Didier de Plaige

Vendredi 6 Juillet

juillet 6th, 2007 Posted in Juillet 2007

Après l'intense polémique sur la CGI qui a mobilisé pratiquement tous les forums, l'intérêt se porte maintenant sur les moyens techniques disponibles en 1986-87, les logiciels de dessin et les imprimantes. DragonFly par exemple se souvient d'avoir suivi un stage à l'époque : "Si je me souviens bien, CAD/CAM 5.0 est sorti dans les années 83/84. Mais on ne savait pas encore écrire en rond." Pour un autre : "AutoCad version 1.0 est sorti en 1982, et la version 2 a pu permettre de réaliser ces diagrammes". Garuda précise que WordPerfect 4.2 était commercialisé en 1986... Etc...

En réponse à une question déjà ancienne des rapports entre A1 et ses deux éléments A2 et A3 asservis en sustentation, OnTheFence a utilisé K-3D pour analyser cette situation. Ses découvertes sont intéressantes :

"A2 et A3 semblent représenter chacun un quart de cercle.
Les mesures indiquées par le rapport CARET concernant A2/A3 sont en exactes proportions avec A1. J'ai reporté la taille totale de A1 (26.4"), puis j'ai dessinné les rayons de A2 & A3. Ca colle parfaitement. Mes différentes opérations, partant du fait que ce sont des quarts de cercle, m'indiquent les rayons de 5.091" et 6.435" respectivement.
Il ressort de tout ça que le plus long morceau - A3 - à gauche sur l'image, repose sur la table par un seul point de contact, parce qu'il est incliné vers le haut. Je pourrai le confirmer par d'autres calculs.
Ce sont trois cercles parfaits (pas des ellipses); cependant j'ai du corriger les alignements, parce que soit le plan n'est pas tout à fait horizontal, soit que l'optique de l'appareil a pu causer une légère déformation en gros plan.
"

Ce point technique n'est peut-être par très attractif, mais il est important. Un faussaire ne se serait-il pas contenté de reproduire les objets à plat ? Pourquoi s'imposer des calculs fastidieux afin de placer A2 et A3 dans une situation aussi complexe, posés sur des petites cales qu'il faudrait effacer ensuite de la photo ?

Alban Nanty l'a bien compris, puisqu'il m'écrit à ce sujet : "Si les calculs de OnTheFence sur les orbites de A2 et A3 sont corrects, et qu'effectivement A3 ne repose que sur un seul point de contact alors c'est TOTALEMENT en concordance avec le récit d'Isaac. En effet Isaac précise qu'une fois le dispositif en marche, l'ensemble se compose comme un seul et même objet rigide [traduction "Rigid Body"]. A1 étant globalement rond, si on pose l'ensemble sur une table pour prendre la photo, A1 va rouler jusqu'à être bloqué par A2 ou A3. Il n'y a donc que deux seules positions d'équilibre lorsque l'ensemble est posé sur une table : soit A2 touche, soit A3 touche.
En fait tout le monde sait qu'un plan est défini mathématiquement par 3 points non alignés, c'est pour cette raison que les trépieds sont toujours stables et jamais bancals quelque soit la surface sur laquelle ils sont posés. Pour cet ensemble en relation fixe, il est probable que deux points de A1 sont en contact avec la table (dans l'axe de symétrie de A1) et le troisième devait nécessairement être sur A2 ou A3 (vu le moment d'inertie [terme de physique qui se traduit par "inertia momentum"] de l'ensemble, l'objet va rouler)
".

La démonstration n'en reste pas là. Spf33 a prolongé les recherches de OnTheFence : "Partant de l'idée que A2 et A3 sont des quarts de cercle, et en reprenant les mesures indiquées dans le rapport d'Isaac, avec l'axe de l'aiguille comme référence"... :

Spf33 a refait ses calculs, en simulant quatre objectifs différents : 20/35/50/80mm. "Il est intéressant de constater que les mesures coïncident seulement en utilisant un objectif de 35mm". Or c'est le modèle courant pour photographier des objets :

On peut débattre longtemps de l'esthétique, de sa subjectivité ou de ses caractères objectifs. Mais depuis le début de cette affaire de "drônes", notre attention est constamment sollicitée par ce genre de considération qui avait fait dire à André Frossard : "On reconnaît qu'une chose est vraie tout simplement à ceci qu'elle est belle". Ici c'est la rigueur géométrique qui s'impose. Un faussaire sous CGI qui aurait aussi méticuleusement agencé ces trois éléments, exactement comme ils seraient rendus par un objectif 35mm d'appareil photo, mérite quelques encouragements.

Quant à 11August, il a réalisé sa table d'occurences sur une des figures. L'échantillon des caractères est faible, mais la méthode est parlante.

Pourvu qu'il y ait effectivement un mystère à résoudre, et que nous ne soyions pas devant une oeuvre purement artistique, tous les participants à ce jeu de pistes passionnant ont des chances égales : il n'est pas nécessaire d'avoir publié des quantités d'hypothèses pour se faire remarquer avec une idée intéressante...

C'est donc Hazuka qui lance une nouvelle recherche : "Avez-vous déjà envisagé que les différentes épaisseurs des lignes, qui relient les 16 cercles et leurs satellites, puissent représenter des types de connections différents ? Les lignes fines pourraient figurer des connections plus subtiles, d'ordre magnétique par exemple, et les lignes épaisses signifier des raccordements plus matériels (comme des cablages ou des jonctions..).
Le fait que les lettres-symboles soient blanches ou noires pourrait aussi avoir un sens polaire, comme positif-négatif...
"

Alors que OnTheFence vient de publier ci-dessus sa révision 1.9 de la collection de signes, Banzaï - maintenant en tandem avec 11august - poursuit son étude comparative des symbôles sur la couronne extérieure de trois anneaux :

Share This Post

Sorry, comments for this entry are closed at this time.