chez CARET que j'appréciais particulièrement, c'était le fait que si une nouvelle technologie s'avérait utile pour accroître nos capacités, elle nous était aussitôt accordée sans délais. Mais le traitement de textes et la mise en page numérique, c'est un peu comme les pommes et les oranges, donc je pense que c'est un débat sans fin.

    Au fond, beaucoup de gens, qu'ils soient ou non versés dans les questions qui concernent le métier d'ingénieur, sont souvent étonnés d'apprendre que nous disposons de certaines technologies depuis pas mal de temps. 99% des algorithmes que nous utilisons aujourd'hui ont été développés depuis des décennies. Seules leur applications pratiques ont changé. La plupart des ingénieurs dans les années 60 et 70 auraient travaillé à la maison, avec les avancées technologiques actuelles. La seule différence c'est la miniaturisation et la rapidité. Dans la grande majorité des technologies, c'est la seule chose qui change VRAIMENT d'une époque à l'autre. Si vous annonciez aux gens qu'en 1936 vous aviez maîtrisé la synthèse de la parole, ils ne vous croiraient probablement pas." [Invention du VOCODER en 1930 par Bell Labs].

    Je pourrais vous montrer le prototype d'un système assez simple des années 60, utilisé dans le design, qui fonctionnait avec un stylet lumineux appliqué sur un écran. On pouvait dessiner une forme à main levée, puis immédiatement la mettre en rotation, la modifier, la répliquer, etc... On pouvait connecter différents objets par des lignes, puis effacer les traits en gribouillant par dessus. L'ordinateur comprenait cette fonction de gribouillage et l'interpétait en temps réel. C'était il y a une cinquantaine d'années, et quelques décennies avant CARET. Réfléchissez-y un moment. En effet, tout ce dont nous disposons aujourd'hui est plus ancien que nous l'imaginons. Les seules différences, c'est que c'est plus rapide, moins cher, et qu'une équipe de marketing, en lui donnant un aspect clinquant, lui a trouvé une application commerciale. Par contre, si on enlève la rapidité d'éxécution, la puissance, le nomadisme et la séduction publicitaire, vous verrez que la plupart de nos technologies actuelles étaient déjà des réalités dans la seconde partie du 20ème siècle. J'espère vous avoir été utile.
    Isaac
    "

Je rappelle que Isaac a rédigé ce texte à l'attention de ses premiers détracteurs le 27 juin. Il l'a fait suivre d'un second email :


De : Isaac
Sujet : Re: "Drônes"
Date : 27 Juin 2007 Reçu à 16h28 PM, Albuquerque, New Mexico
A : earthfiles@earthfiles.com

Isaac : "1) Je n'étais pas un élément-clé dans l'organisation (CARET), mais je n'étais pas non plus un 'employé de base'. Mon poste d'encadrement est la seule raison qui m'a permis de mener à bien ce que j'avais entrepris. Rendez-vous compte que même une personne dans ma situation n'aurait jamais pu quitter les lieux en emportant le plus petit morceau d'artefact, mais tous ceux qui n'étaient pas sujets à la fouille à corps pourraient avoir sorti quelques documents de travail.

Egalement, n'oublions pas que les documents écrits ne constituent pas tellement une preuve. Je serais le premier à reconnaître que tout ce que j'ai rendu public aurait pu être fabriqué. Ce ne sont, finalement, que quelques images. Alors, on comprend que les pouvoirs en place s'efforcent naturellement d'empêcher que ce matériel soit diffusé, mais ils sont certainement bien conscients que des scans de documents ne représentent pas le même impact que des OVNIs se posant sur la pelouse de la Maison Blanche. Je ne suis pas le premier à faire sortir un document ou une photo, et je ne serai pas le dernier. L'information que j'ai partagée ne risque pas de changer le monde, et c'est pourquoi je ne crains pas d'être assassiné si je suis identifié. J'aurais sans doute à subir des représailles, mais ils ne vont pas tuer quelqu'un à cause de ça.

2) Bien sûr, le manuel ne ressemble pas à ces documents habituels du gouvernement ou de la sphère militaire. L'objectif même de CARET était de re-créer l'apparence et l'mbiance des entreprises privées de la Silicon Valley, d'y employer des ingénieurs venus de l'industrie privée, et d'affronter les problèmes de la recherche concernant la technologie extraterrestre. Ce type de rapports faisaient partie de nos bagages, des méthodes que nous avions acquises dans le 'monde extérieur'. Je ne sais ce que je pourrais rajouter à celà. Je reconnais que c'est assez inhabituel de produire des documents non-standards dans ce genre de recherches, mais c'est encore plus inhabituel pour des gens comme moi (et bien davantage pour nombre de mes collègues) de se retrouver intégrés dans ce type de projet. La plupart d'entre nous n'avaient absolument pas de dispositions pour l'encadrement militaire. Je trouve celà beaucoup plus étrange, que le fait de nous laisser la liberté de rédiger nos rapports à notre manière. CARET faisait exception à bien des règles habituelles.

3) Si l'un de vos correspondants pense que les photos sont des faux, je ne peux rien faire ni expliquer qui lui démontre le contraire. Il a l'air bien sur de lui.

4) Plus important, méfiez-vous des personnes qui déclarent connaître la 'mentalité' des extraterrestres. Les commentaires du critique qui vous a écrit sont extrêmement naïfs et présomptueux. Tout d'abord, il parle des 'aliens' comme s'il s'agissait d'un groupe clairement identifiable. L'univers n'est pas divisé entre les 'humains' d'un côté et les 'non-humains' de l'autre, pas plus que la Terre n'est divisée entre les 'Espagnols' et les 'non-Espagnols' ou quoi que ce soit d'aussi arbitraire. Il y a de nombreuses espèces - et tout comme nos différentes races d'humains sur Terre, ils ont des manières très différentes de se comporter.

Son commentaire selon lequel 'les aliens ne se comportent pas comme ceci ou celà' revient à dire : les 'humains ne parlent pas le japonais.' C'est vrai que beaucoup d'humains ne le parlent pas; mais les humains au Japon le pratiquent. La question n'est pas de savoir s'il a tort ou raison, mais de constater que c'est formulé de manière illogique. Ensuite, il estime que le design du drône représente beaucoup de place perdue, mais là encore, il fait preuve d'une grande arrogance. Pendant des années, les plus brillants esprits de cette planète se sont penchés sur cette technologie, pour n'en comprendre qu'un aspect, et cet individu prétend être capable, au vu d'une simple photo, d'apprécier chaque détail d'un design si particulier, et de conclure que c'est inefficient. Je ne suis pas sûr que ses déclarations mériteraient une réponse, et je pense que vous comprenez pourquoi.

Franchement, peu importe qui est cette personne, je décroche dès que je lis une phrase comme 'les aliens ne feraient jamais un design pareil'. C'est aussi présomptueux (ou simplement ignorant) qu'il est possible de l'être sur ce sujet, venant d'un autre être humain. A moins de communiquer par email avec un ingénieur alien, ce jugement n'a aucun intérêt. Je ne m'étends pas davantage, je n'ai répondu que par courtoisie envers vous.

Au mieux, il a pu être confronté à la technologie d'une race totalement différente, au pire il ne sait même pas de quoi il parle. Cet individu peut avoir accès à une information intéressante, ou il ne sait rien. Si c'est un autre 'informateur', je n'ai pas envie d'engager une querelle. Si ce n'est pas le cas, et qu'il s'invente des choses, alors je préfère laisser tomber. Il n'empêche, à la façon dont il en parle, je garde mes doutes.

C'est un sujet immense, et nous évoquons des questions complexes. L'un de nos biens les plus précieux est un peu d'humilité en reconnaissant que nous n'avons pas toutes les réponses.
Isaac
"

En ce qui concerne le 'stylet lumineux', Dyce sur OM a effectivement trouvé cette référence.

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.